Les Larmes invisibles

De
Publié par

Comment concilier deux cultures, garder ses racines tout en s’adaptant à une nouvelle vie ? A travers ce récit autobiographique, Faroudja Amazit revient sur son parcours en tant que fille d’immigrés algériens. Dépassant les blessures du passé – le sentiment de rejet, le silence de la mère, la frustration d’appartenir à un milieu modeste – son récit résonne avec d’autant plus d’acuité que se pose la question des sensibilités religieuses et de l’intégration. Emouvant et universel, véritable message d’espoir pour la jeunesse qui se cherche, Les larmes invisibles rend hommage aux premières générations d’immigrés, et plus particulièrement aux femmes, toujours en première ligne.
Publié le : lundi 9 février 2009
Lecture(s) : 356
EAN13 : 9782304029284
Nombre de pages : 107
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Titre
Les larmes invisibles
3
Titre
Faroudja Amazit
Les larmes invisibles
D’Alger à Neuilly
Essais et documents
5Éditions Le Manuscrit
Paris



























© Éditions Le Manuscrit, 2009
© Couverture : Vanessa Alazard
www.manuscrit.com
ISBN : 978-2-304-02928-4 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304029284 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-02929-1 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304029291 (livre numérique)








Je dédie mon livre à mon fils Djibril
qui m’a donné la joie et l’espérance.


REMERCIEMENTS
À mes parents partis trop vite auxquels je n’ai
pas eu le temps de dire que je les aimais.
À mon frère Maurice, « grain de beauté », qui
m’a permis de percevoir « l’artiste avec tous ses
talents ».
À ma famille de France et d’Algérie, qui m’a
soutenue pendant plusieurs années pour que je
puisse écrire ce témoignage. Tout
particulièrement à mon neveu Madjid et ma
nièce Dalila.
À Yvonne, ma mère de substitution, Pierre son
époux et tous ses enfants pour m’avoir offert
tant de tendresse et avoir donné un vrai sens à
ma vie.
À cette merveilleuse maison de luxe aux quatre
lettres d’or qui m’a permis de trouver ma place
dignement dans la société, qui m’a fait
confiance, cela jusqu'à ce jour ! À toutes les
personnes que j’ai rencontrées qui m’ont
regardée avec tendresse, réparant ainsi les
blessures de l’enfance.
À Sidney Tolédano, président de chez Christian
Dior Couture, qui a su m’offrir de grandes
opportunités depuis son arrivée dans la société,
et à Katia son épouse, pour m’avoir soutenue.
9 À Geneviève Waisman, qui m’a encouragée à
lever les yeux vers elle et les autres !
À Catherine Vincent, pour ses rires et sourires à
l’atelier prêt-à-porter femme.
À Sylvie Ledoux pour son aide précieuse dans
la société.
À Zidane Hilem, directeur de corners aux quatre
lettres d’or sur Paris, qui a toujours eu confiance
en moi, et qui m’a donné la chance d’avoir de
plus grandes responsabilités au sein cette
prestigieuse maison.

À cette ville de Neuilly qui a bouleversé ma vie
à travers de nombreuses rencontres.
Parmi lesquelles, celles de Corinne et Jean
Léonce Chevance Bertin qui m’ont propulsée
dans cette maison de luxe.
À Stéphane Audran, cette femme merveilleuse
que je connais depuis 22 ans.
À Etienne Blondiaux, mon coach, qui m’a
permis d’aller jusqu’au bout du chemin pour
écrire mon histoire.
À Jean Philippe Bertrandie qui a cru à mon
histoire dès le début de l’aventure.
À Sonia Amazit, psychologue, et Joëlle Bigiaoui,
hypno-thérapeute, qui m’a permis de déposer la
petite fille en moi.
À Louiza Paillol qui m’a offert la possibilité
d’écrire dans ses bureaux.
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.