La Nouvelle Revue Française N° 485

De
Salah Stétié, Dormition de la neige
Lorand Gaspar, L'énormité de la tâche
Écrivains turcs :
Claude-Pierre Perez, Lettre d'Istanbul
Fazil Hüsnü Daglarca, Poèmes
Sait Faik, L'homme créé par la solitude
Melhi Cevdet Anday, Six poèmes
Bilge Karasu, Les mûriers
Ece Ayhan, Poèmes
Tahsin Yücel, La queue
Oktay Rifat, Poèmes
Reconnaissances :
Jean Renaud, Le philosophe et le temps perdu (Notes sur Le Neveu de Rameau et d'autres textes de Diderot)
Jacques Laurans, Une bibliothèque dans le désert (Ungaretti)
Christian Doumet, L'hymne impossible des idées pures (Salah Stétié)
Le fond de l'air :
André Hodeir, En avant
Alain Hervé, L'abécédaire de l'Ange (Fin)
Guy Goffette, Bucarest, aller-retour (II)
Gilles Coupet, Prague
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072387333
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
SALAHSTÉTIÉ
Dormition
de
1
la
neige
Stèledormanteombréedeneige Danslevent videsedévêtlefroid Commeombred'hommeombréedeneige Etcouronnéedetouslambeauxdufroid Buéeombréesimplifiéeparlaneige Danscepaysbrûlédesoudainfroid
Cethomme,etquisera,viendramourir Danslereplid'unerosedefroid Ayantdonnésonnomàtouteneige Néedelaterreetrevenueverselle Commeeaunocturneagrééeparlecœur Cethommeayantàtoutsommeildonné Soncorpsd'amouretsonoubli,unpeu Deneigeviveapeuréeparlefroid
Cethommeayantauventdonnésesmembres Levoicicavalierdesnudités Lui-mêmeetsonchevaldevenusfrères Buvanttousdeuxlemêmelaitduvent Quiestd'astreperduetlaitdepauvre Sipauvrefemmeétabliedanslesonge Qu'elleestassiseetsesdeuxmainsbrûlées D'avoirtouchélefroiddesnudités
Ilaenfinenfintouchélaneige Sonmembred'hommeàlafindénudé Etsamèreàgenouxlepurifie Puislavoici,sa maindevenuesonge Contresoncœurdontl'aorteestunarbre
Cethommeayantperdusonnomdeneige Ilyadehorssamèreetsoncheval Maisluis'attardeàs'abreuverd'unlait Quiestlelaitdelaplussombrefille Delaplusnueavecsesétamines Assiseviveetseslingesdesang Rêvantcelaetl'eausursesépaules Faisantbrillerdesesépaulesl'ombre
Ilestàsatoiletteaidantsamort Méditativeetquiluitendunfruit Ilprenddeuxfruitspoursonchevalilsort Etnulchevaldevantsaporte,mais Commeunmilliersoudaind'immenseslyres Laflammeaveclaflammeaveclapluie
II
Maisl'absolu l'absoludelaneige Estuneflammeauchevalattachée Pluspurchevalquetoutchevaldeterre Admisàdesjardins,àdesnuages Quisont,nuages,desfiguresdelavie Brûléeslesoirdansdesthéâtresd'air Afinquenesoitplusquelanuitvive
Or,lechevaletl'arbre Portenttousdeuxlesignequifulgure Dansleretraitetladénudationpromise D'euxrienneresteramaislepluspur Del'arbreserafiguré dansl'esprit Etrecouvertnuitammentparlesnuages Defleursavecleursfruitsquisontensemble Unpeud'éternitédevenuejour
Ilssont tousdeuxdececôtédujour Avecl'éternitécommeun cheval Buvantd'untraitl'éternitédujour Douceetprésenteinlassablementdansl'arbre Commeurnedéchiréeetbrûléevive Devenuefemmeettoutefoisbrûlante Siinstalléedanslalimpidité Qu'elleestjardinettoussesfruitsdeneige
Commeunjardindeneigeettoussesfruits Estcettefemmeallégéeparlaflamme Donnantdesesdeuxmainsledondeneige Àladouleurdecequ'elleest,aufroid
Quibrilleaigucommeacuitéd'étoile Àpeinetraverséeparlenuage Delapenséeàpeineréfléchie Parcettefemmeendoloriedemonde
Elleestsouslanuéed'inconnaissance Femmeetblessureetblesséequigémit Commecolombeéblouieparlalenteur Delabrûluredesonêtreinextinguible Quin'estpersonneetseulementilest Unpeudemortcontrelafemmevive Quiestdormanteincendiéed'images
Elleestdormanteetseulementelleest Rapatriéeencepaysdeneige Avecseslongsviolonsdetransparence Obscurcisparlatraverséedesnuages Etsesraisinssontraisinsabsolus Soncorpsdefemmeétantcolombefaite Etsonvisageunpeud'ardenteneige Offerteàtoutenuitpartoutenuit
III
Etsonraisinestlavéparlamer Etrelavéetbrûléparl'écume Commeracined'eaudanslecharbon Quiestbeautédecethéâtred'ombre Elleestcendrelégèreelleestvivante Danslapoussièredesvivantsavecleursyeux Sousladouceurquilesfitnaîtrecendre
Théâtreosseux,beaucorpsdelabyrinthe Éclairéparunelampedebleuets Danslemiroirlumineuxdelaterre brûleunarbreensoleillédetemps Etquisefaitviolencedecolombe Au-dessusdel'amourdontlevisage Estdanslaneigeunearmereposée
Beaucorps,ôcorpsenfantéparlesarbres Etsidressédanslalumièred'arbre Quetonvisageabandonnéimplore Deseulementsurluiembraserl'herbe Pourquelaterrevienneaprèslaneige Etqu'ellebrilleensemencéed'unfeu Quin'aimequeleplusardent,lerouge-gorge
Oiseauperdusouslanuéed'incandescence Cernantdesafragilitélesliserons Quiflambentseulsenamontdelamort Prèsd'unelampeenténébréedejour Etlentesilenteàbrûlerdansl'esprit Quetoutepierreluiestsigneetprésage
Quetoutepierresoitcepeudeterre Sortiedel'eaucommeuneépaulebrille Aveclafemmeavecsonventrefille Sachairblesséeéblouissantl'esprit Commeuneétoileégaréeparlesfleuves D'uneautreterreancienneceuxquivont Outreleblé serontcriblésdepierres
LaNouvelleRevueFrançaise CLAUDE-PIERREPÉREZ D ppe LeDimancheà Lettred'Istanbul(présentationdesécrivainsturcs).
JACQUESRÉDA Ainsivalemonde extra-terrestres. Suédoises. LaQuestiondes JEANRENAUD (Diderot). LePhilosopheetletempsperdu
OKTAYRIFAT Poèmes,traduitduturcparAhmetSoysal
JEANROUDAUT Unecoquille deChar. «EnvoûtementàlaRenardièreRené Poèmes. PAULDEROUX CLAUDEROY LeVoleurdepoèmesGrèce,Japon
ROBERTSABATIER Tarpinian). LeNouveauLazare(Armen Ponge. GHISLAINSARTORIS L'Œilet teuSALAHSTrÉTIÉ ÔSTENSJÔSTRAND Poèmes,traduitdusuédoisparMalouHôjeretl'au-neige. Dormitiondela
106 29
126 127 123
97
88
96 68
31
59
122
125
54
1
484 485
480 481 482
485
485
481 483
480
483
481
482
482
485
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant