La Nouvelle Revue Française N° 384

De
Gérard Macé, Crepereia Tryphaena
Albert Memmi, Poèmes
Henri Raczymow, Le pays de la cendre
J. M. G. Le Clézio, La conquête divine de Michoacan (II)
Chroniques :
Alain Clerval, Anatole France
Henri Thomas, Amorces
Bernard Rajben, Continuité et dissidence à Vienne
Jean Clair, S. D.
Notes : la poésie :
Louise Herlin, Œuvres complètes, de René Char (Gallimard)
Notes : la littérature :
Janine Aeply, Le Corricolo, par Alexandre Dumas (Desjonquères)
Claude Dis, Rêver à la Suisse, par Henri Calet (Pierre Horay)
Notes : le roman :
Jean Pfeiffer, Lamentations des ténèbres, par Jean-Paul Goux (Flammarion)
Notes : la philosophie :
Thierry Cordellier, Les Cahiers de La Nuit surveillée : Emmanuel Lévinas (Verdier)
Notes : les essais :
Francine de Martinoir, La tyrannie de l'imprimé, par Marthe Robert (Grasset)
Michel Jarrety, Le sac de Rome, 1527, par André Chastel (Gallimard)
Francis Wybrands, La peinture, masque et miroir, par Jean-Marie Pontévia (Éditions William Blake and Co)
Notes : lettres étrangères :
Christine Jordis, Journaux, de Lewis Carroll (Christian Bourgois)
Jean Blot, Bonne nuit, par André Siniavski (Albin Michel)
Laurand Kovacs, Bayoun ou Le voyage en Chine, par Adolf Muschg (Gallimard)
Notes : la musique :
Alain Suied, Autobiographie à travers la correspondance, de Giuseppe Verdi (Lattès)
Notes : les arts :
Jean Revol, Antoine Watteau (Grand Palais)
Florence de Meredieu, Jean Le Gac, par Catherine Francblin (Art Press-Flammarion - Musée d'art moderne de la ville de Paris)
L'air du mois :
Philippe Nathaniel, D'autres villes
Pierre Bourgeade, Une partie de golf
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072381676
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
GÉRARDMACÉ
Crepereia
Tryphaena
Nousnetenonspas,disait-il,àdesouvragesdelongue <r haleine,àdesêtresfaitspourdurerlongtemps.Noscréatures neserontpointdeshérosderomansenplusieursvolumes. Ellesaurontdesrôlescourts,lapidaires,descaractèressans profondeur.C'estsouventpourunseulgeste,pouruneseule parole,quenousprendronslapeinedelesappeleràla vie.» BrunoSchulz, Traitédesmannequins
C'estgrâceàunnomdefemme,aussimystérieuxque leslettreseffacéesd'unalphabetancien,aussidifficileà retenirqu'unelangueapprise etjamaisparlée,quem'est revenunonlesouvenird'unrêve,maislesouvenird'avoir rêvé.Commeunerimeenproseappelled'autresmots, formantunrécitquicommencepeut-êtreparlafin,le nomdeCrepereiaTryphaena(quej'entendisprononcer d'abordparunamiétranger,aucoursd'uneconversation nousétionspassésplusieursfoisd'unelangueàl'autre) évoqueaujourd'hùiuncollierdéfait,unordécoloré, la
LaNouvelleRevueFrançaise
muettearticulationdel'osetdel'ivoire.Etplutôtque latraîneabsented'unehéroïne,l'humiliationd'unenfant devantuncoupledemariés.Maiscommentenarriversansremonteraudéluge,oudumoinssanss'arrêterau bordduTibre,pesasipeudetempslepasterrestre deCrepereia? Venantd'Orvietolemarbreveiné,levertdeslézards, ledeuiletl'étés'accordentpourdonnerl'impressionque l'oublid'unmot,d'unfragmentdeversoud'unnom propreestunechanceouvrantsurungouffre,j'avaissuivi laviaFlaminiapourarriveràRomeparlaPortedu Peuple.PassantparViterbe(le«ruisseaudesesfilles» courantaumilieudelavillemorte,etjusqu'àlaboutique del'embaumeurilestinterditdeblasphémer),j'avais traversélazoneétrusqueetdesrégionsmarécageuses jusqu'ausiècledernierl'auréoleméphitique»ainsique l'appelaientcertainsvoyageurs),accompagnéenespritpar Champolliondontj'avaislulabiographielesderniers joursdejuilletnonseulementilavaitsuivilemême itinérairepourvenirdéchiffrerleshiéroglyphessurles obélisquesdeRome,maisilavaiteusurceterritoireune intuitionamoureusequelevoyageenÉgypteet lamort neluilaissèrentpasletempsdevérifier,mêmes'ilapris lapeinedel'écrire.J'avaissurmoicevraipasseport,un fragmentdelettredanslequelilchargesondestinataire detransmettreunmessageàuncertainOrioli«Dites-luidemarierl'Égypteàl'Étrurie;ellesseconviennent l'uneàl'autre.J'aitoujourssoupçonnéqu'ellesavaient eujadisquelqueintrigueensembleetjecroisquenous parviendrabientôttouteleurcorrespondancesecrète.Un billetdouxenhiéroglyphesrépondantàunbilletdoux enétrusquedevaitêtreunechoseattendrissante.Maisle faitaeulieu,jen'endoutepaslesscarabéessontles
CrepereiaTryphaena
gagesd'untendresouveniretd'unvieilattachement mutuelentrecesdeuxantiquescontrées.» Jenesavaispas,enrecopiantceslignesl'éruditse souvientdel'amoureux,etpeut-êtreplusencored'un enfantquiappritàlireencachette,àquelpointelles seraientliéespourmoiausecretdelafiliation,àcette sortedeblasonquelamémoirechercheenvainàredorer.
Cenomcrépiteaujourd'huilafoudre,jel'aid'abord entenducommes'ilrésumaitàluiseullemutismedu monde,maisunmutismedéchaîné. EtquandéclataundecesoragesquifontdeRome unearchequisombre,ouplussimplementunbateauqui prendl'eau(jefinissaisdedîneràlaterrassed'Archimède, faceàl'éléphantdelaMinervequisembleavoirtraversé lesAlpesaveclesarméesd'Hannibaletqui tientsurson dosdepuistroissiècles,enéquilibreinstable,unobélisque prêtàsefracasser),jen'avaiseuletempsnideretenirni defairerépétercenomprononcécommeunmotdepasse, etquidevaitmemenerlelendemainàl'entréeduCapi-tole,pouryvoird'abordunenoceentraindeposerpour lephotographe;puis,enlevantlesyeux,ceslettresenfin lisiblesau-dessusdelaported'entrée,majusculesjusque-détachéesdetouteécriture
CREPEREIATRYPHAENA,
c'est-à-direl'allitérationdudésiretdusecretquis'ébruite aucœurdesmots,maisaussil'anagrammed'unnom vivant,le«mannequin»d'uneautrefemme,coifféenue etnoireaucreuxd'unlittropréel,oubienperduedans
LaNouvelleRevueFrançaise
UnofficierenseconddesIrishGuards,magnifiquedanssa tenuerouge,coifféducasquecolonialdeliègeclair,labaguette decommandementsouslebras,sortitduclub-houseàpas comptés,etvoyantquenouscontinuionsdejouersedirigea sanshésiterversl'extrémitédugreen,suivid'unnégrillonen gandourahgris-bleuquileprotégeaitd'uneombrelleblanche, tenuehautau-dessusdesatête.Raidecommeunpiquet,il s'immobilisaetattenditàsixpasduderniertrou.LordHerodus sebattaitavecsahargnehabituelle.Ilavaitmauvaiseallure maisfrappaitfort.Laguerre?Unsportdebrutespratiquépar desgentlemen.Ilgagnale5,nouspartageâmesle6,jegagnai le7,ilgagnale8,nous noustrouvâmesàégalitéavantle9. Jel'emportai,ayantréussiunputtdedixmètres.Jerendis macanneaucaddy.«Bienjoué,monsieur»,ditcelui-ci.Je pensaiqu'ilétaitpeut-êtreunespion,PalestiniensetIsraéliens n'hésitantpasàutiliserdesenfantscontrenous,sesyeux paraissaientbrillerd'admiration,jelevispendu,onn'apprend pasàunvieuxsingeàfairedesgrimaces.«Merci,monvieux, dis-je.Jesauraitereconnaître.Vousavezlamainparticu-lièrementsûre,cesjours-ci,SirPonce!»ditLordHerodus. Nouséchangeâmesunvigoureuxshake-hand.«Quediriez-vousd'unenicecupoftea,monsieur,dis-jeauTétrarque.On secroiraitauClub,souslesombragesdeStrafford.Volon-tiers.»L'officierfittroispas,suividunégrillonportantl'om-brelle,secassalégèrementendeux,portantsamainraidieau rebordducasque.«Lesrabbinsparaissentdécidésàobtenirde vousuneaudience,monsieur.Ilscraignentquevousnerelâchiez l'agitateur.C'estvous,Carrington?dis-je.Ilmesemblevous avoirrencontréàLahore,deuxannéescefut,aubrasd'une joliemétisse.Pourvouscomplaire,GracieuxLord,dit-il. Cetterugueuseavaitletuyausec,maisgentleAmourhuilale passageàlasemence.C'estunsouvenirquienvautd'autres, qued'autresnevalentpas.Lahore?Jevoisdelourdsnuages, uncieldemoussonpesantsurdespalaisdépenaillés.Pourquoi gémir?Lafemmemortenenousentendpas,lafemmevivante moinsencore.Parlacornedubuffle,Messeigneurs,plusvite quelespluiesdeprintempslesdésirssuccèdentauxdésirs,et
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 350

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 216

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 320

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant