Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 5,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Publications similaires

BOVELLES charles de (1478-1567)

de Encyclopaedia-Universalis

De la pudeur à l'amour

de editions-du-cerf14760

DIGRESSION NÉOPLATONICIENNE

de philosophie-pratique

Vous aimerez aussi

suivant
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.
© Éditions Grasset et Fasquelle, 2012.
9782246798934 — 1re publication
Cet essai est destiné à faire partie d’un ouvrage qui portera comme titre Remarques. La première édition en paraîtra dès que j’aurai terminé deux autres essais : l’un sur les loisirs de l’homme, l’autre sur les parentés de l’esprit. Cette édition comprendra en outre mes Remarques sur l’action et des Remarques sur le bonheur dont une revue donna, l’an dernier, des fragments.
Si je publie isolément une œuvre aussi courte, c’est, je l’avouerai, que j’ai hâte de m’en séparer.
B. G.
Toute l’explication de l’homme tient en ceci qu’il ne peut accepter de finir. — Que la vie lui apprenne de très bonne heure qu’il est mortel, ce n’est point la preuve qu’il s’en accommode. « Se savoir mortel » n’est, en effet, pour l’homme normal, qu’une notion, qui sans doute s’impose à son intelligence, mais ne saurait modifier son instinct. Il ne semble même pas exagéré de dire qu’un homme ne peut vivre que dans la mesure où il se sent immortel. Et, à ce propos, m’apparaît l’inconséquence de ces moralistes, qui accablent l’homme sous le poids de sa légèreté, lui faisant un grief de se comporter comme s’il était éternel. Que ne doit donc pas l’homme, en effet, — de ses actes les plus simples à ses plus grandes entreprises — à cette soi-disant légèreté, c’est-à-dire à la faculté qu’il possède de s’illusionner sur sa durée !