Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 254

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 338

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 216

de editions-gallimard-revues-nrf

Du même publieur

LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
FRANÇOISNOURISSIER
Guerreaux
femmes
Ladernièrefoisquej'aibaisé.Qui?Paslaquestion. Dansl'absolu.Jenedispasladernièrefoisque j'aimangé unedaubeàlaRotondedesGaulois.Nesontconcernésni ladaubenilesGaulois.Jedisdansl'absolu,ladernière fois,labaiseintransitive.Ladernièrefoisque j'aiessayé d'enchaînerlesgestes,sanssavoirà cemoment-làquece seraitl'ultimegrimpette,l'ultimeroutine,ladivinesur-priseouleflop,larengorgeouflanelle,etcetteévidence lumineuse,DieumercimaisonpeutarrêterOnpeut laissertomberah,c'estlemotdéciderdanssatête quec'enestfini,basta,bastadeschaussettes,bastadela douche,bastadespassagesdélicatsallongé,tapanse s'étale,clapoteunpeu,attention,nepass'yappuyer,rou-coulementsdeviscères,maisàpeineteredresses-tu contemplationadoranteoutentativedecompliquerla figurelaventraille,labedaine,letonneaudebière,cette ptôsequisurplombelaceinture,cettebossequimeguet-taitdepuistantd'annéesilaforci,François,disaitla famille.Donc,cettebosse.Ellepointe,oscillecommeun seindenourriceitalienne,puispiquedunez,mecache
LaNouvelleRevueFrançaise monsexe,àsupposerquej'aieencoreenviedecontempler dehautcettemodestepièced'anatomie.Maisoui,basta Ilsuffitd'endécider,aussitôtlesmotsaccourentraccro-cher(lesgants),déclarerforfait,salutoucommelefilsde laMarquise,vousvousrappelez«Etsondadademeura court,àLérida.»«Lérida»?Lacitationtraînaitdepuis silongtempsdansmamémoirequ'elles'yétaitusée.Je m'enservaistellequelle,àl'occasion,joliefaçond'enve-lopperunfiascoàconditionquelapersonnefûtlettrée, sansquoi.MaisjetrahissaislaMarquise.«Court»est unmotféroceetdrôle.Moijedisais«coi»(etsondada demeuracoi,àLérida),cequiétaitcharmant,maisun doute,quandmême,mevenait,jetâtonnais.Alorsque «court»Montécommeunenfantaulieudel'être commeunâne(ouuncheval,précisément.).La débandadeespagnole. D'ailleurs,«Lérida»medisaitquelquechosequoi? Allonsyvoir.«Majestueusecathédraleromano-gothique», cen'estpasça.Ah,unsiègeraté,nousy voilàUnloupé, unedébandade.Ratéparqui?LeGrandCondé,avecses airsdehouribarrésienne.Bref,l'Espagne.Elleéchauffe. EtcommentJemerappelleCalaRadjada.Jemerap-pellelesnuitsd'Oliva.Jemerappelle,àMonoblet,dans lesCévennes(quipourraientêtreunemontagneespa-gnole),lamaisondesMaxOlivierLacamp.Verslebas, elleémergeaitd'unebambouseraie,etverslehautmon-traitunehonorablefaçadedanslagranderueduvillage. Deshabitudesd'ungrand-père,étaitresté,àlalisièredes bambous,àlaportedel'écurie,unobjetd'hydrothérapie élémentairebaignoiresabot,tub,Dieusaitdequelmot désignercetteénormebassinedezincquiressemblait,en géant,auboltarabiscotélecoiffeurtouillesonsavonà barbe.Là-dedans,àpeinedescendudecheval,s'asseyaitle cavalier,sansprendrelapeinedesedéculotter.L'eau,
FrançoisNourissier
venued'unesource,devaitêtrefroide.Lapositiondu grand-pèreétaittelleassezcomparableàcequeles écuyersappellentlapositiondelafemmequibaiseque lesbottes,agitéesenl'air,échappaientàlanoyade.L'eau devaitdéborder,legrand-pèrepousserdescrisd'aiseetde saisissement,leschiensjapper,sedressersurleurspattes arrièreafindeboireàlabassinedumaître.Fallait-ilavoir leculbrûlantpourtremperainsi,l'été,uneculotteà chaqueretourd'unecavalcade Maisj'enétaisausiègedeLéridaetàlamésaventuredu capitaine,quiamusaittantlaMarquisesamère.Quel siècleNousn'enconnaissonsplusguère,dedames capablesdefaireunmotsurladéfaillancepassagèrede leurgarçon.Ellespréfèrentengénéralévoqueràmi-voix etàmotscruslesdimensionsherculéennesetlesprouesses cher. dugamin.«Àcouillesrabattues,mon»Elles vousglissentlachoseaveclamêmegrimaced'intime plaisirqu'ellesprennentpourvousrévélerlepaquet qu'ellesontraflélaveillechezBrongniart.ÀLérida,donc. Saviez-vousquelechapitreconsacréparStendhalau fiascodansDel'Amourfutretirédel'éditionde1822et dutfairepénitencetrenteetunansavantd'êtrepublié? Ilyaintérêtàfrôlerlesmurs.Oncommencepardétailler decharmantessurprises,despannespropices,desclésprovi-dentiellementperdues,descoupsdesoleilquiappellent dessoinsurgents.D'onctionencaresse,decrèmeentalc, Biquets'éveille.OhnonIlsnousattendenttousau bar.LabelleaffaireTuregarderaslesangauxjouesde Sylvaine,lapaupièredeLouise,toutlemondeToutle mondeOuenbateau,aumouillage,cetteheureque chacunpassedanssacabinefraîchitlevent,chauffentles peauxportesquiclaquent,regardssournoisdumousse. Non,décidément,onnedébandepasenvacances.Lacam-bruredel'hôtessedel'airquandelleremontelecouloir
LaNouvelleRevueFrançaise
central,lacambrureetcequivaavec,panier,pétard, innocentepyromane,lesélastiquesdulingebiendessinés souslajuperougeoubleue,triangledudiable,parfois incroyablementhaut,commesilesstringsbrésiliens avaientchangél'anatomiefémininedanslesensd'uneélé-vation.Cesontsûrementdesangesdéchusquiassurent l'assomptionducorpsdesfemmes,lestirantau-dessus d'elles-mêmes,enpleinciel,cequiapourconséquencede nousabandonner,enbas,dansnosfauteuils,entourésdes hautescolonnesdesjambespudiques,intrépides,etcefeu deDieuquibrûleàhauteurdenosregards,s'apaisanten nouslorsqu'ellesseretournentpournousservirl'alcool dontilfautirriguernotredésir,viteafinqu'ildure,nous accompagnelongtempsaprèsl'atterrissage,dansceno man's landdesaérogaresrégatentlesformesclairesdes femmes,mâtsetvoilesdesdoucesfrégatesquenoussup-plions,appelons,recréonsafind'entrertoutàl'heuredans lanuit,notreventreémuprêtàrépondreàunappelque personnenenouslancera.Bande-t-il?Feignonsdele croire,lesommeilvient.Biquetseditquec'estbientôtla quille. Tut'ensouviens,ouiounon,deladernièrefois?Vous l'avezconnu,grand-mère,vousl'avezconnu?Legrand-pèredespajots,avecsonpetitchapeauetsamainau bidon.Chapeau?SorteztoujourscouvertsPlaisanterie ignoréedemontemps,onplongeaitsaqueuedansles frichtislesplusnauséeux,sansycraindremalice,comme àlaparade.Ilyavaitbiencessloganspeintsauxmursdes infirmeriesmilitaires«DeuxheuresavecVénus,deux ansavecMercure.»Maisseulslesautressefaisaient plomber.Lesautres,toujourslesautres,commedansles accidentsdechemindefer.Lespetits-bourgeoisgar-daientlaqueuesaine.Quelquefois,danslescampsderou-tiers,lesvestiairesdesstades,onvoyaitcertainsd'entre
FrançoisNourissier
nousilsnesecachaientpasaprèsdesdisparitions danslachaufferietraînaientlesvieillesbâches,lesrou-leauxàgazondémobilisésselasavonneravecunachar-nementostentatoire.C'étaientlesplusmusculeux,velus dubréchet,ilsavaientl'air,charmeursdeserpents,dese lasoupeser,del'offriràl'étalduventre,bonneviande prêteàdurciràlamoindreplaisanterie.Encetemps-là, austade,ouchezlesscouts,onvoyaitlesgarçonsarquer commeailleurslesfillesrosir.Heureusesnatures «Maisladernière,Papie,ladernière?Tuteperdsdans lanuitdestemps». Sait-onjamaissic'estladernièrefois?Untelrepos,le jourl'onsedit,couptiré,drapremonté,lapartenaire songeuseellen'aguèredépassélabanlieue,ellequi s'étaitallongéepourlesvolcansetlesîles,songeuse,bou-deuseaveccestêtes-là,onfaitleshainestrentenaires, sansprescription.Vousvoyezquelquefois,danslescafés, descouplesquiirradientlahaine,lafemmesurtout,le visagedelafemme.Ilyadanslesridesautourdela boucheuneimpitoyabledétermination.Visagesde tueuses.Onpourraitlejurer,cesdeux-làfaisaientl'amour uneheureauparavant.Oui,oui,l'amour,aveclescris,les turpitudeshabituelles,l'opéra.Queleurest-ilarrivé?Le plaisir,lenon-plaisirdoiventsuscitercesbellesrancunes. Maisj'enaifiniavectoutcela,plusjamais,plusjamais
C'esticilelieudeparlerdusentimentquejem'atten-daislemoinsàtrouverdansmamémoire.L'étonnement. L'onmedemandequeregretterez-vousdel'amour?Et jerépondsl'étonnement.Enperdrelegoûtmeblesseet medéroute.Jelerépéteraidixfoisleplaisirfutpeude chose.Maisl'instantellescommençaientd'accepter. Lepremiergesteétaitparfoisdetirerlesdoublesrideaux, oud'éteindreunelampe,oudemeretirermeschaussures
LaNouvelleRevueFrançaise
(jamaisdelacets,lessoirsl'oragemeroulaitdansla tête),oudedonneruntourdecléàlaserruregestes humbles,toujours,quivalaientparcequ'ilspromettaient d'inconcevable,etquiallaitarriver.Lemomentsousle chemisierapparaîtlesoutien-gorge,quiesttoujoursplus compliqué,adulte,dentellenoire,plusdégoûtamment transparentqu'onnel'attendait.Ellesvontdansdesbou-tiquesachetercelaonrêveElleshésitententredeux modèles,ellestâtententreleursdoigtscetteespècede tullesemédefleurettesàtraverslequelondevinera l'aréoledusein,plusfoncée,plusfragile,plusdessinée queprévu.Unseinquiavudupays.Desmamelonsque leshommesontsucés,léchés,dressésd'ungrattement. Ici,vérifierlesensduverbe«lutiner».Desagaceries,des privautés,despelotages,pluspersonneneparleainsi. Maislesgestesn'ontpasvieilli.Avantdem'yrisquer, quandmême,toujours,l'étonnement.Lavoilà,là,assise auborddulit,avecsesseinsunpeutroplourds,trop bruns,va-t-elle,sansautredit-onàLausanneles libérer,lessortir,lesmontrer,àmoi?Pourmoi?D'une torsiondubuste,surquoisegreffeungestedemodèle dansuneacadémie,elledétachelesdeuxagrafes.Surtout, nepasm'enmêler.Ellesedébrouillefortbien.Àpeine enlevée,lapiècedelingerievers1950,onaimaitlesbus-tiers,lesbalconnets,quiportaientàrire,àbadiner,àvoir danstoutefemmeunepetitefemme,vitrineofferte,mutine (quivaaveclutine,avecbadine),genreMartine,petits lotshistoriquesdanslesfilmsàcostumes,appétissantes (quiappellepigeonnantes),dix-huitièmedepacotille, boisdeTrousse-Chemise,«leVerrou»(quinousramène autourdeclé)àpeineenlevé,donc,lesoutien-gorge,elle s'allongesurlelitafindenepaslaisserpendrelesein,s'il estlourd,maisdel'affalercommeunjaunedanssonœuf, donnantaubuste,sifémininl'instantd'avant,l'aspect
FrançoisNourissier
longiligneetplatquipourraitévoquerunadolescent,un page.Jen'aimepascetinstantheureusement,ilvapeu durerlafemme esttorsenucequemafilleâgéede laitcor cinqousixansappe«se»nue,rassemblantdansla confusiond'unseulnéologismel'étrangeorthographedu motcorpsetleplaisirdepasserl'étédansl'îledebeauté, surlaplagequenousfréquentionslanuditéétait presquederigueur.Jen'aimeguèrecetteétape intermédiairelesseinsnus,parfoisretenusdesdeux mainsenconqueletrésordesConquestrouvaitle moyendedireValérieenriant,m'aidantparcerireàtra-verserl'embarrasdumomentl'actionralentissait.La femmeportaitencoresonjean,oudesbas,ouuncollant sousunejupe,sonregardfiltrantentrelespaupièresà demifermées,attentif.Ellesedemandaitcomment j'allaism'yprendre?Déshabilleur?Frôleurdebou-tonnières?Baisersdecomédieentrechaqueprouesse d'effeuillage?Grandfroisseurdejupeetdelinge?Tout pouvaitalorsdéraper,etlascènetournercourt,pour peu quej'attendisseaprèsavoirrisquéungestemaladroit, brutalpeut-être,histoiredeparaîtreauxabois,soulevéde désir,etc.Biensûr,c'étaitàelledejouer.Commentallait-elles'yprendre?Selèverait-elle,sobre,pourfairetomber rapidementsesvêtements,paupièresbaisséesouhardi-mentplantéesdansmesyeux,prenantappuisurledossier d'unfauteuilpourretirerprestementlapetiteculotteque toutesellesfourrentquelquepart,vite,siviteentrele matelasetlesommier,sousuncoussin,souslepetittas desautresvêtementsdéjàtombés.DanscefilmdeJean Eustache,LaMamanetlaPutain,quiavaitfaitscandaleà Cannesen1972,onvoyaitunejeunefemme,seule,se déshabillantdanslescirconstanceslesplusbanales, portersapetiteculotteàsonnezetlaflairer.Legesteétait sihabituel,etsianimalenmêmetemps,inacceptable,
LaNouvelleRevueFrançaise
quelasalleavaitchahuté.Onluiproposait,àlasalle, enfilages entoutgenre,enculagessuggérés,orgiedesexe avecunetabledecuisinepourlitécartezlespoivrons,la bouteilled'huilebroute-minettes,suçons,labouchede l'hommequisortduchamp,descend,descend,etun lousticcrie«va-t-il?»,maisc'étaitcereniflement quiscandalisait.Seulslespetitsgarçonsontledroit,le mercrediaprès-midi«turéviserastagéographieJete poseraidesquestions»d'ouvrirplacardsettiroirsetde plongerlenez,lesyeuxdanslessoiesfluides,lescotons pudiques,etdesegrisercommefaitledroguéamateur quandilaspire,narinepalpitante,boucheouverte,l'éther dontilasaturéunebouledecoton,jusqu'àcequecette accélérationetcescarillons,danssatête,s'apaisent. Parfumdesmères,dessœurs,différemmentaffolants. Maman-dentelle,Maman-sortiedebainetl'indiscrète odeurdelavandequiécrasel'autre,sisubtile.Lesfilles, elles,sententlafille.Ilserappellelesannéesdeguerre, cesgrossesgarçonnesenjupeetsocquettes,lestraits encorebrouillés,d'abordpassives,patientes,puissoudain pleinesd'inventivecochonnerie,trouvantlesmotspour lesdire,l'invention,lacochonnerie,faisantclaquerla ceinturedanssabouclequandellesdéculottaientle garçon,etalorslà,oui,déjà,l'étonnement.Onenten-dait,derrièrelescloisonsd'unappartementpastoutàfait assezvasteniluxueuxpourqu'ons'ysentîtensécurité, despasglissés,despasdedragon,desriresétouffés,des voixdetéléphonec'étaitaussipérilleuxqu'uncambrio-lage.Illuiestarrivédesefaireprendre,godiche,fiérot,et alorscommelahonteétaitbonneLahonte,presque aussibonnequel'étonnement. Querêvé-jededire?Jemepasselevieuxfilm.Jesuis seuletjesollicitel'éternelrécitquelamémoiresefaità elle-même. Adolescent,etn'aimantquelesadolescentes,
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin