Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
JEAN-MARIELACLAVETINE
Mouches
i
noyées
Leplusdifficileestdenepasleurarracherlagorge.Pour peuqu'ilsaienteuletempsd'avalerprofondémentl'hameçon, onsetrouvecontraintà desactesdechirurgiefine. Rémiregrettaden'avoirpasferréplusvite.Ilpritson dégorgeoir,unemincetiged'inoxdontilfitglisserl'extrémité fourchuelelongdufildenylonjusqu'àl'hameçon,solidement plantédansunanneaudelatrachée.Parbonheur,lesperches, pourvuesd'unegueulevasteetsouple,seprêtentdebonne grâceàcetyped'opération. Nebougepas,tuespresquesauvée,murmura-t-ilsans chercheràconvaincre. Enquelquessecondes,ilparvintàdégagerl'ardillonsans provoquerd'hémorragie.Laperche,encoreétourdie,alla rejoindredanslabourrichelesdeuxcommèresquil'yavaient précédée. Rémiétaitarrivéavantleleverdusoleil.Ilaimaitcette heuresilencieuselarivièresereposedanssesodeurspuis-
LaNouvelleRevueFrançaise
santéspoivreetanis,sauge,terremouillée.Onn'entendque lechuintementdel'eaulelongdesberges,reprisencontrepoint parceluiduventtraversantlesfeuillages.Puisunrossignol faitunessaidevoix,desfroissementsd'ailescommencentà courirsurlasurfacedel'eauquel'ondistingueencoreàpeine, unragondinpasse etplongesousuneracine.L'aubenaissante mouillelesrivesdelueurspâles.Pendantquelquesinstants, danslafourmillantepénombre(etpourpeuqu'unpaysandes environsnemettepassontracteurenmarche),onpeutsecroire enfinseulaumonde. Rémiavaitposésonmatérielsurlapetiteavancéedeterre d'oùilétaitvenu,laveille,lancerunpaindechènevisetdu blécuitmêlédefarineetdeterre.Puis,remontantlarivière jusqu'àlacascade,ilétaitallécalerunebouteilledegaillac entredespierres,danslevifd'unremous. LeflotteurRémirestaitfidèleauxplumesdepaonetsoies deporc-épichéritéesdesongrand-pères'inclinamollement versl'arrière,secouchauninstantaufildel'eau,puisreprit saverticale. Enalerte,Rémiaffermitsaprisesurlapoignéedeliègede lacanne.Lesignalattendunetardapasdeuxtouchespresque imperceptibles,suiviesd'unpiquéplusfrancautermeduquel ilferrad'uncoupsecetléger.Lafinessedel'attaquenelaissait pasespérerunclientbienconsidérable.Uneperchette-soleil palpitabientôtdanssapaume,toutesnageoireshérisséessur lamoireétincelantedesarobetachetéedebleuetdejaune. Rémiéprouvaitunetendresseparticulièrepourcespiratesd'eau douce,férocesdestructeursd'alevinsmaisincomparablesdandys auxquels,enfant,ilavaitconsacréunaquariumentier.Ilhésita àremettreàl'eaulecalicobasimmangeable,maisdécidade conserversaprisepouruneéventuellepêcheauvif,ensoirée. Quelquesinstantsplustard,unegicléed'ablettesenéventail luisignalal'arrivéedanslesecteurd'unmalfaiteurdeplus grosseenvergure.Rémidécidadechangerdetactique.Aban-donnantlaligneflottante,ilsaisitsapetitecanneàlanceren fibredecarbonecourteetsouple,elleluipermettraitd'at-teindrelesendroitslesmoinspraticables.Ilsedéplaçalelong
Mouchesnoyées
delaberge,ensilence,projetantàlalimitedesherbes,dans lecreux dessouches,uneminusculecuillèretriface,légèrement plombée,montéesurunnylondedix-huitcentièmes.Illa récupéraitlentement,endandinantparsaccadesafind'imiter lafuiteéperduedel'abletteouduvairon. Danslafraîcheurdupetitmatin,lesous-boisavaitdes résonancesdeciterne.Parissetrouvaitàquelquesannées-lumière,directionnord-nord-ouest.Parislebureaules ordinateursronronnaientjouretnuit,l'appartementdecéli-bataireRémiretrouvaitlesoird'autresécransceluidela télévision,celuid'unordinateurpersonnelsurlequelilinventait desprogrammesaprèsenavoirfabriquédanslajournéepour lecomptedeSonarPlus,celuidumiroirdelasalledebains grimaçaitunvisageauxcernesbleu-noir. Nord-nord-ouest,approximativement. Lalameorangeetbleud'unmartin-pêcheurcisaillal'airen longeantlaberge,accompagnéedesontitihtperçant.Rémivit l'oiseaus'arrêter unpeuplusloindansunvolsurplace,plonger, etreprendresontrajetrectiligne. Leslancersrestèrentinfructueux.Lapercheoulebrochet quiavaientsemél'émoidanscetteportionderivièreétaient sansdoutepartisversd'autresterritoiresdechasse.Plutôtun brochet,supputaRémi.C'estunanimalparesseux,facilement repu,délaissantlegibierqu'iln'apuattraperaupremieressai. Laperche,aucontraire,estopiniâtreetsanguinaire;plusd'une foisRémiavaitvuunegrossemèrepoursuivreuneproiejusque surlagrève,ellevenaits'échouerautermedesacourse furibonde. Ilrevintverssonpostedepêcheinitial.Dansunepetite ansecalme,ilputramasserquelquesversporte-boisquilui seraientutilesplustarddanslajournée,silespoissons,tellement versatiles,selassaientdesesversdevase. Lamatinéefuttranquille.Ilattrapadelablanchaille quelquesgardonsetrotengles,unchevesnequ'ilrejeta.Vers onzeheures,iljugeaopportundes'offrirunen-casléger,par exemplequelquestranchesd'andouilleaccompagnéesd'un
LaNouvelleRevueFrançaise
gobeletdegaillac.Deux,éventuellement.Ilallachercherla bouteilledanslecourantfrais. C'estenrevenantqu'ilconstataladisparitiondesonlaguiole. Lecouteaunesetrouvaitnidanssespoches,nidanslaboîte àpêche.Ilremontalesentierjusqu'àlavoiture,eninspectant lesolduregard,sansrésultat. RiennonplusdanslaVolvo.Peut-êtrel'avait-iloubliéàla maison,aprèslepetitdéjeuner.Lalameneluiferaitpasdéfaut laboîteàpêchecontenaitunopinel.Maisilyavaitplusgrave. Lelaguioleétaitmuniduseultire-bouchondisponibleàplu-sieurskilomètresàlaronde. Rémidutserésigneràmâchertristementsonandouilleen regardantdériverleflotteur.Commepourmarquerleur compassion,lespoissonsfirentpreuve,dèslors,d'unediscrétion absolue.Surlabouteilledegaillac,couchéedansunlitde pervenches,perlaitunebuéeimmatérielle.
II
Depuisqu'iltravaillaitchezSonarPlus,Rémiprenaitsys-tématiquementsesvacancesàlamêmepériodeetaumême endroitunebergerieachetéedèslapremièreannéegrâceàun emprunt,aménagéedefaçonrudimentaire,aucreuxd'unvallon perdu,danscette régiondésertiqueetbéniechaquesous-boisabriteuntorrent,chaquevalléeunerivière.Ilpouvaity traqueràloisirlatruiteetlebrochet,leblack-bassetlesandre, l'abletteetlegoujon,aulongdetrentejournéessilencieuseset leplussouventsolitaires. Lesoir,ilvidaitlepoisson,lecuisinait,ets'installaitsurle parvispourledégusterdanslaseulecompagnied'unvinfrais, faceaucrépusculechargéd'odeursetdebruits.Ilfumaitensuite uneoudeuxcigarettes,etpréparaitlapêchedulendemain.Il fallaitmonterdeshameçons,lesaiguiser,assemblerleslignes, vérifierlesplombagesdansl'abreuvoirdelacourafinqueles
LaNouvelleRevueFrançaise
PHOTO
C'estunjeuneélan,auboutd'uneficelle,auborddelaroute, prèsd'unecabanevendeusedepeaux.Lescarss'arrêtentpourla photo.Lefindufinestdeprendrel'animalparlecouetdesourire àl'objectif.Derrière,lesmontagnes,untorrent.Parfoislabêtese cabre etsejetteausol.Elleperdsontempsetsesforces carles touristesontfaitdeuxmillekilomètrespourelle.Etlaphotod'un élanenrentrantchezsoiestobligatoire.
LESVIEUX
Ilsvivent,ilsontdesvisages,desmains,desidées,ilssebousculent pourlesdire,pouravoirdesréponses,pourfairerire.Lematin,ils sontlevésplustôt,ilsprennentdesdouches,ilsfontleursvalises, ilssontlespremiersaurestau,leursyeuxbrillent,ilstrientles gourmandiseset,lesbraschargés,ilss'envontdignesàleurtable. Mêmeilsremplissentleurspochesdepainpourlelancerauxmouettes surlepontsoleil.Ilss'amusentcommedesenfantslorsquelesoiseaux viennentdansleursmains.
BERGEN
Ilpleut.Laguidelocaleproposemalgrétoutdedescendre.«Avec lesparapluies.»Personnen'ena.Alorslemuséedesbateaux.Les touristestripotentlesancres,s'assoientsurlespoutres,bâillent. Pourfinir,lajeunefemmeévoqueHamsun,«ungrandartiste». J'opine,«saufqu'ils'estfourvoyé,commeNapoléon,Nietzsche». L'œildelaguides'allume;elleatantdechoses àdirelà-dessus. Moiaussi.Mesvoisinsvoyageursriendutout.Ilssont majoritaires.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin