La Nouvelle Revue Française N° 562

De
Jacques Réda, Poèmes d'un citadin
Caroline Lamarche, Lettres du pays froid
Jean-Paul Michel, 'Non pas choses, mais signes'
Bernard Leuilliot, Avant-propos
Louis Aragon, 'Mon cher petit'. Lettres à Paul Eluard (1919-1943)
Lionel Follet, La Dame des Buttes-Chaumont
Alain Duault, Nudités
Nik Cohn, Sauf Richard Widmark
Jean-Noël Chrisment, Volcans
Sylvain Bouyer, La Statuette du professeur
Lettres péruviennes, I : L'Autre Pérou :
Francoise Aubes, L'Autre Pérou
Edgardo Rivera Martinez, Jauja
Edgardo Rivera Martinez - Francoise Aubes, À propos de País de Jauja (entretien)
Giovanna Pollarolo, Tout va mieux avec Coca-Cola
Emilio Westphalen, Monde magique
Julio Ortega, Théorie du voyage
Luis Nieto Degregori, À la recherche d'un Inca
Carmen Ollé, Pourquoi tout ce bruit?
Mirko Lauer, Quinze Incas
César de María, La Route à deux
Mario Montalbetti, Mysti Sisme
Marie-France Souffez, Des insectes et des hommes dans le monde andin. Le pou, la paresse, le travail
Lettres péruviennes, II : Deux maîtres du roman :
Enrique Krauze, Histoires de parricides. À propos de Mario Vargas Llosa
Fernando Carvallo, Alfredo Bryce Echenique : Paris, l'écriture et la douleur du retour
Chroniques :
Stéphane Michaud, Lou Andreas-Salomé et Hendrik Gillot : présence de l'absent
Chroniques : le cinéma :
Serge Chauvin, Cinéma buissonnier (Mischka de Jean-François Stévenin)
Chroniques : les arts :
Pierre Descargues, Pour une histoire buissonnière (Oscar Dominguez ; Robert Jacobsen ; Georges Mathieu ; Asger Jorn ; Julius Bissier ; Bero Lardera ; Michael Sweerts)
Chroniques : le théâtre :
Hédi Kaddour, ... s'obstinent, persévèrent, s'enferrent (de Jean-Claude Hauvuy)
L'air du temps :
Christine Féret-Fleury, Sans colère
Marc Blanchet, La Sentinelle endormie
Christophe Dufossé, L'Heure de la sortie
Notes : la poésie :
Gérard Bocholier, Petit inventaire de poésie
Édith de La Héronnière, Dépêches au cerf-volant de Sainte-Croix-Loyseau (Le Dilettante)
Notes : le roman :
Philippe Di Meo, Le Théoriste d'Yves Pagès (Verticales)
Notes lettres étrangères :
Pietro Citati, Le Mur de la terre de Giorgio Caproni (L'Atelier la Feugraie) - Le Franc-tireur de Giorgio Caproni (Champ Vallon) - Allegretto con brio de Giorgio Caproni (Fourbis)
Stéphane Zékian, Poèmes et prose d'August Stramm (Comp'Act) - Les Borgia de Klabund (Max Milo) - Le Roman d'un jeune homme de Klabund (Max Milo)
Francis Wybrands, N. d'Ernesto Ferrero (Gallimard)
Nicolas Carpentiers, Le Livre des illusions de Paul Auster (Actes Sud)
Pierre Perrin, Condamné par lui-même de Wyndham Lewis (Phébus)
Notes : la musique :
Marc Blanchet, Pays rêvés, terres désolées (Joseph-Guy Ropartz ; Henri Dutilleux
Texte :
André Gide, 'Cher vieux.' Lettres à Marcel Drouin (Fin)
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072388651
Nombre de pages : 368
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE RevueFrançaise
JACQUESRÉDA Poèmesd'uncitadin
LALUNE,
RUEPAVÉE
Jecroisquelaluneestentréeetvitdanscettechambre jelavoismeregarderàsavitre,là-haut. Toujoursquelquechosedetendreimprègnelehalo Desafaceaussifroideauprintempsqu'endécembre Maissatisfaited'échapperaunocturnecahot Destoitspointus,desnuagesqu'unventdémentdémembre Soussatêtesansbrasnicorpsdemarbreetquiressemble ta sœurpékinoise,ôVénusdeMilo.
MoijevaisdelaruePavéeàlarueSaint-Antoine Enfaisantretentirl'asphalteauxrefletsdecétoine, Souscetœilquim'observeetquibouge.Ondirait Qu'ilchercheàm'indiquer,desonéclatanteboussole Sansaiguille,lenorddontlaneigeconsole Ceuxqu'auralongtempségarésl'ombredeleurforêt.
ORAGEÀBARBÈS
RafalessurBarbès,trombessurRochechouart, Amplesvoixdeciterneetrumeursdegaloches. L'éclairhorizontalpassecommeuntranchoir Ébréchésouslecielquiretournesespoches. D'unreplidusatincéleste,onverrachoir Descléssurlepavédanslesbranches,desbroches, Dessous,desclous,desclopes.Unmouchoir Enboulesedéplieetcouvred'effiloches Lemétrovacillantsursespattesd'airain, LeSacré-Cœurblafardcommeunmonstremarin.
Ônature,bombardeenfinlaBabylone Qu'iln'enresteplusrienqu'unefibuleenor Aucouglacédusoir,untronçondecolonne, UnvieuxtouristebelgeàlagareduNord.
PALAIS-ROYAL
Desarbresbientailléslesjetsdeperleeux-mêmes Nemontentpasplushautqu'onneleurapermis. Toutestenordre,toutserecueille,hormis Lesmoineauxturbulentsdontlespetitsblasphèmes Sedispersententrelesbancsetlessemis. Lesavironsenfeuducielpleindetrirèmes Ferontmousserdeslis,plustarddeschrysanthèmes,
Puisheurtantlesolnudesjardinsendormis Parl'hiver,poursuivrontsansfinleurtraversée.
Mereconnaîtrez-vousàmatête baissée Commesijecherchaisunbraceletperdu? Observezunpeumieuxalorslasilhouette Ilpourraitbiens'agird'unautreindividu Surlepointd'accompliraussilapirouette.
LABAGUETTE
Àneufheuresdusoir,undimanche,enété, Commenttrouveruneboulangerieouverte? Ilavaitplucontinûment.Lalueurverte D'unevagueéclaircieaucouchant,ducôté
DeshauteursdeSaint-CloudetSèvrescalcinées, Découpaitlesfeuillagesbasduboulevard Sansdissiper,dansl'airaussimouqu'unbuvard Humide,l'ombremortej'allais.Mesjournées
S'achèventtrèssouventainsiparungrandtour Machinalàtraversdesquartierssanssurprise Onmarchepourmarcher,onsevolatilise, Onn'estplusqu'unrefletmobiledufaubourg.
Etais-jemoinsdistraitlesoirdecedimanche, Parcequejecroyaisavoirbesoindepain? Jemepassepourtantfacilementdepain, Debiscottesoud'autredenrée.Enrevanche,
Larationd'asphalteestvitale.Doncj'ai Bientôtviteoubliécemotifdemacourse, Pourm'enfoncer,dansl'ombreégale,verslasource Delumièrefiltrantàl'horizonfigé.
C'étaituneautrevilleetdansuneautreépoque, Cependantlamêmeheureetlamêmesaison, Etmoicommeunvoleurévadédeprison Jen'étaispluscevieuxpassantquisoliloque
Maisunlibrearpenteurducadastredivin. Aucunmalàprésent,pensais-je,nemeguette, Etjetenaiscommeuntalismanlabaguette Achetéeàsonprixd'alors(quatrefrancsvingt).
FAÇADES
I
Ilarrivequetoutenmoisedésajuste Parcequ'unefaçadeénormesortdesrangs Etsemetàpencherdanslaclartérobuste Del'été.Pardeuxfois,endeuxpointsdifférents (L'unerueOrfila,l'autreàPhilippe-Auguste), Onm'adenouveauprisdansundecescourants Muets,toutenremous.Qu'est-cequitarabuste Cesmaisonsetlesfaittrembler?Jemesurprends Parfoisàdemeurerassezlongtempsdocile Oucomplaisantàleurmanègel'airvacille, Jerevoisdesmomentsquejamaisjen'aipu Vivre,maisquivoudraientavoirétélavie
Quej'auraispuvouloiretquel'onm'aravie. Puisuncamionpasseet lecharmeestrompu.
II
Chacunedesmaisonsquim'abordentpossède Unpouvoiridentique.Ils'enfautcependant Qu'ellesouvrentlemêmeespaceaccommodant Etjedoiscoupercourtsouventàl'intermède Lacuriositépeutmerendreimprudent. Onnesauraitcompteralorssuraucuneaide Toutsepasseraitendouceur,aveclaraide Fatalitéquiferaitdire«unaccident».
Ainsi,quelledouceuraucoindel'avenue Sousdesarbresenfleur,lafaçadeingénue Rêvaitd'autresétésperdus.RueOrfila, Vingtminutesplustard,danslesoirélectrique, J'aivu,j'aireconnucequemedévoila Lebondd'unsombrepand'amertumeetdebrique.
III
Cen'estsansdoutepaslavillequivarie Atraverssapropresubstanceetnousparaît Mouvantecommelessentiersd'uneforêt Souslesclartésdusoir.Non,c'estlarêverie, Indécisemaisplusactivequ'unfuret, Dupassantdanssabulleriennecontrarie Lechangementdumondeenpureallégorie. Letempslui-mêmealorsflotte,devientdistrait, Confondpassé,présentetquelleombrefuture
Engendrent-ilsdéjàlorsquel'ons'aventure Danscetespacequ'illumineunsoleilmort? Oncroitavoirétécentmilleâmespenchées Encoreàcesbalconsl'oubliquilesmord Lesfaittendreversnousleursmainspresquetranchées.
POURUNEFILLEDUCALVAIRE
Lelongd'unboulevarddésert,danslachaleur, Jemarchecommeenrêveetjen'avanceplus. Maisjemarche,c'estsûr,etmespasrésolus Heurtentl'asphaltedurquirésiste.Malheur
Aquimediraitquejerêvepourdebon. Voyezcemurrobusteetcesarbreslevant D'immobilesbouquetsdansl'airépaissansvent Contreuncielaussibleuquenoirestlecharbon
Posezlamainauflancbrûlantdecepoteau, Déchiffrezcequesapancartevousprescrit S'illefautpincez-vousoujetezungrandcri Nequittezplusdel'œillaférocemoto
Quivapulvériserlesilencepareil Àquelquefrémissantmonumentdecristal Maisviterétablisursonpiédestal, Etregardezcommentlapulpedusoleil
Fondsurlalèvred'ombreavidequil'atteint Atouslescoinsderuej'hésiteunmoment Alorsvousn'aurezpasàbâtirderoman Surmaréalitédouteuseilestcertain
Quesurceboulevarddésert,danslachaleur, Vousêteslefantômeetmoi,demadouleur, Lefersansrêve.
RUEROBINEAUX
Pensait-onvoirlemondeainsi,rueRobineaux? Labalustradeenferétaittouthyacinthe Etdesmascaretsd'oréclaboussaientl'enceinte Ducimetièrejusqu'auxroideslanternaux. Doncvousnenousaviezjamaismenti,canaux Dusoirdontlalumièreilluminaitl'absinthe, Nivous,dévalementsdeflammesdanslasainte Etprofondeherbeavecdesastresvirginaux. OnvoudraitdireEnfin,pourunefois,j'arrive Auport,etjusteavantquesournoise,larive Enfeu,rueRobineaux,commedansunLorrain, Nes'éloigneànouveau.Maisdeboutsurlaproue, J'entendsbattretoujourslesaubesdelaroue Etverssonécubierraclerl'ancred'airain.
AUXBUTTES(AVECTOULET)
C'estainsi,tulevoiscentans Nefontrienàl'affaire. Nicesfousdanslastratosphère Nilescrisquej'entends Ettantôtpoussésparungosse
Ouparundecespaons Rienmoinsque sauvagesrampants Surlapelouseenbrosse. Maisjem'épureletympan Deboutsdecontrerime. Parlertoutseuln'estpasuncrime Jerestesurunbanc, Paisible,àregardermonombre Quis'allongeausoleil Unpeutropmûr,déjàpareil Asonrougedécombre. Ellevapeut-êtrelà-bas relâchelapoigne Dutempsetqu'ellet'yrejoigne Aumètredetonpas.
LAVILLETTE
Lelongducanalmortquin'estqu'uneimpasseaquatique, Unegeléeintensémentvertecommeunpoison, Unegrilleàfleuronsdontlarouillesedécortique N'empêchepasd'atteindreunebergelaflottaison Deboutsdebois,boîtesdebièreetdébrisenplastique Relâche.Unsoleilmoubaigneaulargesapâmoison. D'uncôté,letrottoirdésert,àpartunschismatique Assassinéparlachaleuraumilieud'ungazon Enfaceonvoitdesbâtimentsd'uneaustéritétendre Abandonnésdansduhalliermaisquisemblentattendre Devanteuxleretourd'untempsqu'ilsn'ontjamaisquitté. Ducield'autrefoisluitàtraverslevitrage. Onaimeraitsauterlafosseetcontournerl'ouvrage, Passerenclandestincetoctroidel'éternité.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 350

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 366

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 554

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant