La Nouvelle Revue Française N° 521

De
Kerouac, Charyn :
Achmy Halley, Kerouac à la recherche de sa langue perdue
Jack Kerouac, Ma folle naissance crépusculaire - La nuit est ma femme
Jerome Charyn, La lettre de Mogilev
L'Algérie des écrivains :
Rachid Boudjedra, Éloge d'elles
Assia Djebar, Retours non retour
Mohamed Dib, Écrire lire comprendre
Jean Pélégri, Les malheurs de Fantine
Jamel Eddine Bencheikh, Aux douze carreaux d'une croisée
Jean Sénac, Plaques du 24 mai 1973
Rabah Belamri, Histoire de Joseph
Amar Mezdad, Eux, le corbeau et nous
Ouassini Laredj, La nuit des longs couteaux
Paroles :
Jean-Luc Parant, La lumière du feu
Jacques Borel, Une seconde chute?
Alain Spiess, Les mimosas
Lectures :
Herve Carn, Le roman d'Adam et Ève de Bernard Noël (Stock)
Gérard Farasse, Œuvres poétiques complètes de Jules Supervielle (Gallimard)
Laurand Kovacs, Les maîtres de la parole créole, de Raphaël Confiant (Gallimard) - Contes créoles des Amériques de Raphaël Confiant (Stock)
Françoise Bettenfeld, La femme qu'il fallait tuer de Germán Sánchez Espeso (Gallimard)
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 15
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072379956
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
SOMMAIRE
Kerouac,Charyn 3 JACK KEROUAC MAFOLLENAISSANCECRÉPUSCULAIRE LANUITESTMAFEMME JEROMECHARYN LALETTREDEMOGILEV
L'Algériedesécrivains dossierréaliséparDeniseBrahimi 33 RACHIDBOUDJEDRAASSIADJEBAR MOHAMMEDDIBJEANPÉLÉGRI JAMELEDDINEBENCHEIKHJEANSÉNAC RABAHBELAMRIAMARMEZDAD OUASSINILAREDJ Paroles 109 JEAN-LUCPARANT LALUMIÈREDUFEU JACQUESBOREL UNESECONDECHUTE? ALAINSPIESS LESMIMOSAS Lectures 139 HERVÉCARN BERNARD NOËL GÉRARDFARASSE JULESSUPERVIELLE LAURANDKOVACS RAPHAËLCONFIANT FRANÇOISEBETTENFELD GERMÂNSÂNCHEZESPESO
155 Tablesemestrielledesmatières
Kerouac,Charyn
JACKKEROUAC MAFOLLENAISSANCE CRÉPUSCULAIRE LANUITESTMAFEMME PRÉSENTÉ PARACHMYHALLEY
JEROMECHARYN LALETTREDEMOGILEV
À
KEROUAC LARECHERCHE DESALANGUE PERDUE
PAR
ACHMY
HALLEY
LeplusgrandregretdeJackKerouacfutsansdoutede nepas avoirpuécriresonœuvredanslalanguedesesancêtres. Franco-américaindontlesgrands-parentsontquittéle Québecàlafindusiècledernierpourvenirtravaillerdansles filaturesdeNouvelle-Angleterre,iln'aapprisl'anglaisqu'à l'âgedesixans,quandilestalléàl'école.Ilatoujoursconservé aufonddeluilanostalgiedesesoriginescanadiennesfran-çaises,del'accentfamilierdu«patoisdepetitenfantdans lequelnousparlionslefrançais,notrelanguematernelle1». LadécouvertedumanuscritdeLanuitestmafemme,texte inconnuduchefdefiledelaBeatGénération,entièrement écritenfrançais,dontnouspublionspourlapremièrefoisun extrait,est,danscecontexte,unerévélationsurprenanteetras-suranteàlafois.Surprenanteparlabeautérugueused'une langueoralequasienfantine,héritéeduparlerpopulairedes CanadiensfrançaisexilésavecleurcultureenNouvelle-Angleterreausiècledernier.Rassurantecarelleconfirmel'iti-nérairesouterraind'unécrivainsauvagequi,toutaulongde sonexistenceetdesonœuvre,aétélarecherche desalangue perdue.Au-delàdel'imagedeclochardcéleste,inventeurde la«prosespontanée»,l'incessantequêteidentitairede Kerouac,tropsouventnégligéeparsesexégètes,pourraitêtre reconsidéréeàlalumièredecetteœuvreinconnue,composée
1.VisionsdeGérard,Gallimard,1972.
ACHMYHALLEY
dansunelangueintérieurequiledéfinitpeut-êtredavantage danssaglobalité. «J'aijamaiseuunelangueàmoi-même»,écritKerouac dansLanuitestmafemme,longuenouvelledontlemanus-critcouvrecinquante-sixfeuilletslargementraturés,nonpas seulementparcequeKerouacavaitdesdifficultésàtrouverses motsdansle«françaislowellois»desonenfance,maisparce quel'écrivaindevantsafeuilleblanchecherchaitlittéralement salangue,s'inventaitununiversàluientre«lesgrossesformes, lesgrandesexpressionsdepoète»etl'anglaisdesgarsdu « coin».
Lanuitestmafemmeavraisemblablementétéécritdébut 1951.Kerouacaalorsvingt-neufans.Iladéjàpubliéunlivre, TheTownandtheCityparuauxÉtats-Unisl'annéeprécé-denteetesquisséplusieursversionsdeSurlaRoutequ'ilavait d'abordtentéd'écrireenfrançais.Kerouacad'ailleurssoi-gneusementconservétoutesavielestracesdecettepremière versionfrancophonedulivrequiallaitlerendremondiale-mentcélèbre,pagesquisonttoujoursinédites. Dansleslettresàsesamisquidatentdecetteépoque, Kerouacparledutextequ'ilestentraind'écrire,une«novela» enfrançaisquiestsansnuldouteLanuitestmafemme.Dès septembre1950,ilécritàunejournalistefranco-américaine quiluiavaitreprochéd'avoirmasquésesoriginescanadiennes françaisesdanssonpremierlivre«Unjour,madame,j'écri-rai,enfrançais,unromancanadienfrançaisdontl'actionse dérouleraenNouvelle-Angleterre.Ilfaudraquejel'écrivedans leplussimpleetrudimentairefrançaisquisoit.Etsiunédi-teur(.)veutlepublier,ilfaudraqu'illetraduise.»Dansla mêmelettre,expliquantqu'àl'âgedevingtetunans,ilne maîtrisaitpasencorecomplètementl'anglais,ilnote«Larai-sonpourlaquellejejoueaveclesmotsanglaisaussifacilement
1.Avantlaroutedanslatraductionfrançaise.
LA
NOUVELLE
REVUE
FRANÇAISE
Ilestparfoissondouble,ilempruntequelques-unesdesesana-lysessur l'imageet lapensée,ilagitdansdeslieuxfréquentés naguèreparl'auteurcommelethéâtredeLaManufactureavec lamiseenscènedelapiècedeBoulgakov,AdametÈve,cequi autoriseàlafoisunromandansleroman,unjeuinterréféren-tieldansuneœuvredontLeRomandadametÈvedevientla pierredetoucheetlatransformationdelarelationdel'auteur ennarrateurenunevastemiseenabyme. Toutcelan'estpasgratuitcarl'espaceduromanengendrele mêmebrouillardqueceluidéposésurleschoseslaréalitéest fuyante,ellel'estd'autantplusquandellesemblegarantiepar touslescritèrespossiblesdesonexistence.Unephrasede Magrittecitéedanslelivre,«L'invisibleestduvisibleprovisoi-rementcaché»,peutnouspermettredeposerceromancomme l'effacementdeceprovisoiretoutestvisiblecarladistinction entrel'invisibleetlevisiblenesefaitplus.PourBernardNoël, l'imaginairenes'écartepasduréel,ilenestlasubstancemême ilsuffitderegarderderrière puisdansleschoses,d'ensaisirle frémissementduvoileoulesfinesaigrettes.Cettecontemplation exigepourêtreefficacedessensacérésquisachentrechercher autantquerecevoir,unecapacitéd'attentionàlaparoledel'autre poursaisirlesmultipleslinéamentsdelarévélation.Balancéepar lemouvementdesrencontres,parlesdérobadesouparles réponsesdéviées,lamarcheenavantdunarrateurleramènetou-joursenarrière,verslesreliefidel'histoirerécenteducom-munisme,verslesgrimoiresdestraditionsoccultes,cellesqui agissenttoujoursànotreinsu.Iln'yaplusdeprogrès,maisune situationgénéraliséedemenéesanssurvivance,deparodiesdes parodieslethéâtredeNancyl'onrépètelapiècede Boulgakovapparaîtendéfinitivecommeleseullieusolidepar l'affirmationd'uneimitationrevendiquée,leréeln'étantplus qu'effetdefading. Pourmettreenœuvrefictionnellementcetunivers,l'auteur composedespersonnagesqui tissentuneintrigueàl'échelleeuro-péennedansuntriangleRussie-Paris-Nancy.Cettedernièreville
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

L'héritage Dickens

de le-nouvel-observateur

Madame Chiang Kai-shek

de editions-gallimard

suivant