Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

ABC d’R

de publie-net

La Nouvelle Revue Française N° 397

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
MICHELONFRAY seconsumel'histoire
Incontestablement,cequisembleanimerlagénéra-tiond'intellectuelsdudernierquartduxxesièclerelève deraisonstroubles,sinondejustificationsétranges.Peu importentlesnoms,ilsviennentimmédiatementà l'esprittantilssaturentrégulièrementl'informationsur leprincipeetlefantasmedumilitantismepréhisto-riquemeetingsàlaMutualité,pétitionsdanslapresse, défiléssousbanderoles,motsd'ordresimplistes,protes-tationsmédiatiques,adressespubliques,messages, lettresouvertesoulibresproposdanslesjournauxet magazines,haranguestélévisuellesdramatisées,misesen scènediverses,pourvuqu'ellesappellentlethéâtre,le publicetlespectacle. LeurPèreàtous,ycomprissurleterraindeserreurs etdeserrances,desapproximationsetdeslégèretés,des incohérencesetdesinconséquences,restelavieillefigure deJean-PaulSartredontlesdatesdenaissanceetde décès(1905-1980)correspondentglobalementàlaPre-mièreRévolutionrusseetàl'arrivéedeFrançoisMit-terrandaupouvoirenFrance.Soitunetragédieengen-
LaNouvelleRevueFrançaise
drantencascadelaplupartdesévénementsdusiècle, puisunecomédiequil'achèveetlediluedansl'insi-gnifiance.Entrecesdeuxmoments,plusieursmillions demortsnourrissentsansvergogneetjusqu'àsatiétéla rhétoriqued'unequantitéincroyabled'intellectuels. Verdun,Leningrad,Rome,Berlin,Stalingrad,Ausch-witz,Hiroshima,laKolyma,Saigon,Alger,Pékin,La Havane,PolPot,SarajevoetBelgradedeviennentpour euxdesoccasionsdedissertersurlaguerre,larévolu-tion,lefascisme,lenazisme,lesystèmeconcentration-naire,labombeatomique,lecolonialisme,lesformesdu marxisme,lesnationalismes,ledroitd'ingérence,l'épu-rationethnique.Disserterpourqui?Àdestinationde quelsauditeurs?Pourproduirequelseffets?Afin d'infléchirquelsacteurs?A-t-onjamaisvuunchef d'Etat,unrévolutionnaireprofessionnel,unmilitaireen chargedesaffairesd'unpays,undictateurrégnantsans partagesurdesmillionsd'individus,sesoucierdel'avis depenseurseuropéens?Imagine-t-onPétain,Lénine, Mussolini,Hitler,Staline,Truman,Mao,Castro,Milo-sevicouClintonaccessiblesauxprotestationsdeclercs français? L'engagementdanslacarrièreintellectuelleprocède dela croyanceaufantasmeplatonicienduphilosophe-roi,ouduroi-philosophe.Platoncroyaitpossiblela réalisationdupolitiqueparl'initiationd'unhomme depouvoiràlaphilosophieDenysdeSyracuse,par exempleouparl'éducationd'unindividuàlasagesse dansledesseind'enfaireunroilemomentvenu. Commesilafréquentationdecettedisciplinerendait meilleurelapersonnequis'yadonneaupointdelui permettred'exercerlepouvoirenleprotégeantdespoi-sonsqu'immanquablementilsécrèteetdesperfidies qu'inévitablementilappelleQuandunphilosophe
MichelOnfray devientroietpersistedanssafonctionroyale,defaitil cessed'êtresagedemême,siunroidevientvraiment philosophe,ils'empressedequitterletrôneetl'aban-donneillicoàmoinsaviséqueluisurlesmécanismes dupouvoirqueluidécouvrelapratiquephilosophique véritable. Aucontrairedel'intellectuelquiimaginepossiblela collusionaveclePrince,lephilosophecampesurdes positionsradicalescarilconnaîtl'antinomieabsolue entrel'hommedesavoiretl'hommedepouvoir,entre l'exercicedel'intelligenceetceluidesaffairesdel'État, entrel'éthiquedeconvictionetl'éthiquederesponsa-bilité,entrelathéoriepureetlepragmatismeimpur, entrelaverturêvéeetlecynismeincarné.Uneinvitation àlatabledel'Élyséeapourseuleconséquencedeflatter lenarcissismeduplumitifinvité.Quipeutconcevoirun chefd'Étatprenantavisetconseildetel outelpenseur avantdedécideruneréformeimportanteoud'engager laNationsurunterrainessentiel?Combiensesontmis auserviceduRoipourfournirdesétudes,animerdes commissions,rédigerdesrapports,proposerdesprojets, formulerdesnotesdesynthèse,théoriserunavisavant deconstaterqu'ondestinaitleurtravailàlapoubelle dèslepremierjour?Unpoliticienauxplushautes chargesnecroiseetn'entretientdanssonentourageque descourtisans,desflatteurs,desopportunistesoudes parasites.Toutmandarinquifréquentecegenre d'hommesecondamneàendosserl'undeceshabits.On nerendpasintellectuellementavisé,etencoremoins intelligent,quelqu'unquigouverne. Pourquoidoncécriredespétitions,rédigerdes adressessilesgouvernantss'enmoquent?Àquoibon passersontempsàréunirdescomparses,àtenirmee-ting,àmiliter?L'intellectuelveut-ilexercerunepres-
LaNouvelleRevueFrançaise
sionsurl'opinionpublique,modifierlespointsdevue duplusgrandnombre?Entend-iléclairernonplusle Prince,maislamasse?Sioui,alorspourquoifaire? carendémocratiecommeentyrannielespeuplesne disposentpasdelapuissanced'infléchirlespolitiques menéesparleshommesd'Étatuniquementsoucieuxde souverainetéetdereprésentativitéquandils'agitd'ob-tenirlessuffragesnécessairesàleuraccèsaupouvoir. Quellesraisonsjustifientl'engagementdel'intelligentsia sinileRoinisessujetsnel'écoutentetnel'entendent? Sipersonnen'enacure?
Biensouvent,unintellectuelnes'excitesurunecause quepourlaprendreenotage,s'enservir,l'utiliseràdes finspersonnelles,privéesetpeuragoûtantes.Sinon,quel besoinaurait-ildecrierdansledésertensachantqu'on nel'écoutepas?D'ailleurs,mêmesionl'entend,onse moquedesesprêchescommedevaticinationsd'ivrogne. L'engeanceneparledoncniauxpuissants,niauxfaibles, niàceuxquidécident,niàceuxquisubissent.Àqui, alors?Àelle-même.Nonpassurleprincipedumono-logueencoreque.maissurceluidumicrocosme, ducénacle.Sonverbe,malgréundétourparl'universel, viselaplupartdutempslepetitthéâtreprivédans lequellacorporationsedonneenspectacle.Laconvo-cationdel'universeldissimulesouventleminusculeet piètreintérêtégocentrique. Danslarelationdel'intellectueletduPrince,lepou-voiretledésirdedominersepartagentéquitablement. D'unepartlepenseur,l'écrivain,lephilosopheenmal deterritoireàcontrôlerd'autrepart,lechefdel'Etat, ledirigeant,ledécideur,leresponsable,désireuxd'un semblableespaceilpuisseorganiser,expérimenteret jouirdesapurepuissance.Moinsennemiesqu'amies,
MichelOnfray
lesdeuxinstancesfonctionnentselonlesmêmesrègles l'électiond'ungagnantsupposel'évictiondespréten-dants.Laguerremènelejeu,elleviseladésignation d'unetêteélueet,simultanément,l'éliminationde toutescellesquidépassent. L'hommedecléricaturelaïquesesertdescausescol-lectivesetmobiliselesgrandsconcepts(leDroit,laLoi, l'Humanisme,lesConventionsinternationales,laCivi-lisation,laCulture,laMorale),ilagitelesgrandsépou-vantails(leGénocide,l'Ethnocide,l'Extermination,le Massacre,laBarbarie,lesCamps,leFascisme),il convoquelesgrandesfigurestutélaires(Hitler,Staline, PolPot)et,bienévidemment,neproduitaucuneffet auprèsdestyrans,desprésidentsoudesmasses.Reste l'apocalypsetoujoursdéclenchéedanslemilieuparla prisedepositiondel'und'entreeuxavanttousles autres.L'horreurrésidemoinsdansl'histoiresanglante récupéréeàsonprofitquedanslefaitdesetrouverpris decourtparuncongénèreplusmalinouplusvifque soi. D'oùunefloraisondelivres,libelles,pamphlets, articles,interventionsmédiatiquesquisignifientavant toutlecombatgermanopratindeluttepourlecontrôle etlamaîtrisedelaréputationpubliqueetnationale. L'intellectuelcontemporainsertmoinsunecausequ'il nel'utilisepourassureretasseoirsadominationsym-boliquedanslapresse,l'éditionetlesmédias.Dansces lieuxdepouvoirparisiens,levocabulairedelaguerre fonctionnepourcaractériserderidiculesluttesintes-tinesenleverunepagedequotidienàlamanièred'une forteresse,menerunecontre-offensiveàl'endroitd'un adversairetropavancédansdespositionsmenaçantes, mobiliserdesforcesetmanœuvrerdestroupespour créerunévénementéditorialdanslesmagazines,opter
LaNouvelleRevueFrançaise
pourunestratégie,défendreunetactique,puisemporter lecombat,plantersondrapeaupersonnelsurlaposition acquiseetainsiacquérirlagloiremicroscopique. Lesclans,lescastes,lestribus,lescénaclesquifer-raillentpourl'intellectuelenvueagissentenactivant lesréseauxderevue,dejournaux,d'hebdomadaires,de collectionséditoriales.Lesjournalistesauxordress'ex-citentégalementetsoutiennent,ouattaquent.L'illusion secréesansdifficultélachosemontrée,dite,exprimée publiquementacquiertimmédiatementlestatutde véritérévélée.Souscouvertdecausesuniverselles, pla-nétaires,humanistesetdecivilisation,lesprisesdeposi-tionmédiatiquespermettentlamiseenavantetenévi-denced'unefigurepromueemblématique. DuCambodgeauKosovoenpassantparleKoweit, laBosnieetleRwandaenoubliantbiensûrlaPales-tine,leTibet,l'Irlande,leKurdistanet autresgéogra-phiesnégligeablesparcequetroppeuvisiblesouren-tableslesintellectuelsdudernierquartdecesiècle utilisentsavammentlescausesmédiatisées,négligentles autres,etsedésintéressentimmédiatementdecequ'ils déclaraientfondamentaluneminuteplustôt,dèsque leséquipesdetélévisionlèventlecampetquelesjour-nalistesselassent,puispassentàautrechose.Letemps deleurindignationcoïncidetrèsexactementaveccelui delaprisedevue,pasuneminutedeplus. Danscesaffairesparisiennesdeluttepourlecontrôle dupouvoirmédiatique,l'universelmasqueleparticu-lier,leglobaldissimulelelocal,legénéralcachelesin-gulier.Toujours,d'ailleurs,cesclientspotentielsàla visibilitémaximalehabitentetviventàParislesstra-tégiesdepouvoirs'activentetsedésactivent.Là,etnulle partailleurs,sefomententlescoupsd'Etat,seprévoient lesrenversementsdesituations,sefabriquentlesatten-
MichelOnfray
tatsaveclesquelsseménagel'entréesurlascènese donnelespectacleimpudique.Derrièrelesgrandes causesmédiatiséessejouentlesluttespourcontrôlerla paroleetl'image,pourquantifieraumaximumlesappa-ritions,pourlesconstruiredelafaçonlaplusvisibleet laplusremarquablepossibles.
Or,pouroptimisersapuissancedefrappe,l'intellec-tuelmondainetparisienatoutintérêtàsimplifierle monde,àbanaliserlacomplexité,àélirelebinaire,le sommaireetlemanichéen.Peuluiimportelacompé-tence,peuluichautletravailoul'avisinforméd'un spécialistedelaquestionparluiconfisquée.Dujourau lendemain,ilimprovisesurlessujetslespluscomplexes qui,pourtant,nécessitentlesanalyseslesplusfines.Les savoirsdugéographe?pourquoifaire?Leslumièresde l'historien?àquellesfins?Cellesdulinguiste,dustra-tègeoududiplomate?dansquelsbuts?Leséclairages del'ethnographe,dufolkloriste,dusociologue,de l'anthropologue?Inutiles.Àquoiboncroiserces approches,perdresontemps,puisqu'ils'agitavanttout d'occuperleterrainleplusvitepossibleetd'arriverle premiersurlelieuducrime. Surlerôledupétroledanslesémiratsarabes,les conflitstribauxenAfriquenoire,ladimensionpolitique duCoran,lanaturedesrelationsentrelespeuplesbal-kaniques,lecaractèrealternatifd'uneformed'islamisme radical,l'étatdesforcesmilitairesstratégiquesmon-diales,lesjeuxdepuissancespolémologiquesplané-taires,voiresurtoutautresujetplacésouslesfeuxde larampe,l'intellectuelimprovisesansdifficulté,sur-le-champ.Jamaisilnereconnaîtsonincompétencenotoire. Pasplusiln'avouelanécessité,pourseforgerunavis, detravailler,s'informer,enquêterenamontsurlesujet
LaNouvelleRevueFrançaise
proposé,etautrementquedanslaprécipitationhabi-tuelledessallesderédactionjournalistiques. Demême,ildisposed'unavisàrendreimmédiate-ment publicsurlesorganismestransgéniquesmodifiés l'apparitionsurlemarchéd'unmédicamentpalliantles déficiencesérectiles,lesnouvellestechniquesdefécon-dationartificielle,lapratiquedelamusiquecontem-poraine,latraçabilitédansl'agro-alimentaire,lafonc-tiondel'artd'aujourd'hui,sinontoutautresujetquiva delamortd'uneprincessedansunaccidentdevoiture àladissolutiond'uneassembléenationaleenpassantpar lesenjeuxoulamétaphysiquedupotcatalytique.Puis-qu'ilrenonceànepassavoir,l'intellectuel,quandilsait, saitparfoispeu.Trèspeu.Qu'importe.L'essentielréside danslaforme,lamanièred'énoncer,lestyle.la compétencemanque,lamoralemoralisatriceetl'incan-tationverbalecomblentlevide. Nulbesoinderecouriràlaraison,àladémonstration, àlalogique,àl'argumentation,ilsuffitd'assénerles véritéssurlemodedel'indignation,delacolère,dela révolte,d'enappelerauscandale,àl'odieux,àl'inqua-lifiable,devitupérer,d'éleverleton,des'emporter.Un intellectuelexaspéré,voiredéchaîné,lavoixétranglée, leregardinjectédehaine,voilàceàquoilatélévision nousahabitués.Chacunsesouvientdesgesticulations deteloutel,toutenayantoubliécequimotivaitun pareilcirque.L'acteurdecetteperformanceluiaussi, d'ailleurs,l'aoublié,requispardenouvellesoccasions médiatiquesdejouerlevertueuxindignéetlemorali-sateurpatenté.Combiendecausesainsioubliéesquand ellesdeviennentinutilespourlacarrièremondainede philosophesfatiguésdevenusintellectuels parparesseou parpureenviedesedistraire? uneexplications'impose,onassisteàunehys-