Le roman historique N° 238

De
Claude Mettra, Le romancier hors les murs
Textes :
Daniel Boulanger, Le Grand Ferré
Marguerite Yourcenar, Saint-Just à Marchienne
Jacques-Pierre Amette, Valmy!
Pierre-Jean Remy, Une mort sale
Jean d' Ormesson, Un interprète privilégié du mythe d'Alexis : Georges de La Tour
Les romanciers :
Marguerite Yourcenar, Ton et langage dans le roman historique
Johannes Camillus Pretiotus, Exemples de langage parlé n'ayant pas passé par un arrangement littéraire
Michel Tournier, La dimension mythologique
Zoé Oldenbourg, Le roman et l'histoire
Pierre-Jean Remy, L'histoire dans le roman
Historiens et critiques :
Jacques Le Goff, Naissance du roman historique au XII<sup>e</sup> siècle?
Roland Auguet, L'image de Rome
Jean Markale, Les Celtes contre l'histoire ou L'histoire contre les Celtes?
Geneviève Bollème, Des romans égarés
Jacques Ménard, Lukács et la théorie du roman historique
Roger Lewinter, Pommes d'or, mécaniques orange
Roger Judrin, L'imagination du vrai
Pierre Barbéris - Jacques Bersani - Claude Mettra, De l'histoire innocente à l'histoire impure (Entretien)
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 12
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072389429
Nombre de pages : 264
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le
LaNouvelle RevueFrançaise
roman
historique
PARIS 5,rueSébastien-Bottin
ClaudeMettra
Textes:
DanielBoulanger MargueriteYourcenar Jacques-PierreAmette Pierre-JeanRémy Jeand'Ormesson
Lesromanciers:
MargueriteYourcenar MichelTournier ZoéOldenbourg Pierre-JeanRémy
Historiensetcritiques
JacquesLeGoff
RolandAuguet JeanMarkale
GenevièveBollème JacquesMénard RogerLewinter RogerJudrin PierreBarbéris
SOMMAIRE
Leromancierhorslesmurs
LeGrandFerré Saint-JustàMarchienne Valmy 1 Unemortsale Uninterprèteprivilégié dumythe d'Alexis:GeorgesdeLaTour
Tonetlangagedansleromanhistorique Ladimensionmythologique Leromanetl'histoire L'histoiredansleroman
Naissanceduromanhistoriqueau XIIesiècle? L'imagedeRome LesCeltescontrel'histoireoul'histoire contrelesCeltes? Desromanségarés Lukâcsetlathéorieduromanhistorique Pommesd'or,mécaniquesorange L'imaginationduvrai Del'histoireinnocenteàl'histoireim-pure(entretienrecueilliparClaude MettraetJacquesBersani)
7
33 59 65 71
79
101 124 130 156
163 174
184 191 229 239 244
248
Le
romancier
hors
les
murs
Terrainsvaguesdel'histoiredesmonumentsplusou moinsdétruitsquiregardentavecuneironielointaine,par-foisdésespérée,lesfièvresinformesduprésent;deslivres maintesfoisrecopiés,refaçonnés,dontleverbeatraversé lessièclesetdontlemessagenousparvientcouvertdemas-quesetd'obscurités;descimetièresenfin,avecleurpaix mauvaise,leursilence,leursfleursabstraites.Dansles métropolesmodernes,lescimetièressontlesbanlieuesde lavieetdelaville,jardinsintemporelsdontlespierres noires,solennelles,sontlerefuged'étrangeszoologieslesinsectes,lesoiseauxetlesratsfontleurpâturedescorps dontlecœuracesséd'entretenirlefeu.Danslescampa-gnes, ilssontcommel'humusd'uneterrequin'enfinit jamaisdesechanger.Lesmortsicinesedécomposentpas, ilsseminéralisent,constituantdegénérationengéné-rationunegéologiesecrète,richedepierresmiroitantes lesvivantsreconnaissentleurvisageetleursnéces-sités. Urbainsoururaux,cescimetièresnesontqu'undérisoire fragmentdel'immensechampimaginairedorment,de quelsommeil,tousceuxquiavantnousonteuleurpartde l'aventurehumaine.Danslesilencedecesjardinsdela mort,danscetespaceneutrelejouretlanuitvolontiers seconfondent,quelqu'unparle.Maisqui?Chacunentend lavoixquiluiconvient,prêteattentionàune plaintequi nes'adressequ'àlui.Acettevoix,àcetteplainte,ilyeut
LaNouvelleRevueFrançaise longtempsuneréponse.Auverbedupasséfaisaitéchole verbeduprésent.Ainsidepuislesoriginesnecessedes'en-richirledialogueentrelesvivantsetlesmorts.L'univers épiqueestceroyaumemédiateurviennentseconfondre l'ordredejadisetl'ordred'aujourd'hui.Ilestlatraduction desloisquirégissentl'uniondelavieetdecequiestau-delàdelavie.Lepoèteestceluiquifaitpasserlafièvredes âgesrévolusdanslanaturevivante,quicoulel'immédiat dansl'architecturedestempsanciensetl'histoireestpour luilaquêted'unegénéalogie.Danscettequête,lesmorts nesontpointinquiétants,ilssontàleurplace,simplement. Cetteplacesesituedansdeshorizonsquelquepeudivers, sil'onencherchelesrepaireslittérairesdel'aubedela civilisationgrecqueàlafindel'Occidentmédiéval.Les territoiresdel'au-delà,ceuxleshommessontrenvoyés dansladépendancedirectedel'ordredivinetréintègrent l'ordonnanceéternelledel'histoire,ontdescouleursdiffé-rentes,suivantlesépoques.Maisquelquesoitledestinqui guetleleshumainsdansl'obscuritédutombeau,quelsque soientlesenfersetlesparadisilspoursuiventl'exercice deleurchanceoudeleurdisgrâce,ilsreprésententune cohortecohérente,lasuiteindéfinied'unearméedontles vivantssontl'extrêmearrière-garde. Danslepaysagementalquiestceluidel'Antiquitéetdu MoyenAge,lamémoiredupassés'inscritdansunepré-occupationmythique.Elleestavanttoutconnaissancedes faitsprimordiauxquidéterminentledevenirdessociétés commeceluidesindividus.C'estpourquoiladéesseMné-mosyne,personnificationdelamémoire,estlamèredes Muses.Atraverselle,l'écrivainestchargédedonnerforme sdesorig etéclataux«gesteines.Cetécrivain,àlafois poèteetmessager,estchargéderappelerauxhommesle secretdeleurscommencements.Commel'écritJean-Pierre Vernant«LesMuseschantentl'apparitiondumonde,la genèsedesdieux,lanaissancedel'humanité.Lepasséainsi dévoiléestbeaucoupplusquel'antécédentduprésentil enestlasource.Enremontantjusqu'àluilaremémora-
Lernmancierhorslesmurs7 tioncherche,nonàsituerlesévénementsdansuncadre temporel,maisàatteindrelefonddel'être,àdécouvrir l'originel,laréalitéprimordialedontestissulecosmoset quipermetdecomprendreledevenirdanssonensemble.» Messager,lepoètel'estdanslamesureilestchargé d'éveillerleshommesauverbedesorigines.L'idéeestchez Socrate,chezPlaton,etplustardchezlesgnostiques.A côtédesfaitsprimordiaux,cequenousappelonslesfaits historiques,ceuxquiprécisémentconstituerontplustard lapâtureduroman,sontdepeudepoids.L'histoire,en tantqu'inventairedesaccomplissementshumains,n'est chargéed'aucunesignificationparticulièresiellenese reliedirectementauxmythes.C'estpourquoiauxyeuxdu mondeantiquel'histoiretellequelarestituentlesgrands tragiquesaplusdepoidsquel'histoiredeschroniqueurs, telsHérodoteouThucydide.Enfaitlepassélointain,celui delalégendeetdesmythes,et lepasséimmédiat,celuides chroniques,nesontséparables.C'estunmouvement uniquedontlesévénementsapparents,ceuxquirythment laviedelacité,nesontquelemasqueéphémère.Aces événements,àceque nousappelonsaujourd'huil'histoire, leshommesn'ontdoncpasdequestionàposer. AucœurduMondemédiéval,chezDante,onretrouve-raitlamêmeabsencedesignificationdufaithistorique.Si DantefaitdeVirgilesoncompagnonprivilégiépourvisiter lesenfers,silepoètedeL'Enéideestcommeledouble majeurducréateurdeLaDivineComédie,c'estqu'enlui lemondeantiqueacristallisétoutesanostalgiedel'éter-nité,unenostalgiequiexcluttoutintérêtpourl'histoire. CerteslemondedanslequelvitDante,cetteItaliedans laquellegermenttouteslessemencesdel'espritmoderne, estinfinimentpluscomplexequeceluidesphilosophesde l'Hellade.Maispourlui, incapabledevoirdanslestroubles oulesinventionsdesacitéautrechosequ'unensemble cohérentdevolontésetdedésordres,lavéritablehistoire est celledel'enfancedumonde.Sonœuvrevadevenir, commelesouligneLouisGillet,lerêve,etlerêved'un
LaNouvelleRevueFrançaise enfant;l'histoireyest«lagrandecomplainte,lalongue chansonfunèbre,lechantdedésespoiraveclequelle peupletouràtourberceetconsolesesdouleurs,lesexas-pèreoulesendort.C'estlelongvocero,coupédesanglots etd'invectives,l'onmèneledeuild'unhérosbien-aimé,lerefraindésolél'onpleurecequin'estplus,la lamentationdunaufraged'unâged'or,d'unbonheuréva-noui,d'unParadisperdu». Ainsijusqu'auxv*sièclel'histoireparticipe-t-elled'une véritablesacralisation.Dansleromanquifaitréférence aupassé,thèmesépiquesetthèmesfolkloriquescachent lasituationhistoriqueavecsoncortèged'événements, d'hommes,detragédies.Legrandchangementsesitueà l'extrêmedéclinduMoyenAgequand,àtraverslemouve-menthumaniste,l'intelligenceeuropéennetentedesedéli-vrerdelasacralitéducosmos.Silesdieuxn'inspirentpas depuislesorigineslatotalitédudestinhumain,alorsl'his-toire,œuvredel'homme,doitavoirunesignification,une directionpropre.Cepressentimenthabiteconfusémentla Renaissance;lamémoiremythiquenesuffitplusàrendre comptedesétrangesmouvancesdel'aventurehumaine.Il fauteninventeruneautreviennentprendreplaceles multipleshorizonsnouveauxquihabitentdésormaisle psychismeoccidentalladiversitédesexpérienceshumai-nesrelègueausecondplanlesprivilègesdesdivinités.Mais cetaffluxdel'histoireestunevéritableprofanationdes mythesprimordiaux.Acettehistoiredésormaisprofane, ilfautredonneruncertain caractèresacré;ilfautlaparer decouleurspersonnelles.C'estpourquoi,au-delàdela mémoire,laRenaissancehumanisteinventelesouvenir. Unsouvenirqui,peuàpeu,jusqu'auxix*siècle,setrans-formeennostalgiehistorique.Certescettenostalgiene trouvepasencoresonexpressionromanesque.Ellecons-tituesimplementunesortedecourantcachéàl'intérieur delasensibilitémoderne.Ellenetransparaîtsousune formedérisoirequedanscesromansdechevaleriel'his-toiresetransformeenrêveetoù,loindetraquerlaréalité
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant