les voleurs de vies

De
Publié par

Parfois, il arrive que nous menions une existence un peut différente de la plupart des individus; soit par choix ou par la force des choses. Ceci nous rend unique et devrait nous rendre libre de suivre la route que nous avons choisi.Malheureusement, lorsque l'on ne correspond pas à certain critère ou que par nature nous somme différent du reste des individus...nous sommes bien souvent juger, mis à l'écart dans le meilleur des cas...il arrive que dans certains cas, cette différence représente une menace qu'il faut élliminé par tout les moyens posssible et imaginable...ce qui nous rend alors victime de véritable tortionnaire...Je fais partie de ses individus qui sont toujours trop ou pas assez, qui sont méprisé et jalousé de part ce qu'ils sont, ce qu'ils représentenent...bref toutes ses petites différence qui font qi'ils sont eux...des être entiers. Je suis un de ceux là...toujours juger coupable car la différence et la maladie sont des crimes punnissable de la peine de mort...une mort lente, quotidienne et sournoise car ce meurtre est encourager et aclamer au nom de la bienséance...De ce fait, je suis coupable d'être vivante...rien de plus...rien de moins... Je porte dans ma chair cette différence...une cicratrice dont je suis fière...reste le témoin de la haine de mes parents et de ma famille à mon égard...la honte d'avoir mis au monde un enfant différent...porteur d'une bosse... les ont pousser à l'impensable...Je grandit donc seule, sans amour...ne ...
Publié le : lundi 31 octobre 2011
Lecture(s) : 240
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Parfois, il arrive que nous menions une existence un peut différente de la plupart des individus; soit par choix ou par la force des choses. Ceci nous rend unique et devrait nous rendre libre de suivre la route que nous avons choisi. Malheureusement, lorsque l'on ne correspond pas à certain critère ou que par nature nous somme différent du reste des individus...nous sommes bien souvent juger, mis à l'écart dans le meilleur des cas...il arrive que dans certains cas, cette différence représente une menace qu'il faut élliminé par tout les moyens posssible et imaginable...ce qui nous rend alors victime de véritable tortionnaire... Je fais partie de ses individus qui sont toujours trop ou pas assez, qui sont méprisé et jalousé de part ce qu'ils sont, ce qu'ils représentenent...bref toutes ses petites différence qui font qi'ils sont eux...des être entiers. Je suis un de ceux là...toujours juger coupable car la différence et la maladie sont des crimes punnissable de la peine de mort...une mort lente, quotidienne et sournoise car ce meurtre est encourager et aclamer au nom de la bienséance... De ce fait, je suis coupable d'être vivante...rien de plus...rien de moins... Je porte dans ma chair cette différence...une cicratrice dont je suis fière...reste le témoin de la haine de mes parents et de ma famille à mon égard...la honte d'avoir mis au monde un enfant différent...porteur d'une bosse... les ont pousser à l'impensable... Je grandit donc seule, sans amour...ne connaissant que mépris et brimade...isolée de tous... L'instinct de survie, poussant parfois à certains extrême...Je devins donc forte et solitaire... insensible et sans aucune pitier...dénuée du moindre sentiment...ce qui devins par la suite, ma plus grande force, mais également la pire de mes faiblesses... Je ne suis pas seule dans cette situation...tant d'innocent vivent ainsi au coté de leur bourraux...payant amèrement le fait d'être en vie...bien que la vie soit tel un cadeau, dans mon cas comme tant d'autre, elle est tel un fardeau...et le seul souhait...l'unique cadeau que l'on viens à désirer plus que tout n'est autre que la mort...la mort signe de délivrance... Alors, je vous pose cette question...croyez vous qu'un enfant ayant survécu cela peut vivre sereinement étant adulte... Je vous dirais simplement que ce n'est pas le cas...Car ce martir vécu deviens tel un acte d'accusation...surprenant n'est il pas... Cette souffrance vécue est reprochée et punie...car la bienséance et le quand dira t on n'accepte pas d'être entaché par le scandal... Cette vie gachée est tel un taboo signe d'un disfonctionnement...tel un objet défectueux sur la chaine de montage...il est mis au rebus et dissimulé tant bien que mal... Tel est ma vie...l'on me reproche d'être une mauvaise mère car je suis entière...je ne bois ni ne maltraite mes enfants mais je suis punie tout de même...actuellement, la maltraitance est une particularité culturelle et l'alcolisme quelque chose d'anodin...aux yeux de la loi Je vie dans une prison sans barreaux...victime et accusée...Emprisoné et cloisonné pour correspondre à des standart auquel je ne peux adhéré. Ma vie, aux yeux de tous est persue tel un crime ou un manque, et dois être cachée à tout prix... On me voudrait morte alors par simple facilité, l'on me traite d'anormale et d'inadaptée...alors l'on prétend régir ma vie contre ma volontée...exigeant que je justifie la moindre chose et imposant que je mandie ce qui m'est pourtant mien... Cela je le refuse car l'acceptation serait tel une suicide assistée et une mise à mort attendue avec grand interret par tous les bourreaux que j'ai croisé dans ma vie... je condamne et dénonce ces voleurs de vie...Je suis survivante et fière d'être ce que je suis ... car je suis entière et libre...Ma vie est tel une guerre sans fin dont l'enjeux n'est autre que ce qui est recherché par tout en chacun...la paix, le bonheur et la libertée.... Irma Cette histoire est totalement authentique.... Pour plus de facilité je l'appellerai irma... irma aurait aimé avoir une existence comme tout les autres enfants mais le destin en à décidé autrement....
Elle est né dans un foyer déchiré; ses parents s'étaient marié sur un coup de tête quelques année auparavant. Ses parents divorcèrent peux de temps après sa naissance. Elle fût abandonné par sa mère ainsi que par son père. Elle fût envoyé chez ses grands parents. Ce sont eux furent chargé de son éducation. Quand elle fut en âge de parler, on lui apprit qu'il fallait qu'elle se taise; car de toute façon, elle n'avait jamais rien d'intéressent à dire. Pour se vêtir, elle avait uniquement le droit de porter des robes en laine, même en plein été. Un jour, l'une de ses robes se détricotât. Elle passa toute la journée ainsi, et fût punie quand elle rentra chez elle...quand elle demanda pourquoi elle avait du resté ainsi toute une journée, ses grands parents lui dirent qu'ils n'avaient pas de temps à perdre avec elle et rajoutèrent qu'ils étaient déjà bon de l'avoir accueilli et de l'avoir nourri... Chaque jour, irma pour sa toilette utilisai un évier, elle n'avait que de l'eau froide, même en plein hiver. Elle n'avait pas de chauffage dans sa chambre, quand il faisait vraiment froid et que sa petite couverture en laine ne suffisait plus, elle avait le droit de chauffé son lit avec une brique chauffée dans le poil à charbon de la maison. Irma n'avait pas de chambre à elle, elle avait donc un lit en paille qui avait été mis à sa disposition dans la bibliothèque de la maison. Elle n'avait en aucun cas le droit de lire les livre y étant entreposé. Son père venait la voir une fois le mois quand il venait dire bonjour à ses parents. A chaque fois, il lui promettais de venir la cherché dès qu'il le pourrais, et à chaque fois elle l'espérait, mais en vain. Un jour son père lui présentât une femme et lui dit que c'était sa nouvelle maman. Il rajoutât que bientôt il viendrait la cherché et qu'ils vivraient ensemble. Ce jour n'arriva jamais. Quelques mois passèrent et irma apprit qu'elle avait un petit frère, elle fit sa connaissance à son baptême. Mais on lui dit qu'elle n'avait pas le droit de le voir. Son papa ne venait plus pendant très longtemps et lorsque il revint son petit frère marchait. A partir de se moment là les grands parents d'irma lui parlèrent de sa mère. Ils lui dire qu'elle lui ressemblait beaucoup. Chaque jour, ils lui disaient que sa mère était quelqu'un de mauvais...et que forcément irma était également mauvaise parce qu'elle ressemblait à sa mère... elle devait lavé ses vêtement elle même à la main avec de l'eau provenant d'un puits si elle voulait avoir des vêtements propres à se mettre, car utilisé de l'eau de ville ou faire tourné une machine à laver aurait été impensable car elle n'en avait pas le droit. Cette histoire s'est passé avent le dixième anniversaire de irma.
pierre ce témoignage est authentique et emplin d'émotion....je vous le livre tel quel...ce témoignage est à mes yeux une leçon de vie... Je m'appelle pierre,je suis né en 1959 En 1963, je pert mon père,j'ai vécu avec le frère de ma mère, j'ai vécu dans une fratrie de 5 je n'échangerai jamais ma vie a cause de la souffrance que j'ai eu. Rejetée par ma famille et mis au rebus comme un déchet et interné en hopitaux spy pour ne plus être une gène, car le meurte n'était pas permit, sinon je ne serai pas là à vous raconté mon histoire. Je vécu rejeté d'hospital en hospital. Je vivais dans un dortoir de 150 enfants, nous n'avions aucun traitement mais devions nettoyé avec des produits toxique,les enfants punis étaient attaché dans une baignoire avec bien souvent de l'eau glacée. Quand nous ne repsctions
pas la pollitesses nous devuins tenir entre 2 et 4 briques jusque 2 kg. J'ai même été entravé nu sur un lit pendant 4 semainses dans des cabanons privé de tout contact avec l'exterieur sans lumière. J'ai été privée d'école pour des raison financière, alors que mes frères et soeur y allait Ma belle mère était très méchante avec moi car je n'étais pas son vrai fils elle me le faillait durement payer jusqu'a la rencontre avec ma femme j'ai vécu seul n'ayant aucun espoir dans la vie. J'ai vécu 31 meivrveilleuse année avec chantale mon épouse bien aimée, elle avait un diabète et en est décédée, cela m'a brisé le coeur, car j'avais perdu mon oxygène, ma raison de vivre.J'ai beaucoup souffert de son départ Me concernant, Je déteste le violence, les cris . je tiens toujous promesse. Depuis une mois j'ai rencontré quelqu'un qui m'a rerdonné la joie de vivre. Actuellement j'ai eu 2 lymphomes et j'y ai survécut, je suis un survivant, et je me bas chaque jour qu'il m'est accordé J'ai vaincu mes cancers seul, mais par moment j'ai voulu tout abandonné et mourrir. J'espere avoirencore quelques années heureuse entourée d'une femme aimante et des enfants. J'espere pouvoir entamée une vie en dehors du milieu hospiatalier. Ceci est un rêve que je souhaite pouvoir réalisé....
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La mauvaise personne

de les-editions-belle-feuille

Lucien Lucien

de alice-jeunesse

la rose noire

de shirogami

poésie

de shirogami