Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

La Nouvelle Revue Française N° 545

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 392

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 396

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
LANOUVELLE REVUEFrançaise
L'Oiseau
Queplusriensurcettetablenechange deplace. Lecendrieràportéedemain,leplumieretla lampe.Aucentrelepapier,àgauchel'éphéméride etlacagedel'oiseau. Quel'oiseauchaquematinentonnelethème.Infi-niesvariationsàtranscriresurlapagejusqu'àlader-nièrenote.
Aumilieudeschamps,àpeudedistanced'une rivièreetd'unecolline,unemaisonédifiéeilya longtempsretientdesescharmesl'espritdu pro-meneur.Sonapparenceestcelled'unefermeentou-réedequelquesdépendances.Ladouceurdela lumièrefaitqu'enchaquesaison.
Ilpleuvait,premierprintemps,puislesoleil,puis l'averse,puislesoleil. Unpoèmecommencésurlepapier. Beaucoupderéminiscences. Lamaisonestlamêmeaumilieudeschamps,les champssontlesmêmes. L'oiseausetait.
LaNouvelleRevueFrançaise Destempêtesdeneige,depluieetdevent,des orages. Ettoutàcoupdesfeuillesausureau. Ettoutàcoupdespâquerettesaupré. Etl'épinenoireenfleurs,chatonsdespeuplierset dessaules,feuillesdesmarronniers,arbresrosesdans lesclos,premièrestulipes,coucousdansl'herbehaute. Leprintempstropvite,tropattendu.
Unepageécritesurunefausselancée,uneautre suruneautre,etsuruneautre. Folleimpatience. Toutestdansl'ordre. Peut-êtresupprimerl'éphémérideets'entenirà cetempsdel'année.Queriennechange.Comment savoir.Maisilnes'agitpasdesavoir.
Oubiendécrireletrajetd'unpointàunautre, lieuxsichersqu'onnelesnommeplus. Unvagabond. Ilcontinuedemarcherets'arrêtesouventpour suivresapenséequiluiéchappe.Ilenritetfixealors sonattentionsurleshumbleschosesduchemin.
Uneplainesedessinentdesbosquets,desprai-ries,desespaces cultivés,deshabitats,maislointai-nement,enveloppésdebrume,indifférentsoucomme soustraitsauchangementsdesaisonsetauxartifices delalumière.
Choisirentremobileetimmobile. Écouterl'oiseau. Ilnesaitquechanterousetaire.Ignorelesques-tions. Quelleoreilletendre,quelœilouvrirpourêtre fidèleàl'idéequ'onsefait.
L'Oiseau Ou nepaschoisir etbrodersurlesdeux,cequi passeetcequidure,sansplusd'inquiétude,àloisir, jusqu'àladernièrenote. Maislatêteregimbe,elleestpourlechoix, comments'endépartir. L'oiseauchante.
Ceseradoncdansledénuement,sansraisonappa-rente,queseconstitueralafable.Auhasarddece quis'estpremièrementrévélécommepropice. Queriennechangeouquetoutchangeselonun modeimperceptible. Infimesinfiniesvariations.
Unvagabond.Lemaîtreencore.Réchappéd'une catastropheoucommesideledireliquidaittoute éventualitédemal. Pardessentiersgrisconduireleprintempspoussif, l'aiguillonneraumoyendesurprises. Iln'yauraitderenouveauqu'àforcedevouloirici dujaune,duvertetdublanc.Aveclehasardpour complice.
Dessentiersgris. Ouvrirl'œil,tendrel'oreille. L'oiseauchante. Ildiraitmonamidemillefaçonsnouvelles,écla-boussantmotif,victorieuxàchaquetrille. Nes'inspireque duthèmeinitial,celuidupremier merle,etl'ajusteaujourd'hui.
Proiedeschimères delanuitl'errantcontinuede marcher.Versunevillefantoche,vieilaiguillondu goûtdevivreoucommesideledire. L'oiseaurestedanssacagelavillebourdonne, fixéeàjamaisdansl'espaceidéal,ruelles,carrefours,
LaNouvelleRevueFrançaise petitpeupleaffairé,recoins,ombrages,hirondelles, églisecarillonnante.
Desdeuxcitéscelledel'oiseauestsalvatrice.Le maîtreunjourlaferasienne,loindesmiragesnoc-turnes. Paisiblementlimiterlechampdel'acte. Paisiblementreprendresurlapagel'ébauche d'écrit.
Ildiraitmonamisansautreraisonquedeledire, commeonrespire. Untrille,unevocalise. Lemaîtrel'écoutesanscomprendre,harcelépar sonsoucidelogique.Unmots'ajoutedifficilementà l'autre,laplumeserefuseàsalirlepapier.
Supprimerl'éphéméride. Queriensurcettetablenedérangenifloraisonni murmure.Lejardinpasplusquelavillesecrètene s'inquiètentd'accidents. Permanence. Cettejoieintrouvablepourquilacherche.
Fausselancéeenregarddequeltrajet,nulnemène ailleurs.Limiterlechampdel'acte. Leshumbleschosesduchemin. Maislapromenaden'estpascommencée.Latête regimbe.Toutcequiestditdupaysagenesemble queredites,ilfaut duneuf.
Récrire. Unemaison réminiscence. Perdrelatête. seau.
vieille.Deschampsalentour.Nulle L'œiletl'oreillepourseulsguides. Proposimpossibleàmoinsd'êtrel'oi-
L'Oiseau Acesmotslechanteurquittesacageetvase perchersuruntoit.
L'errantrestesursachaiseetditjerenonceau poème,qued'autresleprennentencharge. Orl'écritestindélébile.Mouvementamorcé,plus detrêve.Ilfautpoursuivresansautreraison. L'oiseauchante.
Redireréchappéd'unecatastrophe.Qu'ellen'ait pasoun'aitpaseulieu. Ilyadubleuetdugris,dunoird'orage.Larivière débordesurlesbassesterres,lescerisierssefanent. Leventdérange,bouleverse,éparpille. Confondrepoèmeetpromenade,telseraitl'enjeu. Maislesmotssurlapagediffèrentdeceuxqu'entend l'oiseau.
Sortirdurêve.Ilyauneméditationdujour.Que lepremierpasdehorsenrythmeladurée. Passéleportaillaplaines'étend,vallonnéejustece qu'ilfautpouranimerlesperspectives. Dugriset dubleuetlevertdel'herbe.Lapro-menadeseraitcommencée. Maisquilatentesinonlamainquiécrit.
Garderlatêtequiméditedansledénuement.Que fairedelasurabondancedessignes.Autrechose qu'uneromanceouqu'unthéorème. L'oiseausetait.Ignorelesquestions. Chantdifficile.Joieintrouvableetpourtant. Lemotjoie.L'écrireailleurssansl'aidedelaplume.
Oulepenser,cemotdifficile,suffiraitàlefixer ailleurs,écritailleurs,selonsaloi. Lepenserouledire,ilestécrit.
LaNouvelleRevueFrançaise Oulepeindre,vertetbleu,sansfloraisonnimur-mure,ilfleuritetbourdonne. Secrètementtracéavantmêmed'êtredit,dansce lieuquelepeintrenilediseurn'ontjamaisparcouru. Modestementseraitlemoyen. Pardessentiersgrisconduirel'ineffablequeni hasardniraison. Aforcedevouloir,àforcedefaiblir,enfindes larmes. Unejoiesansartifice,profondecommeuneplaie. Écouterl'oiseau.Desecretaucun.Ilrejointsacage etmultipliesesvocalises. Pluie,soleil,pluie,premierprintemps,prairieen fleurs,iris,églantineetsureau.
Quelvagabond,quelmaître,quelerrant,réminis-cences.Iln'yaqu'unchantàproduire,rythmépar cettepromenade. Etpourquoidumouvement.Immobileestl'oiseau, immobileseralafête.Nulbesoindepasserleportail nidesortirdurêve. S'ilyaméditationdujour,qu'ellesefassedevant lafenêtre,àl'abridesintempéries. Orvoicilesoleil,denouveauonestdehors,per-plexe.
Modestementreprendre. Aumilieudeschamps,àpeudedistanced'une rivière,unemaisonédifiéeilyalongtemps.Oupeut-êtrehier.Ignorantedesescharmes,lamêmeen chaquesaison. Laplainesedessinentdesbosquets,deshabitats, desprairies,ignorantedupoème. Asatableplusriendésormaisnechangerade place.
L'Oiseau
D'orageaucun.Depluieoudetempêtenonplus. Defleurscertainesmaisinnommées,deventunpeu, commeonrespire. Signerlerenouveaudelamainquiécrit. L'enjeuneseraitpasdemise. commence,finitlafable,nepassavoir. L'oiseaus'égosille.
Lavilleproche,ruelles,carrefours,petitpeuple affairé,églisecarillonnante. Plusbesoindetendrel'oreillenimêmed'ouvrir lesyeux. Plusbesoindedécrirenimêmed'espérer. Direleprintempssansautrefinquedeledire,et monamipareillement,etcettejoie,qu'ellesoit, qu'elles'éternise. ROBERTPINGET
LaNouvelleRevueFrançaise J'habiteIvry.J'aipassépar9ansd'internement, desous-alimentationetdefamine,compliquésde3ans demiseausecret,avecséquestration,molestations, cellules,camisoles,etcinqmoisd'empoisonnements systématiquesàl'acideprussiqueetaucyanurede potassium,auxquelsvinrents'ajouteràRodezdeux ansd'électro-choc,ponctuésde50comas,j'aidansle doslescicatricesde2coupsdecouteau,etlesterribles séquellesducoupdebarredeferquiàDublin,en septembre1937,m'ascindéendeuxlacolonnever-tébrale,c'estvousdirequedanscesconditionsj'ai dumalàtraînermoncorpsetqu'iln'estpastrès amicaldem'avoirinduitàcharrierdéjàcinqfoismon corpsd'IvryàlaruedesGrandsAugustins,celaen pureperte. Ilsepeutquemespoèmesnevousintéressentpas etquevousnejugiezpasquejevaillelapeined'un effortmaisilauraitfalluaumoinsmeledireetme fairel'honneurd'uneréponsequellequ'ellesoit. L'heureestgrave,PabloPicasso,leslivres,lesécrits, lestoiles,l'artnesontrien,cequijugeunhomme c'estsavieet nonsonœuvre,etqu'est-ellesinonle cridesavie. Monœuvreestcelled'unhommesouffrantmais chaste, jevisseul et jecroisqueplus[que]toutcequivousaempêché demerépondrec'estledémon quiàl'âgequevousvenezd'atteindrevoustient encoreassujettiàjenesaisquellepréoccupation,ou hantise,quelasservissementàlasexualité Laconsciencedehaine,quimènetout,aplusieurs moyensdetenirleshommesquiparmomentscrurent vouloirfaireeffortpourfairesauterlabestialitéet
1.AllusionauxrelationsdePicassoetdeFrançoiseGillot.