Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

La Nouvelle Revue Française N° 291

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 471

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 349

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
LANOUVELLE REVUEFRAN~'AISE
ROGERGRENIER Normandie
DanslesscénariosdeMadameBovary.Nem'arrêtezpas déjà,lemotscénarioestdeFlaubert.Ilnefautpascroirequ'il datedel'inventionducinéma,ilestattestédès1764.Dans lesscénariosdeMadameBovary,donc,quisontrépertoriésà laBibliothèquemunicipaledeRouensouslacoteg g 9,et quen'importequipeutlire,grâceàl'éditiondeJeanPommier etGabrielleLeleu,chezJoséCorti,etàcelleduClubde l'HonnêteHomme,l'abbéquivientcherchersonparapluieà l'aubergeduLiond'Ors'appelleGrenier.Dansleroman,il deviendraBournisien.LesGrenierdelalittératureauraientpu tomberplusmalFlaubert,Faulkner.(Jeneparlepasd'un tristesirequifaitdelafigurationdansundesplusmauvais romansdeBalzac,CharlesGrenier,ditFleur-de-Genêt,déser-teurdelasoixante-neuvièmedemi-brigade,membredela bandequiattaquelecourrierdel'Ouest,exécutéen1809.) «Touslespersonnagesdecelivresontcomplètementima-ginés,etYonville-l'Abbayelui-mêmeestunpaysquin'existe pas,ainsiquelaRieulle,etc.»,répondFlaubertàunlecteur quisemêledecequineleregardepas.Maisnousconnaissons
LaNouvelleRevueFrançaise
lesprotagonistesdufaitdiversquiluiaservidepointde départ,DelphineDelamareetsonmariEugène,officierde santé,quiontfiniprématurémentleurpauvrevieàRy,un villagedeSeine-Maritime. JesuispasséàRy,auhasardd'unepromenadeenNor-mandie.Enparcourantcetterue,dontlesmaisonsn'ontpas changé,etavantmêmed'entrerdanslevillage,j'étaisému. Cen'étaitpaspourm'étonneret,enmêmetemps,jemedisais qu'ilyavaitdequoi.J'avaisvurécemmentBethléemetle Saint-Sépulcrequim'avaientlaisséparfaitementindifférent.Ces lieuxdelanaissanceetdelamortdupersonnagechoisicomme dieuparnotrecivilisationm'importaientmoinsqueledécor monvieuxFlaubertavaitsituésonroman.Etpourtant, DelphineDelamare,néeCouturier,n'estmêmepasEmma Bovary.Flaubert devaitsavoirpeudechosed'elle,lepeude chosequelesjournauxetlesgensdeRouenontpudireau momentdesonsuicide,àsupposerqu'ilyaiteusuicide,ce qu'aucuneannonceofficielleoupreuvematériellenevient étayer.Pourcomposersonhéroïne,ils'estservidebiend'autres modèles,àcommencerparcequ'ilaputrouverenlui-même. Maiscelanefaisaitrien.Ilsuffisaitqu'àRyflottâtleplusléger fantômedecellequiavaitétéunpeuEmma.Telleestparfois laforced'unlivre.EmmaBovaryelle-mêmeneseraitpasla femmequel'onconnaîtsiellen'avaitpastellementlu.Dans lesscénarios,puisquej'aicommencéàlesciter,elledemande qu'onl'ensevelissedansduvelours,lescheveuxépanchéssur lesépaulespar-dessussonlinceul.Elleavaitluceladansun livre. Peut-êtren'est-ilpasfacile,encoreaujourd'hui,d'êtreune jeunefemme,àRy.
ThérèseHugonétaitnéeetavaitpassésajeunesseàIssy-les-Moulineaux,nonloindel'asiledevieillardsquel'onappe-laitautrefoislesPetitsMénages.Elleavaitperdusamèrequand elleavaitdouzeans.Sonpère,quitravaillaitdansuneagence immobilière,s'étaitbientôtremarié.L'adolescentes'étaitsentie seule,avecpourseul recourslerêve.Elleauraitvouluêtre
Normandie
musicienne,maisc'étaitunefantaisie.Onneluiavaitpas apprislesolfège,et ellen'avaitjamaisapprochéuninstrument. ÀIssy,placeCorentin-Celton,elleregardaitlarueauboutde laquellesetrouvaitleparcdesExpositions,puisParis.Toujours toutdroit,c'étaitlaportedeVersaillescommençaitla longueruedeVaugirardquimenaitjusqu'auQuartierLatin, lemondedesétudiants,desartistes.Ellelisaitbeaucoup, n'importequoiclassiques,auteursquiapparaissaientàApos-trophes,etaussiBarbaraCartlandetsesdisciples.Sonpèrene roulaitpassurl'oretavaitbesoind'argentpoursonnouveau foyer.Ilneluiavaitpaslaissécontinuerbienloinsesétudes. Aprèsavoirréussiunconcours,elleétaitentréeauCrédit Agricole. Àl'occasiond'unpontdeNoël,lecomitéd'entreprisede labanqueorganisaunbrefséjourauxsportsd'hiver,dansune petitestationdeSavoie,àunprixdéfianttouteconcurrence. Pousséeparsescollègues,Thérèseselaissatenter.Pourla premièrefois,ellevitlesAlpes.Pourlapremièrefois,elle chaussadesskis.Maisellen'étaitguèresportive,semontra maladroite,tombaenavantetsedéboîtal'épaulegauche.Cela n'avaitriendegrave.Lemédecinquiremitl'articulationen placeluiprescrivitunesériedeséancesderééducation. C'estainsiqu'elleconnutRenéBailleul.C'étaitungrand garçondoux,parlantpeu.Ilavaitunetrentained'annéeset travaillaitdansuncabinetdekinésithérapieprochedelaporte deVanves.Sesphalangesépaissesmassaientdélicatementl'épaule meurtrie.Puis,toujoursaussidélicatement,seplaçantderrière lablessée,ilprenaitlebraset,letenantbienenmain,lefaisait tournerlentement,pourrendresamobilitéàl'articulation. Thérèsepoussaitparfoisunpetitcridedouleur.RenéBailleul s'excusait Pardon,jesuisallétroploin. Ilarrivait quedeslarmesprovoquéesparladouleurjaillissent malgréelledesesyeux.Elleselereprochaitensedisantque décidément,elleétaittroptristedenature,toujoursprêteà pleurnicher.Etdesesavoirainsiportéeàlatristesseavait poureffetdel'accroître.Ellesesentaittoutprèsdepleurer
LaNouvelleRevueFrançaise
pourde bon.Et celaaumomentsamornevieprenaitun tourplusagréable.Carilluisemblaitquelesgestesthérapeu-tiquesdukinésiétaientunlangage,quelesdoigts,lesmains remplaçaientlesmots.Chezcegrandcostaud,ilssavaient, mieuxquelesparoles,direl'admiration,latendresse,l'amour peut-être,ledésirsûrement. Quandilvenaitlachercher,danslasalled'attente,elle n'arrivaitpasàfixersonespritsurlesjournauxdemode,ilne desserraitmêmepasleslèvrespourluidirebonjourmaisfaisait untimidesignedetête.Elleselevaitd'unbond,commesi lasurpriselafaisaitsursauter.Puisellelesuivaitdocilement. Pendantque,dansuncoinducabinet,elleenlevaitsavesteet sonchemisier,nonsanscontorsionsàcausedesablessure,il nelaregardaitpas,classaitdespapiers,notaitquelquechose sursonagenda.Ensuite,alorsqu'elles'étaitapprochéeetse tenaitdevantlui,ensoutien-gorge,illevaitenfinlesyeuxen disanttoujours Voyonscetteépaule. Maiscen'étaitquelorsquelamainrobusteseposaitsur elle,etcommençaitàtravaillersesmuscles,sestendons,qu'elle leretrouvaitenfin. À lafind'unedecesséancesderééducation,quiavaitété assezpénible,commeellesefrottaitdelamaindroitel'épaule endolorie,ilrecouvritcettemaindelasienne,etsemità caresserdoucementl'épaule,lanaissanceducou,duboutdes doigts.Ildescenditlelongdelabretelledusoutien-gorgeet pritlesein.Elleselaissaallercontrelui,mais,confus,il bredouillaqu'ilnefallaitpasqu'ellecroieque,d'habitude,il agissaitainsiavecsesclientes.Sesclientes,ilnelesregardait mêmepas.Ellesétaientcommedesmachinesqu'ilavaitpour métierderéparer.Maiselle,cen'étaitpaspareil,ill'aimait. Lesdeuxjeunesgensdécidèrentdesemarier,d'autantplus queRenéconsidéraitqueletempsétaitvenupourluide s'établiràsoncompte.Ilétaitdifficilededémêlerenluil'amour etlesprojetsd'ordreplusgénéral.Depuisunmomentdéjà,il serenseignait,ilcherchaitilpourraitouvriruncabinet,sans affronterunetropgrandeconcurrence.Ilfinitparchoisirun
LaNouvelleRevueFrançaise
POISSONSROUGES.PourMmedePompadouravaientété apportéslespremierspoissonsrougesqu'onaitvusenFrance(a). Bouretpoursuitdesesassiduitésunetrèscharmantefemme. Ellemetunprixàsesfaveurs.Ilfaudraquesongalantadorateur luiprocuredespoissonsdelaChine,lorsqueMmedePompa-dourestseuleàenposséderdecetteespèce.Nepouvantles distraire,Bouretencommandeàunjoaillier,sixenorémaillé etconstruitsmécaniquementqui,placésdansunpetitbassin, imitentàs'yméprendrelesvéritables(b). PUDEUR.(En1721)laduchessedeSullyacinquante-six ans.Samortnedémentitpointsonnom;illuivintunabcès enunlieuquelamodestieneluipermitpasdemontreràun chirurgien.Unefemmedechambrelapansaquelquetemps encachette,puisexpliqualemalauxchirurgiens.Cen'était riens'ilseussentpulatraitercommeuneautre,maisjamais personneneputgagnercelasurelle.Lafemmedechambre disaitl'étatdumalàtraverslaporteauxchirurgiensetfaisait cequ'ilsprescrivaient;maiscettemanièredetraiterparpro-cureurlaconduisitbientôtautombeau(a). MmedePrievoulaitabsolumentmerecevoirsanstémoin. Pourmoi, j'évitaiscesoccasionscommeunautreJosephavec laPutiphar.Jamaislaportenem'étaitrefusée,etunjourque j'entraischezelle elleme reçutàsatoilette.Elleétaitassise sursonbidetjevoulusmeretirer;ellemefitrester.«Per-mettez,Madame,luidis-je,quej'aieaumoinsl'étrennede cettepropreté.»Effectivement,jeluiembrassai.debienbon cœur.J'enrestaipourtantparhasard.Ilsurvintunevisite(b). RÈGLES.BonaparteexposeraunjouràAntomarchi,unpeu interloqué«J'aiquelquechosedemieuxquevotrepharmacie, lemomentapproche,jesensquelanaturevientàmonsecours». Enmêmetemps,ilselaissacroulersurunsiège,saisitsacuisse gaucheetladéchiraavecuneespècedevolupté.Lescicatrices s'ouvrent,lesangjaillit.«Jesuissoulagé,jevousl'avaisdit j'aimescrises,mesépoques.Dèsqu'ellesarrivent,jesuis sauvé. » SEXE.Morrisestreçudanslameilleuresociétéviennoise, etselietoutparticulièrementavecMmeAudenardeetl'abbé