La Nouvelle Revue Française N° 471

De
Emmanuel Moses, L'année du Dragon
Jude Stéfan, Lettre à son double
Pierre Pachet, Le Grand Âge
François de Cornière, En principe
Annie Salager, Les dieux manquent de tout
Édith de La Héronnière, Le Chemin des Vaches
Jacques Legrand, Un poème inédit de Rainer Maria Rilke
Rainer Maria Rilke, Un poème pour Oskar Kokoschka
Reconnaissances :
Gérard Macé, Physiologie du rêve : André Pieyre de Mandiargues
Francois Lurcat, Le défi de Georges Perec
Dominique Pagnier, Stifter sidéré
Richard Blin, L'Ange viril : Géricault
Henri Raynal, Ordonnance du brasier : le flamenco
L'air du mois :
Philippe Denis, Fourmillements
Richard Vernier, L'Inaltérable
Chronique : la poésie :
Lionel Ray, Byblos de Marc Alyn (L'Harmatttan)
Olivier Houbert, Progressions en vue de, de Jean Tortel (Maeght Éditeur)
Chronique : la littérature :
Yves Leclair, Ouailles de Jean-Loup Trassard (Le temps qu'il fait)
René Jacquelin, Regardez la neige qui tombe de Roger Grenier (Gallimard)
Gérard Bocholier, Lettres sur Cézanne de Rainer Maria Rilke (Le Seuil)
Chronique : le roman :
Simon Fahren, Tous les matins du monde de Pascal Quignard (Gallimard)
Chronique : les essais :
Francis Wybrands, Forme couleur mouvement d'Ignace Meyerson (Éditions Adam Biro)
Hervé Cronel, Le Maître et la Multitude de Gérard Mairet (Éditions du Félin)
Chronique : le théâtre :
Anouchka Vasak, Chutes de Gregory Motton (Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis)
Jacques Réda, Carnet [dont 'La question fiscale']
Hervé Carn, Jean-Marie Le Sidaner (1947-1992)
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072387098
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
EMMANUELMOSES
L'Année
du
i
Dragon
«SileMisanthropevivaitaujourd'hui,ilvoyageraiten première Classe.Monvoisinfumeunlondrès.SonRémyMartinluit comme Del'or.Jepriepourqueturêvesdemoi,pourquetu tressailles, Avantdedécrocherletéléphoneetderépondrequ'ilya erreur. Noslatitudesn'ontplusrienàvoir.Tuesfidèleàton élément, Petittaureau,moiaumien.Notreitinéraireressembleéton-namment ta lignedecœur.Unemauvaiseblaguedelacompagnie aérienne. «Jeneboisjamaisdethé.Lecigarevousdérange-t-il?»
PauvreBrowning!Ilauraitchangédeplace,sansaucun doute. Drôled'année,tusais,cetteannéeduDragon.
II
Lesanglier,lerat,lebuffle,letigre, J'égrèneconsciencieusementlaménageriecéleste Quimèneàtoi. Etpenserqu'ilst'ontplacéesouslesigneduchat!Toique mêmeMonsieur Krapffappelle«Mâuschen»,petitesouris. Milleneufcentsoixante-trois.Hemingwayétaitmortdepuis deuxans, N.venaitd'emménagerauPalace. Danslaneiged'Interlaken,tondétectivefavoricherchaitdes indicesdu Boutdeson«Alpenstock».
III
Ruedel'Astronome,letéléphoneaétécoupé Etlemondeseréduitàlaprostituéequiattend Sousleporchedel'agenceimmobilièrelepremierclientdu soir. Lesépinglestrouvéesentreleslattesportentbonheur.Jeles rassemble Dansuneboîteetnouspensonsàtononcle.
Ilt'écritdeslettresenformederêvesquetumeracontesau petit Déjeuner.Dansl'armoire,ilmettaitsonparapluie,il yamaintenant Desnuagesauxrefletsvifs.Sajeunefemmeasurgiaufond D'uneassiette.Ellevenaitdedescendredutrainocredes morts.Nousne Savionspassonnom,alorsnousl'avonsappeléeDorikhaet tuluiasdonné Unchâledecouleur.
IV
Desamisviennentdelointedemanderconseil. Tulesécoutessansbroncher,réservanttaréponsepourplus tard. Lesconsultationspartéléphonesemblentmieuxteconvenir. Monsieur Pommard,leboucher,aavectoid'obscursconciliabulesetle fruitier Murmurenotrenumérocommeuneformulepropitiatoire. Tureçoisdesbrasséesderoses,unepourchaqueinterprétation. Pourtant,tonpère Net'apasfaitbroderdetunique.«Est-cequejedoispartir envoyage?» Tuhausseslesépaulesetteversesunsecondverredemaras-quin.
v
Imbenirlandais,Amannenbreton.Lebeurreserait«le nombrilde L'immortalité».Huss'excused'arriversanspréveniretpose savalise Parterre.JepenseàKhidr,lemaîtreintérieur;ildéclame quelques Versetsducorand'unevoixdepasteur.Tuaimeslemiel quianourri EithneetPythagore.Ilest,detoutefaçon,aurégimeetfait l'élogedela Margarine.Levoyagesemblel'avoirfripé.Noussavonsce quinousattend Séancesetlévitationsàlachaîne.Toutencoupantuncigare, ilévoque Hiram,Déméter,Cùchulainn.Hambourgluimanquedéjà, villerose Commeunsaumonaubordd'uneeauhuileuse. Lesoirs'étire.Encoreundecesétéslesrêvessemoquent denous.
VI
Chut.Lesmortsnousregardentdeleursyeuxnoirsetblancs. Ilsrôdent Commedesvagabonds,commelalune.
Laquestionfiscale
LaNouvelleRevueFrançaise
Dèsqu'ils'agitdefinances,ilestrarequ'onnevoiepasbientôtpointer l'oneilleduPèreUbu.Bienentendusurtoutenmatièredephynances publiques.MinistredesFinancesdoitêtreunmétierépatant.Perpétuellement biensûrl'argent manque,maisilyaperpétuellementcemoyend'enfaire rentrerd'autrequ'estl'impôt.C'estmême moinsunequestiond'imagination qued'inventaire.Onsaitqu'ilyaeudesimpôtssurlesfenêtres,lespianos, leschiens.Onpeutaisémentencréer(ourecréer)denouveauxsurlesportes, lesguitares,leschats.Unechosem'étonne(maisjesuispeut-êtremal informé)qu'iln'existepasd'impôtsurl'impôtentantquesigneextérieur derichesse.Ons'enprendpourl'instantauxécrivains.Leursdroitsd'auteur sontdésormaissoumisàlataxedite«àlavaleurajoutée».Cequi,d'une certainefaçon,paraîtlogique,puisquelesécrivainseux-mêmesajoutent ous'efforcentd'ajouterunevaleurlittéraireàleurlanguenationalecourante. Dèslorsqueceteffortintéressepeuouproula collectivité,ilsemblenormal qu'ilsn'enconserventpastoutleprofitpécuniaire.Entermesconcrets,cela signifiequel'auteurd'untextedehuitpages,parudansLaNouvelleRevue Française,aulieudepercevoirlamodestesommede640francs,n'encaissera plus(toutesautrestaxesdéduites)que559,06francs.vala différence, etenparticulierlepourcentagereprésentantlaTVA?Ilestreversé,on l'espère,faute demieux,auministèredelaJeunesseetdesSportsqui, parfaitementconscientde lanaturedesonrôle, desamission,acréél'an dernierplusieursprixlittéraires,chacundotédetroismillionsanciens,dont unpourl'élèvede troisième (oudeseconde),successeurdeRimbaud,qui renouvellerachaqueannéede fond encomblenotrepoésie.Onferaitbien deprévoirunsérieuxdédommagementpourlesjurés,entretousméritoires. Adirevrai,sij'étaisministre,jeprocéderaisdifféremment.Carj'aitrop souventl'occasiondeliredespoèmesdelicenciésèslettres(voired'agrégés) pournepasregretterquecetargentnetombepasplutôtdansleportefeuille del'Educationnationale,afinqu'ellerémunèredignementdesprofesseurs capablesd'apprendreàécrireauxfuturslauréats. Maisàécrirecomment?LebulletinLettre(s)(n°2,janvier-février-mars1992), publiéparl'Associationpourlasauvegardeetl'expansiondelalangue française(Asselaf),citeunpassagedudiscoursd'ouverturedu«8eComité d'orientationduréseauinternationaldenéologieet determinologie»,pro-noncéparledéléguégénéralàlalanguefrançaise,M.BernardCerquiglini. Ilyestquestiondeceserpent demerqu'estla réformedel'orthographe, quebeaucoupcroyaientréengourdi.Ehbiennon,ilrampe,conformémentà sanaturede serpent.Nousreproduisonsinextensolemorceaudecediscours citéparLettre(s)Jeprofitedel'occasion,déclaraitdoncM.Cerquiglini,pour vousinformerquelerapportduConseilconcernantl'orthographe,quinousa donnébeaucoupdetravailetmêmequelquessoucis,estentraindeseconcrétiser dansl'usage,nonpasintégralementbiensûr,maisdansuneproposition(sic) nonnégligeable.MAINTENANTQUELAPLUPARTDESGENSPENSENT QUEL'AFFAIREN'APASEUDESUITE,LETRAVAILSEFAITEN DOUCEUR,EFFICACEMENT,ETL'OPÉRATIONDEMODERNISATION
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 307

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 291

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 472

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant