Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Brèves littéraires. No. 89, 2014

de societe-litteraire-de-laval

Corps sauvage

de editions-david

La Nouvelle Revue Française N° 273

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
SOMMAIRE
L'écolecontrelalecture 3 DANIÈLESALLENAVE UNELANGUEENVOIEDEDISPARITION? PATRICKGRAINVILLE LALITTÉRATUREESTPROFONDE RICHARDMILLET L'INENSEIGNABLE FRANÇOISEBETTENFELD LASOIFETLAFAIM GÉRARDSPITERI LAPENSÉEEUNUQUE JACQUESPÉCHEUR LESTERRITOIRESDELALECTURE
Poésie 6 1 ODYSSEUSELYTIS LEMONOGRAMME OCTAVIOPAZ LESDOIGTSDANSLAFLAMME JOSÉCARLOSBECERRA RÉCITDESÉVÉNEMENTS
Document 87 DANILOKIS EXCURSIONÀPARIS
Découvertes 117 GÉRARDMARTIALPRINCEAU LESSOLITAIRES PHILIPPEDELERM PLAISIRSMINUSCULES
«Jemesuisfaitunserment entretouteslesnécessitésdu tempsprésent,entretousles problèmes,j'enchoisiraiun auqueljeconsacreraitoutce quej'aid'intelligence,toutce quej'aid'âme,decœur,de puissancephysiqueetmorale, c'estleproblèmedel'éducation dupeuple.Avecl'inégalité d'éducation,jevousdéfie d'avoirjamaisl'égalitédes droits,nonl'égalitéthéorique, maisl'égalitéréelle.»
JULESFERRY,avril1870
L'écolecontrelalecture
DANIÈLESALLENAVE UNELANGUE ENVOIEDEDISPARITION?
PATRICKGRAINVILLE LALITTÉRATURE ESTPROFONDE
RICHARDMILLET L'INENSEIGNABLE
FRANÇOISEBETTENFELD LASOIFETLAFAIM
GÉRARDSPITERI LAPENSÉEEUNUQUE
JACQUESPÉCHEUR LESTERRITOIRESDELALECTURE
L'ÉCOLE
CONTRE
Unecolèrevenuedeloingrondechezlespro-fesseurs.Uncrimeparfaitoupresques'or-ganise,perpétréaveclesgantsblancsetlesins-trumentslissesdelaScience,aunomdesplus louablesintentions.Lavictimedésignéele génielittéraire.L'imaginationetsesprestiges douteux.L'expériencehumaineetsapart d'ombre. Pour comprendreunpeucequisetrame,il suffitd'écouterlesconsternantsleitmotivede cettenouvellelanguedebois.«Indicesd'énon-ciation»,«connecteurslogiques»,«focalisa-
Attitudevicieusedel'élève
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE
Ilestimmense,letrottoirroulantdelastationMontpar-nasse.Ons'yengageaveclamêmeappréhensionquesurles escalatorsdesmagasins.Maisici,pasdemarchesdépliées commedesmâchoiresd'alligator.Toutsefaitdansl'horizon-talité.Ducoup,onéprouvelemêmetypedevertigequelors-qu'ondescendunescalierdanslenoir,et quel'oncroitàune dernièremarchealorsqu'iln'yenaplus.Unefoisembarqué surcetteeauvive,toutbascule.Est-celedéroulementdutrot-toirquicontraintàunecertaineraideur,oubiencompense-t-onpar uneréactiond'amour-proprecesoudainlaisser-aller, celaisser-faire?Onvoitbiendevantsoiquelquesincondition-nelsdelaprécipitationquimultiplientlavitessedutrottoir pardelonguesenjambées.Maisc'estbienmeilleurdedemeu-rerguetteur,lamainposéesurlarampenoire. Ensensinverseglissentversvousdessilhouetteshiératiques, etc'estdepartetd'autrelemêmeregardfaussementabsent. Étrangefaçondesecroiser,prochesetinaccessibles,danscette fuiteaccéléréequijouelanonchalance.Destinshappésune seconde,visagespresqueabstraits,planantsurfondd'espace gris.Plusloin,lecouloirréservéauxmarcheursimpénitents, dédaigneuxdesfacilitésdutrottoirmécanique.Ilsvonttrès vite,soucieuxdedémontrerl'inanitédesconcessionsàla paresse.Onlesignoreleurdésirdedonnermauvaise conscienceaquelquechosed'unpeufrusteetridicule.Ilfaut s'enteniraucharmeaccaparantdutrottoirroulant.C'estune fièvresage,aulongdurailmélancolique.Dansl'immobilité fuyante,onestunpersonnagedeMagritte,uneenveloppede banalitéurbainecroisantdesdoublesévanescentssurunruban d'infiniplat.