Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 2,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Unbroken - Version française

de editions-prisma

johnny, l'incroyable histoire

de editions-prisma

Ma vie à 200 à l'heure

de editions-prisma

suivant
Cette série, parue dans leFigaro Littéraire, est publiée avec l’aimable autorisation duFigaro.
’amitié de Maupassant et de Freud est célèbre. Selon Ferenczi,L’Interprétation des L rêvesserait largement inspirée par l’auteur duHorla. On connaît moins en revanche le rôle décisif que joua Freud en 1893 – celui-ci était alors âgé de 37 ans – dans la guérison de la folie de Maupassant : il lui évita une fin prématurée à 43 ans et une déchéance qui n’avait que trop duré derrière les hauts murs de la clinique du docteur Blanche à Passy. Freud connaissait le mal secret de Maupassant, cette syphilis contractée vingt ans plus tôt à La Grenouillère, sur les bords de la Seine. Le médecin viennois fit appel à un confrère de Hambourg, le docteur Hoffmann, celui-là même qui devait identifier l’agent d’infection de la syphilis,Treponema pallidum, le tréponème pâle. Grâce à des injections massives de bismuth et d’arsenic, Freud et Hoffmann parvinrent à guérir leur célèbre patient qui, comme par miracle, retrouva toutes ses facultés : non seulement son immense talent d’écrivain, mais aussi son exceptionnelle puissance génésique dont beaucoup de contemporains (et de contemporaines) se sont fait l’écho, notamment Gisèle d’Estoc. Ainsi Edmond de Goncourt note-t-il perfidement dans sonJournal : « Résurrection du malheureux Maupassant. Nous en parlons chez la princesse Mathilde. Quelques-uns se gaussent : le faune va-t-il reprendre ses débauches ? Un convive ayant évoqué mezza voceun épisode scabreux de ce marathonien de la copulation, parlant d’un attribut virilsicut asinus,la princesse, qui faisait semblant de ne pas entendre, a rougi jusqu’aux oreilles. Malgré toutes ses gracieusetés, ses minouteries, on sentait en elle, dans le bleuté de son regard céruléen, l’éternelle femelle frémissant dès que se fait entendre le brame du mâle. »