La Nouvelle Revue Française N° 483

De
Ernst Jünger, Journal 1992
Dominique Pagnier, Un geste gauche de Marie
Thierry Bouchard, Jean
Jean-Pierre Martin, Le piano d'Épictète
Claude Roy, Le voleur de poèmes : Grèce, Japon
Reconnaissances :
René Char, Envoûtement à la Renardière
Jean Roudaut, Envoûtement à la Renardière
Roger Parisot, James Hadley Chase et le mythe de la Femme fatale
Camille Dumoulie, La nouvelle : genre de l'événement
Le fond de l'air :
Lorand Gaspar, Croquis tunisiens
Jean-Pierre Georges, Vivant sur terre
Gérard Farasse, Entre parenthèses
Guy Valensol, Adulte par politesse
Pierre Alechinsky, Par surprise
Alain Herve, L'abécédaire de l'Ange (III)
Guy Goffette, Bucarest, aller-retour
Jacques Réda, Qu'est-ce qui se passe?
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072383038
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
ERNSTJUNGER Journal1992
i
Wilflingen,1erjanvier1992
Beaucoupd'hommessedécouvrentuneparentéd'espritavec unHéraclite,unMontaigne,unLichtenberg;c'estuneforme particulièrededon.Ellepuisedanslepatrimoine;lalecture nes'entientpasauxnerfs,elleplongejusqu'ausang.Elle relèvedel'étatd'éveil,alorsquelerêvecommencechezles romantiques,ycomprisJean-PauletByron.Celaexplique pourquoilessentimentsdeviennentàlamodetandisquel'esprit demeurevivace.Maisensembleilsformentuntoutetnerestent pasdéfinitivementséparés.
Genèseducercle. 1)Lepoints'estélargi,réalisé. 2)Ladroites'estrecourbéeets'estredécouverte.C'estla pluspiètrevoie,danslamesurelepoint,lorsqu'ilcommence àrespirer,peutaussiformerunesphère.
LaNouvelleRevueFrançaise
L'annéeseraagitée.Pourleprédire,iln'estpasnécessaire d'êtreprophète.Jelacommencepourtantenassezbellehumeur j'entendsparlefaitdesesentirsimplementbienéquilibré, sans.êtretourmentépardespensées.Jouissantdesoi-même.») Jepeuxêtresatisfaitdemasanté.Depuisquelquetemps, j'entendsunpeumoinsbien.Surtoutsimoninterlocuteur n'articulepassoigneusementjedoislefairerépéter.J'aiété inquiétépardespointsvertsquiapparaissaientdansmonchamp visuel,particulièrementsurlessurfacesunies.J'aiconsultéune bonneophtalmologiste,MmeKuhn,quiaconstatéunmanque d'irrigationsanguine.Ilyapourlecombattredesmoyensqui sesontrévélésefficaces.Etqu'enest-il del'approche? JemefaistoujoursdusoucipourAlexandreNousavons fêtélaSaint-Sylvestreenfamille2aveclui.Cematin,après l'église,laréceptionhabituellelepasteur,lemaire,lesvoisins. L'après-midi,MonsignoreNyssenetHartmutBlersch. Aumomentdesfêtes,onsedemandedeplusenplussion estencorecapabledelessupporter.Peut-êtredevrions-nous désormaisnouséclipserdanslesCaraïbes,oudumoinsdans notrerefuged'Überlingen.
Wilflingen,2janvier1992
L'annéenormalecommence.Échangestéléphoniquesavec Parisalorsquenousavonsiciuntempsensoleillé,ilyfait gris.Danslecourrier,unelettred'unlecteurdeGeestharcht «DansSoixante-dixs'effaceII,p.444,vousparlezdel'ap-parenceduparfaitquipeutoffenser.Jeviensderelirerécem-mentcepassage,justeaprèsavoirvécuuneconfirmationde votrepensée».
1.Lesecondfilsd'ErnstJünger,quivientd'avoirdegravesproblèmesdesanté. (N.d.T.) 2.Enfrançaisdansletexte.(N.d.T.)
Journal1992
Suitladescriptioncompliquéed'unpassagedelettreconservé malgrédesréservesdestyle.«Vousm'avezrenforcédansmon couraged'imperfection.» Donc,unbondébutd'année.Enoutre,le«visiteurde service».Sansqu'ilaitprévenusileTaurillonlelaissequand mêmeentrer,c'estbonsigne.Cettefois,ils'agissaitd'un étudiantenmathématiques,depèretunisienetdemèrefran-çaisecourtemaisagréableconversation.
Wilflingen,3janvier1992
Hiersoir,aurestaurantchinoisLotusàSigmaringenavec Liselotte,Alexandre,Ève,MonikaMilleretMmeReck.Canard àlapékinoise,bienpréparéetbienservi.Discussionportant, entreautres,surlesproblèmesdesanté,surtoutcelled'Alexandre quivaprendrel'avionpourBerlincesjours-ci. Entre-temps,lespointsvertsontdisparu;ilsmedonnaient l'impressiondelutinsagaçantsquisurgissaientàl'improviste enricanant,tantôtsurlemur,tantôtsurlerobinetdela baignoire,tantôtsurlenezd'uninterlocuteur. Unsymptômeparticulierquiamoinsàvoiraveclagravité d'unmalqu'avecsaperception,c'est«lapréoccupationper-pétuelle».
Lanuit,j'assistaisàlapremièred'unspectacle.Nousétions assissurdesbancscommeàl'école,avecdespupitresdevant nous.L'héroïnedelapiècesouffraitd'unmanquedelibido. J'étaisassisàcôtédesonmari,unmédecin,etjeluidemandais s'ilavaitdéjàlulerôle,cequ'ilmeconfirmatoutenhochant latête «Jel'auraisnaturellementpréféréeennymphomane.» Apparemment,ils'agissaitd'unévénementje ledéduisis dufaitqueLouisesetrouvaitdanslasalleelleestrarement absentequandlescélébritésseréunissent.Jenel'avaisd'ailleurs
LaNouvelleRevueFrançaise
pasrencontréedepuistrenteans,sijenetienspascomptede l'inévitablelecturedesrubriquesculturelles.Lorsqu'elle m'aperçut,ellesemblasurpriseetvintbrièvementmevoir, simplementpourmedire«Habites-tutoujoursàMondete? Lesilencesefaittellementautourdetoi.»Sansmêmeattendre maréponse,ellemetournaledos,cequimepermitdeconclure quejen'avaisplusmaintenantbeaucoupd'importance.Puis onfrappasurmonpupitres'étaitinstalléeentre-tempsune rousseincendiaired'âgemoyen.Était-ceunedesesfilles?Et pourquoisiprovocante?Elledevaitlesavoir,maisjesuisfaible encalculmental. L'assistancen'étaitguèreàmongoût;elledébordaitde santé,commesurlestableauxd'unpeintreofficielduIlleReich. Ouunbolcheviqueavait-iltentédepeindreuneicône?Et quel étaitlerapportaveccettepremière?UnMixtumcompositum jelaissaislaquestionensuspens.Maisontrouvaitaussi desmortsdeshôtesinvitésàunenuitmagiquedansle styledelapeinturedessalons. Auréveil,jem'interrogeaisurtoutcela.Qu'était-ce,par exemple,que«Mondete»?Ellepensaitprobablementàla maisonduvignoblej'avaishabitéavecFriedrichGeorg. Elleétaitsituéesurunemontagneensoleillée,un«Montd'été2. » Detelsrêvesnepeuventêtreexpliqués,maisonpeutles déchiffrer.
Encoreducourrierdenouvelan.PascalHachetm'envoie une«lettreapocryphe»queGoetheauraitécritele28avril 1787augrand-ducdeWeimar.Jenesaispascequ'ilfaut enpenser.Entoutcas,lalettredeCharlesAugusteàsasœur FrédériquedePrusseestauthentiqueunautographequej'ai offertauTaurillonpourNoël.
1.Raubnacht.Danslatraditionpopulaire,lesRauhnâchiesontlesdouzenuits magiques,entreNoëletl'Epiphanie,lesmortsnousrendentvisitependantnotre sommeil.(N.d.T.) 2.Enfrançaisdansletexte.(N.d.T.)
La
NouvelleRevue
Française
Ilestdesruesquisetordentcommeladouleur,drôlescommel'amour,droites commelajustice,largescommeunlivre,ouvertescommeunami.J'enconnais derecroquevillées,ondiraitdesmèresquiontpeur. Lesrueschantent,jouent,dansent,courent,tombentetserelèvent,souffrent, sebattent.Lesruesdressentlesenfants,soupèsentnosmalheursd'adultes,tournent et retournent,grandissent,sebaissentetseredressent. IlestdesdamesauxnomsdefleursViolette,Hortensia,Marguerite,Lilas. Auxnomsdeparfums.AuxnomsdecouleursBlanche.Auxnomsdebonbons. Auxnomsdepays:France.Auxnomsd'oiseaux.D'églises.Desaintes:Made-leine,Agnès,Altagrace.Leurvieestdanslarue,monte,descend,partetrevient. Ondiraitunessaimdelampesfolles. Lesruess'envontàladériveets'entrelacentauxcarrefours. Jeconnaisunpetitchemindetuf,piedstors,bouchedorée.Ilagardéjusqu'à cejouruneodeurdelampeàgazqu'ilporteenluidepuislongtemps.Cestqu'unefois,unenuit,moncœurbattittrèsfort,dansunemaisonenbois,à chambrehaute.Jem'ensouviens. Chaquehommeporteenluiunerue.
RENÉ
PHILOCTÈTE
Lesgensdouésd'unpeud'oreillel'ontsansdouteremarquélalangue change.Deceschangements,onnevapasélaborerlathéorienidresserle catalogue.Onsecontenterade citerunpetitfait,maisquiprésagepeut-être undéplacementenfrançaisdel'accenttonique.Probablementsousl'influence branchées deprésentateursenthousiastesde la radio(radios«jeunes»,«», «pop»,«rock»,«funk»,«in»,etc.),lepopulaireonnousrépètequ'il n'yaplusdepeuplemaiscen'estpasvrai;onasimplementintérêtàle croirelepopulaire,donc,metdésormaispresquesystématiquementen valeurlafinaleautrefoismuettedesmots,toutaumoinschaquefoisqu'il s'agitdemarquerunecertaineinsistanceau fond déjàlyrique.Parexemple JosianeouFrédéricnedisentplustut'rendscompt'?maistut'rendscomptE, detellefaçonqu'eneffetnonseulementl'accentportesurlasyllabe5(en phonétique)devenueavant-dernière,maisdétachesinettementlea(idem) final,queloindes'enteniràcettevaleur,iltendàs'arrondirenunvéritableo (denphonétique)bien ouvert.Onnousferaobserverqu'ilnefautpas confondrecetallongementdelapénultièmeavecunaccentproprementdit. Iln'empêche.Onneditpluszvùswëtynb5nfÉtmaiszvùswëtynb5nfëtë(o). Nimêmeetc'estencoreplusnotablefôktâjjëlkwâfœr,maisfôk-tâjjëlkwâfcérs(ou3)2.Nedevrait-onpass'intéresserdavantageà cequi bougeainsidanslalangue,qu'àdesmoyensquelconquesdelafixerparune orthographeancienneounouvelle?Età cerythmenaissantplutôtqu'aux fadaisesinertesqu'onnousproposeàtortetàtraverscommepoésie?Le futurcherchesavoix.
1.Enfrançais 2.(Idem)Il
classiqueJevoussouhaiteunebonnefête. fautquetuailleschezlecoiffeur.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.