Les Prophéties du texte-Léviathan. Lire selon Melville

De
Publié par

Moby Dick est peut-être avant tout un grand roman sur la lecture. Car le lecteur, quel qu'il soit, est déjà inclus, compris dans le texte.
Toujours plus gonflé, ce livre-monstre, véritable Léviathan textuel, semble engloutir le monde et avaler jusqu'à celui qui l'ouvre, tel un nouveau Jonas. Le texte-baleine présente ainsi d'innombrables allégories de la lecture, décrite en termes de pêche, de cartographie, de navigation, de fuite, de naufrage ou de percée.
Si un tel livre ne saurait donc être simplement lu, c'est qu'il lit à son tour : non seulement ses lecteurs, mais aussi la Bible, ou encore le Léviathan de Hobbes et sa théorie de l'État. Et dès lors, ce qui s'envoie ou se promet, c'est une dimension prophétique du lire. Elle se lèvera dans le vent de la tempête et annoncera la venue de l'avenir. (P. Sz.)
Les Prophéties du texte-Léviathan est paru en 2004.
Publié le : jeudi 3 octobre 2013
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782707327703
Nombre de pages : 124
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
LES PROPHÉTIES DU TEXTELÉVIATHAN
Extrait de la publication
DU MÊME AUTEUR
ÉCOUTE. Une histoire de nos oreilles,2001 MEMBRES FANTÔMES. Des corps musiciens,2002
Extrait de la publication
PETER SZENDY
LES PROPHÉTIES DU TEXTELÉVIATHAN LIRE SELON MELVILLE Avec un avantpropos de GEORGES APERGHIS
LES ÉDITIONS DE MINUIT
Extrait de la publication
2004 by L É M ES DITIONS DE INUIT 7, rue BernardPalissy, 75006 Paris www.leseditionsdeminuit.fr
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des GrandsAugustins, 75006 Paris
Extrait de la publication
LIMINAIRE
Dans leur première version, les pages qui suivent étaient des tinées à servir de matériau (de « livret ») pour un spectacle musical de Georges Aperghis :Avis de tempête *. Je ne saurais assez lui dire ma reconnaissance pour m’avoir entraîné dans cette aventure. À laquelle il aura, lui, donné la forme d’une bouleversante partition de « théâtre musical » (genre dont il a le secret) ; et moi, après maintes réécritures, celle de l’essai que voici, dont il a été le premier lecteur, et l’instigateur.
* Création le 17 novembre 2004, à l’Opéra de Lille.
Extrait de la publication
P. Sz.
Extrait de la publication
AVANTPROPOS
par Georges Aperghis
La peau tendue, boursouflée par les gonflements du texte constituant le corps. En surface, cela paraît blanc, comme une page blanche. Le texte est imprimé de l’autre côté, à l’intérieur. Mais on peut apercevoir des fuites de ce texte, des sortes de lignes hiéroglyphiques qui se dessinent, comme sur l’épiderme d’un cachalot. Ainsi le livre apparaîtil mot à mot, sortant des pores de ce corps. À la fin de la lecture, l’écrivain, seul survivant après la catas trophe, s’écrit sur luimême – sur son propre corps – l’aventure déjà lue. Pour nous envelopper à notre tour dans ce linceul blanc, imprimé sur le revers. Peter Szendy – entre foudres, boussoles, prothèses et tempê tes – traque la prophétie au cœur de l’œuvre de Melville. Il nous fait naviguer dans les replis de cartes maritimes qui se tracent et s’enroulent à mesure qu’on lit. Les entrailles du textemonstre sont disséquées, comme pour servir une divination à venir. La prophétie s’accompliratelle ? Et le livre, tel Jonas recouvrant sa liberté, pourratil continuer à s’écrire éternellement ?
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le gardien de l’ombre

de la-courte-echelle

Un jeu cruel

de ActuaLitteChapitre

La Montagne morte de la vie

de editions-de-la-table-ronde

suivant