Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

Jean Follain N° 222

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 359

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 213

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
FRANCISPONGE Elémentspourunepréface àungrandBestiaire
Lespagesquisuiventreproduisentl'ensembled'untravail préparatoirerestéinachevéetinédit.LeGrandBestiaireauquel ilserapporteétaitunprojetdel'éditeursuisseMermod;projet quipourdiversesraisonspratiquesneseréalisapas.Ils'agissait deréunir,enunvolumes'ouvrantsurunepréfacedeFrancis Ponge,dixphotographiesillustrantlethèmedesanimauxdans l'art(dessinsdeRembrandtetPisanello;dessinsetsculptures anonymesd'époquesanciennesetprovenancesdiverses).L'ébauche decettepréfaceprésentelescaractèresd'une«fabrique»toute pongienne,dontlarestitutionabsolumentfidèleeûtexigélefac-similé.Pourlacommoditédelalecture,onapréféréunetraduction typographiquequicependantserapprocheautantquepossiblede l'original,constituédetrente-deuxfeuilletsmanuscritscorrespon-dantàdeuxpériodesdetravailbiendéfinies,dansl'été1959. Toutautresystème,impliquantcertainementunchoix,eûtamené àrecomposerletexteàlaplacedel'auteur,etàlepriveren partiedumouvementsingulierqu'y maintiennentlesreprises, virages,sautesetbifurcationscommeautantdefiguresdupossible. Lesnombreusescorrectionsetadditionsportéesdanslecorpsdu texteontétémisesentrecrochets.Ontrouveraennoteslesremarques, ajoutsouvariantesinscritsenmargeetparfoisdifficilesàresituer: NousremercionsvivementFrancisPonged'avoirbienvoulu nousconfiercedocumentdegrandevaleurenlui-mêmeetpour uneillustrationdesaméthode.C'estaussi,pourLaNouvelle RevueFrançaise,unsymboledesonhéritageetdesacontinuité.
LARÉDACTION
LesFleurys le29Juillet1959
Pf~fë~ GPraénfdaBceestiaairue
©• 1
Regardez[Connaissez][parleurrassemblement]les figuresquel'hommeatracéesdesbêteset2réjouissez-vousadmirez-vous,admirez-yl'homme(l'artiste) [3;[4voyez-yl'homme[(portraituréindirectement)]tel est,évidemment5,lebut(l'intention)decerecueil,de cettesomme6. Voyez-yl'hommeVousn'yverrezpas,[bienentendu,] lesanimaux([ni]lesanimaux[et][ni]leurshommes.)
Penséesvenuesimmédiatementàlasuite[ouencorréla-tion][pourquoi?]decellesquiprécèdent1°)Lesanimaux sontdesfous[desmaniaques~\7.Vivreavecunchien,c'est vivreavecunfou.2°)Certainsartistesontessayéde
LaNouvelleRevueFrançaise
vraimentvoirlesanimaux,delestraiterautrementqu'en serviteurs,[ouesclaves,]ouamuseurs[ougibier] de l'homme.Quelsartistes?Ceuxquilesontcontemplés avecamour,respect,sentimentdefraternité.(ceciestun bonlieu-commun)Jetraiterai[de]cespenséesàpart[ 4 pourlesplacer,ensuite,jecroiraibondansmacompo-sition)]8.
1.(Leschiffresentourésetplacésàdroitedelapagereproduisentlapaginationde l'auteur). 2.Connaissez[grâceà][danscelivre]pourenjouirunrassemblementdesfigures quel'hommepourlui-mêmeatracéesdesbêtes. 3.jouissez-en.[Admirezl'homme(l'artiste) Admirezlesfantaisies[caprices]delanature] [Posez-voussanstellementd'inquiétude[toutes]lesquestionsque celasoulèveentourésd'uncertainnombre[vivant]depointsd'interrogationvivants]. 4.(Crochetsdel'auteur.) 5.(enmarge)Intéressantdeconnaîtrecequeleshommesontditdesanimaux. 6.(Espritarchéologiqueetscientistedecesiècleencyclopédiste(desencyclopédistes sansenthousiasme,défaitistes,ironistes,navrés.) 7.(enmarge)êtresinférieurs. 8.(Barréàpartirde«Certainsartistes»,jusqu'àlafinduparagraphe).
LesFleurys Le30Juillet ©
1959
©
Ilneviendraitàpersonnel'idée[d'ornersademeure] d'entourersapersonnedeportraitsdefousoud'esclaves, demuets,dehurleurs,degrognons.C'estpourtantceque nousfaisonsaveclesanimaux.D'infirmes,demaniaques, demonstres,degrognons. Déformationsquel'expressionnismeoul'imprégnation decertainesidéologiesfontsubiràl'apparencedesbêtes. Lesanimauxdel'Apocalypse.Chevauxsanstête(s) beaucoupmoinshorribles(ouémouvants)queleschevaux avectête(s) 2.
LaNouvelleRevueFrançaise
aménagements,pourlogerdeux,voire,enunsens,troisfamilles, c'est-à-direM.Southeyetsafamille,M.Coleridgeetlasienne, etenmêmetempsM"Lovelldont,lorsquesonfilsétaitavec elle,onpouvaitdirequ'elleencomposaitunetroisième. M"Coleridge,MeSoutheyetM"Lovellétaientsœurs,toutes originairesdeBristol.Et,commelesdifférentsgroupesd'enfants de cetteseulemaisonavaienttouslestroisplusieurstantes (chacunedecesdames,touràtour,assumantcerôledeux fois),undesnombreuxtraitsamusantsdeSoutheyétaitd'ap-pelerlacollinesetrouvaitplacéGretaHall,lacollinedes tentesMmeLovellétaitlaveuvedeM.RobertLovellqui,en collaborationavecSouthey,avaitpubliéunrecueildepoèmes auxenvironsde1797,souslessignaturesdeBionetMoschus. Cettedame,n'ayantqu'unfils,n'avaitpasbesoind'ungrand appartement,etd'autantmoinsquecefilsl'avaitquittéede bonneheurepoursuivreunenseignementprofessionnel.Non parunestrictedistributionendeuxlogementsdistincts,mais parunerépartitiondeschambresàl'amiable,lamaisonavait doncétédiviséeentrelesfamillesdeM.Coleridgeetde M.Southey.M.Coleridgeavaitunbureaupersonnel,dont l'ameublementnesedistinguaitqueparlaprésenced'unorgue, etparlavuedetoutebeautéqu'onyavaitdepuislafenêtre (oulesfenêtres),sitantestquel'onpûtconsidérercefait commeunprivilège,dansunesituationdontl'environnement offraitdesaspectsmagnifiquesdansquelquedirectionquel'on vîntàporterlesyeux. Lematin,lesdeuxfamillespouvaientvivreséparément. Maisellesseretrouvaientpourledîner,ainsiquedansun saloncommun.EtlabibliothèquedeSouthey,danslesdeux sensduterme,étaitégalementauservicedesdames.Cependant ellesnes'imposaientpas,saufs'il étaitbesoind'unesallede réceptionplusgrande,oud'unendroitplusintéressantpour inspirerdessujetsdeconversation.Intéressante,cettepiècel'était
1.Onproposeuneéquivalenceaujeudemotsanglais,intraduisible,suraunt (tante)etant(fourmi).