La Nouvelle Revue Française N° 364

De
Robert Pinget, L'Oiseau
Jorge Luis Borges, Quinze poèmes
Jean-Pierre Otte, Voyage dans la proximité
Jean-Loup Trassard, L'amant de la jeune Targuia
Pierre Lepère, Blancs-seings
Jean-Noël Schifano, Les Heures contraires (III)
Chroniques :
Jean Roudaut, Le cœur du furieux (René Char)
Richard Ellmann, James Joyce de face et de profil
Bruno Bayen, Le projet de roman de Lichtenberg suivi du projet de préface de Wittgenstein
Clément Rosset, Archives
Henri Thomas, Amorces
Chroniques : le théâtre :
Florence Delay, Shakespearomanie
Notes : la littérature :
Claude Dis, Dans l'épouvante le sourire aux lèvres, par Marcel Jouhandeau (Gallimard)
Ghislain Sartoris, Nioque de l'avant-printemps, par Francis Ponge (Gallimard)
Jacques Laurans, La Bête de Lascaux, par Maurice Blanchot (Éditions Fata Morgana)
Gilles Quinsat, Paysage avec figures absentes, par Philippe Jaccottet (Gallimard)
Notes : le roman :
Francine de Martinoir, La plage de Scheveningen, par Paul Gadenne (Gallimard)
Alain Clerval, Femmes, par Philippe Sollers (Gallimard)
Laurand Kovacs, Le chemin des ordalies, par Abdellatif Laâbi (Denoël)
Notes : les essais :
Thierry Cordellier, L'Instant, par Sören Kierkegaard (Éditions de l'Orante)
Jean Philippe Guinle, Le désordre des familles, par Arlette Farge et Michel Foucault (Gallimard-Julliard)
Hervé Cronel, P.-C.-P.S.U. Paris-Montpellier 1945-1963, par Emmanuel Le Roy Ladurie (Gallimard)
Lucette Finas, Architectures du cirque des origines à nos jours, par Christian Dupavillon (Éditions du Moniteur)
Notes : lettres étrangères :
Janine Aeply, Mademoiselle O, par Vladimir Nabokov (Julliard)
Jean Blot, La Ballade de Savva et autres nouvelles, par Vladimir Maximov (Gallimard)
Notes : le cinéma :
Jérôme Prieur, Pauline à la plage, d'Éric Rohmer
Notes : les arts :
Jean Pfeiffer, Paul Éluard et la peinture surréaliste, par Jean-Charles Gateau (Droz)
Noël Devaulx, Avant-propos à une exposition d'Alexandre Alexéïeff
L'air du mois :
Jean Grosjean, Mai
Jean Vauthier, Une conversation téléphonique
Jean Lambert, Retour d'Égypte
Textes :
Antonin Artaud, Lettres à Pierre Bordas
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072380433
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFrançaise
L'Oiseau
Queplusriensurcettetablenechange deplace. Lecendrieràportéedemain,leplumieretla lampe.Aucentrelepapier,àgauchel'éphéméride etlacagedel'oiseau. Quel'oiseauchaquematinentonnelethème.Infi-niesvariationsàtranscriresurlapagejusqu'àlader-nièrenote.
Aumilieudeschamps,àpeudedistanced'une rivièreetd'unecolline,unemaisonédifiéeilya longtempsretientdesescharmesl'espritdu pro-meneur.Sonapparenceestcelled'unefermeentou-réedequelquesdépendances.Ladouceurdela lumièrefaitqu'enchaquesaison.
Ilpleuvait,premierprintemps,puislesoleil,puis l'averse,puislesoleil. Unpoèmecommencésurlepapier. Beaucoupderéminiscences. Lamaisonestlamêmeaumilieudeschamps,les champssontlesmêmes. L'oiseausetait.
LaNouvelleRevueFrançaise Destempêtesdeneige,depluieetdevent,des orages. Ettoutàcoupdesfeuillesausureau. Ettoutàcoupdespâquerettesaupré. Etl'épinenoireenfleurs,chatonsdespeuplierset dessaules,feuillesdesmarronniers,arbresrosesdans lesclos,premièrestulipes,coucousdansl'herbehaute. Leprintempstropvite,tropattendu.
Unepageécritesurunefausselancée,uneautre suruneautre,etsuruneautre. Folleimpatience. Toutestdansl'ordre. Peut-êtresupprimerl'éphémérideets'entenirà cetempsdel'année.Queriennechange.Comment savoir.Maisilnes'agitpasdesavoir.
Oubiendécrireletrajetd'unpointàunautre, lieuxsichersqu'onnelesnommeplus. Unvagabond. Ilcontinuedemarcherets'arrêtesouventpour suivresapenséequiluiéchappe.Ilenritetfixealors sonattentionsurleshumbleschosesduchemin.
Uneplainesedessinentdesbosquets,desprai-ries,desespaces cultivés,deshabitats,maislointai-nement,enveloppésdebrume,indifférentsoucomme soustraitsauchangementsdesaisonsetauxartifices delalumière.
Choisirentremobileetimmobile. Écouterl'oiseau. Ilnesaitquechanterousetaire.Ignorelesques-tions. Quelleoreilletendre,quelœilouvrirpourêtre fidèleàl'idéequ'onsefait.
L'Oiseau Ou nepaschoisir etbrodersurlesdeux,cequi passeetcequidure,sansplusd'inquiétude,àloisir, jusqu'àladernièrenote. Maislatêteregimbe,elleestpourlechoix, comments'endépartir. L'oiseauchante.
Ceseradoncdansledénuement,sansraisonappa-rente,queseconstitueralafable.Auhasarddece quis'estpremièrementrévélécommepropice. Queriennechangeouquetoutchangeselonun modeimperceptible. Infimesinfiniesvariations.
Unvagabond.Lemaîtreencore.Réchappéd'une catastropheoucommesideledireliquidaittoute éventualitédemal. Pardessentiersgrisconduireleprintempspoussif, l'aiguillonneraumoyendesurprises. Iln'yauraitderenouveauqu'àforcedevouloirici dujaune,duvertetdublanc.Aveclehasardpour complice.
Dessentiersgris. Ouvrirl'œil,tendrel'oreille. L'oiseauchante. Ildiraitmonamidemillefaçonsnouvelles,écla-boussantmotif,victorieuxàchaquetrille. Nes'inspireque duthèmeinitial,celuidupremier merle,etl'ajusteaujourd'hui.
Proiedeschimères delanuitl'errantcontinuede marcher.Versunevillefantoche,vieilaiguillondu goûtdevivreoucommesideledire. L'oiseaurestedanssacagelavillebourdonne, fixéeàjamaisdansl'espaceidéal,ruelles,carrefours,
LaNouvelleRevueFrançaise petitpeupleaffairé,recoins,ombrages,hirondelles, églisecarillonnante.
Desdeuxcitéscelledel'oiseauestsalvatrice.Le maîtreunjourlaferasienne,loindesmiragesnoc-turnes. Paisiblementlimiterlechampdel'acte. Paisiblementreprendresurlapagel'ébauche d'écrit.
Ildiraitmonamisansautreraisonquedeledire, commeonrespire. Untrille,unevocalise. Lemaîtrel'écoutesanscomprendre,harcelépar sonsoucidelogique.Unmots'ajoutedifficilementà l'autre,laplumeserefuseàsalirlepapier.
Supprimerl'éphéméride. Queriensurcettetablenedérangenifloraisonni murmure.Lejardinpasplusquelavillesecrètene s'inquiètentd'accidents. Permanence. Cettejoieintrouvablepourquilacherche.
Fausselancéeenregarddequeltrajet,nulnemène ailleurs.Limiterlechampdel'acte. Leshumbleschosesduchemin. Maislapromenaden'estpascommencée.Latête regimbe.Toutcequiestditdupaysagenesemble queredites,ilfaut duneuf.
Récrire. Unemaison réminiscence. Perdrelatête. seau.
vieille.Deschampsalentour.Nulle L'œiletl'oreillepourseulsguides. Proposimpossibleàmoinsd'êtrel'oi-
L'Oiseau Acesmotslechanteurquittesacageetvase perchersuruntoit.
L'errantrestesursachaiseetditjerenonceau poème,qued'autresleprennentencharge. Orl'écritestindélébile.Mouvementamorcé,plus detrêve.Ilfautpoursuivresansautreraison. L'oiseauchante.
Redireréchappéd'unecatastrophe.Qu'ellen'ait pasoun'aitpaseulieu. Ilyadubleuetdugris,dunoird'orage.Larivière débordesurlesbassesterres,lescerisierssefanent. Leventdérange,bouleverse,éparpille. Confondrepoèmeetpromenade,telseraitl'enjeu. Maislesmotssurlapagediffèrentdeceuxqu'entend l'oiseau.
Sortirdurêve.Ilyauneméditationdujour.Que lepremierpasdehorsenrythmeladurée. Passéleportaillaplaines'étend,vallonnéejustece qu'ilfautpouranimerlesperspectives. Dugriset dubleuetlevertdel'herbe.Lapro-menadeseraitcommencée. Maisquilatentesinonlamainquiécrit.
Garderlatêtequiméditedansledénuement.Que fairedelasurabondancedessignes.Autrechose qu'uneromanceouqu'unthéorème. L'oiseausetait.Ignorelesquestions. Chantdifficile.Joieintrouvableetpourtant. Lemotjoie.L'écrireailleurssansl'aidedelaplume.
Oulepenser,cemotdifficile,suffiraitàlefixer ailleurs,écritailleurs,selonsaloi. Lepenserouledire,ilestécrit.
LaNouvelleRevueFrançaise Oulepeindre,vertetbleu,sansfloraisonnimur-mure,ilfleuritetbourdonne. Secrètementtracéavantmêmed'êtredit,dansce lieuquelepeintrenilediseurn'ontjamaisparcouru. Modestementseraitlemoyen. Pardessentiersgrisconduirel'ineffablequeni hasardniraison. Aforcedevouloir,àforcedefaiblir,enfindes larmes. Unejoiesansartifice,profondecommeuneplaie. Écouterl'oiseau.Desecretaucun.Ilrejointsacage etmultipliesesvocalises. Pluie,soleil,pluie,premierprintemps,prairieen fleurs,iris,églantineetsureau.
Quelvagabond,quelmaître,quelerrant,réminis-cences.Iln'yaqu'unchantàproduire,rythmépar cettepromenade. Etpourquoidumouvement.Immobileestl'oiseau, immobileseralafête.Nulbesoindepasserleportail nidesortirdurêve. S'ilyaméditationdujour,qu'ellesefassedevant lafenêtre,àl'abridesintempéries. Orvoicilesoleil,denouveauonestdehors,per-plexe.
Modestementreprendre. Aumilieudeschamps,àpeudedistanced'une rivière,unemaisonédifiéeilyalongtemps.Oupeut-êtrehier.Ignorantedesescharmes,lamêmeen chaquesaison. Laplainesedessinentdesbosquets,deshabitats, desprairies,ignorantedupoème. Asatableplusriendésormaisnechangerade place.
L'Oiseau
D'orageaucun.Depluieoudetempêtenonplus. Defleurscertainesmaisinnommées,deventunpeu, commeonrespire. Signerlerenouveaudelamainquiécrit. L'enjeuneseraitpasdemise. commence,finitlafable,nepassavoir. L'oiseaus'égosille.
Lavilleproche,ruelles,carrefours,petitpeuple affairé,églisecarillonnante. Plusbesoindetendrel'oreillenimêmed'ouvrir lesyeux. Plusbesoindedécrirenimêmed'espérer. Direleprintempssansautrefinquedeledire,et monamipareillement,etcettejoie,qu'ellesoit, qu'elles'éternise. ROBERTPINGET
LaNouvelleRevueFrançaise J'habiteIvry.J'aipassépar9ansd'internement, desous-alimentationetdefamine,compliquésde3ans demiseausecret,avecséquestration,molestations, cellules,camisoles,etcinqmoisd'empoisonnements systématiquesàl'acideprussiqueetaucyanurede potassium,auxquelsvinrents'ajouteràRodezdeux ansd'électro-choc,ponctuésde50comas,j'aidansle doslescicatricesde2coupsdecouteau,etlesterribles séquellesducoupdebarredeferquiàDublin,en septembre1937,m'ascindéendeuxlacolonnever-tébrale,c'estvousdirequedanscesconditionsj'ai dumalàtraînermoncorpsetqu'iln'estpastrès amicaldem'avoirinduitàcharrierdéjàcinqfoismon corpsd'IvryàlaruedesGrandsAugustins,celaen pureperte. Ilsepeutquemespoèmesnevousintéressentpas etquevousnejugiezpasquejevaillelapeined'un effortmaisilauraitfalluaumoinsmeledireetme fairel'honneurd'uneréponsequellequ'ellesoit. L'heureestgrave,PabloPicasso,leslivres,lesécrits, lestoiles,l'artnesontrien,cequijugeunhomme c'estsavieet nonsonœuvre,etqu'est-ellesinonle cridesavie. Monœuvreestcelled'unhommesouffrantmais chaste, jevisseul et jecroisqueplus[que]toutcequivousaempêché demerépondrec'estledémon quiàl'âgequevousvenezd'atteindrevoustient encoreassujettiàjenesaisquellepréoccupation,ou hantise,quelasservissementàlasexualité Laconsciencedehaine,quimènetout,aplusieurs moyensdetenirleshommesquiparmomentscrurent vouloirfaireeffortpourfairesauterlabestialitéet
1.AllusionauxrelationsdePicassoetdeFrançoiseGillot.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 545

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 392

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 396

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant