Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant
LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE
N° 611 – févrîer 2015
Parîs, capîtae e du xxi sîèce ?
Sous la dîrectîon de Stéphane Audeguy et Phîlîppe Forest
G A L L ï M A R D
STÉPHANE AUDEGUY
e Parîs, capîtale duXXIsîècle ?
Cette questîon n’est pas seuement, dans notre esprît, une boutade. Nous savons bîen que a réponse a pus pares-seuse seraît : maîs non, voyons, Parîs n’est pas a capîtae e du xxi sîèce et ne e sera jamaîs. Les gîrouettes de ’ac-tuaîté ajouteront qu’î s’agît bîen sûr de Shanghaî, de Sao Pauo, de Duba. ï me sembe que cette înterrogatîon mérîte autre chose, et mîeu. D’abord ee n’est pas unîvoque, et ’on peut com-e prendre : en quoî Parîs est-ee une capîtae du xxi sîèce ? Or c’est bîen à cette questîon que répondent, à eur façon sînguîère, a pupart des tetes îcî réunîs. Leur ecture montre qu’î est possîbe de se détourner des dîscours habî-tues sur Parîs, dont on connat a tendance à enfermer a vîe dans un passé jugé d’autant pus prestîgîeu qu’î se réduît à queques îmages aussî rudîmentaîres que pîeuses : es Années Foes, es Champs-Éysées, de vagues souve-nîrs de Vîctor Hugo et de comédîes musîcaes, queques cîchés de Robert Doîsneau, a Igure du baron Hauss-mann, un vers et demî de Chares Baudeaîre, deu ou troîs dérîves pro-sîtus… Parîs, ce machîn ancîen qu’on admîre de conIance sans même se demander en quoî î est vîvant, nî même en quoî î pourraît bîen être encore vîvant ? Nous pourrîons faîre ’hypothèse que beaucoup
8
e Lanrf– Parîs, capîtale duXXIsîècle
de nos contemporaîns entretîennent avec Parîs es mêmes rapports (ou non-rapports) qu’îs ont avec a îttérature françaîse d’aujourd’huî. Ouî, Parîs ne cesse de changer – comme a îttérature françaîse, justement – pour e meîeur et pour e pîre, pro-babement. On récîte un peu trop vîte a eçon baudeaî-rîenne, maîs î est de faît que a forme d’une vîe change pus vîte que e cœur des mortes, et que a capîtae de a France a beaucoup pus radîcaement évoué que sa patrî-monîaîsatîon tourîstîque, hantée par un rêve îmmobîîste dont e débat récurrent sur a hauteur à Parîs est un bon îndîcateur, ne e aîsseraît croîre ; et non pas seuement parce que a îgne Porte de Cîgnancourt-Porte d’Oréans s’achève désormaîs àMaîrîe de Montrouge, cee de Maîrîe d’ïssy-Porte de a Chapee àFront Populaîre.On a vu à Batî-gnoes surgîr un quartîer nouveau, et encore înachevé. Les frîches des quartîers de a Gare et de Tobîac sont devenues, seon e terme choîsî par ses promoteurs et aménageurs, Parîs Rîve gauche. Quant à a popuatîon parîsîenne, ee n’est pus cee des années 1970, maîntenant que e nom de Cîtroën désîgne non pus des usînes, maîs un jardîn. On peut égaement penser au projet, et au fantasmes, du Grand Parîs, quî vîsent à faîre connatre à Parîs a muta-tîon mégaopoîstîque que d’autres capîtaes (Rîo, Londres, Tokyo) ont panîIée et/ou subîe î y a ongtemps. Capîtae en somme trop petîte pour son temps, dîront ses détrac-teurs ; à taîe humaîne, répîqueront es autres. Que chacun d’entre nous se demande sî ce n’est pas a déInîtîon même de ce qu’on appee changement quî doît être amendée (on réhabîîte à Parîs autant, sînon davantage, qu’on ne rase, par eempe) ; et sî, à travers toutes ces évoutîons, queque chose ne perdure pas. Quî osera, sacrîège, amender a for-mue gavaudée du poète, et dîre ce que chacun pourraît
Stéphane Audeguy
9
constater, s’î n’étaît aveugé par e décînîsme et enîvré par ’apocayptîsme, ce syndrome teement répandu : a forme d’une vîe demeure, aussî ? Et son cœur bat à un autre rythme que e nôtre. Resteraît aors à évauer cette persîstance étrange. Aeandre Lacroî choîsît de reever que es grandes vîes qu’on dît muséîIées ne sont pas sî nombreuses de par e monde, et jouent un rôe unîverse – ce sont des asîes de beauté, par eempe. Vîncent Dee-croî, comme on verra, ne partage pas cet enthousîasme. Et quant à ceu quî se gargarîsent des capîtaes à a page, on eur demandera de songer à quoî Berîn, par eempe, doît sa modernîté ; sans parer de Tokyo, vîe martyrîsée par des catastrophes pus ou moîns naturees et accabée par des vîcîssîtudes hîstorîques.
ï s’agît donc pour nous, îcî, d’eporer ’îmagînaîre actue de a capîtae te que es écrîvaîns e produîsent, et dont aussî bîen îs se nourrîssent. La référence à Water Benjamîn quî s’est împosée à notre esprît n’est en rîen réductrîce. Ee ouvre au contraîre de arges perspec-tîves. Car sî Benjamîn s’est întéressé au passé de a vîe, à ces fameu « passages » quî sont, au moment où î écrît, argement morîbonds, î ’a faît dans a perspectîve d’une sorte de généaogîe de son propre sîèce, et dans un rapport vîvant et actîf à ’actuaîté, ou à une înactua-îté, capabe de nourrîr e présent, aînsî qu’à des auteurs pus ou moîns proches de uî, chronoogîquement : e BaudeaîredesTableaux parîsîens; ’Aragon duPaysan de Parîs, entre autres. L’ange de ’hîstoîre benjamînîenne est tourné, comme on saît, vers e passé ; maîs e vent du « progrès » e pousse vers ’avenîr, tant î est vraî que pour Benjamîn î s’agîssaît de faîre advenîr d’autres possîbes et de crîtîquer un certaîn état des choses. Cette fonc-tîon crîtîque de a îttérature, nous a retrouvons dans
10
e Lanrf– Parîs, capîtale duXXIsîècle
ce numéro. Quant au faît que tant d’auteurs, îcî, choî-sîssent d’évoquer e passé, quoî de pus norma, s’agîs-sant d’une vîe de cuture ? On notera que a nostagîe a sa pace dans ce numéro. Pourquoî a îttérature se ’înterdîraît-ee ? Ee puîse des forces dans cet affect sî décrîé par es fétîchîstes de ’îns-tant présent. On n’en concura pas trop vîte que a capîtae de a France suscîte îneorabement des médîtatîons réac-tîonnaîres. L’humour est d’aîeurs présent dans ce numéro, comme î n’est pas absent de notre rapport au temps et à a vîe, et a contrîbutîon de Syvîe Granotîer en faît a démonstratîon, entre autres. Phîîppe Le Guîou évoque, pus yrîquement, cet étrange bégaîement de ’hîstoîre quî veut que ’on aît creusé, quarante ans après e premîer, un second trou des Haes. ï y a une joîe d’écrîre de Parîs, et ee est tournée vers e présent : c’est aînsî, je croîs, que ’on peut îre ’eporatîon du « contînent Contres-carpe » que nous offre Judîth Brouste. Nî un Parîs passé, nî un Parîs éterne, maîs un Parîsdans le tempsauque Domînîque Manottî saît se montrer sensîbe, du Sentîer à Aubervîîers. Ce qu’un refus de a réaîté du passage du temps peut porter de cauchemardesque, on e comprendra en découvrant, dans e noîr apoogue de Jérôme Leroy, a Igure d’un tueur désabusé par un Parîs qu’î ne comprend pas, qu’î ne reconnat pus, qu’î n’a jamaîs connu : on ne tue pas sî facîement e temps. Parîs sautera-t-î e pas de son pérîphérîque ? Pour ’înstant, on ne sauraît e dîre ; en attendant, ou peut-être dans ’îndîfférence à de tees attentes, î se trouve encore et toujours autant d’écrîvaîns pour arpenter ’escargot de ses arrondîssements, et même, comme îcî Phîîppe Forest, pour choîsîr de s’en faîre un destîn,întra muros; tandîs qu’Héène Lîng prend acte de a mondîaîté quî affecte cette vîeîecaput mundî, comme ee es transforme toutes.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin