La Nouvelle Revue Française N° 398

De
D.H. Lawrence, Manifeste
Yves Peyré, La journée incertaine
Noël Devaulx, Instruction civique (Fin)
Chroniques :
Jean-Yves Pouilloux, Jean Paulhan. Les mots qu'il faut
Henri Thomas, Amorces
Jean-Rémy Mantion, L'expérience du Quattrocento
Chroniques : les arts :
Jean Revol, La distribution des prix
Notes : la poésie :
René Daillie, Visitation de Jean-Pierre Lemaire (Gallimard)
Notes : la littérature :
Janine Aeply, Mémoires sur Louis XV et Madame de Pompadour, de Madame du Hausset (Mercure de France)
Jude Stéfan, Lettre à Benjamin Fondane, de Roger Gilbert-Lecomte (Cahiers des Brisants)
Notes : le roman :
Francine de Martinoir, Les chemins de la nuit, de Lucien Guissard (Le Centurion)
Notes : la philosophie :
Francis Wybrands, Les aventures de la différence, de Gianni Vattimo (Éditions de Minuit) - Introduction à Heidegger, de Gianni Vattimo (Éditions du Cerf)
Notes : les essais :
Daniel Lindenberg, Sartre d'Annie Cohen-Solal (Gallimard)
Michel Jarrety, Rire et pénitence d'Octavio Paz (Gallimard)
Hervé Cronel, Le retour de l'Islam, de Bernard Lewis (Gallimard)
Notes : témoignages :
Francois Lurcat, Shoah de Claude Lanzmann (Fayard)
Notes : lettres étrangères :
Thierry Cordellier, Notre besoin de consolation est impossible à rassassier, de Stig Dagerman (Actes Sud)
Tarcis Dey, L'élève du philosophe, d'Iris Murdoch (Gallimard)
Max Alhau, Chez les fous, de Rainald Gœtz (Gallimard)
Jean-Marie Le Sidaner, Le Mandarin d'Eça de Queiroz (Éditions de La Différence) - Le crime du Padre Amaro, d'Eça de Queiroz (Éditions de La Différence)
Notes : le théâtre :
Anouchka Vasak, Au but de Thomas Bernhard (Théâtre de Boulogne-Billancourt)
Notes : la musique :
Alain Suied, Le dialogue musical de Nikolaus Harnoncourt (Gallimard)
L'air du mois :
Pierre Savin, Journal de Prague
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 4
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072384875
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
D.H.LAWRENCE
Manifeste
Unefemmem'adonnéforce etabondance. C'estvrai ToutlebléduCanadaondulant,mûrissantmaintenant, n'apasautantdeforce quele corpsd'unefemme doucementmontéenépi,niautantàdonner, bienqu'ilnourrissedesnations.
Lafaim,c'estlevraiSatan. Lapeurdelafaim,c'estMoloch,Bélial,leDieuhorrible. C'estunechoseeffrayantequ'êtredominéparlapeurdela faim.
Nonpaslepainseulement,nonpasleventre,nilagorge assoiffée. Jen'aijamaisencoreétéfrappéauventreparlemanquede pain, non,nimêmedelaitoudemiel.
Lapeurdenepasavoirceschosessemblem'avoirtoutàfait quitté. Detoutcela,jeremercielesbonnesgénérationsd'hommes.
II
Etlachaleurdouce,constante,agréable ducorpssuaveetsensible;decelanonpluslafaim nem'ajamaissaisi,niterrifié. encore,l'hommeaétébondanscequ'ilnousalégué, danscesdeuxcasprimordiaux.
III
Puislebesoinmuet,douloureux,amer,impuissant, ledésird'êtreinitié, d'avoiraccèsàlaconnaissancequelesgrandsmorts nousontrévélée,deconnaître,d'assouvir lagrandefaimdominantedel'esprit; laplusdoucemoissondel'hommeaucoursdessiècles,livres doux,imprimés,
grainlumineux,étincelant,exquis,issudemainteglèbe rebelledanslesténèbresretournées; Jeremerciel'humanitéd'uncœurpassionné d'avoirpuéchapperàlafaimdeceschoses, delesavoirreçuesendonquandj'avaisbesoind'elles, carjesuislefilsdel'homme. J'aimangé,bu,réchaufféetvêtumoncorps, J'aiapprislalanguedel'intelligence, J'aichoisiparmileslivreslumineuxetmerveilleux, toutcommeunprince,cesréservespourvoyeusesdumonde m'ontétéouvertes,danslasagesseetlabontédel'homme. Jusqu'ici,celaestbien. Réservesageetbellequifaitgonflerlecœurd'amour!
IV
Maisvintalorsuneautrefaim, trèsprofondeetdévorante; le corpsmêmeducorpscriant avecunefaimpluseffrayante,plusprofonde quel'estomac,lagorgeoumêmel'esprit; plusrougequelamort,plusbruyante.
Lafaimdelafemme.Hélas, c'estunMolochsiprofond,impitoyableetfort, tellenomineffableduSeigneurredoutable, indicibleàhautevoix. Pourtantlavoici,lafaimquifond surnous, quenousdevonsapprendreàassouvirdepuretréelassou-vissement souspeinedepérir,sansautrechoix.
J'aicruquec'étaitlafemme,n'importequellefemme, lesimplecomplémentfemelledecequej'étais. Ah,c'étaitdéjàuntourmentassezpénible etunechoseàcraindre, unMolochmenaçant,torturant,phallique.
Unefemmeenfinacombléenmoicettefaim. Cequebeaucoupdefemmesnepeuventdonner,uneseule femmeledonne; ainsil'ai-jesu.
Elles'estdresséedevantmoicommedesrichessesquifurent miennes. Mêmealors,danslanuit,j'étaistorturé,dévoré,lié, accablédehonte,honteuxetvicieux. Unhommeestsiterrifiéparlagrandefaim; etcetteterreurestlaracinedetoutecruauté. Ellem'aaiméets'estdresséedevantmoi,meregardant. Commentpouvais-jeregarder,dansmafolie?J'airegardéde côté,furtivement, foud'undésirvorace.
v
Cecitrouveenfinsonterme. Quandunhommeestriche,ilperdenfinlapeurdelafaim. J'aiperduenfinlaférocitéquicraintdemourirdefaim. J'aipumettreenfinmonvisageentresesseins etsavoirqu'ilsavaientétédonnéspourtoujours, quejamaisjenemourraisdefaim, ninepérirais;
LaNouvelleRevueFrançaise
peuplecroyantquivientycélébrersonDieu,n'estplusque leprétexteàfairedel'art,àfaire«joli».Quereste-t-ildela pauvretéévangélique,présentedansl'artromanetencoredans legothique,danstouscesornements? Aupremierdegré,telleseraitmonopinion.Maisles chosessecompliquent,c'estquandonentredansl'égliseSaint-NicolasdePrague.Ceseraittropsimplederenvoyeràl'histoire del'artcet«édificedejésuites».Ilsuffitderegarderattenti-vementetl'oncomprendquelabeautépuisseensorcelerou dumoinsenvoûter.Plusquelesfresquesdelanefetdudôme, cesontlesbalconsenmarbrebrundesgalerieslatéralesqui, parleurmouvementmême,invitentàlacontemplation.Sous lesgaleries,lepeintrearéussiàprolongercemouvementen «creusant»lesvoûtesdeschapellesavecdescouleursd'une délicatesseextrême.Passonsdevantcettemerveilledegrâceque représentelachairedemarbreauxangelotsdorés,pouratteindre letransepttrônentauxquatrecoins,accrochésauxpiliers, quatrepèresdel'Église,lespèresdel'Âged'or(ilnemanque queGrégoiredeNysse),saintBasile,saintCyrilled'Alexandrie, saintJeanChrysostome,etenfinsaintGrégoiredeNaziance. Cetteprésenceàelleseuledonnesasignificationàl'édificela beautéauservicedelafoi. Lesquatredocteurssontl'élémentcentraletmajeurde l'église.Pasdemaniérismepropreàséduiredepetitsabbésde cour,maisunenracinementdélibérédanslesoriginesduchris-tianisme,lesorigineslesplusvraies.Ainsi,àquisaitregarder, cebaroque,détestableparcertainscôtés,révéleralesdésirsde l'âme. VudanslajournéeuneautremerveilledePrague(icil'on oseplusqualifiercequel'onvoittantonapeurdeparaître excessif),labibliothèquedumonastèredeStrahov.Jecrois bienquetouthommesensibleaccepteraitavecdouceuretmême gratitudelechâtimentd'yêtreenfermépourlerestantdeses jours! EnredescendantdeshauteursdupalaisHradcany,j'aurais voulucéderàlamaniephotographiquequinoushabitetous peuouprou.Maisdansla«NérudovaUlice»,célèbreentre
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 366

de editions-gallimard-revues-nrf

Fabius: le grand pardon

de le-nouvel-observateur

La Nouvelle Revue Française N° 347

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant