Réflexions égarées

De
Publié par


N’avez-vous jamais croisé une personne pour la première fois, et avoir eu ce sentiment étrange de la connaître, de l’avoir déjà rencontrée, alors que des milliers de kilomètres vous séparent ? Cette rencontre, je l’ai faite : j’ai rencontré Laurent Cacciatore. Ce jeune Savoyard, né à Aix-les-Bains en 1976, c’est un peu « l’Ancien Régime à la sauce internet ». Sa personnalité, ses idées et son éloquence font de lui une personne attachante à laquelle on ne peut rester indifférent. Citoyen du monde, expatrié au Québec, il nous offre l’exemple d’une vie sans autres limites géographiques,
sociales ou morales que celles qu’il se choisit.



Ce sont ces fameux choix qu’il vous invite ici à partager. Au travers de ses textes, Laurent Cacciatore nous conduit à la réflexion, par le biais d’une situation vécue, d’une rencontre,
d’un chagrin. Il nous amène à nous retourner sur notre propre expérience.

Drôles, tristes, parfois dérangeants, ses récits réveilleront en vous des millions de souvenirs que vous pensiez pourtant enfouis dans les entrailles les plus profondes de votre âme.



Oserez-vous saisir l’occasion de revenir sur le passé ? Accepterez-vous de vous livrer, de vous dévoiler ? Affronter ses démons pour mieux ouvrir les yeux, et se rendre compte de l’urgence d’une situation. Gérer le passé pour mieux appréhender et pouvoir embellir l’avenir. « Connais-toi toi-même » pourrait être la devise de cet ouvrage que l’auteur veut interactif. Réflexions égarées est au juste milieu entre la bouteille jetée à la mer et la main tendue…

Saurez-vous saisir l’une d’entre elles ?



LOÏC COUSSIÈRE


www.reflexionsegarees.com

Publié le : vendredi 1 janvier 2010
Lecture(s) : 181
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782981202406
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Pour le chic, il faut savoir choquer Tous,nouspurgeonscollectivementunepeined’anonymatàperpétuitépourlecrimedémographiquedontnousnoussommesrenduscoupablesdepuisaumoinsquatrecentsans.Danscetteprisonàcielouvert,commen’importequeltenuden’importequelpénitencier,nousdévelopponsuninstinctdesurviequinousinciteàbricolernotrequotidienpourlerendreplussupportable.Cetespritderévoltenousinsufflelebesoindenousdémarquer,dechoquerpourmieuxnousfaireremarquer.Nousavonsconnulapréciositéaudixseptièmesiècle,ledandysmeaudixneuvième,lagarçonnedesannéesfolles,lemouvementhippied’aprèsguerreetlegrungequiprendactuellementsapleinemesure.MaistelSisyphe,tousceseffortspourbriserlecarcandelasociétéconventionnellen’ontaccouchéquedenouvellesnormes,communémentacceptéesetsuiviespartous.Lamodeacecideparadoxalqu’elleconsisteàpermettreàchacund’exprimersonindividualitétoutenl’inscrivantdansungroupe.Etlasurenchèren’yarienfait,sinonrentrerellemêmedanslerang.L’exhibitionnisme,lapornographie,lavulgarité,l’excèsetladécadencesontbanalisés;alorsqu’ilyapeuencore,montrerseschevillespourunefemmeétaitlecombledel’inconvenance,etonsebaignaitentenueintégrale.Quellepeutêtrelaprochaineétape?
79
Laquestionestd’autantplusridiculequ’ellenerèglerien.Carcettefuiteenavantn’ajamaisexorcisélefantômedelabienpensance.Lorsquejetravaillaiscommeanimateurenmaisondel’enfance,lesenfantsdeneufàquatorzeansdontjem’occupaisnecomprenaientpasquejeportedes«chaussuresdefille»parcequ’iln’estplushabitueldevoirunjeunehommeenmocassins.Onmeditefféminéquandonpourraitautantreconnaîtremonmaintien.Quantàl’expression«avoirdesmanières»,elleestpasséeenundemisièclepartouteslescouleursdel’arcenciel…Jem’amusedeconstatercombienjepeuxchoquer,bienmalgrémoi,dusimplefaitd’êtrevieuxjeu.J’enjouedepuis,etàoutrance.Dansunmondeonnepeutplusguèreseréunirentreamissansdonnerdansl’ivresse,ilfautsavoircracherpourêtreunhomme,êtrepiercépourêtrecool,onseretournesurmonpassagelorsquejeportemonécharpeenjabot.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.