Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Principes de politique des souverains

De
45 pages

BnF collection ebooks - "Entre les choses qui éblouissent les hommes et qui excitent violemment leur envie, comptez l'autorité ou le désir de commander."

BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.


Voir plus Voir moins
etc/frontcover.jpg
À propos de BnF collection ebooks

 

BnF collection ebooks est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs, BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés.

Morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés.

Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un format ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tous les supports de lecture.

Principes de politique des souverains1
I

Entre les choses qui éblouissent les hommes et qui excitent violemment leur envie, comptez l’autorité ou le désir de commander.

II

Regardez comme vos ennemis-nés tous les ambitieux. Entre les hommes turbulents, les uns sont las ou dégoûtés de l’état actuel des choses ; les autres, mécontents du rôle qu’ils font. Les plus dangereux sont des grands, pauvres et obérés, qui ont tout à gagner et rien à perdre à une révolution. Sylla inops2, unde prœcipua audacia : « Sylla n’avait rien ; et ce fut surtout son indigence qui le rendit audacieux. » L’injustice apparente ou réelle des moyens qu’on emploie contre eux, est effacée par la raison de la sécurité : ce principe passe pour constant dans toutes les sortes d’État ; cependant il n’en est pas moins atroce de perdre un particulier par la seule crainte que l’on a qu’il ne trouble l’ordre public. Il n’y a point de scélératesse à laquelle cette politique ne conduisit.

III

Il ne faut jamais manquer de justice dans les petites choses, parce qu’on en est récompensé par le droit qu’elle accorde de l’enfreindre impunément dans les grandes : maxime détestable, parce qu’il faut être juste dans les grandes choses et dans les petites ; dans ces dernières, parce qu’on en exerce la justice plus facilement dans les grandes.

IV

L’exercice de la bienfaisance, la bonté, ne réussissent point avec des hommes ivres de liberté et envieux d’autorité ; on ne fait qu’accroître leur puissance et leur audace. Cela se peut.

V

C’est aux souverains et aux factieux que je m’adresse ; lorsque les haines3 ont éclaté, toutes les réconciliations sont fausses.

VI

Faire une chose et avoir l’air d’en faire une autre, cela peut être dangereux ou utile : c’est selon la circonstance, la chose et le souverain.

VII

Prévoir des demandes et les prévenir par une rupture ; maxime détestable.

VIII

Donner la gale à son chien ; maxime d’ingrat. J’en dis autant de la suivante : offrir, et savoir se faire refuser.

IX

Faire tomber le choix du peuple sur Camille, ou l’ennemi du tribun ; maxime tantôt utile, tantôt nuisible : utile, si le tribun est un factieux, nuisible si le tribun est un homme de bien.

X

Ignorer souvent ce qu’on sait, ou paraître savoir ce qu’on ignore, cela est très fin ; mais je n’aime pas la finesse.

XI

Apprendre la langue de Burrhus avec Néron, mœrens ac laudans ; il se désolait, mais il louait. Il fallait se désoler, mais il ne fallait pas louer. C’est ce qu’aurait fait Burrhus, s’il eût plus aimé la vérité que la vie.

XII

Apprendre la langue de Tibère avec le peuple4, Verba obscura, perplexa, suspensa, eluctantia, in speciem recusantis composita. « Mots obscurs, perplexes, indécis, esquivant toujours entre la grâce et le refus. » Oui, c’est ainsi qu’il faut en user, lorsqu’on craint et qu’on s’avoue qu’on est haï et qu’on le mérite.

XIII

Étouffer en embrassant ; perfidie abominable.

XIV

Froncer le sourcil sans être fâché ; sourire au moment du dépit ; pauvre ruse, dont on n’a que faire quand on est bon, et qu’on dédaigne quand on est grand.

XV

Faire échouer par le choix des moyens ce qu’on ne saurait empêcher. J’approuve fort cette ruse, pourvu que l’on s’en serve pour empêcher le mal, et non pas pour empêcher le bien ; car il est certain qu’il y a des circonstances où l’on est forcé de suppléer à l’ongle du lion qui nous manque, par la queue du renard.

XVI

Rester l’ami du pape, quand il est abandonné de tous les cardinaux, c’est un moyen de le servir plus sûrement ; c’est aussi un rôle perfide et vil : il n’est pas permis d’être un traître ; et de simuler l’attachement au pape quand même le pape est un brigand.

XVII

Placer un mouton auprès du souverain, quand on conspire contre lui. Pour bien sentir, et la méchanceté du rôle des conspirateurs, et la bassesse du rôle de mouton, il ne s’agit que d’expliquer ce que c’est qu’un mouton. On appelle ici un mouton, un valet de prison qu’on enferme avec un malfaiteur, et qui fait à ce malfaiteur l’aveu de crimes qu’il n’a pas commis, pour obtenir de ce dernier l’aveu de ceux qu’il a faits. Les cours sont pleines de moutons ; c’est un rôle qui est fait par des amis, par des connaissances, par des domestiques, et surtout par les maîtresses. Les femmes ne sont jamais plus dissolues que dans les temps de troubles civils ; elles se prostituent5 à tous les chefs et à tous ceux qui les approchent, sans autre dessein que celui de connaître leurs secrets et d’en user pour leur intérêt ou celui de leur famille. Sans compter qu’elles en retirent un air d’importance dont elles sont flattées. Le cardinal de Retz avait beaucoup d’esprit, mais il était très laid ; ce qui ne l’empêcha point d’être agacé par les plus jolies femmes de la cour pendant tout le temps de la Fronde.

XVIII

Savoir faire des coupables, c’est la seule ressource des ministres atroces pour perdre des gens de bien qui les gênent. Il est donc très important d’être en garde contre cette espèce de méchanceté.

XIX

Sévir contre les innocents, quand il en est besoin : il n’y a point d’honnête homme que ne puisse faire trembler cette maxime qu’on ne manque jamais de colorer de l’intérêt public.

XX

Penser une chose, en dire une autre ; mais avoir plus d’esprit que Pompée. Pompée n’aurait pas eu besoin d’esprit, s’il avait su faire ce qui convenait à son caractère, dire vrai...

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin