Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Rien n'est perdu

De
131 pages
Les jeunes de la Protection Judiciaire de la Jeunesse du STEI de Paris racontent :
- J'écris ce que je veux!
Elle sortit en courant. La porte claqua sur elle avec violence...
- Les éducateurs, il ont une vie à sauver... la mienne...
- La vie devant moi, une vie française que je ne connaissais pas. Et j'avais peur...
- Il devait être neuf heures ce matin-là, et je regardais passer les filles en minijupes. Je n'avais que très rarement vu ça au bled...
- J'ai juste entendu le bruit de la lame trouer la peau...

Ces jeunes nous parlent d'eux et de la vie d'aujourd'hui. Ils nous partagent leurs cultures, des moments de vies qui font rire ou pleurer, et donnent du sens à leurs malheurs.
Ce livre, c'est leur message d'espoir confié à l'océan des mots.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Actualis
1
Rien n’est perdu
2
Actualis

Rien n’est perdu
Confidences sans fioritures

3
Rien n’est perdu
4
Actualis
ACTUALIS
Ecrits d’ateliers
coordonnés par F. Roussel
Rien n’est perdu
Confidences sans fioritures
Documents

Éditions Le Manuscrit
Paris
5
Rien n’est perdu






© Éditions Le Manuscrit -www.manuscrit.com-2009
© Couverture : droits réservés
ISBN : 978-2-304-03178-2 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304031782 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-03179-9 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304031799 (livre numérique))
6
Actualis





SOMMAIRE




Préambule ............................................................ 15
Je m’appelle doigts d’or ...................................... 19
Carmina ................................................................ 25
Tu pourrais dire : « bonjour ! » ......................... 27
J’ai besoin des éducateurs ! ................................ 31
Histoire d’Usman ................................................ 39
Un père qui pleure .............................................. 43
Le saut de l’ange .................................................. 47
Le message ........................................................... 55
Au secours ! Au secours ! .................................. 69
Je jure .................................................................... 73
Lettres ................................................................... 77
Une bonne action.............................................. 105
Baloo ................................................................... 113
Ce sont des histoires
qu’on ne doit pas raconter aux enfants ! ....... 121



7
Rien n’est perdu

8
Actualis












Actualis et les jeunes de l’atelier d’écriture
remercient toute l’équipe du Service Territorial
Educatif et d’Insertion de Paris et en particulier
Eliane Dargery, directrice et Claudette
Lajournade, chef de service, pour leur accueil,
leurs encouragements et leur collaboration qui
ont permis la réalisation de ce projet.



9
Actualis





PREFACE




Jamais je n’aurais pensé qu’ils m’en diraient
tant, eux qui parlent à peine français !
Jamais je n’aurais imaginé qu’un jour des
adolescents ballottés, déracinés, isolés me
confieraient, dans un livre, des drames petits ou
grands qui ont marqué leur vie !

L’association Actualis n’en doutait pas, elle,
lorsqu'avec Frédéric Roussel professeur de
français, le projet d’écrire LEUR livre est né !
Depuis 1993, Actualis propose à des publics
de tous âges des projets pour apprendre qui
sortent des schémas scolaires classiques. Et
c’est ainsi qu’il fut proposé à ces jeunes qui ont
« dérapé » et se retrouvent face à la Justice,
d’écrire quelque chose de leur vie.
Stimulés par des lectures diverses, forts de la
confiance réciproque qui s’est instaurée au
cours des mois, ils laissent de côté leur
11
Rien n’est perdu
quotidien de galère pour transformer des
souvenirs, parfois d’une brutalité féroce, en
récits qui nous mènent loin des clichés et autres
préjugés qui leur collent aux talons.

L’âme humaine s’est coulée dans l’encre du
stylo de Frédéric Roussel qui les a écoutés : ils
disent, il transcrit. C'est ainsi que « Rien n’est
perdu » s'est construit et qu'un autre monde s’est
ouvert, qui nous devient accessible et que nous
vivons de l’intérieur. C’est un univers terrestre
fait de souffrance, d’ignorance, d’exclusion et
de froid ; et ce sont des vies d’enfants.
Quatorze courts récits, certains forts d’une
page, d’autres plus longs, une douzaine de pages
pour le plus copieux de tous, mais tous
autobiographiques, ils nous mènent en Afrique,
en Bosnie, en Roumanie. Leurs voix se
répondent, et les petits drames s'avèrent
souvent aussi révélateurs de leurs fêlures et de
leus traumatismes, que les grands.
Ce qui frappe, c'est l'absence d'auto-
apitoiement, la force de la lucidité, chez ces
jeunes qui ont souvent traversé des
événements d'une violence extrême… Par
exemple le deuxième récit, « Le Message »,
raconte la mort de deux frères en Bosnie et la
cruelle épreuve de la reconnaissance des corps à
la morgue. Dans ces récits, transparaît
12
Actualis
beaucoup d’authenticité, mise en valeur par le
style clair et sans fioritures de Frédéric Roussel
grâce auquel nous comprenons vite les réalités
psychologiques de ces jeunes. Nous sommes
plongés au cœur de réalités concrètes, d’états
d’âme et d’évènements très forts, comme dans
l’histoire qui s’intitule « Lettres ».

« Rien n’est perdu » nous enseigne, à la manière
des contes, par la voix de presque encore
enfants, sans moraliser, sans rudoyer notre
sensibilité, en toute humanité partagée. Une
réelle connivence s’installe entre eux et nous.
Dès les premières pages, la voix de ces ados
emporte et bouleverse : nous avons la sensation
qu'ils nous parlent à l'oreille, s'autorisant enfin
à reprendre leur souffle et se confier, pour se
remettre debout et tenter de continuer leur
chemin, fortifiés…

L’écriture apparaîtrait-elle alors comme une
nouvelle enfance, une nouvelle innocence, une
libération, un vecteur de résilience ? La joie et la
fierté sur leur visage à la lecture des textes
peuvent le faire penser. Ces jeunes sont
reconnus par les autres, par vous lecteur, et
lorsqu’ils tiennent leur livre entre les mains, ils
ont peut-être la possibilité, non pas de moins
13