La Nouvelle Revue Française N° 506

De
Érick Audouard, Fragments de Trébizonde
Daniel Arsand, Un amour
Jacques Rancourt, Mondes
Charles Dantzig, En lisant Suétone
Albarède, Faux-plat (Les Reculées)
Philippe Belval, Première
Reconnaissances :
Philippe Barthelet, Otium Juengeri
Aline Baehler, Initiation. Du parc d'Ermenonville à la mer de Sable
Salah Stétié, L'Islam et les nuages
Madeleine Désormeaux, Les couleurs du poète
Le fond de l'air :
Marc Kober, Mousse Vapeurs et Eaux
Georges Arès, Fin de siècle
Dominique Noguez, Etc. (II)
Jacques Réda, Pour Jean Tardieu
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 4
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072384790
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
ÉRICKAUDOUARD
Fragmentsde
1
Lesétoilessontbasses,cesoir.
Trébizonde
Onpourraitmêmedire qu'ellesrampent,maître.
Etleplafondpeints'envaàgrandeseaux, infiltrépardespluiesobscures.
Leplafondaussis'enva,maître.
Lemortierpercesouriaientmesancêtres,prèsdedieuxen rutquidégoulinentsurlesdallesrenversées.
Goutteaprèsgoutte,lesdieux tombent,maître.
Pourledômeilyabellelurettequesonorestfondu. Qu'ont-ilsfaitdecesmilliersdetonnesd'or?
jevoulaisvousdire,maître, jepréféreraisneplussortir maintenant.Lesruesnesontpassûres. Quantlanuitjereviensdes courses,çabrilleàrasdeterre. Comprenez. Etleschiens,leschiens,ils arrivent,ilssontauxportes.
Ilsaboientautourd'unpalaisd'heureenheureimprobable. Ilsmesurentlanuitaucompasd'unegueuleplusbéanteque lanuit.Ilscherchent.Ilss'excitent.Leschiensouipeut-être. Qu'ilscherchent.Qu'ilss'excitent. Lanuitestsans mesure. Maistoutàl'heureuneodeurdecrinhumide,poivrée, pénétrante,ouest-celacardamomeaufonddujardin? m'asuffoquésurlebalustre.
Lepoilmaître,lepoildeschiens.
Etc'estcommes'ilsmecherchaient,moi, impotentcommeunbaobab,dernierpachadeTrébizonde. Etc'estcommesi,quoiqueimpotent,jefuyais.Jefuyaissur place. Faisaissurmoitoutemoneauettouslesplafondspeintsdu palaisetlesdieuxetlesancêtresetlesouriredesancêtres. Jesuisrentrétoutàl'heure,traînantmoncorpsobèseet vieuxd'obèseetvieuxpacha,etc'estcommesiunseulinstant trèscourtmerestaitpourmenerjusqu'auboutcequireste demoi.Nonpaspouraffalercetencombrementdechairsur
destapistrempés,maispourrésoudrelesquestionsd'unevie d'homme.Maispouracheverenfinlasommedetousles instantsd'unevied'homme.Etc'estcommesijen'avaispas pourçal'espaced'unpas,non,justeletemps,l'injustetemps sijuste,àpeineletempsàpeinedepensercepasaprèsquoi ilsera troptard.
Basses,basses,sibasses,maître, qu'ellessontindistinctesdes flaquesquilesreflètentdeloinen loin.Queferons-nousdemain?
Hier,demain,vastespiècesd'apparatdontj'aiperdules clés.trouverlaforcedetirerlesrideauxquandmordre dansunfruitestdevenuunactepénibleetprésomptueux?
Vousdisiezlesquestionsd'une vied'homme,maître?
Ellestremblentenmoicommelesétoilesdansunpetitpérimètre d'eaucroupie.Jen'aipasmaîtrise,jen'aipaspouvoirde lesdire.Nilesflaqueslesrefletsqu'ellesfont.Nilebaobab lesfeuillesqu'ilfait.NileségoutsdeTrébizonde,nilevagin desfemmesleseauxqu'ilsécoulent.
Danslemonde,vousavez voyagé.Lemonderévèlebien dessecretsauvoyageurcurieux. Etilyadessecretspourtout. L'und'euxnoussauvera.
Dessecrets? Commentlavied'unpacha
suffirait-elle
à
connaîtreles
mystèresdumondepuisqu'unvieuxpachademeure,après avoirvécu,incapabledepercerlemystèredesavie?
Direz-vousdoncquelque choseauxchiensquiviendront?
Messemblablessontsurdescartesàjouer,monpachalikest offertàlaprédation,etj'aidepuistroplongtempsabandonné lesoucidemaigrir.Jesuisgros,visible.Commeteljebouche lavue.J'usurpeuneportionduspectacledumonde.Jene seraipasépargné.Jeleurdiraifaitesensorte, faitesensortedevousrepaîtreaumoins. Dégustez(ouidégustezpeut-êtreestlemotquiconvient). J'aiicidescouvertsd'argentpropresàdécortiquerunvieil homme,desoutilsnombreuxqui,bienmaniés,traquentle comestiblejusqu'aufond delapincedifficiledescrabes. Aprèsquoimesmembresseront sucés,vidés,laisséscommedesflûtesentas, maisd'abordsortez, ouisortez lanappedesgrandssoirs.
II
Queferons-nousdemain,maître? Çaaencorebrillélanuit.
Partirouipeut-être.Calmeinjonctionquimonteàlatête depuisquechacundenosinfimesdéplacements
LaNouvelleRevueFrançaise
Mardi9mars1993
AprèsleChapeaudepailled'ItaliedonnéensoloparMassimo SchusteravecdesmarionnettesdessinéesparlesfrèresDiRosa,nous allonsdîner,D.F.etmoi,auGrandColbert.Àlafin,nouscomman-donsdufromage.Legarçon,unjeuneBeurempresséetpresque survoltédanssondésirdebienfaire,commenceparapporterunpetit potdebeurre.Ignorantàl'évidencecequecetusageadepuis longtemps,danscertainesrégions,detotalementbanal,et désireux desoulignerl'incomparableoriginalitédesonétablissement,ilaccom-pagnesongeste,avecleplusgrandsérieux,unineffablemélangede zèleetdefamiliaritélestylerattrapéparlaplouqueriede l'explicationsuivante«Voilàdubeurrepourvotrefromage.Vous allezvoir,çaserasympaavec».
Jeudi11mars1993
Dansl'anciennelibrairied'AdrienneMonnier,ruedel'Odéon, GeorgesMontimeparledesanouvellerevue,Chef-lieu«Jevoudrais ypublierd'unauteurcequepersonnenes'attendàcequ'ilpublie. » Fortbeauprogrammemaisilmesemblequec'estceluidela littératuremême,danscequ'elleadeplusfortl'inattendu,le perpétuellementinattendu.Ilauraitpumedirecelaautrement«Je neveuxpublierquedesécrivainsvivants»l'écrivainvivantétant celuiquientendconstammentdifférerdelui-même,changerdegenre, étendresapalette,sesurprendreetsurprendrelesautres.
DOMINIQUE
NOGUEZ
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 361

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 332

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant