La Nouvelle Revue Française N° 530

De
Du monde entier :
Ingmar Bergman, Un dernier cri
Agota Kristof, La clé de l'ascenseur
Stefano Benni, Main-d'escargot
John Cheever, Insomnie
Mário de Carvalho, Le rêve
Gustaw Herling, Monologue sur une religieuse défunte
Cinéma :
Michel Deville - Madeleine Kammoun-Carlet, 'Masques et bergamasques' (entretien)
Chroniques :
Pierre Pachet, Andrei Platonov
Françoise Bettenfeld, René Belletto ou L'art de la fugue
Alain Viala, La querelle de l'école
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072386190
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
SOMMAIRE
Dumondeentier
3 INGMARBERGMAN UNDERNIERCRI AGOTAKRISTOF LACLÉDEL'ASCENSEUR STEFANOBENNI MAIN-D'ESCARGOT JOHNCHEEVER INSOMNIE MARIODECARVALHO LERÊVE GUSTAWHERLING MONOLOGUE SURUNERELIGIEUSEDÉFUNTE
Cinéma 8 1 ENTRETIENAVEC MICHELDEVILLE
Chroniques 99 PIERREPACHET ANDRÉIPLATONOV FRANÇOISEBETTENFELD RENÉBELLETTO OUL'ARTDELAFUGUE ALAINVIALA LAQUERELLEDEL'ÉCOLE
u y a~e~duy lgneontdie mondie ft,u Y~lo~G~~ l e~tie~ dut monde l\ NiT 1 1l{1.-= N Il~7/7~7/7~)1j! 11 ti~entier-^ <L.è::> o du lLl!L~<1~==~<~0 Gil (-'e~tZe~ ~Á~> r `;11t\1..<9!,1 ~ '4;l Y~\oe~-eTt ¿--<eL~±~ e~tie~
Dumondeentier
INGMARBERGMAN UNDERNIERCRI
AGOTAKRISTOF LACLÉDEL'ASCENSEUR
STEFANOBENNI MAIN-D'ESCARGOT
JOHNCHEEVER INSOMNIE
MARIODECARVALHO LERÊVE
GUSTAWHERLING MONOLOGUE SURUNERELIGIEUSEDÉFUNTE
INGMAR
UN
BERGMAN
DERNIER
CRI
Cetterencontreamoureuseapourorigineladécou-vertequej'aifaite,toutseul,del'œuvrecinémato-graphiquedeGeorgdeKlercker.Jeleconnaissais denom,maisj'ignoraissonœuvre.Desrecherches pluspousséesm'ontégalementfaitdécouvrirune Énigmecethommeavaitréalisévingt-cinqfilms danslebreflapsdetempsdetroisfoissixmois d'été.Ilavaitensuitedisparudumondedesombres scintillantespourréapparaître,beaucoupplustard, avecunéchectotal.Etàpartirdefini.Cette Énigmeavaitquelquechosed'intensémentvivifiant. Ilyadeuxans,j'aiécritunepièce.Elles'estallon-gée,alourdieàforcedeminutie,defaitsavéréset decaractèresrelativementvéridiques.Estdevenue ennuyeuse.Cetété,j'aidonctoutbalancéetj'ai écritàtouteallureUnderniercri,enécartanttoutes sortesdefaitsetaussilavéritéobjective.L'histoire estdevenuetoutautre,plusdivertissanteespé-rons-leetbienplusvraie,dumoinsc'estcequeje m'imagine. GeorgdeKlerckerm'apparaîtremarquablement remarquable.Jemedemandequellesimagesil nousauraitoffertess'illuiavaitétépermisdeconti-nueretsisacarrièren'avaitpasétébriséealors qu'ilavaitquaranteans. Lesgéantsontaussiréaliséd'honnêtesmélodrames, peut-êtrefaut-ils'ensouvenir.
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE
littérature,jedemandeclarification.D'autantquecettehistoire apprendquelaquestionestd'autantplusbrûlantequeledébat portesurlaplacedelalittératuredanslaCité.Comme,par exemple,chezPlaton,saintAugustin,Rousseau,Sartre.Alors, cettelittératurequi,danstouslescas,estetseral'undespiliers del'enseignementaulycée,quelle?Est-cecelle,restreinteet post-romantique,del'artpourl'art?Est-cecelle,ouverte,de toutel'histoire,avecdedansSartreetPlaton,Rousseauet Augustin?Oun'auraient-ilspasdroitdecitélittérairepour lesœuvresilsdiscutent,justement,delalittérature? Pouravoirregardédeprès,aufildeplusieursenquêtes,les contenusdesenseignementsreçusparlesprofsdefrançais onm'accordera,jepense,quel'onenseigneenfonctiondece qu'onaapprisjemesensinquietenvoyantqu'ilsont,le plussouvent,unepetiteidéedelaPoétique,maisguèredela Rhétorique,quienestpourtantentoutbonsenslepréalable, encoremoinsdelaPolitique.Àcouperlalittératuredeson statut,àlachâtrerdeplusieurspansdesespratiques,ondonne àcroireauxjeunesqu'elleestunjeuàpeuprèsgratuit,bon pourceuxquienontletempsetl'envie.Pasétonnants'ilss'y attardentpeu.Laquestionn'estpas«faut-ilenseignerlalit-térature?»,maisbienlaquelle?Etplusencore,àquellefin? Cequidiraaussicomment.
Bref,cenuméro525,c'est,commeauraitditfrèreJean,fort bienchanté,etmaintenant?Maintenant,jesouhaitequ'ily aitsurtoutescesquestionsclarifications.Quel'oncomprenne pourquoil'«École» yestprésentéeenmonstreflou,etnon selonlescombatsquis'yjouentpourquoiiln'yapasde propositions,maisdémolitiondepropositionspratiques, concrètes,quisemblentpourtantrépondreauxdéplorations. Quel'onsachedequellelittératureonparle.Sanscela,le risqueseradedesservirl'Écoleetlalittératureendisantles vouloirsauveretsurtout,dedesservirdeshommes,nos enfantscareuxsontlevraienjeu,riend'autre.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.