La Nouvelle Revue Française N° 586

De
Vincent Delecroix, La littérature passée au feu
Marie Nimier, Théâtre dans le noir
Grégoire Polet, Sang et eau
Antoni Casas Ros, Muerte al romanticismo
Thierry Laget, Nuits blanches
Gérard Titus-Carmel, La nuit au corps
Jean-Noël Schifano, Ex-voto
Variations autour de Jean Carriès, sculpteur :
Dominique Mainard, La dernière lettre
Stéphane Audeguy, Grenouillard
Le siècle de Claude Lévi-Strauss :
Stéphane Massonet, Voyage dans l'œil de l'ethnographe - La salamandre sur l'Olympe
Poésie de juin :
Jean Ristat, Le théâtre du ciel
Philippe Delaveau, Tout est musique
Lettres de Corée, II :
Kim Hoon, En beauté
Kim Seung-hee, La vie dans l'œuf
Lee Seong-Bok, Ah! les choses sans bouche
Yi In-Seong, Interdit de folie
Ch'oe Yun, Voyage au bord d'un lac en cire
Yang Gui-ja, Gens de Wonmidong
Eun Hee-kyung, Secrets et mensonges
Lee Seung-U, Ici ou ailleurs...
Gi Hyeong-do, Poèmes
Song Sokje, Piégé par sa femme
Shin Kyong-suk, Les échos de l'orgue
Yi Man-gyo, Une folie, le mariage!
Kim Young-ha, Le Lézard
Han Gang, Neuf épisodes
Kim Ae-ran, Vas-y Papa!
Chroniques. La littérature :
Philippe Dulac, Dernières nouvelles de Croisset
François Kasbi, Évocation de Drieu
Yves Leclair, La cité interdite de Boualem Sansal
Chroniques. La photographie :
Jean Ristat, Pour saluer Franck Delorieux et ses 'Histoires de gants'
Chroniques. Le cinéma :
Serge Chauvin, Territoire des origines
Chroniques. Les arts :
Pierre Descargues, Sur l'état de manque
Notes. La poésie :
Gérard Bocholier, Petit inventaire de poésie
Jeannine Hayat, Le jardin ouvrier, d'Iva Ch'Vavar (Flammarion)
Notes. La littérature :
Hédi Kaddour, Carnets 1934-1948, d'Henri Thomas (Éditions Claire Paulhan)
Tristan Horde, Carnet de notes 1980-1990, de Pierre Bergounioux (Éditions Verdier) - Carnet de notes 1990-2000, de Pierre Bergounioux (Éditions Verdier)
Notes. Les essais :
Alain Feutry, Alechinsky de A à Y, de Pierre Alechinsky et Michel Draguet (Gallimard)
Notes. Lettres étrangères :
Philippe Di Meo, Correspondance générale (1807-1837), de Giacomo Leopardi (Allia)
Yves Leclair, Vie et mort entre quatre rimes, d'Amos Oz (Gallimard)
Gersende Camenen, Bonheurs du leurre, de Saúl Yurkievich (Gallimard)
Max Alhau, La rive africaine, de Rodrigo Rey Rosa (Gallimard)
Notes. La photographie :
Jean-Hugues Berrou, L'image ouverte, de Georges Didi-Huberman (Gallimard)
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072389207
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
VINCENTDELECROIX Lalittératurepasséeaufeu
Enl'année1800, aucoursd'unduel,HenryBeylereçut uncoupdepistoletenpleinepoitrine.Ilsurvécutdeuxjours àlablessure,prononçaquelquesparolesetn'eutpasle tempsd'arrangersesaffairesencours.Ilétaitsous-lieute-nantau6eDragon,avaitgagnéMilan,setrouvaitàquelques lieuesdeMarengo.Ilavaitdix-septans.Chateaubriand étaitalorsàlamode,enparticulierdansle6eDragon.Henry Beyleavaitplaisantéunpeufort«lacimeindéterminéedes forêts»,cequiluivalutlecoupdepistoletfatal.Quantàla batailledeWaterloo,ellesedéroulasanslui.
En1849,onfitmonterFiodorDostoïevskisurl'écha-faud.Onlutla sentence.Lescompromissionsdel'accusé aveclescerclesfouriéristesenRussieétaientavérées,etne méritaientaucuneindulgence.Laparticipationàuncom-plotavaitmêmeétéévoquée.Enconséquence,ilneput bénéficierdelagrâceduTsaretfutexécuté.
Àunedateindéterminéesituéeentre1839et1840, maisàplusieursreprises,Balzacnotequelquechosecomme
LaNouvelleRevueFrançaise unregretquepersonnenesoitparvenuàexpliquerréel-lementl'âmedel'Italie,qu'iln'yaitpaseuunécrivain (ungénie,dit-il)susceptibled'écriresurcesujetungrand romanàlafoisd'amouretdepolitique,queMetternich soitrestéunpersonnageseulementhistoriquesansjamais prendrelestraitsd'unhérosromanesque,quelabataille deWaterloon'aitjamaisétébiendécrite.Ilfaitenoutre allusionàunsentimentsingulierquil'étreignitunjour d'avril1839surunboulevardparisien,l'inexplicablesen-sationd'uneprésenceinvisiblequilefrôlaitàcemoment,et unegrandetristesseconsécutive,elleaussiinexplicable. Deuxansplustard,en1841,il donneletitredeLacomédie humaineàsonœuvre.Àsamort,illuiresteencorequa-rante-huitromansàécrire.
Le10juillet1873,Verlaine,quivoulaitseulement l'effrayer,tueArthurRimbaudd'uncoupdepistoletàla gorge(ivre,ilvisaitlepoignet),dansuncafébruxellois. C'estdanscettemêmevillequelejeunepoètefutenterré àlahâteetdansl'anonymatlepluscomplet.Onignore l'emplacementdelatombe.Enrevanche,ilyasurlemur intérieurd'uncafébruxelloislatraced'uncoupdefeu qu'onestimeêtreceluideVerlaine.
Malgrél'interventionactivedesesélèves,auxquelsil enseignaitlalangueanglaiseetquicherchèrentparde multiplesmoyens àluifairegagnerlaSuisse,JamesJoyce futmobiliséaudébutdupremierconflitmondial,partit aufeuetmourutmitrailléparunavionsurlefrontde l'Yser,prèsd'Ypres.Sonnomestd'ailleursinscrit,au milieudemilliersd'autres,surlemonumentdelaPorte deMenain,danscettemêmevillequifutraséeetrecons-truiteàl'identique.Ilajusteeuletempsdelaisserune ébauchedeDubliners.
VincentDelecroix
En1919,profondémentaffectéparlagrippeespa-gnoleàlaquelleilsurvécutpourtant,etrenduàmoitié fouparsatrépanation,GuillaumeApollinairecompose ununiqueroman,incompréhensibleetrédigédansune languequ'ilmaîtriseàpeineFinnegan'sWake.Onn'y comprendstrictementrien.Ilestinternépeudetemps après,etdéfinitivement,etterminedixansplustardune existencemisérablesansavoirjamaisrecouvrélaraison. Aucoursdecesdixans,ilaenvoyédeuxlettresincohé-rentes,lasecondeestsignéeKaiserNietzsche.
Lorsd'unlongetéprouvanttrajetàpiedsousun implacablesoleil,Jean-JacquesRousseausuccombaàune insolationsurlaroutedeVincennes,aupiedd'unarbreà l'ombreduquelils'étaitabritétroptardivement.Lefeu del'été1750avaiteuraisondelui.Ilvenaitrendrevisite àsonamiDiderot,lequelsetrouvaitalorsemprisonné pouravoircommislaLettresurlesaveugles.Celui-ci,d'ail-leurs,nesurvécutpasàsaréclusionilmourutquelques semainesplustard,peut-êtreempoisonné.Sesdernières parles,dit-on,furentpourregretterden'avoirpasécrit «quelquediscourssurlessciencesetlesarts,quioffrît unevuebiennouvellesurl'histoiredeshommesetla société».OnditégalementqueVoltairesuivit,bienque deloincarcraignantquelquesdésagréments,l'inhuma-tiondeDiderot(maispascelledeRousseau).Aucun documentcependant,niaucuntémoignagedignedefoi n'enfaitétat.Rousseauestconsidérécommeunhonnête compositeur.
Aprèsavoirdécapitéleurroietinventéuneformeiné-ditedetyrannie,lesAnglaisdécidentderétablirla monarchieen1660.JohnMiltonn'avaitpasseulement manifestédelasympathiepourCromwellilenétait
LaNouvelleRevueFrançaise devenul'undesporte-paroleetunactifartisandunou-veaurégime.Aussifut-il,enbonnelogiquepolitique, condamnéàmortàlaRestauration,souslechefdehaute trahison,etexécuté(surl'échafaud,oujetédansunfeu quipréparaitceluidel'enfer).Onconnaîtdeluiquelques odesetquelquesélégies,d'unstyleassezvirtuose.Onsait qu'ilvisitaGaliléealorsausoirdesavie.Iln'eutpasle tempsdedeveniraveugle,commel'avaitpourtantprédit sonmédecinpersonnel.
Lorsqu'onracontaàChateaubriand,en1802,qu'un jeuneécervelédelaGrandeArmée(6eDragon)avaitpayé d'uncoupdepistoletmortelunerailleriesursa«cime indéterminéedesforêts»,ilmettaitladernièremainau Génieduchristianismeetrêvaitd'unvoyageenOrient,en passant,pourquoipas (maisilnesavaitpasexactement pourquoi),surlaroutedeDamas.Iljugealechâtiment légitime,toutenadmirantqu'onpûtencoremourir,par honneur,pourdesquestionsdepoésie.Iln'yfaitcepen-dantaucuneallusiondanssesMémoiresd'outre-tombe.
Exaspéréquantàluid'êtrel'objetdepermanentes railleries,depamphlets,desatiresenproseetenvers répandusparunVictorHugoalorsenexilvolontaireà Guernesey,NapoléonIII,d'untempéramentpourtant prudentetfinalementassezpeuvaniteux,décidad'en finir.Ildépêchasurl'île,ensecret,unespionquisut gagnerlaconfiancedugrandhommepourmieuxl'assas-sinerunsoirdel'été1855,alorsquecelui-ci,commeà l'accoutumée,setenaitdeboutàsonsecrétaire,aumilieu desmeublesqu'ilavaitlui-mêmefabriqués,etcomposait l'undespoèmesdurecueildemeurédèslorsinachevéLes Contemplations.
VincentDelecroix
En1924,danslesanatoriumdeKierling,FranzKafka mouraitdelatuberculose.Conformémentàsesprescrip-tions,sonamiMaxBroddétruisitlesmanuscritsdetrois romansinachevés,Amérique,LeProcès,LeChâteau,aux-quelsilfaitallusiondanslabiographiequ'ilconsacraà sonamien1937.Vingtsièclesplustôt,parunefidélité analogue,l'empereurAugusteautorisaqu'onfîtdemême avecletextedeL'Énéide,Virgileayantinsistépourquece longpoèmenepûtluisurvivre.Dansunenotedeson journalrestéejusqu'à présentinédite,Kafkaavaitémisle souhaitdevoirapparaîtredanslalittératuremondiale uneoeuvreconsidérableetterrible,quimîtenscènede grandesinterrogationsmystiquessurlaconditionde l'hommesansDieu,laculpabilité,leconflitdirimant entrelasensualitéetl'élévationspirituelle,leviolent désespoirdesâmesconfrontéesàl'absurde,incarnésdans despersonnagesàstaturepresquemythiqueetnouésdans desintriguesàlafoispopulaires,brutalesetcomplexes. Sesentantlui-mêmeincapabledeproduireunetelle œuvre,ilconclut«unteltravailconviendraitmieuxà uneâmerusse,hantéedereligionetdedoute,uneâme violenteetmalmenéepardesconditionsd'existenceper-pétuellementinstables».Etilajoute«L'histoirepour-raitavoireucettefunestemaisprévisibleironied'avoir faitdisparaîtreunetelleâmeavantmêmequ'elleeûtpu s'exprimer.»Kafka,quantàlui,estsurtoutrestécélèbre poursaMétamorphose.
Finmai1940,Jean-PaulSartre,ancienetbrillant élèvedel'ÉcoleNormaleSupérieure,estfauchéparune rafaledemitrailleuseallemande.Presqueàlamêmedate, etàpeineàquelqueskilomètresdelà,lejeuneClaude Simon,vingt-septans,estpulvériséparlabombed'un
LaNouvelleRevueFrançaise stuka,alorsquesacolonnedecavalerieremonteenpleine débâcleunepetiteroutedecampagne.
EdgarAllanPoeamenéunecourte,misérableetobs-cureexistence.Orphelin,brouilléavecsonpèreadoptif, chassédeWestPointiltentaituneimprobablecarrière militaire,vivantchezsatantedanslaplusextrêmepau-vreté,ileuttoutdemêmelebonheurd'épousersacousine dequatorzeansetdesevoiroffriruneplacedecritique littéraireauSouthernLiteraryMessengeren 1835.Maisil futemportéprécocement(en1837)parunalcoolismetôt contracté,nelaissantderrière luiquetroispetitsrecueils depoèmesd'assezmauvaisefacture.C'estdirequeCharles BaudelaireignoraitabsolumenttoutdecetobscurAmé-ricain,lorsqu'ilinventalasupercherielittérairequi débuteen1852parlapublication,danslaRevuedeParis, deEdgarPoe,saVieetsesOuvrages,etdanslequel ilcons-truitdetoutespièceslapersonnalitéetl'oeuvred'un poèteetromancieraméricain(etmaudit),sanssedouter qu'avécusouscenomunauteurréelquoiquedepeu d'intérêt.Lasupercheriesepoursuivralongtemps,au moinsjusqu'en1865,soitdeuxansavantlamortdeBau-delaireetàpeineunanavant quesonaphasiesedéclare. Baudelaireatoujoursrefusédereconnaîtrel'imposture ilsemblemêmequ'ilaitfiniparycroirelui-même.
Lemêmesoupçondesupercherieplanesuruncurieux petitévénement,auqueld'ailleursBaudelaire,denou-veau,ainsiquequelquesautrespoètesfrançaisontprêté leurconcoursen1842,l'éditeurVictorPavieannoncela parutionimminente,prétendumentàtitreposthume, d'unrecueildepoèmes(enprose)attribuéàAloysiusBer-trandetintituléLesfantaisiesdeGasparddelanuit.Non seulementiln'existeaucunécrivaindecenom(cen'est
VincentDelecroix
pasnonplusunpseudonyme),maislerecueillui-même neparaîtrajamais(on nevoitpasbien,ducoup,lesens d'unteljeulittéraire).Cetteanecdotedérisoiren'aurait strictementaucunintérêt,siellen'avaitcontribué,de manièreinexplicable,àforgerunelégendequisurvécut biendesannéesaprèslamortdesesinspirateursetquise vitrégulièrementrevivifiée,jusqu'àRavelquienreven-diquecommeonsaitl'inspirationdesespiècespour pianointituléesScarbo,OndineetLegibet.Lerésultatde cettelongévitéestlaconstitutiond'unréelrecueilpor-tantcetitre,composéendeuxsièclesparunecentainede mainsàplumedifférentesmaisavec,endéfinitive,une remarquableunité,sil'ontientcomptedesconditions étrangesdesonécriture.L'unedescomposantesharmo-niquesdecetteunité,outrelanuitetdesmédiévaleries xixe,estindéniablementlefeu(flamme,bougie,éclair, clair-obscur,rougeoiement,étincelles,etc.).
LabatailledeLépante,en1571,marquauntournant décisifdansleconflitquiopposaitlespuissanceschré-tiennesàlaSublimePorteetmituncoupd'arrêtà l'expansiondesTurcs.Aucoursdecettebataille,unjeune officierdunomdeMigueldeCervantesSaavedravitson brasarrachéparun bouletquilelaissapourmort.Son naviredémâtéetingouvernablefutarraisonnéparles Turcsdansleurretraite.Ilfutcapturéetemprisonnéau bagned'Alger.Desmotifsquil'avaientpousséàparti-ciperàcettecélèbrebataille,onnesaitpratiquement rien,sinon que,écœuréparl'irréversibledéclindes valeursdechevaleriequ'ilobservait danssonpaysetqui luifaisaitméditerd'écrirequelquegrandouvragesurle sujet,ils'étaitembarquédansl'espoird'incarneràlui seul,parsabravoureetsonpanache,unpeudecesvaleurs envoied'extinction.Onnesaitsisaconduitedanslefeu
LaNouvelleRevueFrançaise del'actionentémoignaeffectivement.Aprèsquelques annéesd'emprisonnementetsansquepersonnenesefut préoccupédeverserunerançonpourl'enlibérer,ilfut emportéparlapeste.Quelquessièclesplustard,cepen-dant,JorgeLuisBorgesimaginaqueCervantèsavaitété l'auteurd'unvasteromanpicaresquequiauraiteuune influenceconsidérablesurl'histoiredelalittérature.En outre,etparcequ'ilaimaitinutilementcompliquerles choses,ilimagina,danscettemêmefictionintitulée PierreMénardauteurduQuichotte,l'histoired'unhomme, PierreMénard,travaillantàréécrireleplusfidèlement possiblecetteépopéesatirique(quin'ajamaisexisté),si fidèlementmêmequ'ilfinitparlareproduireàl'iden-tique.Borges,quifitcroireunegrandepartiedesavie qu'ilétaitaveuglecommeHomèreetcommeauraitl'êtreMiltons'iln'étaitpasmortavant,estcoutumierde cegenredeparalogismes.
Le23novembre1654,lecélèbremathématicienBlaise Pascal,précurseurducalculinfinitésimal,nesurvécutpas àunecrisenerveusequilefoudroyadanslanuit.Ilétait depuislongtempsaffectédeterriblesmigrainesquifirent desacourteexistenceunepermanentecrucifixion,mais aucunsymptômepréalablen'avaitannoncélacrisefatale du23novembre.Il eutjusteletempsdegriffonner quelquesmotssurunboutdepapier,d'uneécriture presqueindéchiffrable.Onytrouvecependant,nette-mentlisible,lemotFeu.
AprèsdebrillantesétudesaulycéedeTarbes,Isidore Ducasse,àMontevideoetfilschérid'unchancelier délégué(puischancelierdepremièreclasse),intégra l'ÉcolePolytechniqueetconnutuneascensionfulgurante danslahiérarchiemilitaire.BlesséàSedanle2septembre
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant