Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

La Nouvelle Revue Française N° 561

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 314

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 425

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
E.M.CIORAN
Exaspérations
ÉtangdeSouston,deuxheuresdel'après-midi.Je ramais.Toutàcoup,foudroyéparuneréminiscencede ocabulaiisofnoavail(riennesertàrien).Si v reAU j'avaisétéseul,jemeseraisjetéinstantanémentàl'eau. Jamaisjen'airessentiavecunetelleviolencelebesoinde mettreuntermeàtoutça.
Dévorerbiographieaprèsbiographiepourmieuxse persuaderdel'àquoibonden'importequelleentreprise, den'importequelledestinée.
JetombesurX.J'auraisdonnétoutaumondepour neplusjamaislerencontrer.Devoirsubirdetelsspéci-mensPendantqu'ilparlait,j'étaisinconsolabledenepas disposerd'unpouvoirsurnaturelquinousannihileraitsur-le-champtouslesdeux.
LaNouvelleRevuefrançaise
Cecorps,àquoisert-ilsinonànousfairecomprendre cequelemottortionnaireveutdire?
Lesensaiguduridiculerend malaisé,voireimpossible, lemoindreacte.Heureuxceuxquin'ensontpaspourvus! LaProvidenceauraveillésureux.
Àuneexpositiond'artoriental,unBrahmaàtêtes multiples,déconfit,morose,abrutiaudernierdegré. C'estdanscetteposturequ'ilmeplaîtdevoirreprésenté ledieudesdieux.
Excédépartous.Maisj'aimerire.Etjenepeuxpas rireseul.
N'ayantjamaissucequejepoursuivaisdanscemonde, j'attendstoujoursceluiquipourraitmedirecequ'ily poursuitlui-même.
À laquestionpourquoilesmoinesquilesuivaient étaientsiradieux,leBouddharéponditquec'étaitparce qu'ilsnepensaientniaupasséniàl'avenir.Ons'assom-brit,eneffet,dèsqu'onsongeàl'unouàl'autre,eton s'assombrittoutàfaitdèsqu'onsongeauxdeux.
Dérivatifàladésolationfermerlongtempslesyeux pouroublierlalumièreettoutcequ'elledévoile.
Dèsqu'unécrivainsedéguiseenphilosophe,onpeut êtrecertainquec'estpourcamouflerplusd'unecarence. L'idée,unparaventquinecacherien.
Exaspérations
Dansl'admirationcommedansl'envielesyeux s'allumentsoudain.Commentdistinguerl'unedel'autre chezceuxdontonn'estpassûr?
Ilm'appelleenpleinenuitpourm'annoncerqu'ilne peutdormir.Jeluifaisunvéritablecourssurcettevariété demalheurquiest, enréalité,lemalheurmême.Àla finjesuissicontentdemaperformancequejeregagne monlitcommeunhéros,fierdebraverlesheuresqui meséparentdujour.
Publierunlivrecomportelemême qu'unmariageou unenterrement.
genre
d'ennuis
Ilnefaudraitjamaisécriresurpersonne.J'ensuissi persuadéque,chaquefoisquejesuisamenéàlefaire, mapremièrepenséeestd'attaquer,mêmesijel'admire, celuidontjedois parler.
«EtDieuvitquelalumièreétaitbonne.» Telestaussil'avisdesmortels,àl'exceptiondusans-sommeilpourquielleestuneagressionetuneblessure, unnouvelenferplusrudequeceluidelanuit.
Ilarriveunmoment sonlustreet,détériorée, tout-à-l'égout.
lanégation rejoint,comme
elle-même perd lesévidences,le
SelonLouisdeBroglie,ilyauraituneparentéentre «fairedel'esprit»etfairedesdécouvertesscientifiques, espritsignifianticilacapacité«d'établirsoudainement desrapprochementsinattendus». S'ilenétaitainsi,lesAllemandsseraientimpropresà innoverenmatièredescience.Swifts'étonnaitdéjàqu'un
LaNouvelleRevueFrançaise
peupledelourdaudsaitàsonactifunsigrand nombre d'inventions.Maisl'inventionnesupposepastantl'agilité quelapersévérance,lacapacitédecreuser,defouiller,de s'entêter.L'étincellesurgitdel'obstination. Rienn'estfastidieuxpourceluiqu'entraînelamanie del'approfondissement.Imperméableàl'ennui,ils'éten-draindéfinimentsurn'importequoi,sansménager,s'il estécrivain,seslecteurs,sansmêmedaigner,s'ilestphi-losophe,lesprendreenconsidération.
Jeraconteàunpsychanalysteaméricainque,dansla propriétéd'uneamie,j'aifait,élagueurinvétéré,unechute quiauraitpum'êtrefataleenm'acharnantcontreles branchesdesséchéesd'unséquoia.«Cen'estpaspour l'élaguerquevous vousêtesacharnécontrelui,c'estpour lepunirdedurerpluslongtempsquevous.Vousluien vouliezdevoussurvivre,etvotredésirsecretétaitde vous vengerenledépouillantdesesbranches.» .C'estàvousdégoûteràjamaisdetouteexplication profonde.
UnautreYankee,professeurcettefois-ci,seplaignait denepassavoirsurquelsujetaxersonprochaincours. «Pourquoipassurladestructionoulevertige,surle chaosetsoncharme? C'estpourmoichoseinconnue. Jen'aijamaissubicegenred'envoûtement»,merépondit-il. Ilestplusfaciledes'entendreavecunmonstrequ'avec l'opposéd'unmonstre.
JelisaisLeBateauivre àquelqu'unquineleconnaissait pasetquid'ailleursétaitétrangeràlapoésie. «Ondiraitqueçavientdutertiaire»futsoncommen-
LaNouvelleRevueFrançaise
résinessynthétiquesontpermisdepuispeudemedoterd'un corpsentièrementtransparent,laissanttoutdevinerdujeudes musclesetdesorganesartificiels.Lesfilsetlesconduitsyont detrèsjoliescouleursetjemefaisparfoisl'effetd'ungadget àlamode.Mamèreainsistépourquel'onenfermesousce plastique,dansunepoched'airetd'eauspécialementconstituée, unauthentiquepoissonrouge.Seulélémentvivantdansce désertsynthétique. Surleplanpsychique,ilestindéniablequej'aiévoluéetje mesurprendsparfoisàimaginerLindasemblableàmoi-même etdifférentecependant,avecuncorpspolietsomptueuxà caresser,douceetfroideautouchercommecesfigurinesde Chiparusquimimentsibienlavoluptésouslesapparences dumarbreetdel'ivoire.Commesilachairm'étaitdevenue étrangère,insoupçonnableetlointainesilointaineautoucher. J'acquisainsipeuàpeul'hyperréalitéd'uncadavreanimé quiseraitmoisanspouvoirplusjamaisêtremoi,quineserait plusqu'unesuperbeapparencedelavie.J'apprisàsingeret mimer monproprecorps.Noncommeunmannequin,mais commeundoublemortqu'onanimeraitmécaniquement. QuantàLinda,Lindam'aimetoujours.Nousavonsfait l'amourcesoir,inaugurantnotrenouvelleprothèsemécanique, plusrigideetplusfroidequel'autrecertes,maisd'unesibelle apparence.Linda,elle,esttoujoursintacte.Monsexeartificiel étantdotéd'uneréserveséminalerégulièrementapprovisionnée enspermatozoïdesdelapremièrefraîcheur,jepourraismême fabriqueretavoirunbébénormalenchair.Cettechairqui semblepourtantinutile,commesil'hommepouvaitseréduire àsaseuleimage. L'expériencenousfutlongtempsbénéfique.Elleresserraentre Lindaetmoicertainsliens,créadeszonesdecontactqui n'avaientjamaisexistéauparavant.Commesinousétionsdeve-nusplussensiblesl'unàl'autreetàchaqueparcelledenotre corps.Jenesaisquandcelacommençaàchanger.Cefut d'abordunimperceptiblemalaise,lesentimentqu'unfilténu quelqueparts'étaitrompu.Jecessaidemenourrir,deboire,