//img.uscri.be/pth/287b5522c254d97dfa58ea91cc0252d428faa5be
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Que peut la critique littéraire ?

De
131 pages
L’écriture de ce livre découle d’une double insatisfaction de son auteur. À la fois comme lecteur et comme écrivain, David Dorais est souvent déçu des critiques littéraires auxquelles il est exposé et s’étonne toujours de l’unanimité des propos tenus sur les œuvres. Non pas qu’elles soient unanimement encensées : les critiques négatives existent. Mais il constate que, quel que soit le journal ou le magazine lu et quel que soit le jugement porté, il est exposé aux mêmes critères d’appréciation, et donc au même point de vue sur la littérature.
Il propose de faire l’analyse de ce type de critique, qu’il nomme « critique de proximité » et qui repose essentiellement sur les critères du réalisme, de l’émotion, de la thématique et de l’optimisme. Il suggère ensuite deux voies différentes pour aborder les œuvres littéraires, deux voies qui lui semblent injustement négligées, mais qui explorent des critères qui guident les auteurs dans l’écriture et la conception de leurs œuvres, soit la stylistique et l’imaginaire.
Voir plus Voir moins
Que peut la critique littéraire ?
collection Trajectoire David Dorais
QUE PEUT LA CRITIQUE LITTÉRAIRE ?
Du même auteur : Les cinq saisons du moine,nouvelles, L’instant même, 2004. e Le corps érotique dans la poésie française duXVIsiècle,essai, Presses de l’Université de Montréal, 2008. Plus loin,roman, en collaboration avec MarieÈve Mathieu, Boréal, 2008. Le cabinet de curiosités,nouvelles, L’instant même, 2010. Oh ! La belle province !,roman, Leméac, 2016.
David Dorais
QUE PEUT LA CRITIQUE LITTÉRAIRE ?
ESSAI
Maquette de la couverture : JeanMarie Lanlo
Illustration de la page couverture : rocharibeiro/Shutterstock.com
Mise en page : AnneMarie Jacques
Révision : Lyse Charuest
Direction de collection : Geneviève Pigeon
Distribution pour le Québec : Diffusion Dimedia 539, boulevard Lebeau Montréal (Québec) H4N 1S2
Distribution pour la France : Distribution du Nouveau Monde
© Les éditions de L’instant même, 2017
L’instant même 237, rue Louise Longueuil (Québec) J4J 2T2 info@instantmeme.com www.instantmeme.com
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2017
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Dorais, David, 1975
Que peut la critique littéraire?
(Trajectoire) Comprend des références bibliographiques.
ISBNimprimé฀9782895023951
ISBN฀PDF฀978-2-89502-928-1
1. Critique  Québec (Province). 2. Critique. I. Titre.
PN99.C32D67 2017
801’.9509714
C20179405381
L’instant même remercie le Conseil des arts du Canada, le gouvernement du Québec (Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC) et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec.
Nous reconnaissons l’appui financier du gouvernement du Canada.
INTRODUCTION
L’écriture de ce livre découle d’une double insatisfaction. À la fois comme lecteur et comme écrivain, je suis déçu des critiques littéraires auxquelles je suis exposé, celles que je lis ou celles que j’entends. Je m’étonne toujours de l’unanimité des propos tenus sur les œuvres. Non pas qu’elles soient unanimement encensées : les critiques négatives existent. Mais il me semble que, quel que soit le journal ou le magazine que je lis et quel que soit le jugement porté, j’aie toujours affaire aux mêmes critères d’appréciation, et donc au même point de vue sur la littérature. De quelle manière les livres sontils présentés ? Que souligneton à leur propos ? Sur quoi attireton l’attention ? Qu’estce qu’on considère comme étant le plus notable ? Les auteurs se fontils poser des questions appropriées ou farfelues ?
J’ai l’impression que, peu importe où le public regarde, peu importe vers quoi il tend l’oreille, un même discours lui est servi. Que le lecteur ouvre son quotidien préféré, qu’il consulte le blogue d’un dévoreur de romans, qu’il syntonise l’une des stations de radio offrant une émission consacrée aux livres ou qu’il trouve la chaîne télévisée où, ce soir, un écrivain est reçu, et il sera exposé à des idées étrangement analogues. Par exemple, on lui apprendra que telle œuvre est inspirée d’un voyage fait par l’auteur au Brésil, d’un traumatisme d’enfance ou de la mort de sa conjointe. Une intervieweuse demandera à l’écrivain quels enjeux de société il a voulu aborder. Seraitce le sort de nos aînés ? La condition des femmes ? Les relations mèrefille ? Peutêtre quelques membres d’un club de lecture avouerontils avoir été émus par le style coup de poing de l’œuvre. Pourtant, dirontils, ils sont restés embarrassés par le dénouement, qui laissait peu de place à l’espoir d’un renouveau.
5
6
Que peut la critique littéraire ?
Cette façon de concevoir les lettres est si répandue dans la critique actuelle qu’il est devenu presque impossible d’y échapper. Comme tout discours en contexte social, elle cherche 1 à gagner des adhérents . Et elle y a si bien réussi qu’elle peut facilement passer pour la seule manière de penser la littérature. Il règne en ce moment une communauté de vues si générale que ce qui ne devrait être qu’un chemin parmi tant d’autres s’est élargi jusqu’à former une voie royale et a fini par se confondre avec l’horizon. Une unanimité qui en est venue à modeler les attentes des lecteurs et leurs critères de jugement.
Un certain nombre d’écrivains (dont je suis) constatent que l’omniprésence de ce modèle entraîne des inconvénients. Des œuvres se voient d’emblée écartées, car elles ne cadrent pas avec ce qui est (implicitement) attendu d’un « bon » livre. Et quand elles sont tout de même prises en compte par la critique, on ne leur applique pas les critères adéquats, qui en feraient apprécier la valeur. Les questions judicieuses ne sont pas posées. Une double injustice est ainsi commise à l’endroit de livres qui gagneraient sans doute à être présentés, et d’une autre façon, aux personnes pour qui ils ont été conçus. Je crois donc qu’il est nécessaire de prendre du recul par rapport aux présupposés qui caractérisent l’approche critique courante en littérature.
Le but que je me propose dans ce livre est d’abord de faire l’anatomie de ce type de critique, que je nomme « critique de proximité » et qui repose essentiellement sur les critères du réalisme, de l’émotion, de la thématique et de l’optimisme. Je présenterai ensuite deux voies différentes pour aborder les œuvres littéraires, deux voies qui me semblent injustement négligées, mais qui explorent des critères qui guident les auteurs dans l’écriture et la conception de leurs œuvres, soit la stylistique et l’imaginaire.
1. Dans le vaste champ du discours social, les gens argumentent et débattent dans le but de se persuader les uns les autres, avec des résultats variables. Voir à ce sujet Marc Angenot,: traité de rhétoriqueDialogues de sourds antilogique,Paris, Mille et une nuits, 2008.
Introduction
La critique littéraire sur laquelle je veux me pencher est celle qui est destinée au grand public, et non pas la critique savante, érudite, universitaire, faite par et pour des spécialistes. Je m’adresse aux lecteurs en général, du moins à ceux qui, comme moi, ont un vif intérêt pour ce qui s’écrit au Québec en ce moment. J’entends montrer qu’il existe d’autres manières de juger des œuvres littéraires, différentes de celles que l’on retrouve partout dans les médias à l’heure actuelle. Ce faisant, j’espère intéresser plus largement tous ceux qui aiment les arts et qui sont désireux d’apprendre à les aimer davantage.
Catherine VoyerLéger a consacré un livre à un sujet comparable 2 au mien . Cependant, nos deux ouvrages se complètent plutôt qu’ils n’empiètent l’un sur l’autre. En effet, VoyerLéger adopte une approche sociologique pour parler de la critique contemporaine : comment les différentes instances de la scène culturelle se disposentelles les unes par rapport aux autres ? quelles sont les relations de pouvoir qui s’exercent entre producteurs, artistes et critiques ? quelle forme la critique prendelle dans la sphère publique (autorité symbolique, critiquespectacle, attribution d’« étoiles ») ? L’auteure précise : « Je ne tenterai pas de savoir si les jugements esthétiques de mes contemporains critiques sont 3 justes ». Or, c’est exactement ce à quoi je veux m’attacher. Quels critères de jugement esthétique sont appliqués et dans quels cas sontils appropriés ? Par quoi les critères relevant de la critique de proximité peuventils être remplacés, lorsque cela s’avère nécessaire, pour mettre en valeur une œuvre littéraire qui sort des sentiers battus ?
Je le répète, c’est à la fois comme lecteur et comme écrivain que j’ai conçu ce livre. On me pardonnera donc de faire référence à certains collègues et à leurs opinions, même si je ne nomme personne. Mon but n’est évidemment pas de discuter des individus, mais des idées et de littérature.
2. Catherine VoyerLéger,Métier critique. Pour une vitalité de la critique culturelle, Québec, Septentrion, 2014. 3.Ibid.,p. 23.
7