//img.uscri.be/pth/268d738eb6ea66f719d6c1fd3dbab518691e11a2
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Martha Graham : une fleur de serre exotique

De
246 pages

Grand nom de la danse américaine, danseuse exceptionnelle, chorégraphe originale et créatrice d'une technique cohérente dite « moderne », Martha Graham révolutionne l'art de Terpsichore au XXe siècle et influence des générations d'artistes. Les conflits entre la femme et l'homme, la femme, l'injustice, l'oppression, l'Amérique : tels sont, parmi beaucoup d'autres, les thèmes de son œuvre ancrée dans la nouveauté. Martha Graham n'est plus mais elle demeure. Aujourd'hui, ses pièces se transmettent parce qu'elles parlent de sujets universels à divers peuples de cultures différentes. Elle, qui a tant réfléchi à l'essence de la danse, a transmis sa passion et légué ses conceptions sur le mouvement à ses danseurs et à ses collaborateurs. Aussi est-elle devenue une classique de la danse moderne. Et c'est sa vie qui nous est racontée ici, une vie nourrie de doutes, d'expériences douloureuses, d'espoirs, de satisfactions et de triomphes, avec toute son énergie et toute sa vitalité. Parmi les danseurs qui ont su bouleverser le paysage chorégraphique, Martha Graham occupe une place prédominante. Pionnière, audacieuse, iconoclaste... les adjectifs ne manquent pas pour qualifier cette artiste qui a bousculé bien des codes. Mais aussi une créatrice entière, dévouée à son art, une personnalité forte et intransigeante, passionnée et inspirée... une pédagogue exigeante et innovante, théoricienne de la danse à sa façon... c'est encore tout cela, Martha Graham, à qui C. Servian consacre aujourd'hui cette monographie à mi-chemin entre la biographie et le portrait, qui met à jour la formidable fécondité artistique d'une femme révolutionnaire et son travail acharné autour de la danse... ainsi qu'une personnalité faite d'ombres et d'éclats, d'inventions et d'obsessions. Mais, quoi qu'il en soit, toujours impressionnante.


Voir plus Voir moins
Du même auteur
Différentes conceptions de la danse américaine e du début à la fin du XX siècle,éditions Publibook, 2006 Les Pionniers d’une danse américaine, éditions Publibook, 2010
Martha Graham : une fleur de serre exotique
Claudie Servian Martha Graham : 1 une fleur de serre exotique Publibook 1 Expression utilisée par Doris Humphrey en parlant de Martha Graham.
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0119387.000.R.P.2014.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2014
Avant propos Martha Graham, à la fois danseuse et chorégraphe, est née le 11 mai 1894 à Pittsburgh en Pennsylvanie, l’année de la composition del’Après-midi d’un faunede Debussy, œuvre qui révolutionne les conceptions de la danse classi-que, comme Martha Graham va révolutionner l’art de la danse et développer, en Amérique, une danse dite « mo-derne ». Cette même année, Grover Cleveland accomplit son deuxième mandat, la Reine Victoria règne sur l’Angleterre, l’affaire Dreyfus éclate en France. Comparée à Picasso qui révolutionne le monde de la peinture, à Stra-vinsky qui bouleverse le monde de la musique et à Frank Lloyd Wright qui transforme l’architecture, Martha Gra-ham métamorphose l’univers chorégraphique de la tradition classique. Elle n’est pas seule à révolutionner les arts au début du vingtième siècle : Arnold Schoenberg, Serguei Prokofiev, George Gershwin, Scott Joplin en mu-sique tracent leur propre voie ; les auteurs Theodore Dreiser, O.Henry, Francis Scott Fitzgerald, Ernest He-mingway, Thomas Wolfe trouvent une nouvelle voix en littérature ; Marc Chagall, Georges Braque et Pablo Picas-so offrent une vue différente de la peinture. L’Amérique réussit à survivre à la Première Guerre mondiale et à la Grande Dépression. Isadora Duncan publie son livreMa Vie1928, mais Martha ne semble pas l’avoir lu. Par en contre, Martha voit danser Isadora Duncan auCarnegie HallNew York. Elle écrit dans ses notes qu’elle a le à souffle coupé en la regardant danser et en spectatrice avi-sée et attentive, Martha s’aperçoit que son chignon est défait en fin de représentation. Anna Pavlova, la plus célè-
9
bre danseuse au monde, fait une tournée aux États-Unis où il n’existe pas encore de compagnies majeures de ballet. Il faut attendre la fin de la première décennie pour en voir émerger certaines. Voyageuse dès son enfance, Martha Graham parcourt les États-Unis avec sa famille, puis l’Amérique avec l’école Denishawn, école artistique fondée au début du XXème siècle par les artistes Ruth Saint Denis et Ted Shawn. Sa vie s’écoule sous le signe du voyage : le voyage vers l’ouest de Pittsburgh à Santa Barbara lors-qu’elle est enfant, les voyages professionnels dans tout le pays jusqu’au Canada lorsqu’elle est danseuse à Denis-hawn, les voyages en Europe et en Orient lorsqu’elle fait ses tournées en tant que chorégraphe, ambassadrice de son pays. Elle occupe avec Doris Humphrey la danse améri-caine dite « moderne », deux femmes, toutes deux issues de Denishawn, qui deviennent bien malgré elles des clas-siques du modernisme chorégraphique en Amérique. Pourtant, Doris Humphrey et Martha Graham ont des con-ceptions opposées de la chorégraphie. Doris Humphrey, convaincue qu’on peut tout apprendre à partir de règles et de schémas, crée une théorie de la composition et se dis-tingue de Martha Graham qui, persuadée qu’il s’agit de quelque chose de plus profond et de plus viscéral, déve-loppe une théorie du mouvement audacieuse et introvertie. Elle base sa danse sur la respiration, elle est convaincue que les mouvements sont issus d’un héritage ancien et naissent de notre mémoire ancestrale. Martha Graham embrase le XXème siècle, tour à tour critiquée et adulée, « avec le temps j’ai été reconnue en 2 tant qu’artiste, en tant que danseuse. » Certains critiques disent qu’elle flamboie sur scène, sa présence est charis-matique. Elle conçoit une danse sensuelle, presque érotique parfois. Les mouvements expressifs, les décors et les accessoires évocateurs participent de cette sexualité à 2 Martha Graham,Mémoire de la danse,Arles, Actes Sud, 1991, P.76.
10