Le Sens des autres

De
Publié par

L'anthropologie traite du sens que les hommes en collectivité donnent à leur existence. Or, ici et là-bas, les choses ont bien changé depuis l'âge d'or des enquêtes de terrain: ici, dans nos sociétés libérales soumises à la massification accélérée, l'autre le plus proche en apparence se révèle parfois plus éloigné par ses croyances ou ses habitudes que le plus lointain des traditionnels interlocuteurs de l'ethnologue africaniste; dans les sociétés lignagères, là-bas, la mondialisation des échanges économiques, politiques, symboliques, bref la fn de l'exotisme, a bouleversé les procédures par lesquelles les hommes entreprennent de maîtriser intellectuellement et pratiquement le monde. Finalement, d'un bout à l'autre de la planète, le brouillage des signes s'accompagne de la dissolution des liens sociaux. Et c'est un certain rapport solitaire au monde qui caractérise la modernité contemporaine.

A situation nouvelle, nouvel objet scientifique, nouveau questionnement et nouveaux concepts. Les voici présentés en un exposé critique à travers l'itinéraire d'un homme de science qui, de la Côte-d'Ivoire au jardin du Luxembourg, consacre sa vie de chercheur à décrypter les initiatives individuelles et les symboliques collectives qui constituent le sens des autres. Rien n'est plus urgent, chacun le pressent à l'heure de l'exacerbation des nationalismes et des replis identitaires: car faute de penser l'autre, on construit l'étranger.

Marc Augé est directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, dont il est l'actuel président. Il a publié notamment, parmi ses derniers ouvrages: La Traversée du Luxembourg (1985), Un ethnologue dans le métro (1986), Le Dieu objet (1988), Domaines et châteaux (1989), Non-lieux (1992).
Publié le : mercredi 12 janvier 1994
Lecture(s) : 79
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213651835
Nombre de pages : 204
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L'anthropologie traite du sens que les hommes en collectivité donnent à leur existence. Or, ici et là-bas, les choses ont bien changé depuis l'âge d'or des enquêtes de terrain: ici, dans nos sociétés libérales soumises à la massification accélérée, l'autre le plus proche en apparence se révèle parfois plus éloigné par ses croyances ou ses habitudes que le plus lointain des traditionnels interlocuteurs de l'ethnologue africaniste; dans les sociétés lignagères, là-bas, la mondialisation des échanges économiques, politiques, symboliques, bref la fn de l'exotisme, a bouleversé les procédures par lesquelles les hommes entreprennent de maîtriser intellectuellement et pratiquement le monde. Finalement, d'un bout à l'autre de la planète, le brouillage des signes s'accompagne de la dissolution des liens sociaux. Et c'est un certain rapport solitaire au monde qui caractérise la modernité contemporaine.

A situation nouvelle, nouvel objet scientifique, nouveau questionnement et nouveaux concepts. Les voici présentés en un exposé critique à travers l'itinéraire d'un homme de science qui, de la Côte-d'Ivoire au jardin du Luxembourg, consacre sa vie de chercheur à décrypter les initiatives individuelles et les symboliques collectives qui constituent le sens des autres. Rien n'est plus urgent, chacun le pressent à l'heure de l'exacerbation des nationalismes et des replis identitaires: car faute de penser l'autre, on construit l'étranger.

Marc Augé est directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, dont il est l'actuel président. Il a publié notamment, parmi ses derniers ouvrages: La Traversée du Luxembourg (1985)
, Un ethnologue dans le métro (1986), Le Dieu objet (1988), Domaines et châteaux (1989), Non-lieux (1992).
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.