Médecin des morts

De
Publié par


Qui n’a pas rêvé un jour d’être le médecin de Louis XIV ? D’autopsier Agnès Sorel ? De sonder les corps momifiés des Médicis ?
Discipline scientifique aux confins de l’anthropologie physique et de la médecine légale, la paléopathologie permet de reconstituer un à un les carnets de santé de sujets décédés il y a plusieurs siècles, voire plusieurs millénaires. Un corps mort est porteur d’une quantité impressionnante d’informations utiles à l’historien, à l’archéologue, mais aussi à la recherche médicale lorsqu’il s’agit de découvrir l’origine d’une maladie.
Ce livre nous invite à un voyage dans le temps, mais aussi à un voyage dans la mort, la maladie, dans l’ouverture des cadavres, dans cette observation de nous-mêmes que sont les autopsies. On y croisera l’empoisonnement d’Agnès Sorel et le supplice de Jeanne d’Arc, on assistera à l’exploration d’une relique médiévale, on
comprendra comment le cœur du Roi-Soleil s’est retrouvé dans une peinture à l’huile, on verra comment les individus anormaux étaient éliminés en Grèce et à Rome, on dressera un tableau des pratiques magiques centrées sur les cadavres, on analysera selon un regard médical certaines descriptions de vampire, on décortiquera les rapports d’autopsie des rois de France. Sans oublier Richelieu, Descartes et de nombreux saints…
Enfin, le lecteur trouvera un inventaire des lieux et des personnages dont l’existence a été éclairée par des études paléopathologiques ; il pourra alors réaliser un jeu de piste, non pas macabre mais instructif, découvrant que sous nos pieds ou à côté de nous dorment des trésors (squelettes ou momies).
Paradoxalement, l’étude des cadavres rend les ruines et les populations du passé plus vivantes. C’est bien le but de cet ouvrage.

Philippe Charlier est médecin (anatomo-pathologie et médecine légale) et docteur ès-lettres (EPHE, IVe section). Depuis 2002, il est chargé de cours en paléopathologie et histoire de la médecine aux Facultés de Lille 2 et Paris 7.

Préface d’Irène Frain

Publié le : mercredi 20 septembre 2006
Lecture(s) : 54
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213639499
Nombre de pages : 396
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Qui n’a pas rêvé un jour d’être le médecin de Louis XIV ? D’autopsier Agnès Sorel ? De sonder les corps momifiés des Médicis ?
Discipline scientifique aux confins de l’anthropologie physique et de la médecine légale, la paléopathologie permet de reconstituer un à un les carnets de santé de sujets décédés il y a plusieurs siècles, voire plusieurs millénaires. Un corps mort est porteur d’une quantité impressionnante d’informations utiles à l’historien, à l’archéologue, mais aussi à la recherche médicale lorsqu’il s’agit de découvrir l’origine d’une maladie.
Ce livre nous invite à un voyage dans le temps, mais aussi à un voyage dans la mort, la maladie, dans l’ouverture des cadavres, dans cette observation de nous-mêmes que sont les autopsies. On y croisera l’empoisonnement d’Agnès Sorel et le supplice de Jeanne d’Arc, on assistera à l’exploration d’une relique médiévale, on
comprendra comment le cœur du Roi-Soleil s’est retrouvé dans une peinture à l’huile, on verra comment les individus anormaux étaient éliminés en Grèce et à Rome, on dressera un tableau des pratiques magiques centrées sur les cadavres, on analysera selon un regard médical certaines descriptions de vampire, on décortiquera les rapports d’autopsie des rois de France. Sans oublier Richelieu, Descartes et de nombreux saints…
Enfin, le lecteur trouvera un inventaire des lieux et des personnages dont l’existence a été éclairée par des études paléopathologiques ; il pourra alors réaliser un jeu de piste, non pas macabre mais instructif, découvrant que sous nos pieds ou à côté de nous dorment des trésors (squelettes ou momies).
Paradoxalement, l’étude des cadavres rend les ruines et les populations du passé plus vivantes. C’est bien le but de cet ouvrage.

Philippe Charlier est médecin (anatomo-pathologie et médecine légale) et docteur ès-lettres (EPHE, IVe section). Depuis 2002, il est chargé de cours en paléopathologie et histoire de la médecine aux Facultés de Lille 2 et Paris 7.

Préface d’Irène Frain
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi