Le Premier Venu

De
Publié par

Charles Baudelaire n'est pas seulement l'auteur des Fleurs du mal. Il est aussi celui qui a compris, notamment dans Fusées et dans Mon cœur mis à nu, la profonde métamorphose des sociétés modernes. Au cours du Second Empire, l'ordre ancien achève de disparaître : ni les individus ni les valeurs n'ont plus de place définitive. C'est désormais le règne du premier venu, qui s'incarne dans différents personnages baudelairiens – le promeneur, le dandy, le tyran, la victime, le bourreau, l'artiste... Ce monde qui se démocratise est agité, à l'instar du cœur humain, de mouvements confus où chacun peut se retrouver soudain élu ou exclu, couronné ou sacrifié au terme d'un suspens qui se cristallise dans des situations-limites, telles que l'exécution capitale, le suicide, le complot ou simplement la solitude... Dans cet essai aujourd'hui réédité dans une nouvelle version revue et augmentée, Pierre Pachet nous restitue la pensée paradoxale et fulgurante d'un Baudelaire encore méconnu.
Publié le : vendredi 27 avril 2012
Lecture(s) : 361
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782207100950
Nombre de pages : 174
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le Pemîe Veû
DU MÊME AUTEUR
Devant ma mère, Gaîma, 2007. Loîn de Parîs, Deôë, 2006. L’Amour dans le temps, Cama-Lévy, 2005. Aux aguets, Essaîs sur la conscîence et l’hîstoîre, é. Maûîçe Naeaû, 2002. Adîeu, é. Cîçé, 2001. L’Œuvre des jours, é. Cîçé, 1999. Conversatîons à Jassy, Maûîçe Naeaû é., 1997. Aveç Jea-Lôûîs Faûe,Bêtîse de l’întellîgence(sû Ahû Kôese, Sae e S. e Beaûvôî), Jôça seîa é., Naes, 1995. Le Grand Âge, é. Le Temps qû’î faî, 1993. Un à un, de l’îndîvîdualîsme en lîttérature (Mîchaux, Naîpaul, Rushdîe), Seûî, 1993. Les Baromètres de l’âme, naîssance du journal întîme, Haîe, Bèves/ Lîéaûe, 1990 (éîîô evûe e çômmeée, Pôçhe/pûîe, 2001). La Force de dormîr, études sur le sommeîl en lîttérature, Gaîma, 1988. Autobîographîe de mon père, Beî, 1987. Nôûvee éîîô, aveç ûe pôsfaçe e J.-B. Pôaîs, é. Aûeme, 1994. Le Voyageur d’Occîdent, Gaîma, 1983. La Vîolence du temps, Fîodorov et Mourjenko, o camp n 389/36, Seûî, 1982. Nuîts étroîtement surveîllées, éûes psyçhôôgîqûes, Gaîma, 1981. De quoî j’aî peur, essaî, Gaîma, 1980. Du bon usage des fragments grecs, Le Nôûveaû Cômmeçe, 1976 e 1980.
Pîee Paçhe
Le Pemîe Veû
Essai sur la pensée de Baudelaire
Édîtîon revue et augmentée
Ue pemîèe éîîô e çe ôûvage es paûe çhez Deôë e 1976 as a çôeçîô « Les Lees ôûvees » îîgée pa Maûîçe Naeaû.
© Édîtîons Denoël, 2009
« Le pemîe veû »
« Le pemîe veû » : ôûs pôpôsôs e ômme aîsî e pesôage pîçîpa e ’essaî qû’ô va îe. L’epes-sîô es empûée à Baûeaîe. O saî çômbîe e fasçî-aîe e passa, ôû a passae, çe êe îçôû, qûe-çôqûe, qûe e hasa eaî mômeaéme e a fôûe ûbaîe; î a paé e « ’âme qûî se ôe ôû eîèe, pôésîe e çhaîé, à ’împévû qûî se môe, à ’îçôû 1 qûî passe » (« Les Fôûes », « Le Spee e Paîs »); î a appeé e pesôage e « L’Hômme es fôûes » ’E. Pôe, qûî « se péçîpîe à aves çee fôûe à a eçheçhe ’û îçôû ô a physîôômîe ’a, e û çî ’œî, fasçîé » 2 (« Le Peîe e a vîe môee »). O çôa ’aûe pa sô aîaçe pôû e « ’împôe ôù », pîçîpe à a fôîs eshéîqûe e môa, haîçap eveîqûé qûî ehaûs-sea e sûççès e ’aîse e e bôheû e ’êe sesîbe : 3 « N’împôe ôù hôs û môe » e : « Je peû çômmeçe Mon cœur mîs à nu ’împôe ôù, ’împôe çômme... 4 pôûvû qûe ’îspîaîô sôî vîve »; « Débû ’û ôma,
1. Baûeaîe,Œuvres complètes, é. C. Pîçhôîs, Péîae, 1975, ï, p. 291. 2. Péîae, 1976, ïï, p. 690. 3. « Le Spee e Paîs », Péîae ï, p. 356. 4. « Mô çœû mîs à û », Péîae ï, p. 676.
8
Le Premîer Venu
çômmeçe û sûje ’împôe ôù, e, pôû avôî evîe 1 e e iî, ébûe pa e ès bees phases » ; ôû bîe : « Cômmeçe ’abô, e pûîs ses-ôî e a ôgîqûe e e ’aayse. N’împôe qûee hypôhèse veû sa 2 çôçûsîô . » Ce passa eçôé ’împôe ôù, ç’es péçîséme « e pemîe veû », qûî peû êe eçôû e eû faÇôs : aÔ î s’agî e e émasqûe eîèe es faûsses gaeûs, aîsî « a gae gôîe e Napôéô ïïï aûa éé e pôûve qûe e pemîe veû peû, e s’em-paa û éégaphe e e ’ïmpîmeîe aîôae, gôû-3 vee ûe gae aîô » ; e « e pemîe veû, pôûvû 4 qû’î saçhe amûse, a e ôî e pae e ûî-même ». TaÔ û môûveme îvese, ’eaaîô e e asi -gûaîô, évèe a gaeû ûîqûe û pemîe veû : e vîîe ’es qûe « a pemîèe pesôe qûe j’apeÇûs as a ûe », maîs ç’es ûî qûî, sas ’avôî vôûû, va 5 ôûvî « ’îiî e a jôûîssaçe » ; e êveû saî qûe « e paîsî e e bôheû sô as a pemîèe aûbege veûe, 6 as ’aûbege û hasa, sî féçôe e vôûpés ». Le mageû e hasçhîsçh, ei, aeî « ’éa myséîeû e empôaîe... ôù e pemîe ôbje veû evîe sym-bôe paa », ôù ôû « — a pemîèe phase veûe, sî vôs yeû ômbe sû û îve —, ôû ei, ’ûîvesa-îé es êes se esse eva vôûs aveç ûe gôîe ôû-7 vee ô sôûpÇôée jûsqû’aôs ». O vea e Ôe qûe ôûs ésevôs, à a sûîe pesôs-ôûs e Baûeaîe, à çe îçôû çhôîsî pa e hasa.
1. « Fûsées », Péîae ï, p. 663. 2. « Hygîèe », Péîae ï, p. 670. 3. « Mô çœû mîs à û », Péîae ï, p. 692. 4.Ibîd., p. 676. 5. « Le Maûvaîs Vîîe », « Le Spee e Paîs », Péîae ï, p. 286-287. 6. « Les Pôjes », Péîae ï, p. 315. 7. « Les Paaîs aîiçîes », Péîae ï, p. 430-431.
IntroductIon
Saçîiçe, peîe e mô, sôîûe
Les îées e Baûeaîe sû e saçîiçe méîe-ees ’êe pîses aû séîeû ? O se çôee sôûve e es aaçhe à a pesée e Jôseph e Maîse ; ô pôûaî aûssî, pûs gééaeme, es appôçhe es éûçûba-îôs pûs ôû môîs éîaes qûe a péîôe pôs-évô-ûîôaîe a vûes leûî e Eûôpe ès a pemîèe e môîîé û xIx sîèçe, e qûî se sô sôûve çôçeées sû ’îsîûîô e a peîe e mô e sû sô îsûme ypîqûeme faÇaîs, a gûîôîe : çômme sî çe ôbje émîemme môee — ç’es ûe îveîô eçhîqûe esîée à ésôûe û pôbème pôîîqûe sas sôûf-façes îûîes — îçîaî çeaîs espîs à ûe îve-îô égae as a jûsîiçaîô e es môes ’empôî. Le pôèe Jôûkôvsky, as es çôvesaîôs aveç Gôgô, « epôsaî çeaîes e ses îées favôîes çôçea ’améîôaîô û môe, ee pa eempe a asfô-maîô e a peîe çapîae e û mysèe eîgîeû, aveç a peaîsô aççômpîe as û eôî çôs... L’éîiçe, es eûes, es vôî çhaûes û çegé e es çhœûs (ôya ôû bûî îçôgû) empêçheaîe e çôamé e ôe aû assîsas e speçaçe çîmîe ’û hômme qûî affôe a mô aveç e çôûage ’û fa-faô. » V. Nabôkôv, qûî appôe çes êveîes, a aîsô
10
Le Premîer Venu
e s’e môqûe, bîe qûe ûî-même aî çhôîsî û hème ôû à faî sembabe pôû ’îîgûe e sô ôma 1 Invîtatîon au supplîce. E Façe, ô pôûaî çîe pesqûe aû hasa Gabîe Gaa, ô es éçîs paûe ee 1827 e 1851 : « ï evaî môûî e çômme Jésûs-Chîs essûsçîe ; çômme Jésûs-Chîs, î evaî se saçîie pôû ’hûmaîé ; ç’es pôûqûôî a gûîôîe evaî êe “çôse-vée jûsqû’à a i û môe... pôû çeûî qûî se péseea e saçîiçe”. » R. Qûeeaû es ûî aûssî fôé à îége çe aûeû à a gaeîe e « fôûs î-éaîes » qû’éûîe sô pesôage Chambeaç ; maîs 2 ô ôî emaqûe qûe e ôma ôû eîe s’appesaî ôûôûeûseme sû a qûesîô e ’îîvîûaîsaîô as a sôçîéé ; à çe éga e éîe e e ôû e îûmîé appaa aûssî aéqûa à û aspeç paaôa e a vîe sôçîae qûe es avaas pûs ôû môîs absûes e aveûges û esî e e pesôage épûé pûs sesé. L’aîûe e Nabôkôv çômme çee e Qûeeaû îçîe ôç à çôsîée a qûesîô û saçîi çe as e môe môee as e çae ’ûe qûesîô pûs vase e môîs aaçhôîqûe : à qûe pî es-î pôssîbe, pôû û îîvîû vîva as ûe sôçîéé môee, fôée sû e pîçîpe e ’égaîé, e s’îîvîûaîse, e eveî « qûeqû’û » ? Ce qûî sembe ôe sa ôaîé à çee ôûvee « qûesîô û saçîiçe » ’es pas e ap-pô aveç û Absôû, pîçîpe ôû îvîîé à qûî e saçî-içe es ôffe, maîs e appô û saçîia ôû û saçîié aveç sô sembabe. U eveseme hîsôîqûe sembe s’êe pôûî : as es sôçîéés ôûveeme saçîiçîees, çees ôù û açe qû’ô peû ômme saçîi çe es fé-qûe e égemeé, e saçîiçe hûmaî es gééaeme ae; as a pûpa es ças, ç’es û ôbje ôû ûe vaeû, môîs sôûve û aîma, qûe e saçîia ôffe à a es-
1. T. f. Gaîma 1960 ;Gogol, . f. 10-18, 1971, p. 41. 2.Les Enfants du lîmon, Gaîma 1938 ; Gabîe Gaa, çh. CXXXï, p. 232.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.