La Nouvelle Revue Française N° 392

De
André Dhôtel, La route
Jacques Réda, Ex Ponto, V
Jean-Noël Vuarnet, L'Ensorcelée
Lydie Dattas, La Nuit spirituelle
Pierre Leyris, Melville rencontre Hawthorne
Herman Melville, Hawthorne et ses Mousses
Chroniques :
Leonardo Sciascia, Mata Hari à Palerme
Gianni Vattimo, Vérité et piété
Jean Clair, S. D.
Notes : la poésie :
Daniel Leuwers, Gisants, de Michel Deguy (Gallimard)
Notes : la littérature :
Jean-Luc Coatalem, Correspondance, de Victor Segalen et Henry Manceron (Le Seuil)
Notes : le roman :
Max Alhau, Le croc des chiffonniers, d'Henri Thomas (Gallimard)
Francine de Martinoir, Douce lumière, de Renée Massip (Gallimard) - Le parcours du brigadier Sonloup, d'Irène Monési (Gallimard)
Tarcis Dey, Parias, de Pascal Bruckner (Le Seuil)
Notes : la philosophie :
Thierry Cordellier, Les problèmes fondamentaux de la phénoménologie, par Martin Heidegger (Gallimard)
Notes : les essais :
Michel Jarrety, La subjectivité littéraire autour du siècle de saint Louis, par Michel Zink (P.U.F.)
Jean Philippe Guinle, Le moment Guizot, par Pierre Rosanvallon (Gallimard)
François Trémolières, Prospero et Caliban, d'Octave Mannoni (Éditions Universitaires)
Alain Clerval, Le bal masqué de Giacomo Casanova, de François Roustang (Éditions de Minuit)
Hervé Cronel, ... Et demain, l'Afrique, par Édem Kodjo (Stock)
Notes : lettres étrangères :
Jean Luc Gautier, Les aventures de Sindbad le marin (Phébus)
Richard Millet, Sur les bords de l'Issa, de Czeslaw Milosz (Gallimard)
Laurand Kovacs, Tarabas, de Joseph Roth (Le Seuil)
Janine Aeply, Défauts dans le miroir, de Patrick White (Gallimard)
Jean Blot, Paysages de papier, de Vassili Axionov (Gallimard)
L'air du mois :
Philippe Giraudon, Le Solitaire
Textes :
René Daillie, Anciennes voix malaises
Anonymes, Quarante pantouns malais
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072387531
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFrançaise
ANDRÉDHÔTEL LaRoute
Untravaild'amateur,ditVincent. C'étaitunebaguefaited'unentrelacsdetrèsfinsrubans d'or.Bienquecetanneaueûtunedimensionnotableil paraissaitinfinimentlégeretsubtil.Lajeunefillequile portaitavaitdesmainspresqueenfantines. Vousêtesexpertenjoaillerie,dit-elle. Jen'yconnaisabsolumentrien.Jesuispeintre. Unartistetoutdemême. C'est-à-direpeintreenbâtiments. Ilajoutaaprèsunsilence Ilm'arrivedefairedesaquarelles. Enamateur? Pourquoipas? Uneaffreuseconversation.Lajeunefilleavaitunevoix musicaleetparlaitaveclaplusgrandeindifférence. VincentétaitvenuauhameaudeRieuxàunrepasde fêtechezsononcle.Ilenavaitprofitépoursaluerune famillequ'ilconnaissaitdanslamaisonvoisineoù onlui
LaNouvelleRevueFrançaise
avaitprésentéJustine,uneétrangèreelleaussienvisite etrépondantàquelqueinvitation.CommecetteJustine n'étaitpassansbeauté, Vincentpritlapeinedesortir quelquesmotsetilsavaientditn'importequoi.Maisce genredebeautéaussibienquelesparolesdelajeunefille etlessiennesétaientdemeuréesdanslepurnéant,etil avaitoubliélarencontreàpeines'était-ilretirépourpasser chezl'oncle. Ilavaitneigé etdemincesfloconstombaientencore. Cefutuneoccasionpourparlerdutempsauvieiloncle quiétaitsourdetàquionnesavaittropquoidire.Mais ilfautbienentretenirlesliensfamiliaux.Vincentavait prisunautobuspourgagnerlehameaudeRieuxetassister àcepetitrepasdefête.Oui,l'hivers'annonçaitdebonne heureetilseraitlongcommeentémoignaitcetteblanche nuitdedécembre. Tupeuxcoucheràlamaison,ditl'oncle,carjene voispaspar quelmoyendetransportturegagneraisAigly. Jerentreraiàpieds,réponditVincent.Cinqkilomètres c'estunesimplepromenade. VersminuitdoncVincent,aprèsavoirsaluélacompa-gnie,semitenchemin.Laneigequirecouvraitleschamps d'unecoucheassezabondanteétaitdéjàtasséesurlaroute. Ellerépandaitalentourunefaibleclartésuffisantepour voiràtrentepaslestalus,lelongdelacôtequimenait auplateaud'Aigly.Maissurlahauteurleregardseperdait dansl'égaleblancheurduplateau.Vincentcrutd'abord faussementdistinguerdeslointains,maisildutbientôt s'appliqueràrepérerdevantluilaroutequ'aucunfossé nebordait. Ilmarchad'ailleursavecbeaucoupplusd'assurance qu'ilnejugeaitpossiblesurlerubangeléquisedéroulait soussespiedscommeuntapis.Maisceplateauest interminableetils'arrêtadevantuneborne,ilputlire
LaRoute
àlalueurdesonbriquetqu'Aiglyétaitencoreàtrois kilomètres.Cefutalorsqu'ilsepritàécouter. Quoiquelavasteétendueneigeusenepûtqu'étouffer touslesbruits,ileutlasoudainecertitudequ'iln'était passeul.Dansunsilenceabsoluquelqu'unmarchaitsur laroute.C'étaitextraordinairedesavoircela,puisqu'il n'yavaitaucunepossibilitédepercevoirleplusléger froissement.Iln'hésitapasuninstant.Ilrebroussachemin nonsanshâte.S'ilyavaitquelqu'unquis'avançait,ce nepouvaitêtretrèsloinetildevaittomberdessus. Personne.Ilreconnutqu'ils'étaitlivréàquelqueima-gination,sansdouteàcausedusilencemêmequidans lanuitparcetteneigeuniformesuggéraituneviecachée. Ilrepritsoncheminetpuisauboutdequelquespasil eutdenouveaulacertitudequequelqu'unmarchaitsur laroute,maiscettefoisdevantlui.Ilsemitàcourir.Sur cetteneigeglissantec'étaitpeuprobablequ'unpassant songeâtàsedépêcherplusqu'iln'étaitnécessaire.Bien sûriln'yavaitpersonne.Ils'arrêta,denouveauseredit qu'iln'yavaitpersonne,avectoutaussitôtlesentiment encoreplusvifd'uneprésence. Est-cequ'unmarcheurpasseraitdansleschampspar quelqueraccourci?Lacouchedeneigen'étaitpastellement profonde,maisquis'aviseraitdequitterlarouteparfai-tementcommodeettoutedroitejusqu'aufaubourgd'Ai-gly? Vincentneparvintpascependantàécarterdesonesprit laconvictionquequelqu'unl'accompagnaitpourainsi dire.Ilsesouvintdelajeunefillerencontréeaudébut delasoiréechezlesvoisinsdel'oncle.Peut-êtreelle-mêmerevenaitàpiedàAigly.Maisencecasiln'aurait pasmanquédevoirsonombrecontrelaneige,aussi fuyantequefûtcetteombre.Etsiellesetrouvaitaux alentourspourquoisecacherait-elle?NéanmoinsVincent
LaNouvelleRevueFrançaise
fitdesoudainscrochetsversladroiteetverslagauche. C'étaitabsolumentvain,maisilneputs'enempêcher. Est-cequequelquevagabondmystérieuxquiconnaissait bienlacampagneseseraitmisenpeinedegagnersecrè-tementunefermeisoléepouryaccomplirquelquelarcin? Iln'yavaitpasdefermedanslesenvironsetpas non plusdevagabondnidejeunefille.Labeautédecette jeunefilleluirevintenmémoire,maisellerestaitencore dansl'idéal. IlsehâtaversAigly,soucieuxd'échapperàunesorte dehantise.Sansdoutedansunenuitimmobilecomme cettenuit-làcertainsrêvespeuventprendreledessus.Le faitd'êtrebienéveillén'empêchepasdesubirl'influence d'unmiragedontlaseulecause estunepenséevenue d'ailleursetquis'abatsurvous,incompréhensibletoutà fait.Cetteidéed'uneaffaireextérieurelepoursuivitencore lorsqu'ilfutrentréàlamaison,etlelendemainmatinil retournasurlaroutetoujoursenneigéeafindesurprendre quelquetraced'unpassageinvraisemblable.Siunper-sonnages'étaittrouvédanslesenvironspendantlanuit, sedérobantets'arrêtantparfoispouréchapperàl'atten-tion,ilauraitpeut-êtreàunmomentdonnélaisséquelque empreintesurlebas-côtéouenpleinecampagne.Vincent croyaitnécessaire,pouravoirl'espritenpaix,des'assurer qu'unesortedecréaturehorslaloin'avaitpaspumener cettenuit-làonnesavaitqueljeu. Laneigeétaitentouslieuxparfaitementunieetdépour-vued'empreintessinoncellesdequelquespattesd'oiseaux. «Biensûr,biensûr»,serépétaitVincenttoutenfouillant duregardlesalentours.Enfinilremarquaunesorted'en-tailledanslaneigeàlalimitemêmedutracégeléqui marquaitlaroute.Uneentaille?Plutôtuncreuxcomme peutenfaireunobjetquitombe.Ilsebaissaetilfut infinimentsurprisdedécouvrirunebaguebrillantdans
Onvoits'agiterundrapeau Bienclair,duhautdelacolline. Impatient,lecœurtefaut, Etsilongueattentetemine.
Situveuxdupaddy,dis:dupaddy, Quejenevannepascerizpourrien. Sic'estmoiquetuveux,tumeledis, Quejenemelanguissepassansfin.
Jeunechevrotainsortidel'enclos, Unepattecassée,pauvrechéri Septansquelevolcanbrûlelà-haut. Et tun'envoislaflammequ'aujourd'hui
Martinetsau-dessusdelacolline, Palétuvierssurlariveàfoison. Mapassionn'estpaschosemesquine, Toi,lepoisonetlecontrepoison.
Onteinteauhennélesonglesgracieux, Onversel'eauderosepourlebain. Toiseuleestlaprunelledemesyeux, Lepoisonbu,remèdesouverain.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 561

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 568

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 426

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant