Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 10,00 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Pour le chic, il faut savoir choquer Tous,nouspurgeonscollectivementunepeined’anonymatàperpétuitépourlecrimedémographiquedontnousnoussommesrenduscoupablesdepuisaumoinsquatrecentsans.Danscetteprisonàcielouvert,commen’importequeltenuden’importequelpénitencier,nousdévelopponsuninstinctdesurviequinousinciteàbricolernotrequotidienpourlerendreplussupportable.Cetespritderévoltenousinsufflelebesoindenousdémarquer,dechoquerpourmieuxnousfaireremarquer.Nousavonsconnulapréciositéaudixseptièmesiècle,ledandysmeaudixneuvième,lagarçonnedesannéesfolles,lemouvementhippied’aprèsguerreetlegrungequiprendactuellementsapleinemesure.MaistelSisyphe,tousceseffortspourbriserlecarcandelasociétéconventionnellen’ontaccouchéquedenouvellesnormes,communémentacceptéesetsuiviespartous.Lamodeacecideparadoxalqu’elleconsisteàpermettreàchacund’exprimersonindividualitétoutenl’inscrivantdansungroupe.Etlasurenchèren’yarienfait,sinonrentrerellemêmedanslerang.L’exhibitionnisme,lapornographie,lavulgarité,l’excèsetladécadencesontbanalisés;alorsqu’ilyapeuencore,montrerseschevillespourunefemmeétaitlecombledel’inconvenance,etonsebaignaitentenueintégrale.Quellepeutêtrelaprochaineétape?
79
Laquestionestd’autantplusridiculequ’ellenerèglerien.Carcettefuiteenavantn’ajamaisexorcisélefantômedelabienpensance.Lorsquejetravaillaiscommeanimateurenmaisondel’enfance,lesenfantsdeneufàquatorzeansdontjem’occupaisnecomprenaientpasquejeportedes«chaussuresdefille»parcequ’iln’estplushabitueldevoirunjeunehommeenmocassins.Onmeditefféminéquandonpourraitautantreconnaîtremonmaintien.Quantàl’expression«avoirdesmanières»,elleestpasséeenundemisièclepartouteslescouleursdel’arcenciel…Jem’amusedeconstatercombienjepeuxchoquer,bienmalgrémoi,dusimplefaitd’êtrevieuxjeu.J’enjouedepuis,etàoutrance.Dansunmondeonnepeutplusguèreseréunirentreamissansdonnerdansl’ivresse,ilfautsavoircracherpourêtreunhomme,êtrepiercépourêtrecool,onseretournesurmonpassagelorsquejeportemonécharpeenjabot.