Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

La Nouvelle Revue Française N° 307

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 291

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 472

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
EMMANUELMOSES
L'Année
du
i
Dragon
«SileMisanthropevivaitaujourd'hui,ilvoyageraiten première Classe.Monvoisinfumeunlondrès.SonRémyMartinluit comme Del'or.Jepriepourqueturêvesdemoi,pourquetu tressailles, Avantdedécrocherletéléphoneetderépondrequ'ilya erreur. Noslatitudesn'ontplusrienàvoir.Tuesfidèleàton élément, Petittaureau,moiaumien.Notreitinéraireressembleéton-namment ta lignedecœur.Unemauvaiseblaguedelacompagnie aérienne. «Jeneboisjamaisdethé.Lecigarevousdérange-t-il?»
PauvreBrowning!Ilauraitchangédeplace,sansaucun doute. Drôled'année,tusais,cetteannéeduDragon.
II
Lesanglier,lerat,lebuffle,letigre, J'égrèneconsciencieusementlaménageriecéleste Quimèneàtoi. Etpenserqu'ilst'ontplacéesouslesigneduchat!Toique mêmeMonsieur Krapffappelle«Mâuschen»,petitesouris. Milleneufcentsoixante-trois.Hemingwayétaitmortdepuis deuxans, N.venaitd'emménagerauPalace. Danslaneiged'Interlaken,tondétectivefavoricherchaitdes indicesdu Boutdeson«Alpenstock».
III
Ruedel'Astronome,letéléphoneaétécoupé Etlemondeseréduitàlaprostituéequiattend Sousleporchedel'agenceimmobilièrelepremierclientdu soir. Lesépinglestrouvéesentreleslattesportentbonheur.Jeles rassemble Dansuneboîteetnouspensonsàtononcle.
Ilt'écritdeslettresenformederêvesquetumeracontesau petit Déjeuner.Dansl'armoire,ilmettaitsonparapluie,il yamaintenant Desnuagesauxrefletsvifs.Sajeunefemmeasurgiaufond D'uneassiette.Ellevenaitdedescendredutrainocredes morts.Nousne Savionspassonnom,alorsnousl'avonsappeléeDorikhaet tuluiasdonné Unchâledecouleur.
IV
Desamisviennentdelointedemanderconseil. Tulesécoutessansbroncher,réservanttaréponsepourplus tard. Lesconsultationspartéléphonesemblentmieuxteconvenir. Monsieur Pommard,leboucher,aavectoid'obscursconciliabulesetle fruitier Murmurenotrenumérocommeuneformulepropitiatoire. Tureçoisdesbrasséesderoses,unepourchaqueinterprétation. Pourtant,tonpère Net'apasfaitbroderdetunique.«Est-cequejedoispartir envoyage?» Tuhausseslesépaulesetteversesunsecondverredemaras-quin.
v
Imbenirlandais,Amannenbreton.Lebeurreserait«le nombrilde L'immortalité».Huss'excused'arriversanspréveniretpose savalise Parterre.JepenseàKhidr,lemaîtreintérieur;ildéclame quelques Versetsducorand'unevoixdepasteur.Tuaimeslemiel quianourri EithneetPythagore.Ilest,detoutefaçon,aurégimeetfait l'élogedela Margarine.Levoyagesemblel'avoirfripé.Noussavonsce quinousattend Séancesetlévitationsàlachaîne.Toutencoupantuncigare, ilévoque Hiram,Déméter,Cùchulainn.Hambourgluimanquedéjà, villerose Commeunsaumonaubordd'uneeauhuileuse. Lesoirs'étire.Encoreundecesétéslesrêvessemoquent denous.
VI
Chut.Lesmortsnousregardentdeleursyeuxnoirsetblancs. Ilsrôdent Commedesvagabonds,commelalune.
Laquestionfiscale
LaNouvelleRevueFrançaise
Dèsqu'ils'agitdefinances,ilestrarequ'onnevoiepasbientôtpointer l'oneilleduPèreUbu.Bienentendusurtoutenmatièredephynances publiques.MinistredesFinancesdoitêtreunmétierépatant.Perpétuellement biensûrl'argent manque,maisilyaperpétuellementcemoyend'enfaire rentrerd'autrequ'estl'impôt.C'estmême moinsunequestiond'imagination qued'inventaire.Onsaitqu'ilyaeudesimpôtssurlesfenêtres,lespianos, leschiens.Onpeutaisémentencréer(ourecréer)denouveauxsurlesportes, lesguitares,leschats.Unechosem'étonne(maisjesuispeut-êtremal informé)qu'iln'existepasd'impôtsurl'impôtentantquesigneextérieur derichesse.Ons'enprendpourl'instantauxécrivains.Leursdroitsd'auteur sontdésormaissoumisàlataxedite«àlavaleurajoutée».Cequi,d'une certainefaçon,paraîtlogique,puisquelesécrivainseux-mêmesajoutent ous'efforcentd'ajouterunevaleurlittéraireàleurlanguenationalecourante. Dèslorsqueceteffortintéressepeuouproula collectivité,ilsemblenormal qu'ilsn'enconserventpastoutleprofitpécuniaire.Entermesconcrets,cela signifiequel'auteurd'untextedehuitpages,parudansLaNouvelleRevue Française,aulieudepercevoirlamodestesommede640francs,n'encaissera plus(toutesautrestaxesdéduites)que559,06francs.vala différence, etenparticulierlepourcentagereprésentantlaTVA?Ilestreversé,on l'espère,faute demieux,auministèredelaJeunesseetdesSportsqui, parfaitementconscientde lanaturedesonrôle, desamission,acréél'an dernierplusieursprixlittéraires,chacundotédetroismillionsanciens,dont unpourl'élèvede troisième (oudeseconde),successeurdeRimbaud,qui renouvellerachaqueannéede fond encomblenotrepoésie.Onferaitbien deprévoirunsérieuxdédommagementpourlesjurés,entretousméritoires. Adirevrai,sij'étaisministre,jeprocéderaisdifféremment.Carj'aitrop souventl'occasiondeliredespoèmesdelicenciésèslettres(voired'agrégés) pournepasregretterquecetargentnetombepasplutôtdansleportefeuille del'Educationnationale,afinqu'ellerémunèredignementdesprofesseurs capablesd'apprendreàécrireauxfuturslauréats. Maisàécrirecomment?LebulletinLettre(s)(n°2,janvier-février-mars1992), publiéparl'Associationpourlasauvegardeetl'expansiondelalangue française(Asselaf),citeunpassagedudiscoursd'ouverturedu«8eComité d'orientationduréseauinternationaldenéologieet determinologie»,pro-noncéparledéléguégénéralàlalanguefrançaise,M.BernardCerquiglini. Ilyestquestiondeceserpent demerqu'estla réformedel'orthographe, quebeaucoupcroyaientréengourdi.Ehbiennon,ilrampe,conformémentà sanaturede serpent.Nousreproduisonsinextensolemorceaudecediscours citéparLettre(s)Jeprofitedel'occasion,déclaraitdoncM.Cerquiglini,pour vousinformerquelerapportduConseilconcernantl'orthographe,quinousa donnébeaucoupdetravailetmêmequelquessoucis,estentraindeseconcrétiser dansl'usage,nonpasintégralementbiensûr,maisdansuneproposition(sic) nonnégligeable.MAINTENANTQUELAPLUPARTDESGENSPENSENT QUEL'AFFAIREN'APASEUDESUITE,LETRAVAILSEFAITEN DOUCEUR,EFFICACEMENT,ETL'OPÉRATIONDEMODERNISATION