Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Prendre soin de nos aînés, c'est déjà prendre soin de nous

De
42 pages
La question de la prise en charge du quatrième âge est au cœur des débats politiques français. C’est un enjeu économique crucial dans le contexte démographique actuel – mais également un problème moral. Il était temps pour un professionnel du secteur d’apporter sa pierre à l’édifice. Pascal Champvert, grâce à son expérience de vingt-cinq ans dans le milieu des soins aux personnes âgées, entreprend de combattre les idées reçues et d’interroger les mots liés à l’âge qui font peur, comme celui de « dépendance ». Économie du quatrième âge, bienfaits et méfaits du maintien à domicile, choix d’une maison de retraite… Il décortique le système existant et les améliorations nécessaires, en rappelant qu’il s’agit avant tout de respecter la personne âgée, avec ses besoins et ses envies. Un véritable plaidoyer pour qu’évoluent les valeurs de notre société et que les « vieux » soient enfin considérés comme des personnes – et des citoyens – à part entière.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Prendre soin de nos aînés, c’est déjà prendre soin de nous
Pascal Champvert
Prendre soin de nos aînés, c’est déjà prendre soin de nous
À mes parents.
Avec la collaboration d’Édouard de Hennezel
Carnets Nord, 2012 12, villa Cœur-de-Vey, 75014 Paris www.carnetsnord.fr ISBN : 978-2-35536-129-6
Avantpropos
« Quand je me coupe de cette vieille femme, je me coupe de mon avenir, et donc je me coupe de moi. » J’aime à rap-peler cette phrase de Simone de Beauvoir, car si l’avenir de notre société est notre jeunesse, chacun d’entre nous doit aussi garder à l’esprit que son avenir est d’être vieux. À 85 ans, chacun voudrait ressembler à Charles Aznavour ou à Line Renaud. La bonne nouvelle est que nous avons tous une probabilité très élevée, de l’ordre de 80 %, de vieillir comme eux, en bonne santé. Et pour les plus jeunes d’entre nous, les probabilités augmen-tent encore, puisque, selon les démo-graphes, l’espérance de vie sans handicap
7
PRENDRE SOIN DE NOS AÎNÉS…
augmente plus vite que l’espérance de vie en général. Cette bonne nouvelle doit-elle nous faire oublier la minorité qui vieillira malgré tout fragilisée ou handicapée ? Il s’agit aujourd’hui d’un million deux cent mille personnes, vivant à domicile ou en établissement spécialisé. Et, compte tenu du vieillissement de la population, leur nombre doublera d’ici à 2020. Cette vieille femme handicapée, ce vieil homme fragile, c’est vous, c’est votre frère, votre sœur, votre mère ou votre père, car toutes les familles auront bientôt un ou plusieurs des leurs très âgés et handicapés par des troubles physi-ques ou cognitifs, comme les patholo-gies Alzheimer. Qui peut assurer qu’il n’aura pas à connaître une relation avec un proche vulnérable ? Nous sommes tous concernés. C’est sans doute cette réalité qui conduira enfin notre pays à considérer toute personne âgée, même fragilisée, même handicapée, comme un citoyen à
8
AVANT-PROPOS
part entière. Car cette personne est notre semblable, et attenter à sa liberté, à son individualité, à son intégrité, c’est atten-ter à la liberté, à l’individualité et à l’intégrité de chacun d’entre nous. De nos jours, les personnes âgées, sur-tout les plus fragiles, font l’objet d’une impensable discrimination. Un racisme de l’âge – l’âgisme – que notre société ne repère pas et que notre modèle de développement économique a contri-bué à favoriser en occultant les questions pourtant essentielles du vieillissement et de la mort. Faire respecter nos anciens n’est pas chose facile dans une société qui ne veut pas les voir. Cela est d’autant plus regret-table que, loin d’être un « problème », ils représentent, à maints égards, une chance de progrès pour notre démocra-tie, comme nous le verrons plus loin. Il aura fallu le drame de l’été 2003 pour commencer à prendre conscience des retards français en matière d’aide aux personnes âgées. Mais les décisions poli-tiques fortes, à la hauteur des enjeux
9
PRENDRE SOIN DE NOS AÎNÉS…
humains et sociétaux, ne sont toujours pas prises. Chacun aime ses propres vieux, mais notre société n’aime tou-jours pas ses aînés. Réveiller les consciences, changer les regards sur le grand âge constitue un âpre combat. Il est porté par de plus en plus de retraités, personnes âgées, familles et professionnels. Tous militent pour des droits dont nos grands-parents, nos parents, nous-mêmes et nos enfants serions bienheureux de pouvoir disposer aux soirs de nos vies. Aujourd’hui, lorsque nous avons besoin d’être aidés dans notre vie quoti-dienne, que nous soyons nous-mêmes âgés ou qu’il s’agisse de nos parents, comment aborder la question avec réa-lisme ? Et quelle solution choisir ? Le domicile ? L’établissement ? Surtout, comment agir pour que demain, même âgés, handicapés ou vul-nérables, nous soyons enfin considérés comme citoyens à part entière, pleine-ment intégrés à notre société ? Quelles solutions de logements et de services
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin