Le Capitalisme dans tous ses états

De
Publié par

Après l'effondrement du régime communiste et le succès des privatisations, le capitalisme possède désormais un monopole dont les débuts sont spectaculaires et préoccupants.

Le capitalisme du siècle à venir ressemblera fort peu à celui du siècle précédent. Il se sera médiatisé et livrera au jeu des pouvoirs économiques et financiers tous les grands moyens de la communication sociale, à commencer par la télévision. Il aura connu l'excitation de ses activités financières, vu les fortunes personnelles se dissiper aussi vite qu'elles s'étaient constituées, assisté à la mondialisation d'un paysage financier dominé par la faillite des banques américaines et le triomphe des banques japonaises. Il aura récemment subi les avancées de la corruption dans tous les domaines de la vie économique au point de voir la cohérence sociale menacée et ses fondements moraux dissociés dans une attitude du " Pourquoi pas moi après tout ".

Il sera, surtout, devenu sans politique au sens où le mode d'exercice des pouvoirs démocratiques (suffrage universel, chambres élues, président de République ou de Confédération) connaît dès aujourd'hui une crise grave de légitimité dont on pressent qu'elle n'est pas passagère mais ouvre sur un autre monde.
Publié le : jeudi 10 janvier 1991
Lecture(s) : 41
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213653570
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Après l'effondrement du régime communiste et le succès des privatisations, le capitalisme possède désormais un monopole dont les débuts sont spectaculaires et préoccupants.

Le capitalisme du siècle à venir ressemblera fort peu à celui du siècle précédent. Il se sera médiatisé et livrera au jeu des pouvoirs économiques et financiers tous les grands moyens de la communication sociale, à commencer par la télévision. Il aura connu l'excitation de ses activités financières, vu les fortunes personnelles se dissiper aussi vite qu'elles s'étaient constituées, assisté à la mondialisation d'un paysage financier dominé par la faillite des banques américaines et le triomphe des banques japonaises. Il aura récemment subi les avancées de la corruption dans tous les domaines de la vie économique au point de voir la cohérence sociale menacée et ses fondements moraux dissociés dans une attitude du " Pourquoi pas moi après tout ".


Il sera, surtout, devenu sans politique au sens où le mode d'exercice des pouvoirs démocratiques (suffrage universel, chambres élues, président de République ou de Confédération) connaît dès aujourd'hui une crise grave de légitimité dont on pressent qu'elle n'est pas passagère mais ouvre sur un autre monde.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.