Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 15,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Publications similaires

La synthèse en Histoire

de albin-michel

La réforme grégorienne

de temps-present-editions

De Duns Scot à Suarez

de editions-universitaires

Vous aimerez aussi

Le Coran

de fayard

Vise le soleil

de fayard

suivant
Le passé de l’Europe offre des alternances de systèmes politiques bloqués et repliés sur eux-mêmes, incapables d’évoluer, et de moments où les portes s’ouvrent sous l’effet de l’audace ou de l’imagination de certains individus. Mise en lumière par des philosophes et sociologues (Henri Bergson, Karl Popper…), l’idée d’ouverture s’incarne ainsi dans l’histoire avec Henri IV signant l’édit de Nantes ou avec Philippe d’Orléans renversant les alliances de la France ; plus tard, les initiatives d’un Khrouchtchev ou d’un Gorbatchev auront un impact évident sur la marche du temps. Chacune à sa manière, d’autres figures, par exemple celles du protestant bâlois Thomas Platter au xvie siècle, de l’écrivain et voyageur Robert Challe et du pape Benoît XIV au XVIIIe siècle, celle du roi Louis XVIII et, au XXe, celles des grands résistants, de Jean Monnet ou d’anciens communistes comme Annie Kriegel ou Auguste Lecœur brisent un carcan et affrontent le grand large – ce que des hommes aussi divers que Henri II, Charles X et dans un tout autre genre Thorez ou même Kanapa ne veulent ou ne peuvent pas faire. L’esprit de tolérance (religieuse, politique, intellectuelle, diplomatique), l’acceptation d’univers mentaux différents ou minoritaires, le souci également de la croissance économique et de la richesse des nations, voilà ce qui attire à des degrés variables les personnalités d’« ouverture », qu’elles aient ou non des responsabilités politiques.


L’examen, par d’excellents spécialistes, de quelques moments clefs auquel Emmanuel Le Roy Ladurie invite son lecteur à l’aide de cet outil d’investigation neuf se révèle très éclairant. A côté de la recherche sur les tendances lourdes et le temps long (par exemple le climat) qu’il affectionne par ailleurs, le grand historien donne ici, lui aussi, une nouvelle preuve d’ouverture, d’audace et d’imagination.