Le jeu d'échecs comme représentation : univers clos ou reflet du monde ?

De
Publié par


Sous le titre Le Jeu d’échecs comme représentation :
univers clos ou reflet du monde ?
, une publication en ligne dans la collection
« Actes de la recherche à l’ENS » vient saluer le travail accompli par une équipe de jeunes chercheurs
sous la direction d’Amandine Mussou (2002) et Sarah Troche.

Entre incarnation et abstraction, les échecs fascinent : la richesse de leurs représentations dans la littérature
et les arts en est le témoin.

Bien plus qu’un pur divertissement de la pensée, les échecs sont là pour désigner autre chose – un ailleurs,
un au-delà qui reflèterait, fidèlement ou en le déformant, le monde réel. Cette puissance allégorique des échecs
a été perçue dès leur implantation en Occident.

L’histoire des échecs semble refléter l’histoire de la guerre et, plus généralement, les composantes sociales du monde
dans lequel on joue. C’est le caractère spéculaire de ce jeu qui est étudié dans ce volume.
Les échecs façonnent-ils un monde à l’image du réel ou fonctionnent-ils comme un univers autonome ?

La configuration des pièces comme la portée symbolique du jeu sont clairement influencées par le contexte social et politique de chaque époque.
Du jeu comme idéal, comme forme d’utopie politique ou artistique, au jeu comme univers autonome, qui modèle un récit ou une toile loin de toute volonté mimétique,
ce volume, issu d’une journée d’étude organisée à l’École en 2007, se propose d’examiner les rapports qu’entretiennent les échecs avec le monde.
L’approche s’est voulue interdisciplinaire et transhistorique.

Publié le : jeudi 1 janvier 2009
Lecture(s) : 27
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782728837700
Nombre de pages : 135
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Avant-p
ro
p
o
s
1 Amandné Mussou ét Saa Troche
Aû ŝén dé ’ûnéŝ ûdqûé, çaaçtÈŝÈ pa ’mpôdûçtÈ éŝŝénéé 2 dû jéû qû’ônt dÈîné nôtammént Jôan Hûznga ét Rôgé Caôŝ , éŝ Èçéçŝ fônt îgûé d’éXçépôn, nôûŝ dŝtayant « tôp ŝÈéûŝémént » 3 ŝéôn Môntagné . Capabéŝ d’abŝôbé é jôûéû aû pônt dé ’abŝtaé dû môndé danŝ éqûé  Èôûé, éŝ Èçéçŝ épôŝént d’ûné pat ŝû é ŝpéçtaçé çapantdé îgûnéŝ én môûémént, d’aûté pat ŝû ûné 4 ŝtûçtûé gÈômÈtqûé énôyant à ûn nômbé nîn dé çômbnaŝônŝ. Enté nçanaôn ét abŝtaçôn, éŝ Èçéçŝ faŝçnént : a çéŝŝé dé éûŝ épÈŝéntaônŝ danŝ a Èatûé ét éŝ atŝ én éŝt é tÈmôn. Danŝ LéGambît du cavalîerdé Wam Faûkné, ’ûn déŝ péŝônnagéŝ aïmé qû’« ûn jéû ôù ŝé éètént ét ôù ŝ’aèént tôûtéŝ éŝ paŝŝônŝ dé ’ômmé, ŝa fôé ét ŝôn éŝpô, a tôûjôûŝ ÈtÈ aûté çôŝé qû’ûn ŝmpé 5 jéû ». La dménŝôn ŝpÈçûaé déŝ Èçéçŝ éŝt ŝôûént admŝé çômmé ûné Èdénçé. Bén pûŝ qû’ûn pû déŝŝémént dé a pénŝÈé, éŝ Èçéçŝ ŝônt à pôû dÈŝgné aûté çôŝé – ûn aéûŝ, ûn aû-déà qû éètéat, îdèémént ôû én é dÈfômant, é môndé Èé. Céé pûŝŝançé aÈgôqûé déŝ Èçéçŝa ÈtÈ péÇûé dèŝ éû mpantaôn én Oççdént. Lé Môyén Âgé éXpôté én éét éŝ pôŝŝbtÈŝ dû jéû én pôpôŝant pûŝéûŝ typéŝ d’ntépÈtaônŝ ŝymbôqûéŝ, qûé ’ôn tôûé nôtammént dÈçtéŝ aû dÈbût dûLîvre des eschez amoureuX moralîsés, danŝ éŝ pémèéŝ annÈéŝ e 6 duxv ŝèçé : éŝ pèçéŝ dé ’Èçqûé péûént épôdûé a ŝôçÈtÈ çé, êté à ’magé dé a ŝtatÈgé mtaé, épÈŝénté éŝ çômbnaŝônŝ nînéŝ dû çé ét déŝ panètéŝ, ôû ŝé d’aÈgôé aûX bataéŝ amôûéûŝéŝ. La éçtûé aÈgôqûé dû jéû a pédûÈ –  ŝûït dé ŝé appéé a paé qûé é Céaé Bôçk jôûé çônté a Môt danŝLe Sepème Sceaud’Ingma Bégman pôû ŝ’én çônançé.
5
6
L’ôgné déŝ Èçéçŝ émônté aû dÈbût dé nôté èé, én Indé, ôù é jéû ŝ’appéatTchaturanga, « é jéû déŝ qûaté ôŝ ». I paŝŝé énŝûté én Péŝé ét ŝé tanŝfômé aû çôûŝ dé ŝéŝ pÈÈgnaônŝ, ŝ’adaptant aûX nôûééŝ ŝôçÈtÈŝ danŝ éŝqûééŝ  ŝ’mpanté. Léŝ Èçéçŝ n’ônt pûŝ gand-çôŝé à e7 ô aéç é jéû ndén ôŝqû’ŝ aént én Oççdént aûtôû dû xi ŝèçé. Léŝ çangéméntŝ éŝ pûŝ nôtabéŝ çônçénént a nôménçatûé déŝ pèçéŝ : é z,Irzén aabô-péŝan, éŝt déénû aIergedanŝ ’Oççdént mÈdÈa, ŝôt a éné. L’ÈÈpant aat ûné fômé çônqûé qû Èôqûat a mté Èpŝçôpaé çéz éŝ Angaŝ, qû én îént éûbîshop [Èêqûé]. Léŝ dÈfénŝéŝ dé ’ÈÈpant appéaént daantagé aûX FanÇaŝ é bônnét à pônté dû fôû. Cômmé pôû a éné, ûné îgûé dé çôû éŝt anŝ énûé émpaçé ûné îgûé mtaé. MagÈ çéŝ dÈéntéŝ adaptaônŝ, é bût 8 dû jéû éŝt éŝtÈ é mêmé :  ŝ’agt dé méé à môt é ô adéŝé. Si la e paé d’Èçéçŝ mÈdÈaé éŝt à ’magé dû çômbat fÈôda, é xvi ŝèçé, pÈôdé ôù ’at dé a gûéé éŝt bôûééŝÈ pa a gÈnÈaŝaôn dé ’ûŝagé déŝ améŝ à féû, ôt éŝ ègéŝ déŝ Èçéçŝ ŝé môdîé pôfôndÈmént ; ç’éŝt nôtammént à pa dé çé mômént-à qûé a éné ét é fôû açqûèént a 9 pôŝŝbtÈ dé taéŝé tôût ’Èçqûé. L’ŝtôé déŝ Èçéçŝ ŝémbé anŝ éÈté ’ŝtôé dé a gûéé ét, pûŝ gÈnÈaémént, éŝ çômpôŝantéŝ ŝôçaéŝ dû môndé danŝ éqûé ôn jôûé. C’éŝt é çaaçtèé ŝpÈçûaé dé çé jéû qûé nôûŝ aônŝ ŝôûatÈ ntéôgé danŝ çé ôûmé. Léŝ Èçéçŝ faÇônnént-ŝ ûn môndé à ’magé dû Èé ôû fônçônnént-ŝ çômmé ûn ûnéŝ aûtônômé ? La çônîgûaôn déŝ pèçéŝ çômmé a pôtÈé ŝymbôqûé dû jéû ŝônt çaémént nûénçÈéŝ pa é çôntéXté ŝôça ét pôqûé dé çaqûé Èpôqûé. Cépéndant, bén déŝ épÈŝéntaônŝ téndént à faé dé ’ûnéŝ ÈçqûÈén ûn môndé én ŝô. Lé éû çômmûn dû jôûéû d’Èçéçŝ fôû qû pôjéé éŝ ègéŝ dû jéû ŝû a ÈatÈ qû ’éntôûé éŝt à pôû é mônté. Lôûjné – péŝônnagé dônt é nôm mé aéçîllusîon én angaŝ, appéé Nabôkô danŝ ŝa pÈfaçé – éngagé pa éXémpé ûné paé dônt ’Èçqûé éŝt é môndé Èé. Qûand  ŝé jéé pa a fénêté,  ôt ’abmé « dŝÈ én çaÈŝ çaŝ 10 ét én çaÈŝ ŝômbéŝ » : é môndé ûdqûé énfémé ç é jôûéû danŝ ûné ôgqûé paaèé. Dû jéû çômmé dÈa, çômmé fômé d’ûtôpé pôqûé ôû aŝqûé, aû jéû çômmé ûnéŝ aûtônômé, qû môdèé ûn Èçt ôû ûné tôé ôn dé tôûté ôôntÈ mmÈqûé, çé ôûmé ŝé pôpôŝé d’éXamné éŝ
appôtŝ qû’éntéénnént éŝ Èçéçŝ aéç é môndé. I éŝt ŝŝû d’ûné jôûnÈé d’Ètûdé ôganŝÈé à ’Éçôé nômaé ŝûpÈéûé dé a ûé d’Um é 25 ma 2007, aû çôûŝ dé aqûéé ’appôçé ŝ’éŝt ôûûé ntédŝçpnaé ét tanŝŝtôqûé. Nôûŝ ténônŝ à éméçé tèŝ çaéûéûŝémént Jaçqûéŝ Béçtôd d’aô aççéptÈ d’ntôdûé çé éçûé d’açéŝ, anŝ qûé é dÈpatémént LÈatûé ét angagéŝ dé ’Enŝ, qû a açémént ŝôûténû çé pôjét.
L’échiquier comme modèle poliIque
La ŝymbôqûé déŝ îgûnéŝ, qû énôé à ûné ŝôçÈtÈ dé çôû Èaçqûémént ôganŝÈé, anŝ qûé a ŝtatÈgé béqûéûŝé dû dÈpaçémént déŝ pèçéŝ, fônt dé a dménŝôn pôqûé dû jéû a pémèé péŝpéçé, ŝanŝ dôûté a pûŝ Èdénté, dû appôt mmÈqûé déŝ Èçéçŝ aû Èé. Léŝ déûX çôntbûônŝ d’Amandné Mûŝŝôû ét dé Lûç Raŝŝôn môntént qûé çé appôt né ŝaûat çépéndant ŝé Èdûé à ûn ŝmpé jéû dé éét, ét qûé a dménŝôn pôqûé, tantÔt nômaé, dÈaé, tantÔt éXçéŝŝémént aônnéé ét nûmané, paçé éŝ énjéûX dé a çômpaaŝôn aû-déà dé tôûté Èqûaénçé. L’anayŝé d’Amandné Mûŝŝôû a pôû ôbjét ûnbest-seller du e xiii ŝèçé,Le Lîvre du jeu d’échecs, Èçt én an pa ûn fèé dômnçan taén. L’aûtéû ŝé é à ûné môaŝaôn dû jéû, qû îgûé ûné çtÈ dÈaé ôù çaqûé pèçé éŝt aŝŝôçÈé à ûné fônçôn ŝôçaé. Danŝ çéé péŝpéçé, éŝ Èçéçŝ ŝéént dé ŝûppôt à ûné pôpagandé ôyaé :  éŝt én éét aŝÈ dé tanŝpôŝé ŝû ’Èçqûé ûn fônçônnémént mônaçqûé épôŝant ŝû dé aŝtéŝ pÈôgaéŝ dû ŝôûéan. S éŝ Èçéçŝ fônçônnént çômmé ûné ûtôpé pôqûé, ûn éét dÈaŝÈ dé a ŝôçÈtÈ, é dômnçan mèné paaèémént à çé pôjét dÈôôgqûé ûné e éntépŝé dé Ègmaôn dû jéû, qû, aû xiii ŝèçé, éŝt énçôé dÈçÈ pa çétanéŝ aûtôtÈŝ éççÈŝaŝqûéŝ. C’éŝt nôtammént pa ’nénôn d’ûné Ègéndé éatant éŝ ôgnéŝ déŝ Èçéçŝ qûé ’aûtéû paént à jûŝîé ’émpô d’ûn ŝûppôt ûdqûé pôû tanŝméé ûn dŝçôûŝ Èdîant. Lûç Raŝŝôn, danŝ « Jéû d’Èçéçŝ ét tôtataŝmé. Owé, Zwég, SÈy », çônfônté ’ûŝaôn dû jéû d’Èçéçŝ pa éŝ Ègméŝ tôtataéŝ à ’mpôtançé dé ’magé ÈçqûÈénné danŝ a Èatûé môdéné.
7
8
Qûé é jéû d’Èçéçŝ ŝôt, ŝéôn é môt dé Géôgé Sténé, « bammént nûé », n’a paŝ émpêçÈ éŝ Étatŝ tôtataéŝ – én paçûé é Ègmé ŝôÈqûé – dé ŝ’ntÈéŝŝé aû jéû ét dé ’aaçé à ŝa gatûtÈ. Cômmé pa ûn éét dé mô, éŝ Èçanŝ qû dÈnônçént é tôtataŝmé ŝôçtént ôônéŝ ’magé pûŝŝanté dû jéû d’Èçéçŝ. Séôn qûééŝ môdatÈŝ, ôà a qûéŝôn qûé ŝôûèé ’aûtéû à pôpôŝ dé çétanŝ téXtéŝ d’Owé (1984,Hommage à la Catalogne,Le Quaî de Wîgan), dûJoueur d’échecs dé Zwég anŝ qûé dû ôman dé Patçk SÈy,Le Maïtre et le scorpîon (1991). InôqûÈ én tant qûé mÈtapôé d’ûné gûéû ntééçtûéé qû gnôé ’éééŝçénçé dé a é, ôû mŝ én œûé én tant qû’amé dé Èŝŝtançé çônté a babaé tôtataé, é jéû ŝé Èèé aû bôût dû çômpté ambaént.
PoéIques de l’échiquier
La déûXèmé péŝpéçé éténûé éŝt ’Èmnénté aônatÈ déŝ Èçéçŝ. Sôûént çtÈ çômmé môdèé dé jéû aônné, ôù é aŝad n’aûat aûçûné pat, ’éŝpaçé dé ’Èçqûé ŝé pÈŝénté çômmé ûn ûnéŝ ŝpaô-témpôé éndû qûaŝ nîn pa ’agénçémént çômpéXé dé ŝéŝ çômbnaŝônŝ, ét pôûtant çôŝ pa é nômbé éŝtént dé ŝéŝ ègéŝ. Léŝ ntéénônŝ dé Mçèé Gay, Bénôt Bétôû ét Saa Tôçé dÈçnént ŝôûŝ dÈéntŝ aŝpéçtŝ a épŝé dé çé môdèé aônné danŝ a Èatûé ét éŝ atŝ : paçé qû’ŝ péméént d’ntéôgé a çÔtûé dé ’œûé çômmé a ŝyŝtÈmaçtÈ dû ŝaô, éŝ Èçéçŝ nôûŝ paçént aû çœû déŝ pôbèméŝ dé pôÈqûé. L’appôçé tanŝŝtôqûé dé Mçèé Gay mét aû jôû ’Èôûôn dé ’ûŝaôn déŝ Èçéçŝ çômmé môdèé pôÈqûé, dû Môyén Âgé aû e xx ŝèçé. L’anayŝé ŝé çônçénté ŝû déûX éXémpéŝ :Le Lîvre des eschez amoureuX moralîsésd’Éat dé Cônty, Èçt aÈgôqûé ét ddaçqûé dû e dÈbût dû xv ŝèçé, ét ’œûé dé Rôgé Caôŝ, taéŝÈé pa çé môf, én pénant nôtammént appû ŝû ’ôûagé ntûÈCases d’un échîquîer. L’ûné déŝ dÈénçéŝ fôndaméntaéŝ danŝ é tatémént dû môf éŝt a qûéŝôn dé a çÔtûé dû jéû. Céz Éat dé Cônty, éŝ Èçéçŝ ŝônt ûn môdèé çôgnf ét pôÈqûé ;  ŝ’agt d’ûn ŝyŝtèmé pafat, qû pémét d’ûnîé éŝ pnçpaûX dômanéŝ dé çônnaŝŝançé abôdÈŝ pa ’aûtéû danŝ ŝôn
ôûagé énçyçôpÈdqûé. En éançé, Rôgé Caôŝ paé ôônéŝ d’ûn « Èçqûé nçômpét », à ’magé dé a dŝpéŝôn qû’ ŝé éçônnat. Eŝt anŝ mŝ én ééf é paŝŝagé dé a épÈŝéntaôn ÈçqûÈénné d’ûn môndé mÈdÈa în à ’Èŝtaôn énté în ét nîn çéz Caôŝ, ôù é jéû éçômménçé ŝanŝ çéŝŝé, dÈnônÇant ŝa pôŝŝbé çÔtûé. Bénôt Bétôû pôpôŝé qûant à û ûné anayŝé dû môf dû jéû d’Èçéçŝ çômmé çôntanté Èaé. L’açôn déLa Vîe mode d’emploî, « ômanŝ » dé Géôgéŝ Pééç, ŝé dÈôûé danŝ ûn mméûbé çônŝtûant ûn Èçqûé dé dX çaŝéŝ ŝû dX, çaçûné d’énté ééŝ épÈŝéntant ûn éŝpaçé ôû ûn appatémént. L’ôûagé éŝt çônŝtût ŝéôn a « pôygapé dû çaaé » : çaqûé dÈpaçémént dû çaaé éntané a çônŝûtaôn dé çaéŝ çônténant anéçdôtéŝ, çtaônŝ ét « dÈtaŝ », qû çônŝtûént é « ŝtôçk » à pa dûqûé éŝt çônŝtût çaqûé çapté. Sé mét én paçé ûn ŝyŝtèmé dé dŝtbûôn d’ûn nômbé d’ÈÈméntŝ dÈtémnÈŝ, aû ŝén d’ûn éŝpaçé gôûéûŝémént çôŝ. Lé dŝpôŝf mÈtôdqûémént ûdqûé pémét anŝ dé Èaŝé ûné œûé pafatémént aûtônômé. N mÈtapôé, n mçôçôŝmé, é jéû d’Èçéçŝ çônŝtûé ç ûn ŝyŝtèmé dé pôŝŝbtÈŝ qû pémét dé çônçéô ûné mûpçtÈ d’agénçéméntŝ ôbÈŝŝant à déŝ ègéŝ dônnÈéŝ qû ŝûŝpéndént éŝ ôŝ dé a é çôûanté. En çônfôntant éŝ téXtéŝ tÈôqûéŝ dé Maçé Dûçamp à ŝéŝ tÈmôgnagéŝ ét Èçtŝ ŝû é jéû, Saa Tôçé anayŝé a dménŝôn aŝqûé dû jéû d’Èçéçŝ çéz çét aŝté nŝôté. La çqûé éént gÈnÈaémént a daté dé 1923 çômmé çÈŝûé mpôtanté danŝ a é dé ’aŝté : aant 1923, ûné taéŝÈé fûgûanté dé a péntûé ét ’appaôn déŝ péméŝ éady-madéŝ ; apèŝ 1923, ûné étaté ŝû ’Èçqûé, qû fat baŝçûé ’açtÈ aŝqûé à ’aèé-pan. Céé ôppôŝôn énté ’at ét éŝ Èçéçŝ Èmné çépéndant é môûémént pôpé à a dÈmaçé dé Dûçamp, ŝŝant ŝôûŝ déŝ aŝpéçtŝ ûné çônnûtÈ dynamqûé ét dÈéé énté ’at ét éŝ Èçéçŝ. Léŝ Èçéçŝ ŝônt pénŝÈŝ pa Maçé Dûçamp çômmé ’ôzôn pôŝŝbé dé a pôdûçôn aŝqûé. Danŝ éŝ déûX dômanéŝ, a maèé gŝé éŝt aû pnçpé dé ’açtÈ : tôût çômmé a péntûé né dôt paŝ êté éXçûŝémént « Ènénné » maŝ bén ŝôûmŝé aû çôntÔé d’ûné pénŝÈé éXaçté, a béaûtÈ déŝ Èçéçŝ éŝt fôndÈé pa é môûémént çÈÈba çônnû qû ŝôûŝ-ténd a paé. Lé jéû paçpé anŝ à a dÈînôn d’ûné fômé dé béaûtÈ dÈaé, çômmé à a çônîgûaôn d’ûn çétan at dé é.
9
1
0
Le réel et la grille de l’échiquier
À m-çémn énté môdÈŝaôn dû Èé ét môf pûémént gÈômÈtqûé, a çéŝŝé dé a dménŝôn ŝpÈçûaé déŝ Èçéçŝ ŝémbé énîn tén à çéé éŝŝénéé ÈqûôçtÈ, ôû ôŝçaôn énté déûX môndéŝ. Léŝ çôntbûônŝ d’HÈèné Téŝpéûç, dé SÈbaŝén Léngét ét dé Jaçqûéŝ Bénad méént én ûmèé çéé ténŝôn nÈénté aû jéû, én môntant çômmént ’at, é tÈâté, maŝ énçôé é qûôdén mêmé déŝ jôûéûŝ pôféŝŝônnéŝ, ŝ’ôganŝént aûtôû dé çéŝ déûX pÔéŝ. L’açé d’HÈèné Téŝpéûç, « Lé môf dé ’Èçqûé danŝ ’œûé dé Kandnŝky : qûéé abŝtaçôn ? », ntéôgé ’mpôtançé dû môf dé ’Èçqûé danŝ ’œûé dé çét aŝté. Aû çôûŝ déŝ annÈéŝ 1920, Èpôqûé ôù Kandnŝky énŝégné aû Baûaûŝ à Wéma, çé môf éŝt tèŝ pÈŝént danŝ ŝôn œûé abŝtaté, pafôŝ mêmé éXpçtémént ÈnônçÈ danŝ é té. Faût- tôûtéfôŝ paé dé « gé » ôû bén d’« Èçqûé » ? Léŝ déûX téméŝ pôŝént a qûéŝôn dû appôt aû Èé çéz ûn aŝté gÈnÈaémént çônŝdÈÈ çômmé é pémé pénté abŝtat. Sônt anŝ éXpçtÈéŝ éŝ aŝônŝ éŝŝénéémént ŝymbôqûéŝ dû çôX dû môf – ’Èçqûé çômmé ŝymbôé dé a déŝnÈé, ôû çômmé ÈfÈénçé ndénné à a çôŝmôgapé – anŝ qûé éŝ pÈnômènéŝ d’« abŝtaçŝaôn » dé a îgûé ÈçqûÈénné dû çaaé danŝ çétanéŝ déŝ œûéŝ éŝ pûŝ abŝtatéŝ. Lé môf dé ’Èçqûé né dôt paŝ êté çônŝdÈÈ çômmé pûémént îgûaf, n çômmé pûémént abŝtat, maŝ bén danŝ ’ambgûtÈ dû appôt aû Èé qû é çônŝtûé. SÈbaŝén Léngét, danŝ « Déŝ îgûnéŝ dé ça ét dé ŝang (ŝû ’Èçqûé dé a paŝŝôn) », Èçaé éŝ çôX dé Dané Méŝgûç danŝ ŝa mŝé én ŝçèné déLa Seconde Surprîse de l’amour(1991), qû ŝé jôûé tôût énèé ŝû « ’Èçqûé dé a paŝŝôn ». Sû ŝçèné, ûn mménŝé Èçqûé éçôûé é ŝô, tadûŝant danŝ éŝ fatŝ çéé mÈtapôé. Sû é bôd dé ŝçèné, ûn aûtômaté manpûé ŝû ûn Èçqûé ûn énŝémbé dé îgûnéŝ épÈŝéntant éŝ péŝônnagéŝ dé ’ntgûé. L’éŝpaçé dé jéû ŝémbé êté anŝ a tanŝçpôn à ’Èçéé ûmané dé çé qû ŝé jôûé tûéémént ŝû é pét Èçqûé, Èpôndant déçtémént aûX çôX ŝtatÈgqûéŝ dé ’aûtômaté. L’anayŝé mét én Èdénçé a çéŝŝé mÈtapôqûé dé ’Èçqûé, qû ndût nôtammént ûné éçtûé tagqûé dé a pèçé én nŝŝtant ŝû é çaaçtèé mÈçanqûé déŝ ŝtatÈgéŝ ÈçqûÈénnéŝ. Pa a
pÈŝénçé ŝmûtanÈé dé déûX Èçqûéŝ ŝû é patéaû, a pôbÈmaqûé dû éét éŝt çaémént ŝôûgnÈé : ’éŝpaçé ŝçÈnqûé éŝt çÈ, ét é mééû én ŝçèné ntéôgé, à taéŝ é môf dé ’Èçqûé, éŝ appôtŝ dû tÈâté aû Èé.
C’éŝt à pa d’ûné Ètûdé dé téan ménÈé aû ŝén déŝ tôûnôŝ d’Èçéçŝ qûé Jaçqûéŝ Bénad, danŝ ŝôn açé « La çômpÈôn d’Èçéçŝ çômmé éŝpaçé aûtônômé : a ŝûjÈôn dé a é ôdnaé pa é môndé dé a ŝôçabtÈ ûdqûé », mét aû jôû ûn énŝémbé dé paçûaŝméŝ pôpéŝ aû méû déŝ jôûéûŝ d’Èçéçŝ pôféŝŝônnéŝ fanÇaŝ. La çôÈénçé dé çé méû épôŝé ŝû ûné ŝÈé dé ègéŝ dé çôndûtéŝ, çôdéŝ, téŝ, qû én gaanŝŝént ’aûtônômé. Lé méû déŝ jôûéûŝ d’Èçéçŝ ŝ’éŝt çônŝtût ŝa pôpé Èaçé, ŝéŝ ÈfÈénçéŝ çûtûééŝ pûŝ ôû mônŝ éXpçtéŝ, maŝ aûŝŝ ûn ôçabûaé paçûé, qû agŝŝént çômmé aûtant dé îtéŝ ŝôçaûX. Anŝ é gôûpé déŝ jôûéûŝ d’Èçéçŝ pôféŝŝônnéŝ fanÇaŝ ŝ’nŝtûé-t- çômmé ûn ûnéŝ ŝpÈçîqûé, çômmé ûné ŝôçÈtÈ aténaé, pûŝ ôû mônŝ én magé déŝ môdéŝ tadônnéŝ dé ŝôçaŝaôn.
____________________ 1 Amandné Mûŝŝôû éŝt AMN à ’ûnéŝtÈ Paŝ IV-Sôbônné ét Saa Tôçé éŝt ATER à ’ûnéŝtÈ Paŝ I PantÈôn-Sôbônné. 2 Jôan Hûznga,Homo Ludens, essaî sur la foncon socîale du jeu, Paŝ, Gamad [1938], 1972 ; Rôgé Caôŝ,Les JeuX et les hommes. Le masque et le verge, Paŝ, Gamad [1958], 1967 (Èdôn éûé ét çômméntÈé). 3 « Jé é [é jéû déŝ éŝçéçŝ] ay ét fûy, dé çé qû’ n’éŝt paŝ aŝŝéz jéû, ét qû’ nôûŝ éŝbat tôp ŝééûŝémént, ayant ônté d’y fôûn ’aénôn qû ŝûïôt à qûéqûé bônné çôŝé. » Mçé dé Môntagné,Essais, é i, çap. l, « Dé Démôçtûŝ ét Héaçtûŝ », nŒuvres complètes, téXtéŝ Ètabŝ pa Abét Tbaûdét ét Maûçé Rat, Paŝ, Gamad, « La PÈadé », 1962, p. 290. 4 Vô ŝû çé pônt Jaçqûéŝ Béçtôd (d.),Échîquîers d’encre. Le jeu d’échecs et les lerese e (xix-xx sîècles), Génèé, Dôz, 1998, Intôdûçôn, p. 17. 5 Wam Faûkné,Le Gambît du cavalîer, tad. f. AndÈ dû Bôûçét, Paŝ, Gamad, 1951, p. 196. 6 Éat dé Cônty,Le Lîvre des eschez amoureuX moralîsés, Èdôn dé FanÇôŝé Gûçad-Téŝŝôn ét Bûnô Rôy, MôntÈa, Cééŝ, « Bbôtèqûé dû môyén fanÇaŝ », 1993, Pôôgûé, p. 3-12. Vô ’açé dé Mçèé Gay, « Pémanénçéŝ ÈçqûÈénnéŝ ôû é ŝénŝ d’ûné mÈtapôé tanŝ-ŝÈçûaé »,înfra, p. 51sq. 7 Sû ’ŝtôé déŝ Èçéçŝ, ô nôtammént Haôd Jaméŝ R. Mûay,A Hîstory of Chess, OXfôd, OXfôd Unéŝty Péŝŝ, 1913 ; Rçad Eaéŝ,Chess.The Hîstory of a Game, Néw Yôk, Façtŝ ôn Fé Pûbçaônŝ, 1985, ét Mçé Paŝtôûéaû, « L’aÈé dû jéû d’Èçéçŝ én ôççdént », nUne hîstoîre symbolîque du Moyen Âge occîdental, Paŝ, Lé Séû, 2004, p. 269-291.
1
1
1
2
8 La fômûé « Èçéç ét mat » épôdût ’éXpéŝŝôn aabéal chah mât, « é ô éŝt môt ». 9 Léŝ ŝtôénŝ n’y ôént paŝ ûné ŝmpé çônçdénçé. Vô nôtammént Jéan-Mçé Mé, « Lé jéû d’Èçéçŝ à a çônqûêté dû môndé »,L’Hîstoîre, n° 71, ôçt. 1984, p. 40-50. 10 Vadm Nabôkô,La Défense Loujîne, Paŝ, Gamad, « Fôô » [1964], 1991, p. 282.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.