Les Temps Modernes N° 676

De
Publié par

T. M., Avant-propos
Formalisme et littérature :
Marie Gil - Patrice Maniglier, Présentation : La littérature en formes
Olivier Cadiot - Marie Gil - Patrice Maniglier, Réenchanter les formes (entretien)
William Marx, Brève histoire de la forme en littérature
Patrice Maniglier, Du mode d'existence des objets littéraires
Marie Gil, L'événement littérature
Éric Marty, Formalisme littéraire et philosophie : le grand malentendu
Jean-Claude Milner, Forme et structure ou Le conte des faux jumeaux
Gilles Philippe, Les deux corps du style
Anne Sauvagnargues, Proust selon Deleuze : Une écologie de la littérature
Jean-Michel Salanskis, La littérature entre axiomatique et formalisme
Juan Pablo Lucchelli, Le Père Noël est une structure : de Lévi-Strauss à Lacan
Warren Sack, Une machine à raconter des histoires : Propp et les software studies
Aimé Césaire, 1913-2013 :
Albert James Arnold, Aimé Césaire et la Négritude, 1935-1939
Aimé Césaire, Nègreries : I. Jeunesse noire et assimilation - Nègreries : II. Conscience raciale et révolution sociale - Le message de Péguy
Chroniques :
Philippe Beck, Le roman de l'explication. À propos de Plein présent de Natacha Michel
Micheline B. Servin, Festival d'Avignon, 67<sup>e</sup> édition, et après...
Publié le : mercredi 28 janvier 2015
Lecture(s) : 12
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072499432
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Couverture de l'epub
Les Temps Modernes
n° 676, 2013/5

Formalisme et littérature / Aimé Césaire, 1913-2013

Table des matières

  • Avant-propos(T. M.)
  • Présentation(Marie Gil et Patrice Maniglier)
  • Formalisme et littérature
    • Réenchanter les formes(Olivier Cadiot, Marie Gil et Patrice Maniglier)
      • Ré-enchanter les formes
      • Ma vie avec les philosophes
      • Echapper au formalisme
      • Une autobiographie de la modernité
    • Brève histoire de la forme en littérature(William Marx)
      • Problèmes formels du langage et des arts
      • La critique littéraire formaliste historique
      • Les ambiguïtés de la forme
    • Du mode d’existence des objets littéraires : enjeux philosophiques du formalisme(Patrice Maniglier)
      • Objectiver la littérature
      • Dans la littérature, il n’y a que des différences…
      • La littérature, art de revivre
      • Émergences littéraires et matière linguistique
    • L’événement littérature(Marie Gil)
      • 1 - Genette historien : l’histoire des formes, contrefaçon de l’histoire littéraire
      • 2 - Foucault formaliste : détour pour un accès à l’histoire littéraire
      • 3 - Le lieu utopique de l’histoire littéraire « vraie » : retour au formalisme
    • Formalisme littéraire et philosophie : le grand malentendu(Éric Marty)
      • Sartre et l’informe
      • Jacques Derrida et la question du formalisme
      • L’opération formaliste et le jeu phénoménologique : Heidegger et Jakobson
      • Roland Barthes
      • Épilogue et paradoxe
    • Forme et structure ou le conte des faux jumeaux(Jean-Claude Milner)
    • Les deux corps du style(Gilles Philippe)
    • Proust selon Deleuze une écologie de la littérature(Anne Sauvagnargues)
      • Proust et les mondes de signes
      • Rencontre et diagnostic
      • Une machine littéraire à fragmentation
      • Régimes de signes et ritournelles écologiques
    • La littérature entre axiomatique et formalisme(Jean-Michel Salanskis)
      • Axiomatique et formalisme
      • L’axiomatisation en littérature ?
      • Littérature et formalisation : poétique et combat avec le langage
    • Le Père Noël est une structure : de Lévi-Strauss à Lacan(Juan Pablo Lucchelli)
      • Le Père Noël supplicié
      • Le père Noël formalisé
    • Une machine à raconter des histoires : Propp et les software studies(Warren Sack et Sophie Bargues Rollins)
      • De la narratologie à l’informatique : Propp, Lévi-Strauss et les ordinateurs
      • Le temps des planificateurs : « tale-spin » et la rationalité procédurale du récit
      • Faut-il avoir peur des planificateurs ?
      • Apprendre à vivre en intelligence avec les machines
  • Aimé Césaire, 1913-2013
    • Aimé Césaire et la négritude, 1935-1939(Albert James Arnold)
    • Nègreries : jeunesse noire et assimilation(Aimé Césaire)
    • Nègreries : conscience raciale et révolution sociale(Aimé Césaire)
    • Le message de Péguy(Aimé Césaire)
  • Chroniques
    • Le roman de l’explication (à propos de plein présent de Natacha Michel  )(Philippe Beck)
    • Festival d’Avignon, 67e édition, et après...(Micheline B. Servin)

Avant-propos

T. M.

La littérature est aujourd’hui dans une situation paradoxale. Jamais autant de livres n’ont été publiés lors des rentrées littéraires, jamais autant de prix littéraires n’ont été décernés, jamais autant d’auteurs ne se sont pressés dans les salons, et pourtant jamais la littérature n’a été aussi marginalisée. Redevenue une distraction, jugée à la seule aune des séductions qu’elle exerce sur les lecteurs souvent trop complaisants, elle ne suscite plus l’intérêt théorique intense qui l’entoura jadis, et singulièrement au XXe siècle. Elle existe, on en consomme, mais on ne se soucie guère de savoir ce que signifie sa présence parmi nous. La question « Qu’est-ce que la littérature ? » n’est plus un enjeu essentiel. On sait combien elle importa à Sartre et Beauvoir. Les Temps Modernes ont toujours donné à la littérature une place centrale, sans la séparer des enjeux politiques et existentiels. Par le présent dossier, la revue souhaite poursuivre une réflexion exigeante sur cette dimension cruciale de notre culture. La modernité littéraire est passée pour une grande part, au XXe siècle, par la notion de « formalisme ». Ce sont les formalistes russes qui, dans les premières décades du siècle, ont formulé la question « Qu’est-ce que la littérature ? » comme mobilisant à la fois les sciences humaines, la philosophie et l’invention artistique. C’est aussi à travers le « formalisme » que la littérature a rencontré le grand rêve d’une science humaine alignée sur les sciences « dures ». Certes, l’ancrage des TM est tout autre. Mais, attachée à déchiffrer le présent, la revue s’est sans cesse ouverte à son dehors. Il suffi t de rappeler, et ce ne sont que deux éléments parmi beaucoup d’autres, que Simone de Beauvoir y rédigea, en 1949, le premier compte rendu, admiratif, des Structures élémentaires de la parenté  ; qu’un numéro spécial intitulé Problèmes du structuralisme y vit le jour en 1966. Il est donc juste que l’on y revienne aujourd’hui sur ces grandes expériences qui ont fait le sentiment de la modernité, dans les sciences comme dans les arts, sur ce qu’il en reste, sur leur éventuelle actualité. Nous remercions Marie Gil et Patrice Maniglier qui ont conçu et coordonné ce numéro.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant