La Nouvelle Revue Française N° 349

De
René Char, Loin de nos cendres
Jean-Benoît Puech, Un simple messieurs
Danilo Kis, Carnets d'un fou
Jean-Loup Trassard, L'homme qui voulait être Indien
Salah Stétié, Deux fascinations bloquées
Chroniques :
Philippe Dulac, Céline 1981
Gilles Quinsat, Encerclé, enrubanner (Le ruban au cou d'Olympia, par Michel Leiris)
Clément Rosset, Le mécontentement d'E. M. Cioran
Henri Thomas, Reportage
Jean Clair, S. D.
Chroniques : le théâtre :
Florence Delay, Pacte avec le diable Chaillot
Notes : la poésie :
Daniel Leuwers, Francis Ponge, Études Françaises n° 17 (Presses de l'Université de Montréal)
Didier Pobel, Au sommet de la nuit, par Gérard Bayo (Saint-Germain-des-Prés)
Gérard Macé, Le Dernier Anneau, par Christian Gabrielle Guez Ricord (Fata Morgana)
Notes : la littérature :
Ghislain Sartoris, Les Amours (Le Trésor des contes), par Henri Pourrat (Gallimard)
Alain Calame, Contes et propos, de Raymond Queneau (Gallimard)
Pierre Bourgeade, La cérémonie des adieux, par Simone de Beauvoir (Gallimard)
Claude Coustou, 300 héros et personnages du roman français d'Atala à Zazie, par Pierre Ajame (Balland)
Notes : le roman :
Laurand Kovacs, La nuit du décret, par Michel Del Castillo (Le Seuil) - L'enfant d'Édouard, par François-Olivier Rousseau (Mercure de France)
Francine de Martinoir, Connaissez-vous Maronne?, par Daniel Boulanger (Gallimard)
Alain Clerval, Le grand vizir de la nuit, par Catherine Hermary-Vieille (Gallimard)
Frédérique Coulange, Les Bleus du procédé, par Gérard Arseguel (François-Pierre Lobies)
Notes : les essais :
Jean Philippe Guinle, La naissance du Purgatoire, par Jacques Le Goff (Gallimard)
Thierry Cordellier, L'Idole monothéiste, par Manuel de Diéguez (P.U.F.)
Pierre Fédida, Le corps de l'œuvre, par Didier Anzieu (Gallimard)
Alain Suied, Patience dans l'azur, par Hubert Reeves (Le Seuil)
Hervé Cronel, Les trois couleurs du tableau noir, la Révolution, par Dominique Julia (Belin)
Notes : lettres étrangères :
Jean Blot, Le jour de la comtesse, par David Shahar (Gallimard)
Christine Jordis, Parade sauvage, par William Golding (Gallimard)
Laurand Kovacs, Prière pour une ville, par Jirí Grusa (Gallimard)
Notes : le théâtre :
Jeanyves Guérin, Jacques et son maître, de Milan Kundera
Pierre Bourgeade, Théâtre inédit et textes épars, de Jean Cocteau (Gallimard) - La bête dans la jungle, d'Henry James (Théâtre de l'Athénée)
Nicole Quentin-Maurer, La tragédie de Carmen (Théâtre des Bouffes du Nord)
Notes : le jazz :
Jacques Laurans, Anthologie des musiciens de jazz, par Jacques Réda (Stock-Musique)
Notes : les arts :
Jean Revol, Des fastes du gothique au camp du drap d'or
L'air du mois :
André Pieyre de Mandiargues, Anhydre solitude – Couvre-terre
Jorge Luis Borges, Sur les classiques
Textes :
Jean Paulhan, Lettres à quelques amis (1940-1941)
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 5
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072379697
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFrançaise
Loindenoscendres
Notregâteaudechimèress'étantroussiàsoncou-chant,lespremièresveillesdutempsrivalapparurent auxregards. Plusdelimousinenoirepournousemportersurses infatuéscoulisseaux.Destitutionvautpossession. Unefinepoussièrenocturnedérangeaitàpeinele duvetdetonchervisageendormi.Cequiarrivaitdes étoilesn'étaitpasthéâtralmaisobservé.Matimidité renaissaitsousdesoigneuxdehors,ceuxquelesgelées blanchesaccordentauxherbesaurepossurlereversdes plateauxglacials. Lasouffrancecommuneendépitdel'aiguillondes échosraréfiéschantaitl'hymnehyalin.L'ovationfinale n'allapasàundemi-joursépulcral,mirifiqueverrier, maisàunefiled'anguillespresséesdequitterleruis-seaunatalpourlesrivièresauxparoisinégales.s'assemblentlesaulnes.Surlelitducourantpassele sang,levirtuoseduretour.
DEUXVOYAGEURS
Tropsûrsdenosmoyensnousnedevrionspasdéni-grermaispressentirlemonde,nepaslebrutalisernile certifier,mais luimarquerquenousluisommesattentifs, etsansl'avoirinsidieusementsollicité.Nousgarderions versl'intérieuruneétoilenaineauborddesonnid,tel unenfantforestierdanslacirconférencedesonabri tandisquesesparentsabattraientàlahacheleseulbois nécessaireàleurconvenance. Hommesauxvieuxregards, nousvousenprions auva-et-vientdudurpendule,faitesfermenter.Sanstrop d'aigreurnidesecousses,sanstropdehainenitrop d'idéal. Mondeauxbleusregards,tevoicilavé,rêvantl'ave-nir.Etquellesmiroitantesoreilles!
LEDÉLASSEMENTDEL'AIGUILLEUR
Dansleursuiteàpeineentrevue,nosparentssont desgaresfleuriesoudésertesdevantlesquellesnotre trainpasse,trainsansconducteurnivoyageurs.Nous occuponstouteslesplaces,dostourné,oul'oeilvers l'azur;dumoinsnous nousl'imaginons,pauvresenfants
UNROSTRE
Dansleregardduterribleréfractaire,unrostresem-blaitvousouvrirendeux.Maisutilement.Etlaterreet lafortetêtes'abreuvaientensemble,nedéviantpasde l'instantquicouraitsouseux.
Nepressezpasceluiquederiantsdéfauts Enveloppentd'unhabitdesureau, Terminus,dieudesbornes.
BLANCHE,MASAVETIÈRE
Neiged'octobrevoleavecsonombre, Nuéedenovembreàl'auberendl'âme, Blanchededécembrefaitbrillerlacendre, Aneigedejanvier,rougetablier. Granditnotrecœuraugivredesrois, LaLicorneblanche,defrayeurs'abat
LECONVALESCENT
Puisjemecouvrislatêtedemonmanteau. Milarepa.
Commedansunpaysagequiattirelebaiser,dansles brasduravisseurilyal'imprenable.Jusqu'àl'agreste nuitnonébruitée. Vertmeurts'appliquaitàtracerRenéd'Anjou.Surle parcheminsuivantilécrivaitTant,lepluslentement qu'ilpouvait. Entrelaflèchehautlancéeetl'arcretenduauxtrois rassurantesétoiles,nul neseraitaveugléàdessein,ni privédesoncœur,mêmemourant.
ENCOREEUX!
Piane-pianepetitformat,sousuncielderapaces, Maisie! entrejusquiameroseauxetdémolitions, fais,piedsnus,unmystèredetoi, ilest desjoursalcyoniens.
LaNouvelleRevueFrançaise
ay~mGuéhenno
Samedi
Voici,jecrois,nousnousséparons(engénéral) c'estquejecroisauxacrobates.Hestbon,pourque l'hommedelarueaimemonteràbicyclette,qu'ilait l'exempledeKrameroudePélissier(engénéralphti-siques),pourquel'onaitduplaisiràs'exprimer,qu'il yaitdeschampionsdel'expression(engénéraltara-biscotésmettonsFargueouToulet)etpourque chacunsoithonnêtementpatriote,qu'ilyaitdes patriotesexcessifs,prêts,jesuppose,àexterminer M.Déat.Cen'estpasseulementbon,c'est(jepense) nécessaire. J'aiétébiencontentdevousvoir. Affectueusement. JeanP.
àMarcel Jouhandeau
Vendredi
CherMarcel Jecroisquelorsqu'onm'aannoncélamortdePierre Laval,j'aid'abordsongéàlapeinequetupourraisen avoir.(CardansleXIxej'étaiscesoir-là,l'onavait d'abordannoncélamort.Etquellejoieétrangedans cepetitbistroquis'étaitaussitôtremplid'ouvriersou dechômeursquineparlaientpas,dontaucunnedisait laraisonqu'ilavaitdesesentirbien.Simplementilsse touchaientaupassageetchangeaientdeplacepourse
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 307

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 230

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 582

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant