le parfum de toi

De
Publié par

beaucoup de sentiments

Publié le : jeudi 27 octobre 2011
Lecture(s) : 159
Nombre de pages : 50
Voir plus Voir moins
1234567 / 890111213114 /1561718191021222322246/252297/2803132333433375/36839304142434S O M M A I R ELa vie en tubes La vie, un arbre,Laissez !Le parfum de toiLe silence entendunamaMMon concert égoistePauvre mondePenséesPour tous ceux qui m'entourent...Putain, c'est dur !...Quelquefois,Rien ne me ressemblera...Si j'ai besoin,Si tu savais,Sur la routeUn sourireBonjour le mondeConfidences ciel !Elle se came elle ?Eloge de la différenceEn compagnie de solitude...Encore un nuit où mes rêves...Entre vous et moi.Glossaire HommageIl me resteIls crient tous !Interdits d'aujourd'huiJ'ai vuJe marche au fil des saisonsLa première foisJe pense à toiNu ageSur cette terre un enfantMon ami AhmedDans la vie,amoLJJ'eaia nb-eJsaociqn udees  mGuOsiLqDuMe,A dNe  -fTuotilni tAésu treet  aCuhsesim dine-s  1a9u8tr4e.s...
La vie en tubesJe ne suis pas Goldman,"je ne marche pas tout seul"mais ne t'inquiète pas man,quand il y a "la fête au village","je me fends bien la gueule".Je ne suis pas Mader,j'ai du mal à mettre "un pied devant l'autre"mais ne t'inquiète pas"je ne suis pas à terre".Mais non ! "Laisse pas béton""Si le monde est tellement con""Bats toi ! Serre les poings et bats-toi !Je suis de la bande à Zola, Sardou et Mas"j'accuse"Mais l'essentiel "c'est que tu sois là""toi" "mon petit bouchon"je suis vraiment "morgane de toi""tant que tu seras avec moi"Je verrais "la vie en rose""je te survivrai".Laurent Chauve -- 1
La vie, un arbre,Aussi loin que mes yeux puissent porter,Aussi fort que mon coeur puisse aimer,Aussi haut que les cîmes de cet arbre,L'arbre de la vie, symbole de l'éternitéFort comme le chêne, quand ma vie s'enchaine,Charme comme le charme, quand ma vie aime,Bouleau comme le travail va à la vie ;Un peu palmier, symbole de la tranquilité,Nu comme l'arbre renversé, quand ma vie tonne,Hêtres comme les petits êtres que nous sommes,Un peu graine, symbole de la naissanceEt notre vie qui part dans tous les sens ;Aussi loin que mes yeux puissent porter,Aussi fort que mon coeur puisse aimer,La vie est un arbre,La vie est une graine,On est tous sous son charme,Nous allons où elle nous entraine...Laurent Chauve2
Laissez !Faites taire le bruit de vos bombes,Je n'ai pas envie d'être le père de la honte,Faites taire le bruit de vos armes,Avant que je verse ma larme.Laissez tourner les étoiles !Pendant que nos vies s'ensoleillent,Laissez la terre en éveil !Et le vent dans les voiles.Laissez la pluie tomber !Et les enfants respirer !Ce n'est pas toujours l'été,Mais je vous promets,Cela vaut le coup de causer.Laissez les oiseaux chanter !Et vivre les animaux !Laissez-moi vivre !Avant que je n'apprenne à survivre...Laurent Chauve3
Le parfum de toiParfum parfumé du bout de toiJ'aurai toujours sur moiMorceaux de ta vie embarqués sur la mienneComme une valse de VienneDansera sur ma peauQui ont fait de ma vieMes jours les plus beaux.Je vis comme un escargotUn jour de plein soleil ;Je reste dans ma coquilleEt je t'attends tranquilleToi qui a mis sur mes yeux l'ar-en-cielSur le jour qui se lèveEt mes yeux s'emplissent de pluieSur ma vie, car tu n'es plus là.Juste le parfum de toi,Guérit mon coeur du mal de moiMais comment se soignerQuand la destinée ne vous est plus destinée ?Combien de bras s'ouvrirontPendant que mon âme se fermeSi tu ne reviens pas au creux de moi ?Souviens-toi la symphonie de je t'aimeDu premier jour, sur le chemin des deux amantsEt nos routes se séparant ;Pourtant, le parfum de toiS'envenime encore en moi.Sur notre histoire,Senteurs que jamais je n'oublierai,Harmonie sur la bohème,Tu seras toujours le fantôme de mes poèmes.Laurent Chauve4
Le silence entenduEcoutez le dialogue étrange des silencesCelui des bouches muettes et des lèvres sans voix,Qui ont fermé la porte au nez de la violencePour se compre et se confier tout bas.J'ai vu tant de muets se dire tant de chosesQue mon cri me paraît être un enfant de tropEt puisque cet aphone a trouvé près des rosesUne langue opaline aux multiples échos.J'ai des cordes en moi qui chantent et vocalisentJ'ai des cordes pourries qui brouillent mes aveuxComme les litanies qui montent aux églises.Dès que j'ouvre la bouche on ne me comprend plusTaisez-vous, taisez-vous, laissez parler vos yeuxPour vous, et puis pour ceux qui en sont dépourvusEt ce sera longtemps parler pour tout dire.Laurent Chauve5
amaMnOn aurait pu les soirs d'hiversAvoir des discussions au coin du feuMais la vie en a décidé autrement.Tu m'aurais raconté la vieMais pas celle que je vis aujourd'hui,Tu m'aurais raconté le sentimentalAvant que je m'étale.Mais sache que maintenant Avec le tempsJ'ai trouvé la personne que j'aimeEt ma vie je la sème ;Tu m'aurais racontéCe monde violentTu m'aurais dit de ne pas en faire autant.Souvent je souffre,Puisque tu es loin de moiMais quelquefois L'éloignement me rapproche de toi.Tu m'aurais raconté mes droits et mes devoirs,Envoyé faire mes devoirs,Envoyé la fessée pour la poupée que j'aurais cassée ;Mais sache que maintenant, avec le temps,Je vis ma vie et je suis heureuxComme on aurait pu l'être tous les deux ;Tu m'aurais racontéTout le bleu que j'ai dans les yeux Et le bonheur que l'on a d'être deux.Souvent je souffre,Puisque tu es loin de moi,Mais quelquefoisL'éloignement me rapproche de toi.Laurent Chauve- 6 -
Mon concert égoïsteJ'aime bien JOHN LENNON,Quand il s'étonne que l'air qu'il fredonneEn mélodie la vie de cette musique qu'il « imagine »Où « Michèle » s'est jetée à coeur perdu Quand on a posé sur toi le geste qui tue.J'aime bien BOB MARLEY,Quand la musique part en fuméeEt que la vapeur des mots rejointLa paix autour d'un air gaiQuand celle-ci sonne le reggae.J'aime bien RENAUD,Quand les mots percutentUne cellule de notre cerveauAvec l'aisance de crier tout hautPendant que les autres pensent tout bas.J'aime bien la vie,Quand les mots s'embrassentDans une guitare qui détoneLa puissance des notesEt qu'autour d'un feu de campOn chante avec « les copains d'abord ».J'aime bien GOLDMAN,Quand sa guitare émaneQuelques sentiments ressemblant à la vieSurtout quand « la musique est bonne ».Je vous admire Monsieur BREL,Quand la valeur des mots marche sur le tempsSans vieillir d'un printemps,Je vous promets même « les bourgeois »Danse « la valse à mille temps ».Vous avez su mettre sur les phrasesPlus que « des bonbons »Et mon admiration pour vous« ne me quitte pas ».7
Que vous partagiez ou pasCe petit concert égoïste,J'ai pris plaisir à décrireLes mots emmenant sur la musiqueLe temps sur la force de l'artisteA mettre sur la vie des paroles qui s'envolent,Des musiques qui frémissentSur la valeur de nos sentimentsDes « mots qui bleuissent » sur nos étésEcoutés dans le monde entier.Laurent Chauve8
Pauvre monde,Pauvre monde, c'est toujours les silences qui veulent gueuler,Les grandes gueules qui feraient mieux de se taire,Même les dieux ne s'apitoient plus devant la douleur qui a parcouruLe monde plus vite que le paralysé ne marchera jamais.Pauvre monde, c'est difficile de vivre quand la gloire d'un paysEst au bout d'un fusil, quand toutes ces vies meurtries dans ceMonde, pourri, font la une des journaux même quand on se lève tôt.Pauvre monde, c'est difficile de travailler quand les jeunes naissentSur une jeunesse qui a juste le souvenir du labeur d'antan,Mais elle ne peut plus vivre quand les anciens ne pensent plus rien,Du beurre étant récompense, aujourd'hui, il a fonduDevant nos ascendants tellement le monde est cruEt les valeurs disparaissent quand la misère plus ne cesseDe nous prendre les fesses, et la relève que l'on voit dans les ruesS'élève devant ces politiques n'y croyant plus.Pauvre monde, qui laisse ses enfants sur une terre où l'on enfante Plus, tellement l'homme souffre du mal d'aimer mais il se sentVulnérable devant cet amour de plastique et les sentiment queJ'éprouve pour toi sont graves, mais je suis guidé vers toi, pauvreAmour, planqué derrière les « jurés » les « toujours »,Sur le chemin de la vie, mon coeur déjà s'émeut de te trouver un jourSi tu veux de moi, faire quelques pasCar même si le monde est comme cela,Tu ne le regretteras pas,Je serais toujours auprès de toi.Laurent Chauve9
PenséesLa musique n'a pas de couleur,Le sang n'a pas d'odeur,De toute façon,Intelligents et cons,Yeux noirs, yeux bleus,On ira tous aux cieux.Tu verrais dans ce monde fou,Il y a même des zoulousIls nous ont appris à danser, à chanter, Maintenant que l'on peut s'exprimer.La violence fait cent fois le tour de la terre par jour,Chaque fois que je la vois, je fais demi-tour ;Je veux voir un jour ma vie côté soleilPas mon avenir dans les poubelles.Les premières couleurs que j'ai apprisesSont le rouge et le bleuMais aujourd'hui le mondeEst plus prêt du gris-noir.Malgré tout à ce jour, je suis heureuxParce qu'on est deuxComme une paire d'yeux ;Reste là, le temps que tu pourras,Aujourd'hui, demain, j'ai besoin de toi ;Le monde peut se détruirePuis être un peu fouMais pas nous.La musique n'a pas de couleurLe sang n'a pas d'odeur,Intelligents et cons,Yeux noirs, yeux bleus,On ira tous aux cieux.Laurent Chauve01
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi