Que seraient-ils devenus ? Proust

De
Publié par

​Proust...Et s'il avait vécu plus longtemps, que serait-il devenu ?
Jean d'Ormesson imagine et raconte ce qu'aurait été le destin de cette figure de la littérature française... Dans une uchronie pleine d'humour, il laisse libre cours à sa fantaisie.


Jean d'Ormesson - Proust


Dans cette nouvelle, Jean d'Ormesson s'amuse à imaginer Proust traversant la Seconde Guerre mondiale et doté sur le tard d'une santé de fer.


Découvrez également d'autres nouvelles :


Jean Dutourd - Rimbaud
Maurice Druon- Giraudoux
François Nourissier - Barrès
Jean-Marie Rouart - Maupassant
Bernard-Henri Lévy - Gary
Marc Lambron - Drieu La Rochelle
Patrick Besson - Nimier
Gonzague Saint Bris - Balzac



Publié le : jeudi 11 février 2016
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782810417872
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
4eme couverture
pagetitre

Cette série, parue dans le Figaro Littéraire,
est publiée avec l’aimable autorisation du Figaro.

image

image

U

n soir d’automne, au Ritz, un peu après Diên Biên Phu, c’est Paul Morand qui me présenta à Marcel Proust. Les deux écrivains avaient toujours été liés. Morand était l’auteur d’un poème qui commençait par ce vers :

Proust, de quels raouts revenez-vous donc la nuit ?…

Et Proust avait préfacé, en des termes où une ombre de perfidie le disputait à l’éloge, un des premiers livres de Morand : Tendres Stocks.

Je devais revoir plusieurs fois Marcel Proust avant sa mort, à 89 ans, dans les bras de Céleste Albaret qui avait donné tant de traits

à Françoise dans La Recherche. Cérémonieux et désordonné, il continuait à ressembler, selon le mot de Colette, « à un garçon d’honneur ivre ». Je le retrouvais souvent chez le cher Robert de Billy, qu’il ne faut confondre ni avec André Billy qui donna tant de chroniques au Figaro ni surtout avec l’ami très proche de Proust qui s’appelait, lui aussi, Robert de Billy. Mon Robert de Billy à moi habitait, rue de l’Université, le superbe hôtel Pozzo di Borgo où il recevait, après la Seconde Guerre, tout ce qui avait un nom à Paris. Proust, déjà âgé, aimait à y retrouver les Noailles, les Beauvau-Craon, la très belle duchesse de Montesquiou dont la fille, Victoire, marchait déjà, encore enfant, sur les traces de sa mère.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Obaldiable d'homme

de le-nouvel-observateur

La Nouvelle Revue Française N° 321

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant