La Nouvelle Revue Française N° 449

De
Mario Luzi, Poèmes
Jean-Yves Masson, Offrande
Christine Canals-Frau, Louise, ou le sacrifice
Jacques Mandelbaum, La liberté d'aimer
Lionel Ray, Poèmes
Wolfgang Borchert, Dialogue sur les toits
Reconnaissances :
Roger Munier, 'J'y suis!' (Arthur Rimbaud)
Richard Blin, Les mots de la tribu (Gérard Macé)
Gérard Larnac, Lowell's parages (Jack Kerouac)
L'air du mois :
Barbara Cassin, Les mots de tous les jours et l'orchidée de la nuit
Jean Bastaire, Le visage intérieur
Didier Pobel, Trois regards à musées
Pierre Alechinsky, Les fourmis rouges
Chronique : la poésie :
Lionel Ray, L'Arbre-Seul d'André Velter (Gallimard)
Chronique : la littérature :
François-René Daillie, Sous le signe de Halley d'Ernst Jünger (Gallimard)
Chronique : le roman :
Jean Blot, L'Immortalité de Milan Kundera (Gallimard)
Laurand Kovacs, Séduit et abandonné de Jan Trefulka (Gallimard)
Hervé Cronel, Le dernier combat de Mèmed le Mince de Yachar Kemal (Gallimard)
Chronique : les essais :
Francis Wybrands, Langue de tradition et langue technique de Martin Heidegger (Éditions Lebeer-Hossmann)
Jean Roudaut, Le sentiment de la langue, II, de Richard Millet (Éditions Champ Vallon)
Chronique : les arts :
Jean-Baptiste Niel, Bram Bogart
Chronique :
Jacques Réda, Carnet [dont 'Courrier : une lettre de Prague']
Textes :
Michel Porret, Les Pensées nocturnes de Pierre Frémont, libraire et 'explicateur des songes' à Genève au XVIII<sup>e</sup> siècle
Pierre Frémont, Les Pensées nocturnes
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072379932
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
MARIOLUZI
Poèmes
TOCCATA
Voiciavril,l'ennui descielsd'eaudepoussière, lecalmedustore àlafenêtre,unetouche devent,uneblessure; cetteprésencedelavie,séparée, danslevidedesportes danslesmincesfleuvesdecendre danstonpasquerépètentlesvoûtes.
ÀL'ARNO
Surlarivequifreinetapâleur cherchantdanstonpasprofond laforcequitoujourstefaitdescendre noussentionstrembleraucœur notrepureté,sansplusycroire, commeunpauvrevoiléd'unsonge souritàcettefuyantecaresse.
TERRE
Jereconstruisderosestonpassé car surlesdéserts,amèrement, lesoleilàprésentfouillelesbuissons, lescolonnes,etlesmouettessurlamer vertegonfléedeventsetde médusesaspirent àlachaleurquerépandenttespeuples! Etunemèresurlesrocherssoucieuse abandonnesonflancauxprofondes comètes.ôlesastres.leschèvreshumainement s'arrêtentauborddestorrents d'autrefois,lenuagesurlestemples sedéfait,sesouvientdel'encens. Telleestmamémoire.Maisaucouchant descendunejeunessequibrilled'événements,
jeregardehumidelevaisseaulaboure l'avenir,parfaitau-dessusdesrocs pèselefauconetdanslessentierslesjacinthes viventd'unecharitéquej'ignore.
ELLES'ENGAGEENTRELESMURS, ELLEESTPROIEDELALUMIÈRE
Elles'engageentrelesmurs,elleestproiedelalumière.. peut-êtreétait-cetoi,àprésentc'estuneapparition oupeut-êtretoutcequin'anirepos nimouvementnilieuetn'estnivrai niprivédesubstance,vacuitéqueseuls depursmiroirstrahissentenfrémissant.
C'estunefigureerrante,sansrépit. elleestnôtre,je lacroyaisunechimère siquelqu'uneparmiracleapparaissait sousdespentesarides,inconsolée, dansdesruessombresriennevitplus, riensinonl'espoirdutonnerre.
NOUVELLESÀ APRÈSTANT
GIUSEPPINA D'ANNÉES
Qu'espères-tu,qu'attends-tu,amie, revenantensisombrevoyage
jusqu'icidanslesoleillesorages ontunetrèshautevoixdedeuil, dejasminembaumentetd'avalanches?
Jemetrouveiciàcetâgequetusais, ni jeunenivieux,j'attends,jeregarde cettevicissitudesuspendue; jenesaispluscequej'aivoulu,cequ'onm'imposa, tuentresdansmespenséesettuensorsindemne.
Toutle restequidoitêtreestencore, lefleuvecoule,lacampagnechange, ilgrêle,lapluiecesse,unchienaboie, lalunesort,rienneseréveille, riendulongsommeilaventureux.
CHANT
vas-tutoiquidansleventarideparcours unedecesroutessanssaisons derrièrelesmurslumineux toutpasquirésonneexciteleschiens etréveillel'écho?Vusdelamaison d'oùjeteregarde,le corpsvit, mouvementetquiétudesedéfont.
Jet'invoquepourlanuit quivientetpourlesommeil; toiquisouffres,toiseulepeuxmesecourir
encepassageaveugledutemps autemps,encetâprevoyage decequejesuisàcequejeserai vivantuneviedanslavie, dormantunsommeildanslesommeil. Toi,adorée,quisouffrescommemoi, meprendunvertigeàpenser queletemps,froid parmilesastres,surlestempesettoutautre,contient tanaissance,tamaladie,tamort, taprésencedansmoncielettaperte.
Traduitde SIMEONE.
l'italien
par
PHILIPPE
MARIO
LUZI
ENARDetBERNARD R
LaNouvelleRevueFrançaise
JEANROUDAUT Chien-Caillou,dChampfleury e Tunet'aimespas, deN.Sarraute Le.rJardin.rdeMorgante,deJ.-P.Goux EnPèlerinetenétranger,deM.Yourcenar Pinget LesEscaliersdeChambord,deP.Quignard Dunerf,deR. laMillet. LeSentimentdelangue(II),deR. CLAUDEROY inaperçues. Chosespassées ADOLFRUDNICKI LaMortd'unPolonaiscatholique(I),traduitdupolo-Wilder. naisparÉlisabethDestrée-Van LaMortd'unPolonaiscatholique(fin),traduitdu Wilder. polonaisparÉlisabethDestrée-Van
ANDRÉSCHMITZ Grand Dieu! ANNESERRE ballon. Unvoyageen MICHELSICARD Stéfan). JudeLeClairetl'Obscur(Jude JUDESTÉFAN oSALAiHSTÉrTIÉ Madaule. VéroniqueetlesChastes,deP. Flores Carnet neige. L'Étéde JEAN-PIERREH.TÉTART Woyzeck-Büchner. LaCaverneetautresnouvelles,d'E.Zamiatine.
110 95 102 108 110 114 101
1
42
23
39
81
40
114 1 47
1
123 117
444 445 445 446 446 448 449
445
445
446
446
444
448
444 448 448
447
447 448
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 515

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 448

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 419

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant