La Nouvelle Revue Française N° 484

De
Ernst Jünger, Journal 1992 (Fin)
Guy Goffette, Prière pour aller au paradis avec Jammes
Didier Duprat, Le Mont Atlas
Jean-Pierre Martin, Le piano d'Épictète (Fin)
Jean-Noël Chrisment, Tessons
Marie Dominique Benvenuti, Les derniers mois de la vie de Vermeer de Delft, d'après le récit de Thomas Van Haag
Pierre Alechinsky, Pollock et Guernica
Reconnaissances :
Francois Lurcat, Yves Bonnefoy, le réel et la science
Richard Blin, L'œil de l'esprit (Edgar Wind)
Roger Parisot, James Hadley Chase et le mythe de la Femme fatale (Fin)
Camille Dumoulié, La nouvelle : genre de l'événement (Fin)
Le fond de l'air :
Claude-Pierre Perez, Le dimanche à Dieppe
Gil Jouanard, Rue de Sévigné
Jean Elias, Ma grand-mère
Henri Droguet, Soliloques
Alain Hervé, L'abécédaire de l'Ange (IV)
Georges Arès, De la signature considérée comme un des beaux-arts
Jacques Réda, Qu'est-ce qui se passe?
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072387555
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
ERNSTJÜNGER journal1992
Fin
Wilflingen,16août1992
Auborddel'étang.Leshirondellesmouillentleurseinau vol.Leredoublementdumotneconvientqu'auxdéessesetà lafemme. Jemangeunepêche,jettelenoyaudansl'eauilcoule. Lanoixdecoco,enrevanche,comporteunvéritableéquipement nautiquepourtraverserl'océan,styleKontiki,une géniale construction.Faireentrerceladanslesystèmeàl'aidede millionsd'années,même Darwinauraitdumalàyparvenir. Maisjen'airiencontrelui.Leconstruirelui-mêmeétaitaussi untourdeforce.
Ilyabiendesannées,j'apprisd'uncolonialdesdétailsde comportementquineconviennentqu'àlafemmeblanche paroppositionàlafemmedecouleur.Commebiendessecrets, jedoislesgarderdansmoncœur.
LaNouvelleRevueFrançaise
Dansmoncœur,jegardeaussi,entreautres,desparolesque j'aientenduprononcerpardespuissantssijelesnotais,je terniraisencoreunpeuplusleurréputation. Jen'aipasvud'atrocitésdemesyeux.Jelesaiarrêtées dansl'oeuf.Commentmonsergent-chef,unbraveBas-Saxon audemeurant,envint-ilàseprésenteràmoiendisant«Mon capitaineleFührersouhaitequ'ontraitedurementlesFran-çais»?CelaluiavaitdépludevantLaonquejefassedonnerà desprisonniersdelanourritureetunvéhicule. Jeluiaiaussitôtmisunfrein.
«Delatenue!»C'étaitplusqu'unordrechezlesPrussiens àsavoirlerenvoiàunehiérarchiequinetoléraitaucune discussion.Parrapportàcela,l'intelligencesupérieure,les hautespositionsetlesgrandsméritesrestaientsecondaires. VoyezleconflitentreleprinceFrédéric-Charlesetleremar-quableSteinmetzaprèsGravelotteUnefauterelativement mineuredanslapréparationcoûtaitleurcommandementaux généraux;quoiqu'ildûtensouffrirlui-même,leroirefusade passerl'éponge.
Magadino,23août
1992
L'ététorride,rafraîchipardesorages,profiteaujardin.Je nemesouviensd'avoirconnucheznous detellestempératures qu'en1911.Lesdahliasseprésententenrangéesmulticolores,
1.LabatailledeGravelotte,malengagéeparlegénéralvonGoltz,commandant labrigaded'avant-gardeduVII'corps,appartenantàla1"arméeplacéesousle commandementdugénéralSteinmetz,tournaàl'avantagedesFrançais.Maisle maréchalBazainemanquacetteoccasionderemporterunevictoiredécisiveetbattit enretraite.LesFrançaisperdirent3600hommesetlesAllemands5000.(N.d.T.)
Journal1992
lestomatesenrangéesrouges,lesvolubilisenrangéesbleu ciel.Lesfleursdecesdernierssontpresqueimpondérables;leur bleutranscendelaperceptionsensible;c'estlamêmesurprise qu'aveclescouchesetlespelliculestrèsmincestellesles bullesdesavonetlesflaquesdemazoutquis'étalentsurles mares.LeStyxsemetàmiroiter;ilnousinvite.
Commetouslesans,nouspassonsunesemainedansle Tessin.Lesexcursionsnedonnentpresqueaucunrésultat;le solestseccommedel'os,lafloreestdéshydratée.Encompen-sation, nous nousdélassonsdansdesaubergescampagnardes commeleGrottoBundiàMendrisio.Onyprépareencorela polentaàl'ancienne,dansunchaudronaccrochédanslache-minéeau-dessusd'unfeudecharbondebois. LecturedurantcesjournéesleJournalqueDrieulaRochelle atenude 1939à1945,laplupartdutempsàParis.Julien Hervieraétablietannotél'édition.ElleestparuechezGal-limardl'unedesraisonspourlesquellesl'éditeurl'aconfiée àHervierestlathèsedecelui-ci«surJüngeretDrieu».On esttentéparlacomparaison,car,àlamêmeépoqueque Drieu etégalementàParis,jeprenaisdesnotesquiontétépubliées aprèslaguerresousletitredeRayonnement1s. Jeliscetexted'abordcommeunmodèled'autocritique impitoyablequivaencoreplusloinqueRousseau,etensuite commeuneapprocheconscientedelatranscendance,comme unepréparationméditativeausuicidequiafinalementréussi aprèsquelquestentativesinfructueuses.Presqueàchaquepage, jerencontreaussidesfiguresdeconnaissance,cardurantces annéesnousfréquentionslemêmemilieu. Jeprésumequel'antisémitismedeDrieu,dontonluifait griefaujourd'huiavecunesévéritéjustifiée,doitprovenirdes controversesdel'affaireDreyfus.Onenparlaitalorsjusqu'àla
1.C'estletitreallemandoriginaldestextespubliésd'abordenfrançaissousle simpletitredeJournaletrééditésensuitesousceuxdePremieretSecondjournal parisien.(N.d.T.)
LaNouvelleRevueFrançaise
tablefamiliale.Celanel'empêchapasd'épouserunejeune Juiverichedontilgaspillal'argentpendantsonbrefmariage. Ilnotequ'iln'ajamaispubaisersafemme,ilnedissimule pasnonplussesexcèsdanslesbordelsnisasyphilis. IlestfacilededéfinirlapositionpolitiquedeDrieu,difficile delapréciser.Lesgrandscourantsdel'époquel'ontinfluencé defaçonfortemaisdiffuse.Ilacertainementjouéunrôledans l'histoiredufascisme.Lacatastrophedecedernierfutaussila sienneilnevoulutpasluisurvivre,bienquecelaluieût étéfacileavecl'aidedeMalrauxetdequelquesamisil préféralesuicide. D'abord,DrieuestenthousiasméparHitler;cependant,au coursdelaguerre,onvoit évoluersesappréciationsl'in-fluencedeNietzschel'emporteendernierlieu.Iltientpour importantd'«atteindrelefonddeladécadence»ceserait unretouràlaterre.Nietzscheditdemêmequ'ilalaisséle nihilismederrièrelui. Bienque Drieumettesonespoirdanslespeuplesnordiques, Stalinedevientpourluilafiguredominantelorsquelerevi-rements'annonce.Lavolontédepuissanceet laréussite deviennentdécisivesàsesyeux.CelasonnecommeduNietzsche maisramèneloinderrièrelui,pourquiDarwin,cemodèlede «se»,tenaitboutiquedevéritésdedeuxsous. médiocritéanglai Jenote danscecontexteunepenséedeDrieuquim'aaussi préoccupéetaffligépendantmesnuits«Lecrimecontre l'Europe,c'estleduelanglo-allemand..)Laluttefratricide ( desdeuxpeuplesnordiquesetgermaniquesbénéficieauxSlaves. (.)HitlerestaussicoupablequeChurchill1. » IlnousfauticireveniràGuillaumeIIetaufunestecarcinome deFrédéricIII.LahainedeGuillaume poursononcleest undrameshakespearienenstyleartnouveau.Quelapoli-tiqued'armementnavalseraitunéchec,beaucoupdegens,et Bebelentreautres,l'avaientreconnutrèstôt.Elleamené, auSkagerrak2,àunspectaclequiauraitréjouileseinhe-
1.JüngerciteicilibrementleJournal1939-1945deDrieulaRochelle,Gallimard, 1992,p.474.(N.d.T.) 2.LabatailleduSkagerrak(ouduJutland)opposalesflottesanglaiseetallemande
LaNouvelleRevue
Française
avaitprovoquéuntelconcoursdehargnes etdebassesses.Lesymptômeest excellent.CependantqueditPhilippeDelaveau,lepoète?
JeanTortel
Le tempsd'outrageétaitdepeudeforce. Nousavonsvisitélesilenceetlapaix
Limitesducorps,choixdepoèmes(présentationparHenriDeluy)aparu enmars auxéditionsGallimard,bienpeudejoursaprèsladisparitionde JeanTortel,quiétaitné en1904.Nousauronssansdoutel'occasionde revenirsurl'œuvreassezconsidérabled'unpoètedontonconnaîtlerayon-nementetladiscrétionexemplaire.Peut-êtresesouvient-onmaintenantmoins biendel'activitécritiquequifutlongtempsla sienneauseindel'équipe desCahiersduSud.Voicideuxbrefsextraitsdecesétudesouchroniques, témoignantdel'ouvertureet del'unitéd'unesprit. SurFrancisPonge(CahiersduSud,n°319,1semestre1953)Toute l'œuvredePongetendàrésoudreleproblèmedel'écritureentantquetentative pourdébarrasserlesparolesquiseprononcentdesscoriesquilesencombrentet quilestirentaufond.Parolesquitraînentleurproprepoids,luttentavecleur proprefaussetéetseconfondentd'abordaveclemalentenduqu'ellesprovoquent. Touteparolecommenceparêtreimprécise,inexacte,vaguenonclaireàcause desvides,zonesd'ombre,qu'ellelaisseentreelleetl'objetconsidéré,zonesque latâchepoétiqueestderéduire,peuàpeuetbiensûr,Pongelesait!ilreste toujoursunecertainemargejusqu'àcequel'objetsoitdéfinid'unefaçontelle quesapartd'infaillibilitépassedanslesmotsquiledésignent.Cestlemoment del'évidencepoétique,celuidelacréationréelledel'objetquidevientenfinune possessionhumaine. L'opérationneserésoutdoncpasenuneluttecontrel'objet,maiscontreun langagequ'ilfautforcer.LaRagedel'Expressionestlejournaldececombat, enmêmetempsquelecommuniquédurésultat.Ilestbieninutiled'essayerd'y séparerleparlantd'avecsaparole.Ilsnefontqu'unetlesrésonancesdel'homme sontl'hommelui-même.Nisonreflet,nimêmesonimagelecombatquePonge livreavecrageenvuedel'expressionfiguresaqualitéd'hommedanstouteson épaisseur.CestPongetoutentier,telqu'ilsedésire.Ecoutonsparlerl'auteurde MyCreativeMethodde<cesensquiseplacedansl'arrière-gorgeàégale distancedelabouche(delalangue)etdesoreilles.Et quiestlesensdela formulation,duVerbe».IlfautquandonlitPongesereplacercommeillefait, auniveaudecetteprofondeurdel'homme,àcetendroitviscéralilseramasse poursedilaterdansl'instantquiserasonaccomplissementsuprême,celuivivreetdireseconfondent,saparoledevientsonavenir.Iltend,avons-nous dit,àrésoudrel'acted'écrire.C'estque,provoquerlaparole,s'uniràellepour lacombattreavecsesmoyensàelle;laréduireàcequ'elleestenl'éclaircissant commeonéclaircitunsemispourobtenirunerécoltelarendrebelleen l'arrangeant,laformulerc'estnousformuler.Cestnousfairecequenoussommes
1.LeVeilleuramoureux,Gallimard,1992.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 304

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 424

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant