La Nouvelle Revue Française N° 552

De
Michel Onfray, Là où se consume l'histoire
Ramón Gómez de la Serna, Automoribundia
Jim Harrison, En route vers l'Ouest
Antonio Tabucchi, Du côté de la 'Terre de Sienne'
André Breton, 'Le dernier mot reste à l'éperdu'
Étienne-Alain Hubert, Paysages Breton
Dominique Rolin, Journal amoureux
Lorand Gaspar, Encres
Eva Almassy, Trois nouvelles trop courtes
Gérard Macé, Un monde qui ressemble au monde
Jean-Noël Chrisment, Fixité du malheur
Régine Detambel, Blasons d'un corps enfantin
Guy Goffette, Les Derniers Planteurs de fumée
Jean Clair, Quatre thèmes dans l'œuvre de Szafran
Sam Szafran, Entretien avec Jean Clair
Ôé Kenzaburô - Philippe Forest, Entretien
Chroniques :
Jean Roudaut, 'L'Amythié'. Georges Perros
Arnaud Bertina, D'une histoire à l'autre, Jim Harrison et Claudio Magris
Pierre Pachet, L'Intimité du communisme (À propos de Péter Nádas)
Thierry Laget, L'Art de Barême (Sur le 'Journal-Itinéraire' de Vieusseux)
Chroniques : le cinéma :
Serge Chauvin, Que veut un homme? (Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick)
Chroniques : la musique :
Marcel Marnat, 'Fêtes/Faites / De la Musique'
Chroniques : les arts :
Pierre Descargues, L'an 2000, comme un estuaire parsemé d'îles?
Chroniques : le théâtre :
Hédi Kaddour, Le Revizor et la part du diable
L'air du temps :
Benjamin Berton, L'Amour en Belgique
Yves Leclair, L'Enveloppe de la cigale
Christine Féret-Fleury, Terrain vague
Yvan Leclerc, Quoi d'autre?
François George, Ma rencontre avec Sartre
Notes : la littérature :
Max Alhau, Mirabilia d'Hubert Haddad (Fayard)
Hugo Marsan, La peur du voyage de Bernard Faucon (William Blake & Co)
Notes : le roman :
Linda Lê, Journal d'un cœur sec de Mathieu Terence (Phébus)
Notes : les essais :
François Trémolières, Éros au Moyen Âge de Charles Baladier (Cerf)
Pierre Perrin, Littératures francophones et théorie post-coloniale de Jean-Marc Moura (Presses Universitaires de France)
Notes : lettres étrangères :
Pierre Perrin, Poèmes de Constantin Cavafis (Gallimard)
Gustavo Guerrero, Exercices matériels de Blanca Varela (Myriam Solal)
Pierre Perrin, Le Voyage de midi de Roberto Mussapi (L'Arpenteur)
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072388453
Nombre de pages : 368
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
MICHELONFRAY seconsumel'histoire
Incontestablement,cequisembleanimerlagénéra-tiond'intellectuelsdudernierquartduxxesièclerelève deraisonstroubles,sinondejustificationsétranges.Peu importentlesnoms,ilsviennentimmédiatementà l'esprittantilssaturentrégulièrementl'informationsur leprincipeetlefantasmedumilitantismepréhisto-riquemeetingsàlaMutualité,pétitionsdanslapresse, défiléssousbanderoles,motsd'ordresimplistes,protes-tationsmédiatiques,adressespubliques,messages, lettresouvertesoulibresproposdanslesjournauxet magazines,haranguestélévisuellesdramatisées,misesen scènediverses,pourvuqu'ellesappellentlethéâtre,le publicetlespectacle. LeurPèreàtous,ycomprissurleterraindeserreurs etdeserrances,desapproximationsetdeslégèretés,des incohérencesetdesinconséquences,restelavieillefigure deJean-PaulSartredontlesdatesdenaissanceetde décès(1905-1980)correspondentglobalementàlaPre-mièreRévolutionrusseetàl'arrivéedeFrançoisMit-terrandaupouvoirenFrance.Soitunetragédieengen-
LaNouvelleRevueFrançaise
drantencascadelaplupartdesévénementsdusiècle, puisunecomédiequil'achèveetlediluedansl'insi-gnifiance.Entrecesdeuxmoments,plusieursmillions demortsnourrissentsansvergogneetjusqu'àsatiétéla rhétoriqued'unequantitéincroyabled'intellectuels. Verdun,Leningrad,Rome,Berlin,Stalingrad,Ausch-witz,Hiroshima,laKolyma,Saigon,Alger,Pékin,La Havane,PolPot,SarajevoetBelgradedeviennentpour euxdesoccasionsdedissertersurlaguerre,larévolu-tion,lefascisme,lenazisme,lesystèmeconcentration-naire,labombeatomique,lecolonialisme,lesformesdu marxisme,lesnationalismes,ledroitd'ingérence,l'épu-rationethnique.Disserterpourqui?Àdestinationde quelsauditeurs?Pourproduirequelseffets?Afin d'infléchirquelsacteurs?A-t-onjamaisvuunchef d'Etat,unrévolutionnaireprofessionnel,unmilitaireen chargedesaffairesd'unpays,undictateurrégnantsans partagesurdesmillionsd'individus,sesoucierdel'avis depenseurseuropéens?Imagine-t-onPétain,Lénine, Mussolini,Hitler,Staline,Truman,Mao,Castro,Milo-sevicouClintonaccessiblesauxprotestationsdeclercs français? L'engagementdanslacarrièreintellectuelleprocède dela croyanceaufantasmeplatonicienduphilosophe-roi,ouduroi-philosophe.Platoncroyaitpossiblela réalisationdupolitiqueparl'initiationd'unhomme depouvoiràlaphilosophieDenysdeSyracuse,par exempleouparl'éducationd'unindividuàlasagesse dansledesseind'enfaireunroilemomentvenu. Commesilafréquentationdecettedisciplinerendait meilleurelapersonnequis'yadonneaupointdelui permettred'exercerlepouvoirenleprotégeantdespoi-sonsqu'immanquablementilsécrèteetdesperfidies qu'inévitablementilappelleQuandunphilosophe
MichelOnfray devientroietpersistedanssafonctionroyale,defaitil cessed'êtresagedemême,siunroidevientvraiment philosophe,ils'empressedequitterletrôneetl'aban-donneillicoàmoinsaviséqueluisurlesmécanismes dupouvoirqueluidécouvrelapratiquephilosophique véritable. Aucontrairedel'intellectuelquiimaginepossiblela collusionaveclePrince,lephilosophecampesurdes positionsradicalescarilconnaîtl'antinomieabsolue entrel'hommedesavoiretl'hommedepouvoir,entre l'exercicedel'intelligenceetceluidesaffairesdel'État, entrel'éthiquedeconvictionetl'éthiquederesponsa-bilité,entrelathéoriepureetlepragmatismeimpur, entrelaverturêvéeetlecynismeincarné.Uneinvitation àlatabledel'Élyséeapourseuleconséquencedeflatter lenarcissismeduplumitifinvité.Quipeutconcevoirun chefd'Étatprenantavisetconseildetel outelpenseur avantdedécideruneréformeimportanteoud'engager laNationsurunterrainessentiel?Combiensesontmis auserviceduRoipourfournirdesétudes,animerdes commissions,rédigerdesrapports,proposerdesprojets, formulerdesnotesdesynthèse,théoriserunavisavant deconstaterqu'ondestinaitleurtravailàlapoubelle dèslepremierjour?Unpoliticienauxplushautes chargesnecroiseetn'entretientdanssonentourageque descourtisans,desflatteurs,desopportunistesoudes parasites.Toutmandarinquifréquentecegenre d'hommesecondamneàendosserl'undeceshabits.On nerendpasintellectuellementavisé,etencoremoins intelligent,quelqu'unquigouverne. Pourquoidoncécriredespétitions,rédigerdes adressessilesgouvernantss'enmoquent?Àquoibon passersontempsàréunirdescomparses,àtenirmee-ting,àmiliter?L'intellectuelveut-ilexercerunepres-
LaNouvelleRevueFrançaise
sionsurl'opinionpublique,modifierlespointsdevue duplusgrandnombre?Entend-iléclairernonplusle Prince,maislamasse?Sioui,alorspourquoifaire? carendémocratiecommeentyrannielespeuplesne disposentpasdelapuissanced'infléchirlespolitiques menéesparleshommesd'Étatuniquementsoucieuxde souverainetéetdereprésentativitéquandils'agitd'ob-tenirlessuffragesnécessairesàleuraccèsaupouvoir. Quellesraisonsjustifientl'engagementdel'intelligentsia sinileRoinisessujetsnel'écoutentetnel'entendent? Sipersonnen'enacure?
Biensouvent,unintellectuelnes'excitesurunecause quepourlaprendreenotage,s'enservir,l'utiliseràdes finspersonnelles,privéesetpeuragoûtantes.Sinon,quel besoinaurait-ildecrierdansledésertensachantqu'on nel'écoutepas?D'ailleurs,mêmesionl'entend,onse moquedesesprêchescommedevaticinationsd'ivrogne. L'engeanceneparledoncniauxpuissants,niauxfaibles, niàceuxquidécident,niàceuxquisubissent.Àqui, alors?Àelle-même.Nonpassurleprincipedumono-logueencoreque.maissurceluidumicrocosme, ducénacle.Sonverbe,malgréundétourparl'universel, viselaplupartdutempslepetitthéâtreprivédans lequellacorporationsedonneenspectacle.Laconvo-cationdel'universeldissimulesouventleminusculeet piètreintérêtégocentrique. Danslarelationdel'intellectueletduPrince,lepou-voiretledésirdedominersepartagentéquitablement. D'unepartlepenseur,l'écrivain,lephilosopheenmal deterritoireàcontrôlerd'autrepart,lechefdel'Etat, ledirigeant,ledécideur,leresponsable,désireuxd'un semblableespaceilpuisseorganiser,expérimenteret jouirdesapurepuissance.Moinsennemiesqu'amies,
MichelOnfray
lesdeuxinstancesfonctionnentselonlesmêmesrègles l'électiond'ungagnantsupposel'évictiondespréten-dants.Laguerremènelejeu,elleviseladésignation d'unetêteélueet,simultanément,l'éliminationde toutescellesquidépassent. L'hommedecléricaturelaïquesesertdescausescol-lectivesetmobiliselesgrandsconcepts(leDroit,laLoi, l'Humanisme,lesConventionsinternationales,laCivi-lisation,laCulture,laMorale),ilagitelesgrandsépou-vantails(leGénocide,l'Ethnocide,l'Extermination,le Massacre,laBarbarie,lesCamps,leFascisme),il convoquelesgrandesfigurestutélaires(Hitler,Staline, PolPot)et,bienévidemment,neproduitaucuneffet auprèsdestyrans,desprésidentsoudesmasses.Reste l'apocalypsetoujoursdéclenchéedanslemilieuparla prisedepositiondel'und'entreeuxavanttousles autres.L'horreurrésidemoinsdansl'histoiresanglante récupéréeàsonprofitquedanslefaitdesetrouverpris decourtparuncongénèreplusmalinouplusvifque soi. D'oùunefloraisondelivres,libelles,pamphlets, articles,interventionsmédiatiquesquisignifientavant toutlecombatgermanopratindeluttepourlecontrôle etlamaîtrisedelaréputationpubliqueetnationale. L'intellectuelcontemporainsertmoinsunecausequ'il nel'utilisepourassureretasseoirsadominationsym-boliquedanslapresse,l'éditionetlesmédias.Dansces lieuxdepouvoirparisiens,levocabulairedelaguerre fonctionnepourcaractériserderidiculesluttesintes-tinesenleverunepagedequotidienàlamanièred'une forteresse,menerunecontre-offensiveàl'endroitd'un adversairetropavancédansdespositionsmenaçantes, mobiliserdesforcesetmanœuvrerdestroupespour créerunévénementéditorialdanslesmagazines,opter
LaNouvelleRevueFrançaise
pourunestratégie,défendreunetactique,puisemporter lecombat,plantersondrapeaupersonnelsurlaposition acquiseetainsiacquérirlagloiremicroscopique. Lesclans,lescastes,lestribus,lescénaclesquifer-raillentpourl'intellectuelenvueagissentenactivant lesréseauxderevue,dejournaux,d'hebdomadaires,de collectionséditoriales.Lesjournalistesauxordress'ex-citentégalementetsoutiennent,ouattaquent.L'illusion secréesansdifficultélachosemontrée,dite,exprimée publiquementacquiertimmédiatementlestatutde véritérévélée.Souscouvertdecausesuniverselles, pla-nétaires,humanistesetdecivilisation,lesprisesdeposi-tionmédiatiquespermettentlamiseenavantetenévi-denced'unefigurepromueemblématique. DuCambodgeauKosovoenpassantparleKoweit, laBosnieetleRwandaenoubliantbiensûrlaPales-tine,leTibet,l'Irlande,leKurdistanet autresgéogra-phiesnégligeablesparcequetroppeuvisiblesouren-tableslesintellectuelsdudernierquartdecesiècle utilisentsavammentlescausesmédiatisées,négligentles autres,etsedésintéressentimmédiatementdecequ'ils déclaraientfondamentaluneminuteplustôt,dèsque leséquipesdetélévisionlèventlecampetquelesjour-nalistesselassent,puispassentàautrechose.Letemps deleurindignationcoïncidetrèsexactementaveccelui delaprisedevue,pasuneminutedeplus. Danscesaffairesparisiennesdeluttepourlecontrôle dupouvoirmédiatique,l'universelmasqueleparticu-lier,leglobaldissimulelelocal,legénéralcachelesin-gulier.Toujours,d'ailleurs,cesclientspotentielsàla visibilitémaximalehabitentetviventàParislesstra-tégiesdepouvoirs'activentetsedésactivent.Là,etnulle partailleurs,sefomententlescoupsd'Etat,seprévoient lesrenversementsdesituations,sefabriquentlesatten-
MichelOnfray
tatsaveclesquelsseménagel'entréesurlascènese donnelespectacleimpudique.Derrièrelesgrandes causesmédiatiséessejouentlesluttespourcontrôlerla paroleetl'image,pourquantifieraumaximumlesappa-ritions,pourlesconstruiredelafaçonlaplusvisibleet laplusremarquablepossibles.
Or,pouroptimisersapuissancedefrappe,l'intellec-tuelmondainetparisienatoutintérêtàsimplifierle monde,àbanaliserlacomplexité,àélirelebinaire,le sommaireetlemanichéen.Peuluiimportelacompé-tence,peuluichautletravailoul'avisinforméd'un spécialistedelaquestionparluiconfisquée.Dujourau lendemain,ilimprovisesurlessujetslespluscomplexes qui,pourtant,nécessitentlesanalyseslesplusfines.Les savoirsdugéographe?pourquoifaire?Leslumièresde l'historien?àquellesfins?Cellesdulinguiste,dustra-tègeoududiplomate?dansquelsbuts?Leséclairages del'ethnographe,dufolkloriste,dusociologue,de l'anthropologue?Inutiles.Àquoiboncroiserces approches,perdresontemps,puisqu'ils'agitavanttout d'occuperleterrainleplusvitepossibleetd'arriverle premiersurlelieuducrime. Surlerôledupétroledanslesémiratsarabes,les conflitstribauxenAfriquenoire,ladimensionpolitique duCoran,lanaturedesrelationsentrelespeuplesbal-kaniques,lecaractèrealternatifd'uneformed'islamisme radical,l'étatdesforcesmilitairesstratégiquesmon-diales,lesjeuxdepuissancespolémologiquesplané-taires,voiresurtoutautresujetplacésouslesfeuxde larampe,l'intellectuelimprovisesansdifficulté,sur-le-champ.Jamaisilnereconnaîtsonincompétencenotoire. Pasplusiln'avouelanécessité,pourseforgerunavis, detravailler,s'informer,enquêterenamontsurlesujet
LaNouvelleRevueFrançaise
proposé,etautrementquedanslaprécipitationhabi-tuelledessallesderédactionjournalistiques. Demême,ildisposed'unavisàrendreimmédiate-ment publicsurlesorganismestransgéniquesmodifiés l'apparitionsurlemarchéd'unmédicamentpalliantles déficiencesérectiles,lesnouvellestechniquesdefécon-dationartificielle,lapratiquedelamusiquecontem-poraine,latraçabilitédansl'agro-alimentaire,lafonc-tiondel'artd'aujourd'hui,sinontoutautresujetquiva delamortd'uneprincessedansunaccidentdevoiture àladissolutiond'uneassembléenationaleenpassantpar lesenjeuxoulamétaphysiquedupotcatalytique.Puis-qu'ilrenonceànepassavoir,l'intellectuel,quandilsait, saitparfoispeu.Trèspeu.Qu'importe.L'essentielréside danslaforme,lamanièred'énoncer,lestyle.la compétencemanque,lamoralemoralisatriceetl'incan-tationverbalecomblentlevide. Nulbesoinderecouriràlaraison,àladémonstration, àlalogique,àl'argumentation,ilsuffitd'assénerles véritéssurlemodedel'indignation,delacolère,dela révolte,d'enappelerauscandale,àl'odieux,àl'inqua-lifiable,devitupérer,d'éleverleton,des'emporter.Un intellectuelexaspéré,voiredéchaîné,lavoixétranglée, leregardinjectédehaine,voilàceàquoilatélévision nousahabitués.Chacunsesouvientdesgesticulations deteloutel,toutenayantoubliécequimotivaitun pareilcirque.L'acteurdecetteperformanceluiaussi, d'ailleurs,l'aoublié,requispardenouvellesoccasions médiatiquesdejouerlevertueuxindignéetlemorali-sateurpatenté.Combiendecausesainsioubliéesquand ellesdeviennentinutilespourlacarrièremondainede philosophesfatiguésdevenusintellectuels parparesseou parpureenviedesedistraire? uneexplications'impose,onassisteàunehys-
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant