La Nouvelle Revue Française N° 363

De
Jean Tardieu, Le Voyage sans retour
Stanislas Kocik, Turquerie
Eugène Guillevic, Le Dehors-dedans
Zelda Fitzgerald, Huit lettres
Henri Thomas, Sandi
Chroniques :
Gilles Quinsat, Une œuvre de persuasion (Henri Michaux)
Jean-Louis Vieillard-Baron, La puissance des images et le 'cœur productif'
Jean Philippe Guinle, Jean Beaufret
Jean Clair, S. D.
Chroniques : le théâtre :
Jeanyves Guérin, Le centenaire de Giraudoux
Notes : la littérature :
Jeanyves Guérin, Le tricentenaire de Calderon à la Comédie-Française
Janine Aeply, George Sand ou Le scandale de la liberté, par Joseph Barry (Le Seuil)
Pierre-Louis Rey, Matinée chez la princesse de Guermantes, par Marcel Proust (Gallimard)
Jacques Laurans, La belle Aude, par Joseph Delteil (Éditions Collot)
Alain Calame, Les Fous littéraires, par André Blavier (Veyrier)
Notes : le roman :
Alain Clerval, Les serpents, par Pierre Bourgeade (Gallimard)
Henri Thomas, L'Organeau, par Boris Schreiber (J.-J. Pauvert)
Francine de Martinoir, Le photographe, par Paul Savatier (Gallimard)
Notes : les essais :
Alain Suied, Charles Baudelaire, par Walter Benjamin (Petite Bibliothèque Payot)
Claude Dis, La Terreur et les signes, par Laurent Jenny (Gallimard)
Thierry Cordellier, Distinguer pour unir ou Les degrés du savoir par Jacques Maritain (Desclée de Brouwer)
Georges Auclair, Leçon sur la leçon, par Pierre Bourdieu (Éditions de Minuit)
Hervé Cronel, Le petit train de la brousse, par Philippe de Baleine (Plon)
Notes : lettres étrangères :
Christine Jordis, Robert et Elizabeth Browning ou La plénitude de l'amour humain, par Charles Du Bos (Klincksieck)
Jean Luc Gautier, Le poids de la grâce, par Joseph Roth (Calmann-Lévy) - Une journée plus longue qu'un siècle, par Tchinguiz Aïtmatov (Temps actuels)
Notes : les arts :
Jean Revol, La liberté sur les barricades, d'Eugène Delacroix (Pavillon de Flore)
Jean Clair, L'art italien, par André Chastel (Flammarion)
Henri Raynal, René Laubiès (Galerie Weiller)
Notes : la photographie :
Florence de Meredieu, La disparition des lucioles, par Denis Roche (Éditions de l'Étoile) - Roland Barthes et la photographie, par Jean Delord (Créatis)
L'air du mois :
Jean Grosjean, Les rameurs
Jacques Réda, Rome secrète
Jacques Mandelbaum, Le krain! Le krain!
Lorand Gaspar, Feuilles d'observation
Textes :
Jacques Audiberti, Sept lettres à François Mauriac
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072384530
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFrançaise
LeVoyagesansretour
1
ICIC'ESTICI
Offerteàlanuitquidetoutespartsnous débordeetenvahitlejourlui-mêmeàcette nuitquinousdessineetnousallongeicitoute chosesetientdeboutsursonombreentreun envoltoujoursfuturtoujoursdéçuetlachute vertigineuseicic'esticiquelessolitairesqui secherchentlespeuplesdéchiréslesastres volantenéclatsserejoignentetsepassentle motsanslecomprendreicisurleseuildece templeaufrontonécrouléautrefoisréson-nantdeconseilsaujourd'huipluséloquent encored'êtremuetnoussavonsqu'iln'ya rienàconnaîtresinonl'enchaînementfatal desquestionslancéesàtouslesmursd'oùne revientqueleuréchoetquetoutestàredou-terdesrusesdel'espacecarcetriompheà l'horizonétincelantcegagel'espéranceenfoui
LaNouvelleRevueFrançaise
dèsl'origineaufonddenotrespècen'est plusqu'unvasteoublid'oretdefeules poussièresdelavieetdelamortpareillesaux nombrestourbillonsdanslecreusetdes machinesgéantesontenfindémasquécet ordreillusoireceséjourinutileetsuperbesans raisoncondamnéàretournertoujoursettou-jourssurlui-mêmecendreetbrasierfuiteet fureurcommeunephraseressassée.
II
HENNISSEMENTDEL'INCONNU
Cependantques'obscurcissentetse mélangentàquimieuxmieuxl'erreurlevrai lesongeetaraisondanslegrenierdes accessoireshorsd'usageetdesensdémentiel sd'iésmoprodsrelpearhtaosuatrdaimmplpelamceanbtlefopurrenid(pslealcoenleet déroulementd'unesuitesanslogiqueetsans frein)demouvementsopposésvariableset itnesremnesisbldeesqduoiulneeursecapreiulventteravednuiureévqiu'en estddent quel'aigleetsaproiefontdeleurcouple horribleetdeleurinséparableagonielaseule clépournosmainstâtonnantesd'aveugleset laseulemesurepossibledecequicombleà toutcassercelieusanslieucedômeautrefois transparentmaisquipourjamaiss'estvoilé deconjecturesfuribondescecielsonoreet infailliblecerecourscetabripeuplédepro-tecteursdedémonsetd'oraclesfiguresfami-lièresjouantleurrôleetportantleurnom mêmeinsultévoyez-vousçaveilleurstoujours reconnaissablesettoujoursprêtsànous défendreauxfrontièressauvagespiaffehurlehennitl'imprévisiblel'inconnu.
III
LESVOLETS
Pendusauxmursdelamaisoncomme feuillesauxbranchesmobilesmaistenus commelesfeuillesaugrandmarronnierdela placeparunematinéetournanteincertaine tristeetjoyeused'orageetd'éclairciesles voletslesunsouvertslesautresclosoubien lesmêmestouràtourleventlesouvreetles rabatcommeautantd'oreillesdelapinsfamille delapinsfamilledevoletspoursuivisimmo-bilesparleventquiva-vientparlesoleilqui s'endortdansunnuageetseréveilledansun courantd'airlebruitdesoreillesdeboisde lapinstoujoursbattantlesvoletsdelamaison jamaislassésd'indiquerl'heurel'heurequi s'ouvreetl'heurequisefermelaprésenceou l'absencedeshabitantsdelamaisonletemps qu'ilfaitletempsquipassequitoujoursva quitoujoursvienttoujoursrevientsinonpour nousquipartironsmaispourtousceuxqui reviendront.
IV UNREGARDPOURUNSOUFFLE
Tombésoudainsousmespasduplu lointaindecetespaceetdecetempscoalisés pournousconfondrecefaiblesoufflesurle solentrelemuretlebuissonmefaittrembler d'effroidejoiedegratitudeetdevertigecar ilcontientmaisinverséelamêmechargesans mesurequemonregardlorsquel'étélorsque lanuitdroitversle ciels'élanceetplanevidé depoidsetdepenséemonespritsimpleet démuniquinecroitrienquecequ'il touche etsesentprochedespointsd'ordisséminés icietmêmedel'astrelepluspâleetleplus seulàpeinevunireconnusurlegravieret pasàpasfranchileseuilrienn'estplusqui nousrépondejem'aventurehorsdemoi-mêmeversmafinsansadresseràtant d'énigmestorturantesà cesoleilàcetamour quim'ontfaitnaîtreetm'ontfaitvivreàces splendeursquivonts'éteindreàceshorreurs
LaNouvelleRevueFrançaise quivontcesseràcet espoirquivadormirà toutemainquej'aiserréeàtoutelèvreque j'aibueaucunreprocheniregretcarlasouf-franceestdépasséecarlamémoireestendeçà dupurinstantduseulregardnavigateurqui m'aquittépourlevoyagesansretour.
JEANTARDIEU
Turquerie
Jevaisvousdonnerunecharadeàdeviner.Mon premierestunedifformitédelacolonnevertébrale. Monsecondestunadjectifentrantdansunelocution parquoil'idiomefrançaisrendhommageàlavigueur descompatriotesdeSolimanleMagnifiqueetMus-tafaKemal.Montoutestundétroits'engrava fréquemmentl'histoirediplomatique.Alors?Vous aveztrouvé?Mesallusionsàlapatriedelatulipeet dunarguilévousontmissurlavoie,n'est-cepas? Oui,biensûrbosse-fort.FortcommeunTurc,évi-demment.Évidemment,c'estduBosphorequ'ils'agit. Soyezlesbienvenussursesrives,Messieurs.Loinde moil'idéedeplaisanter.Chloroformés,abîmésdans uneprofondenarcose,vousavezététransportésici enavion,doncavecbeaucoupdecélérité,d'autant quevotrepolicedel'airn'yavuque dufeu;aussi vousfigurez-vouscertainementvoustrouverencore enFrance,etlesmursdevotregeôle,mursquasi identiquesaux paroisdelacavevousétiezdétenus dansnotreambassadeparisienne,nelaissentpas,je pense,devousaffermirdanscetteopinion.Opinion erronée.Détrompez-vous,Messieurs.Laissezvotre imaginationprendreleturban,commediraitvotre anciennelangue,ouàtoutlemoinsfaites-latravailler surlesturqueriesquicommencentàn'enpasdouter àaffleureraurasdevosfenêtresmentales.L'Entrée
LaNouvelleRevueFrançaise jamaisàquellevéritéintrinsèqueseraccordenttoutes cesparoles,toutescesimagesquenousélaborons, véritéquipeut-êtrecommenceets'achèveennous, toutenétantlavérité.
JacquesAudiberti 37,rueduMoulinLozère(S.-et-O.)
Pardonnez-moidevousimportunerdebavardages. Jen'aipasoubliévotrelettredumoisdejuin.Jene vousdemandepasspécialementdemerépondre.Je souhaitesimplementmerappeleràvotrepensée.
29octobre1964
Merci,FrançoisMauriac.Votremotm'afaitleplus grandplaisir.Jeredoutaisunpeu quequelquechose vousaitchoquédanslalettrequejevousavaisenvoyée àVémars 1. Jenevaispastrèsbien.Enplusdeceslésions pulmonairesj'aiétéatteint,voiciunan,d'unehistoire rénale.Ilafallumetransporterdansunenouvelle clinique,d'oùjesuissortiilyaquelquesjours.Jevis danslafièvreetladouleurphysiquetoutsurpris d'êtredevenucemaladecouché,geignant. Ungrandvent,ungrandremous nem'ontpas encoreprécipitéverslecalmeetlapaixquedonnerait sansdouteunetotaleadhésionauChrist.Jeflotte indécis,songeantàlamort,mais,commevouslesavez etcommevousl'avezécrit,samenaceetsaproximité n'apportentsurelleaucunelumièreparticulière.La mort,c'estsurtoutcelledesautres,l'énigmatique
1.PetitecommuneduVal-d'OiseMm.Mauriacpossédaitunepro-priétéfamiliale.L'écrivainyrepose.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Jean Follain N° 222

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant