La victoire taboue

De
Publié par

En mars 1962 à Evian, l’Algérie accède à l’indépendance après de longues années d’un conflit sanglant. En ce début de XXIème siècle, les Français qui n’ont pas vécu cette période perçoivent souvent les accords d’Evian comme la conséquence d’une défaite supplémentaire de nos soldats, après le désastre de Dien Bien Phu et l’humiliation de Suez. Est-ce bien la réalité historique ?

A la lumière d’une documentation précise, ce livre se penche donc sur le versant militaire du conflit et ne s’attache qu’à la réalité des combats. Il veut savoir comment l’armée française s’est vraiment battue en Algérie et si elle y a été vaincue.

A l’opposé de la version « officielle » où l’armée française tient toujours le rôle du bourreau, il démontre finalement par les faits, que le drame algérien fut pourtant pour l’armée française une victoire exceptionnelle, acquise à la fois sur le terrain des opérations mais aussi sur celui, plus mouvant, de ce que les responsables politiques appelaient alors « une certaine idée de la France ».

Christophe Dutrône est historien, spécialiste de l’armée française. Il a déjà publié Mai-Juin 1940-Ils se sont battus (Toucan, 2010).


Publié le : mercredi 14 mars 2012
Lecture(s) : 42
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782810005208
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
En mars 1962 à Evian, l’Algérie accède à l’indépendance après de longues années d’un conflit sanglant. En ce début de XXIème siècle, les Français qui n’ont pas vécu cette période perçoivent souvent les accords d’Evian comme la conséquence d’une défaite supplémentaire de nos soldats, après le désastre de Dien Bien Phu et l’humiliation de Suez. Est-ce bien la réalité historique ?

A la lumière d’une documentation précise, ce livre se penche donc sur le versant militaire du conflit et ne s’attache qu’à la réalité des combats. Il veut savoir comment l’armée française s’est vraiment battue en Algérie et si elle y a été vaincue.

A l’opposé de la version « officielle » où l’armée française tient toujours le rôle du bourreau, il démontre finalement par les faits, que le drame algérien fut pourtant pour l’armée française une victoire exceptionnelle, acquise à la fois sur le terrain des opérations mais aussi sur celui, plus mouvant, de ce que les responsables politiques appelaient alors « une certaine idée de la France ».

Christophe Dutrône est historien, spécialiste de l’armée française. Il a déjà publié Mai-Juin 1940-Ils se sont battus (Toucan, 2010).


Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant