Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La Nouvelle Revue Française N° 398

De
128 pages
D.H. Lawrence, Manifeste
Yves Peyré, La journée incertaine
Noël Devaulx, Instruction civique (Fin)
Chroniques :
Jean-Yves Pouilloux, Jean Paulhan. Les mots qu'il faut
Henri Thomas, Amorces
Jean-Rémy Mantion, L'expérience du Quattrocento
Chroniques : les arts :
Jean Revol, La distribution des prix
Notes : la poésie :
René Daillie, Visitation de Jean-Pierre Lemaire (Gallimard)
Notes : la littérature :
Janine Aeply, Mémoires sur Louis XV et Madame de Pompadour, de Madame du Hausset (Mercure de France)
Jude Stéfan, Lettre à Benjamin Fondane, de Roger Gilbert-Lecomte (Cahiers des Brisants)
Notes : le roman :
Francine de Martinoir, Les chemins de la nuit, de Lucien Guissard (Le Centurion)
Notes : la philosophie :
Francis Wybrands, Les aventures de la différence, de Gianni Vattimo (Éditions de Minuit) - Introduction à Heidegger, de Gianni Vattimo (Éditions du Cerf)
Notes : les essais :
Daniel Lindenberg, Sartre d'Annie Cohen-Solal (Gallimard)
Michel Jarrety, Rire et pénitence d'Octavio Paz (Gallimard)
Hervé Cronel, Le retour de l'Islam, de Bernard Lewis (Gallimard)
Notes : témoignages :
Francois Lurcat, Shoah de Claude Lanzmann (Fayard)
Notes : lettres étrangères :
Thierry Cordellier, Notre besoin de consolation est impossible à rassassier, de Stig Dagerman (Actes Sud)
Tarcis Dey, L'élève du philosophe, d'Iris Murdoch (Gallimard)
Max Alhau, Chez les fous, de Rainald Gœtz (Gallimard)
Jean-Marie Le Sidaner, Le Mandarin d'Eça de Queiroz (Éditions de La Différence) - Le crime du Padre Amaro, d'Eça de Queiroz (Éditions de La Différence)
Notes : le théâtre :
Anouchka Vasak, Au but de Thomas Bernhard (Théâtre de Boulogne-Billancourt)
Notes : la musique :
Alain Suied, Le dialogue musical de Nikolaus Harnoncourt (Gallimard)
L'air du mois :
Pierre Savin, Journal de Prague
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
D.H.LAWRENCE
Manifeste
Unefemmem'adonnéforce etabondance. C'estvrai ToutlebléduCanadaondulant,mûrissantmaintenant, n'apasautantdeforce quele corpsd'unefemme doucementmontéenépi,niautantàdonner, bienqu'ilnourrissedesnations.
Lafaim,c'estlevraiSatan. Lapeurdelafaim,c'estMoloch,Bélial,leDieuhorrible. C'estunechoseeffrayantequ'êtredominéparlapeurdela faim.
Nonpaslepainseulement,nonpasleventre,nilagorge assoiffée. Jen'aijamaisencoreétéfrappéauventreparlemanquede pain, non,nimêmedelaitoudemiel.
Lapeurdenepasavoirceschosessemblem'avoirtoutàfait quitté. Detoutcela,jeremercielesbonnesgénérationsd'hommes.
II
Etlachaleurdouce,constante,agréable ducorpssuaveetsensible;decelanonpluslafaim nem'ajamaissaisi,niterrifié. encore,l'hommeaétébondanscequ'ilnousalégué, danscesdeuxcasprimordiaux.
III
Puislebesoinmuet,douloureux,amer,impuissant, ledésird'êtreinitié, d'avoiraccèsàlaconnaissancequelesgrandsmorts nousontrévélée,deconnaître,d'assouvir lagrandefaimdominantedel'esprit; laplusdoucemoissondel'hommeaucoursdessiècles,livres doux,imprimés,
grainlumineux,étincelant,exquis,issudemainteglèbe rebelledanslesténèbresretournées; Jeremerciel'humanitéd'uncœurpassionné d'avoirpuéchapperàlafaimdeceschoses, delesavoirreçuesendonquandj'avaisbesoind'elles, carjesuislefilsdel'homme. J'aimangé,bu,réchaufféetvêtumoncorps, J'aiapprislalanguedel'intelligence, J'aichoisiparmileslivreslumineuxetmerveilleux, toutcommeunprince,cesréservespourvoyeusesdumonde m'ontétéouvertes,danslasagesseetlabontédel'homme. Jusqu'ici,celaestbien. Réservesageetbellequifaitgonflerlecœurd'amour!
IV
Maisvintalorsuneautrefaim, trèsprofondeetdévorante; le corpsmêmeducorpscriant avecunefaimpluseffrayante,plusprofonde quel'estomac,lagorgeoumêmel'esprit; plusrougequelamort,plusbruyante.
Lafaimdelafemme.Hélas, c'estunMolochsiprofond,impitoyableetfort, tellenomineffableduSeigneurredoutable, indicibleàhautevoix. Pourtantlavoici,lafaimquifond surnous, quenousdevonsapprendreàassouvirdepuretréelassou-vissement souspeinedepérir,sansautrechoix.
J'aicruquec'étaitlafemme,n'importequellefemme, lesimplecomplémentfemelledecequej'étais. Ah,c'étaitdéjàuntourmentassezpénible etunechoseàcraindre, unMolochmenaçant,torturant,phallique.
Unefemmeenfinacombléenmoicettefaim. Cequebeaucoupdefemmesnepeuventdonner,uneseule femmeledonne; ainsil'ai-jesu.
Elles'estdresséedevantmoicommedesrichessesquifurent miennes. Mêmealors,danslanuit,j'étaistorturé,dévoré,lié, accablédehonte,honteuxetvicieux. Unhommeestsiterrifiéparlagrandefaim; etcetteterreurestlaracinedetoutecruauté. Ellem'aaiméets'estdresséedevantmoi,meregardant. Commentpouvais-jeregarder,dansmafolie?J'airegardéde côté,furtivement, foud'undésirvorace.
v
Cecitrouveenfinsonterme. Quandunhommeestriche,ilperdenfinlapeurdelafaim. J'aiperduenfinlaférocitéquicraintdemourirdefaim. J'aipumettreenfinmonvisageentresesseins etsavoirqu'ilsavaientétédonnéspourtoujours, quejamaisjenemourraisdefaim, ninepérirais;
LaNouvelleRevueFrançaise
peuplecroyantquivientycélébrersonDieu,n'estplusque leprétexteàfairedel'art,àfaire«joli».Quereste-t-ildela pauvretéévangélique,présentedansl'artromanetencoredans legothique,danstouscesornements? Aupremierdegré,telleseraitmonopinion.Maisles chosessecompliquent,c'estquandonentredansl'égliseSaint-NicolasdePrague.Ceseraittropsimplederenvoyeràl'histoire del'artcet«édificedejésuites».Ilsuffitderegarderattenti-vementetl'oncomprendquelabeautépuisseensorcelerou dumoinsenvoûter.Plusquelesfresquesdelanefetdudôme, cesontlesbalconsenmarbrebrundesgalerieslatéralesqui, parleurmouvementmême,invitentàlacontemplation.Sous lesgaleries,lepeintrearéussiàprolongercemouvementen «creusant»lesvoûtesdeschapellesavecdescouleursd'une délicatesseextrême.Passonsdevantcettemerveilledegrâceque représentelachairedemarbreauxangelotsdorés,pouratteindre letransepttrônentauxquatrecoins,accrochésauxpiliers, quatrepèresdel'Église,lespèresdel'Âged'or(ilnemanque queGrégoiredeNysse),saintBasile,saintCyrilled'Alexandrie, saintJeanChrysostome,etenfinsaintGrégoiredeNaziance. Cetteprésenceàelleseuledonnesasignificationàl'édificela beautéauservicedelafoi. Lesquatredocteurssontl'élémentcentraletmajeurde l'église.Pasdemaniérismepropreàséduiredepetitsabbésde cour,maisunenracinementdélibérédanslesoriginesduchris-tianisme,lesorigineslesplusvraies.Ainsi,àquisaitregarder, cebaroque,détestableparcertainscôtés,révéleralesdésirsde l'âme. VudanslajournéeuneautremerveilledePrague(icil'on oseplusqualifiercequel'onvoittantonapeurdeparaître excessif),labibliothèquedumonastèredeStrahov.Jecrois bienquetouthommesensibleaccepteraitavecdouceuretmême gratitudelechâtimentd'yêtreenfermépourlerestantdeses jours! EnredescendantdeshauteursdupalaisHradcany,j'aurais voulucéderàlamaniephotographiquequinoushabitetous peuouprou.Maisdansla«NérudovaUlice»,célèbreentre