Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et 2045

De
812 pages
Cet ouvrage est donc conçu comme un exercice d'insurrection informationnelle" et/ou comme un "exercice de contre-propagande", spécifiquement non militaire, non étatique et anti-... impériale contre nos "merveilleuses républiques fédérales" toujours plus schizogéniques, toujours plus autoritaires et, surtout, toujours plus "sécuritaristes" où l'information est devenue "info-guerre", élément clé des pouvoirs étatiques contemporains, des "giga-fortunes" actuelles d'une infime minorité subtilement facistissime de 7 millions d'Oligarques planétaires ou encore élément clé de l'énigmatique soumission civique mondialisée actuelle." Mettre à jour les forces obscures à l'oeuvre dans nos sociétés, décrypter les stratégies sournoises mises en place à l'encontre des masses, révéler les objectifs des puissants et leur plan pour nous... voici ce à quoi s'emploie l'essai, terrible et intransigeant, de C. Nots. Avec la verve qu'on lui connaît, il signe ainsi un texte apocalyptique à plus d'un titre. Apocalyptique car il repose sur un processus (ici presque douloureux pour le lecteur) de dévoilement. Apocalyptique, car c'est aussi la fin d'une certaine conception de l'humanité que met en évidence cette somme qui emprunte aussi bien à la psychiatrie qu'à la politique. Âpre, éloquent, subversif, un ouvrage une nouvelle fois détonnant!
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi












Totalitarismes
et Oligarchismes du G8
entre 2014 et 2045


Du même auteur



Psychanalyse de l’État et de la mondialisation,
éditions Publibook, 2005

Terrorismes d’État 2001-2025,
éditions Publibook, 2012

Le Soi et le Self,
Tome I – Aspects politiques et exotiques,
éditions Publibook, 2013 Christian Nots










Totalitarismes
et Oligarchismes du G8
entre 2014 et 2045


















Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook :




http://www.publibook.com




Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les
lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son
impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et
limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou
copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une
contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les
textes susvisés et notamment le Code français de la propriété
intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la
protection des droits d’auteur.





Éditions Publibook
14, rue des Volontaires
75015 PARIS – France
Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55






IDDN.FR.010.0120058.000.R.P.2014.030.31500




Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2015


Retrouvez l’auteur sur son site Internet :
http://christian-nots.publibook.com




Mandala – fait de 12 Runes – gravé dans le marbre «
funéraire » de la salle des Généraux du Château de Wewelsburg sur
ordre d’Heinrich Himmler – symbolisant le « Soi noir » ou
l’« anti-Soi universel » (appelé improprement « Soleil Noir » ou
« Schwarze Sonne ») – qui est le prototype de l’« anti-identité
universelle idéale » (pure…) dont rêvaient les Nazis dans le
cadre du projet ultra-oligarchique, géo-totalitaire et
paneextinctionnaire d’un « Vatican du IV Reich » (« projet de
liturgies politiques totalitaires » dédié à l’« anti-personnalisation
universelle des masses civiques mondiales » et/ou à la «
schizophrénisation avancée et furtive des masses mondiales » [dans le
cadre d’une nouvelle post-religion hybride d’État]).

Salle des Généraux du Château de Wewelsburg (actuelle)
9


Utilisation du manuel



eEn ce début de XXI siècle où les 7 milliards de sous- et de
post-citoyens du monde – de plus en plus dépersonnalisés –
essaient encore de disputer des « miettes de désinformation » à
des guildes de multinationales méta-étatiques et à des guildes de
méga-institutions d’État à vocation impériale, j’ai pensé que la
maîtrise des techniques de l’information s’avérait primordiale
pour réarmer la diffusion des « savoirs stratégiques subtilement
cryptés ou censurés » à destination des cultures populaires –
autant aux niveaux des sciences exactes qu’aux niveaux des
sciences humaines (qui ont toutes perdu actuellement – de
manière globale – leur « agrément informationnel d’État »).

Cet ouvrage est donc conçu comme un « exercice
d’insurrection informationnelle » et/ou comme un « exercice
de contre-propagande », spécifiquement non militaire, non
étatique et anti-… impériale contre nos « merveilleuses
républiques fédérales » toujours plus schizogéniques, toujours plus
autoritaires et, surtout, toujours plus « sécuritaristes » où
l’information est devenue « info-guerre », élément clé des
pouvoirs étatiques contemporains, des « giga-fortunes » actuelles
d’une infime minorité subtilement facistissime de 7 millions
d’Oligarques planétaires ou encore élément clé de
l’énigmatique soumission civique mondialisée actuelle.
11


Dédicace



Cet ouvrage n'est pas fait pour le lecteur en général, mais
très précisément pour les centaines de millions d’imbéciles, de
miliciens, d’Adolfin[e]s et autres « collabos » des régimes
hyper-collectivistes, pré-totalitaires et pro-totalitaires de l’actuel
G8 [oligarchiste] qui, parce qu'ils ont perdu inconsciemment et
subrepticement leur Soi et/ou leurs identités émotionnelles,
peuvent - encore aujourd’hui - avoir l’illusion de comprendre
cet ouvrage. De plus, et peut-être… surtout, ils risqueraient de
sentir prémonitoirement qu’ils sont déjà… agonisants sur les
plans physiologiques, somatiques, neurocognitifs et
sociopolitiques.
13





« Il y a des endroits où l’on ne sait plus si c’est la terre
glaise ou si c’est la chair… »,
Eugène Guillevic, dans « Fractures », 1947.


« L’être humain est celui qui a inventé les chambres à gaz,
mais c’est aussi celui qui y est entré dignement en ayant une
prière sur les lèvres. »
Victor Frankl


« Tout est au service de la barbarie qui vient, l’art comme la
science. Où porter les yeux ? Le grand raz de marée de la
barbarie est à nos portes. »
Friedrich Nietzsche, La volonté de puissance, II, III, 152, (1873).


« Écoute, petit homme ! […] Tes hurlements ne feront pas
avancer les choses, petit homme. Tu as toujours cru que la
liberté était assurée si tu envoyais des hommes au poteau. Tu
ferais bien mieux de te regarder une fois dans la glace. »
Wilhelm Reich, « Écoute, petit homme ! », 1945.


15 « Le même phénomène doit se reproduire là où l’État
devient unique, mettant un point final à l’évolution. Alors,
l’organisme humain pourrait, libéré du joug de l’organisation,
apparaître sous une forme plus pure, comme une épiphanie de
l’homme. »
Ernst Jünger dans « L’État universel. »


« Mais il est impossible de fuir le tyran universel. Grâce à
la conquête de la nature et à la substitution totale et sans
recours de l’espionnage et de la terreur à la loi, le dernier et
universel tyran a, à sa disposition, des moyens pratiquement
illimités pour découvrir et annihiler les plus modestes efforts
de la pensée indépendante. »
Léo Strauss dans « De la Tyrannie. »


« La contradiction que recèle cette disposition positive de
l’article 48 ne vient au jour parce que ce même article 48, sous
l’influence de l’évolution historique de ce problème, stipule
également, après l’habilitation générale à l’action, que le
président peut, pour atteindre cette fin, à savoir le rétablissement
de la sûreté et de l’ordre publics, suspendre provisoirement (la
durée n’étant pas limitée d’une manière précise), en totalité ou
en partie (!), les droits fondamentaux garantis par les articles
114 (liberté individuelle), 115 (inviolabilité du domicile), 117
(secret de la correspondance et secret postal), 118 (liberté de la
presse et censure), 123 (liberté de réunion), 124 (liberté
d’association) et 153 (propriété privée). »
Carl Schmitt dans « La dictature ».


16 « À huit verstes, c’est la colline de la hache,
Dessous une montagne de cadavres,
La maman ne saura jamais
Où repose son garçon chéri. »
Inscription d’un détenu politique anonyme soviétique (SLON ou
« Camps des Solovski à destination spéciale », Colline de la Hache).
L’immense « Goulag soviétique des Solovki 1919-1939 » – situé sur
les îles Solovetski dans la Mer Blanche – était appelé l’« Île », à
l’époque, par les détenus politiques soviétiques. [À l’origine,
el’Ermitage de la « Colline de la Hache » – fondé au XV siècle – était
un des monastères de Russie les plus importants. Il a servi ensuite –
entre 1919 et 1939 – de… « Centre pré-exécutoire » et de «
supercachot d’isolement sévère » pour les détenus politiques les plus
récalcitrants et/ou les moins « rééducables » – à l’époque des premiers
Goulags du régime stalinien {mise à la disposition « spéciale » des
Polices Politiques à partir de 1918 – tout d’abord de la Vétchéka,
puis du GPOU, puis du NKVD par les autorités soviétiques}.
Aujourd’hui, les « Iles Solovki » sont devenues un… « Musée historique
d’État » et un « parc national officiel »].


« Cela commence autour des yeux, puis rayonne et s’étend.
Un spectacle à vous donner la tentation de vous mettre aussi
sous la herse. Il ne se passe d’ailleurs plus rien, l’homme
commence seulement à déchiffrer l’inscription, il avance les lèvres
comme s’il épiait. Vous avez vu qu’il n’est pas facile de lire
cette écriture avec les yeux ; Eh bien, l’homme la déchiffre avec
ses plaies. C’est un gros travail, certainement ; il lui faut six
heures pour finir. À ce moment, la herse l’embroche
complètement et le jette dans la fosse où il tombe en faisant plouf sur
l’ouate et l’eau sanglante. La justice a fini son œuvre ; moi et le
soldat, nous enterrons le corps… »,
Franz Kafka « Dans la colonie pénitentiaire ».


« On exigeait de chacun qu’il gazouillât. La peau sur les os,
il fallait singer la vie publique… »,
Soljenitsyne dans « L’Archipel du Goulag ».

17 Samedi 11 juillet 1942, 11 heures du matin.
« Je vais t’aider, mon Dieu, à ne pas t’éteindre en moi, mais
je ne puis rien garantir d’avance. Une chose m’apparaît
cependant de plus en plus claire : ce n’est pas toi qui peux nous
aider, mais nous qui pouvons t’aider – et ce faisant nous nous
aidons nous-mêmes. C’est tout ce qu’il nous est possible de
sauver en cette époque et c’est aussi la seule chose qui compte :
un peu de toi en nous mon Dieu. (…) Il m’apparaît de plus en
plus clairement à chaque pulsation de mon cœur que tu ne peux
pas nous aider, mais que c’est à nous de t’aider et de défendre
jusqu’au bout la demeure qui t’abrite en nous… »,
Etty Hillesum, Auschwitz, 1943, dans « Une vie bouleversée. Journal
1941-1943 », Éditions du Seuil, 1985 (Etty Hillesum – née en 1914 –
est décédée le 30 novembre 1943 au Camp d’extermination nazi
d’Auschwitz).


« Aujourd’hui, l’Occident – ou le G8 – est donc comme un
de ces énormes destroyers américains DDG-1000 [ex-DDX
équipé du géant et monstrueux Advanced Gun System] de
dernière génération (en cours de fabrication et d’équipement pour
la troisième guerre mondiale) – bourré d’obus nucléaires – qui
courre sur son erre à plein régime, sans pilote, sans aucun
garde-fou et en… flamme. Pour être encore plus précis, on
pourrait aussi comparer l’Occident aujourd’hui à une longue
colonne de char Abrams A1-M1 qui fonce à plein régime – tout
en écoutant dans une attitude nonchalante « Waiting for the
Sun » des Doors – vers un immense pont qui relie l’Europe et
l’Asie – mais qui est saboté au préalable par plusieurs dizaines
de charges nucléaires tactiques de démolition reliées à des
radio-contacts satellitaires GLONASS et COMPASS… »,
Christian Nots, Terrorismes d’État 2001-2025, Publibook, 2012.


« Appauvrir, anti-personnaliser puis, aider à mourir les 7
milliards de gueux de la planète. »
Christian Nots, Le Soi et le Self, Tome III : Aspects épistémologiques
et prospectifs, Chapitre VI, À paraître en 2017.
18 « Mes bons amis, pour la deuxième fois de notre histoire, un
Premier ministre britannique revient d’Allemagne apportant la paix
dans l’honneur. Je crois que c’est la paix pour notre temps… Retournez
à la maison et dormez paisiblement ».
(« My good friends, for the second time in our history, a
British Prime Minister has returned from Germany bringing
peace with honor. I believe it is peace for our time… Go home
and get a nice quiet sleep. »).
Neville Chamberlain, Accords de Munich avec Adolf Hitler (le 29 septembre
1938).


« Je n’ai éprouvé aucune émotion en accomplissant ces
actes, car j’avais reçu l’ordre d’exécuter, de la façon dont je
vous ai indiqué, les 80 détenus. J’ai d’ailleurs été élevé comme
cela »
Joseph Kramer, Commandant du camp de concentration français de
Natzweiler/Struthof (dédié spécialement à l’extermination des détenus
politiques antinazis – classifiés à l’époque « Nuit et Brouillard »
[janvier 1943]).


« La vocation de l’État, c’est d’être totalitaire, c’est-à-dire
finalement de faire un contrôle précis de tout. Mais je pense
tout de même qu’un État totalitaire au sens strict est un État
dans lequel les partis politiques, les appareils d’État, les
systèmes institutionnels, l’idéologie font corps en une espèce
d’unité qui est contrôlée de haut en bas, sans fissures, sans
lacunes et sans déviations possibles. C’est la superposition de
tous les appareils de contrôle en une seule et même pyramide,
et le monolithisme des idéologies, des discours et des
comportements. »
Michel Foucault, Dits et écrits II, La sécurité et l’État (p.386).


19 « L’État est une ferme domination sur les peuples ; et la
raison d’État est la connaissance des moyens propres à fonder,
conserver, et agrandir une telle domination et seigneurie. »
Botero, Giovanni, La Ragion di Stato, Donzelli, Rome, 1997.
« Issus de la génération sans roi, alors ils rejetteront loin
d’eux la pensée aveugle ; et ils piétineront la mort qui vient des
autorités ; et ils monteront vers la lumière illimitée où habite
cette semence. Alors les autorités se dessaisiront de leurs temps
de domination ; et leurs anges pleureront sur leur destruction ;
et leurs démons se lamenteront sur leur mort. »
Bibliothèque copte de Nag Hammadi (Écrits cachés dans des
jarres – trouvés en Égypte en 1945), « De la nature foncière des
autorités », dans « L’Hypostase des Archontes ».


« Non, on ne doit pas dire : tout ce qui est utile pour le
peuple est droit ; mais, au contraire, seulement ce qui est droit
sera utile et profitable pour le peuple ».
Gustav Radbruch, Cinq minutes de philosophie du droit, 1947.


« Car, quand on étudie la symbolique trans-religieuse et
transmillénaire de fond en comble, on se rend compte que les
flèches très effilées des cathédrales, des pyramides, des
pagodes, des temples et des mosquées sont toujours
(intentionnellement) en contradiction totale avec,
respectivement, leurs cryptes, leurs puits, leurs caves, leurs arches ou
encore leurs pierres noires. En fait, elles devaient
obligatoirement être reliées (au sens étymologique de religere) au niveau
collectif à la fois par analogies rituelles, par mises en sens et
par conscientisations matricielles et verticales afin que les
humains (nos milliards de gueux passés et/ou actuels) puissent
accéder de manière salvatrice à leur humanité spirituelle.
Quand ces processus transmillénaires et transgéographiques
sont rompus et/ou sont préemptés par une élite dissociée ou par
une élite perverse de pouvoir – de manière indue (élite qui se
20 les approprie ou qui les réusine manipulatoirement en liturgies
politiques et en religions totalitaires), on appelle cela le
totalitarisme ».
Christian Nots, Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et
2045, Introduction, Publibook, 2014.
« On est donc en train de passer de l’ancien algorithme
e[principalement] intra-national du XX siècle « Qui autoriser à
vivre et qui doit-on aider à mourir ? » à l’algorithme
métapolémologique actuel – posé secrètement depuis très peu de
temps par nos Oligarques géo-criminels actuels : « Appauvrir,
anti-personnaliser puis aider à mourir l’ensemble des gueux
de la planète… » (Algorithme que nous appelons aussi le…
Protocole Adolf). »
Christian Nots, Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et
2045, Chapitre VIII, Publibook, 2015.


« David remarqua que quelque chose de vivant avait bougé
derrière le grillage, en haut du mur ; il crut d’abord à un rat
puis il comprit que c’était un ventilateur qui s’était mis en
marche. Il sentit une faible odeur douceâtre. Le bruissement des
pas s’interrompit, on n’entendait plus que quelques paroles
indistinctes, des plaintes, des cris rares et brefs. Ils n’avaient
plus besoin de paroles et les actes n’avaient plus de sens ; les
actes sont orientés vers l’avenir et il n’y avait plus d’avenir
dans la chambre à gaz. »
eVassili Grossman, 2 partie, § 48, dans « Vie et destin », 1983.


21 « Peut-être pouvons-nous désigner ce phénomène général en
disant que les Allemands sont saisis, possédés, ‘affectés’, par
quelque chose. Ces expressions présupposent des
sujets affectés, mais aussi quelqu’un qui les affecte. Si,
précisément, on se refuse à déifier Hitler, ce qui, il est vrai, lui
est déjà advenu, il n’entre plus en ligne de compte que Wotan,
qui est un agresseur des hommes. »
Carl Gustav Jung, Wotan, Neue Schweiser Rundschau, Neue Folge,
Cahier II, Mars 1936.


« Alors que les Oligocraties fédérales – qui s’installent
aujourd’hui en Europe comme aux États-Unis – sont en train
d’arriver à terme avec un joli bébé méta-totalitaire à naître –
qui s’appellera ‘Oli-… garchie’. Mais, ça ne sera pas une
fille… Car, ce sera un monstre asexué, alexithymique et
déshumanisé – à l’image biocratique de ses sulfureux géniteurs
néolibéraux… ».
Christian Nots, Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et
2045, Conclusion, Publibook, 2015.


« Le destin de tout être humain est de mourir, ce qui est le
plus grand de tous les échecs. Mais s’il peut se soumettre
complètement et entièrement, s’il peut échapper à son identité, s’il
peut se plonger dans le parti jusqu’à être le Parti, il est alors
tout-puissant et immortel. […] Ne pouvez-vous pas comprendre
que la mort de l’individu n’est pas la mort ? Le Parti est
immortel. »
George Orwell, 1984, Gallimard, 1950.


« Pour faire court, il s’agit pour l’infime minorité dissociée
d’Oligarques actuels – qui dirigent Totalitaria et/ou les USAE
actuels, de réusiner fascistissimement l’identité des 7 milliards
de gueux mondiaux par les algorithmes suivants : Passer de
l’ancienne âme-temple, de l’antique monde-temple et des
vieilles communautés-temple à l’âme-crypte (appliquée aux
22 masses), au monde-crypte (qui est déjà contemporain) et aux
communautés-cryptes (qui sont déjà actuelles…) »
Christian Nots, Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et
2045, Introduction, Publibook, 2015.


« […] je vis un petit garçon d’une dizaine d’années qui
menait un énorme cheval de trait le long d’un étroit sentier, le
fouettant chaque fois qu’il tentait un écart. L’idée m’a frappé
que si de tels animaux prenaient conscience de leur force, nous
n’aurions plus aucun pouvoir sur eux et que les hommes
exploitaient les animaux à peu près comme les riches exploitent le
prolétariat. »
George Orwell, La ferme aux animaux, 1947.


« Soixante-dix ans déjà
À quelques encablures
Le cimetière espagnol et ses quatre-vingt-une croix
Se cache dans les champs comme d’autres se cachèrent dans
La forêt
Je vais m’y recueillir
Je ne trouve pas la petite gare toute proche d’où venaient
Tous les jours des trains de miliciens à travers champs
Ni vu ni connu »
Jean François Gomez, Hautes Terres, Poèmes d’exil et d’initiation,
Un Camp à Septfons, l’Harmattan, 2013.


23 « Où est la nuit ? Une telle nuit ne pourra plus jamais se
reproduire, car seule la mort donne toujours une perspective
différente à tout ce qui a disparu.
Ils sont encore assis à table, ils se cachent dans les sourires
des femmes,
Et ils vont boire à petites gorgées dans nos verres, les amis
pas encore enterrés et attendant, gisant dans les forêts
lointaines, endormis dans les pâturages étrangers ».
Miklós Radnóti, Lager Heidenau (Zagubica), 17 août 1944, Poète
hongrois abattu d’une balle dans la nuque le 9 novembre 1944 par un
milicien puis retrouvé dans une fosse commune après la guerre près
d’un petit village hongrois dénommé Abda (Lors de l’exhumation du
corps, ses derniers poèmes – viscéralement manuscrits et trempés des
fluides corporels post-mortem de l’écrivain – ont été retrouvés
soigneusement cousus dans une des poches de son imperméable usé ; ce
dernier pensait – à juste titre – qu’on les retrouverait après sa mort
au fond d’un charnier où il supposait qu’il finirait)


« Il faut retrouver le sens de la crypte. Lorsque l’Imago
Templi est détruite, on se sait même plus que l’on est au fond
d’une crypte. Le monde est désorienté ; il n’y a plus d’Orient ».
Henry Corbin, Temple et contemplation, L’Imago Templi face aux
normes profanes, Flammarion, 1980
.
Concrètement, si Georges Orwell pouvait encore écrire en
1948 « Si vous désirez une image de l’avenir, imaginez une
botte piétinant un visage humain […] pour toujours… », Nous
pouvons dire aujourd’hui en 2015 que « Si nous voulons une
image contemporaine de notre hyper-anxiogène et sinistre
avenir occidental, il nous faut imaginer une grenade à
fragmentation qui explose au centre d’un cerveau humain. La
botte piétinant un visage humain restant ici compatible, voire
complémentaire… ».
Christian Nots, Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et
2045, L’incubation transhistorique de l’« Anti-Soi noir universel »
(Introduction), Publibook, 2015.

24
« Le berceau des gueux balance toujours au-dessus d’un
abîme totalitaire tout au long d’une existence purement
prolétarisée qui n’est que la mince lumière d’une fente entre deux
éternités de ténèbres – aboutissant elle-même cycliquement sur
la herse étatique pleine de sang et de chairs déchirées. »
Christian Nots, Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et
2045, Conclusion, Publibook, 2015.


« Il voyait des corps s’affaisser par terre, il voyait les
bouches ouvertes, des bouches édentées, des dents blanches,
des dents couronnées d’or, il voyait un filet de sang qui coulait
du nez. Il vit des yeux curieux qui observaient l’intérieur de la
chambre à gaz par un judas… »
eVassili Grossman, 2 partie, § 48, dans « Vie et destin », l’ Ẩge
d’homme, 1980.


« La maison du Peuple est un travail inachevé d’un des
derniers plus grands mégalomanes d’Europe, Nicolae Ceausescu.
Une importante partie de l’histoire de la ville de Bucarest fut
rasée pour construire un édifice duquel le dictateur roumain
pouvait se vanter dans le monde entier. Ce lieu est un choix
étrange pour le sommet de l’OTAN, une organisation qui tente
de se définir autant par le partage des valeurs démocratiques
comme par la force brutale de ses interventions. »
The Guardian (Journal anglais), “In a search of missing”, 2 avril
2008.


« Nous pactisons avec le pouvoir, de bon ou de mauvais gré,
oubliant que nous sommes tous dans le ghetto, que le ghetto est
entouré de murs, que de l’autre côté du mur se tiennent les
seigneurs de la mort, et que non loin de là, le train attend. »
Primo Lévi, Les naufragés et les rescapés quarante ans après
Auschwitz, Chapitre 2, La zone grise, Gallimard, 1989.
25 « Mais plus les ténèbres du fascisme s’ouvrent devant moi et
plus je vois clairement que l’humain continue invinciblement à
vivre en l’homme, même au bord de la fosse sanglante, même à
l’entrée de la chambre à gaz. J’ai trempé ma foi dans l’enfer.
Ma foi est sortie du feu des fours crématoires, elle a franchi le
béton des chambres à gaz. J’ai vu que ce n’était pas l’homme
qui était impuissant dans sa lutte contre le mal, j’ai vu que
c’était le mal qui était impuissant dans sa lutte contre l’homme.
Le secret de l’immortalité de la bonté est dans son impuissance.
Elle est invincible. Plus elle est insensée, plus elle est absurde
et impuissante et plus elle est grande. Le mal ne peut rien
contre elle ! L’amour aveugle et muet est le sens de l’homme.
L’histoire des hommes n’est pas le combat du bien cherchant
à vaincre le mal. L’histoire de l’homme, c’est le combat du
mal cherchant à écraser la minuscule graine d’humanité.
Même si maintenant l’humain n’a pas été tué en l’homme, alors
jamais le mal ne vaincra. »
Vassili Grossman, Vie et destin, l’ Ẩge d’homme, 1980.


« L’une des premières conséquences des abominables
armistices sera la désaffection et probablement la révolte des
indigènes de l’Empire »
Charles De Gaule, 30 juillet 1940, Discours et messages pendant la
guerre, 1940-1946, Plon, 1970.


26 « Un bateau d’un tonnage assez important pour servir de
centre de réception et de transport. Ce bateau naviguera au
large des îles de la mer Égée où les migrants illégaux seront
arrêtés, il les embarquera et les transportera vers les centres de
réception qui opèrent déjà ou qui seront mis en opération [au
large de la côte turque]. Le bateau devra être équipé de
l’infrastructure logistique nécessaire pour assurer un contrôle
médical complet des migrants illégaux et un contrôle croisé de
leurs données d’identification afin de vérifier leur pays
d’origine avec certitude et rapidement… »
Greek Government’s Six-point plan for the war against
immigrants in the Aegean

(http://clandestinenglish.wordpress.com/2009/06/23/greekgovernments-six-point-plan-for-the-war-against-immigrants-in-the
aegean)


« Aimer sa patrie avec ardeur est un honneur, porter
préjudice à sa patrie est une honte ;
Servir le peuple est un honneur, se détourner du peuple est
une honte ;
Prôner et préconiser la science est un honneur, l’inculture et
l’ignorance sont une honte ;
L’âpreté à la tâche et le travail laborieux sont un honneur,
le loisir et l’oisiveté sont une honte ;
L’union et l’entraide sont un honneur, la recherche de son
propre intérêt au détriment d’autrui est une honte ;
L’honnêteté et la loyauté sont un honneur, l’absence de
scrupules et l’appât du gain sont une honte ;
Observer la discipline et respecter la loi est un honneur,
enfreindre la loi et transgresser la discipline est une honte ;
Une vie faite d’abnégation et de labeur est un honneur, une
vie faite d’arrogance, de luxe, de débauche et d’oisiveté est une
honte. »
Président Hu Jintao, « Les Huit honneurs et les huit hontes », 4 mars
2006, Allocution à la « Conférence consultative politique du peuple
chinois » (Ces huit préceptes… antagonistes sont censés signifier [in
fine… de manière totalitaire] la « conception socialiste [in fine…
idéologique] de l’honneur et de la honte » pour le peuple chinois…
actuel [id est pour l’« Homme Nouveau vs chinois »])
27 « La société civilisée trouvera probablement le moyen de
survivre, mais elle ne survivra pas si la classe dirigeante
persévère dans la voie où elle s’est engagée depuis une quarantaine
d’années. Les guerres monstrueuses et les révolutions de notre
temps qui conduisent à la ruine les dirigeants comme les dirigés
ont déjà commencé, sur une vaste échelle, la purge de la classe
dirigeante. »
James Burnham, Les Machiavéliens, Défenseurs de la Liberté,
Calmann Lévy, 1949


« Mais, attention, un État totalitaire et/ou une fédération
totalitaire, c’est comme une « colonne de chars [atlantistes]
garée devant le bar à putes – le samedi soir » : Il suffit de faire
sauter le bar à putes – où tous les officiers et les sous-officiers
festoient et folâtrent – pour neutraliser la colonne de char. Un
régime totalitaire est donc comme un éléphant qui plie sous sa
propre masse car, à la fin, ayant atteint sa toute-puissance
nominale la plus extrême, il finit toujours par se liquéfier dans la
barbarie la plus absolue et/ou dans l’auto-sabotage le plus
bestial par le fait même qu’il fait fi totalitairement et
structurellement du… facteur humain. »
Christian Nots, Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et
2045, Chapitre IV, 2015.


« Ô Masses, Consommez, jouissez et poly-addictez-vous.
Nous, Oligarques Exécutifs du G8 et autres Membres
confidentiels des Directoires des Firmes Transnationales de ces mêmes
pays, nous nous occupons de votre Insécurité totalitaire et de
vos Exterminations douces. Anesthésiez-vous en Paix. »
Christian Nots, Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et
2045, Conclusion, Publibook, 2015.


28 « Mais, en fin de compte, cela a été une année fabuleuse pour
Laura et moi. »
George W. Bush, le 21 décembre 2001.


« Pour terminer abruptement, toujours en reprenant appui
sur Oscar Cullmann, le pouvoir néolibéral contemporain, c’est
à la fois Dieu et César ou, mieux, pour synthétiser
heuristiquement notre propos en reliant la finesse théologique d’Oscar
Cullmann à l’acuité politique d’Ernst Kantorowicz, le pouvoir
néolibéral contemporain, c’est le Corps fleurdelysé des Rois
actuels du G8 couplé au Corps noir du Christ. »

eChristian Nots, Biopolitiques d’extinction du XXI siècle, Glossaire,
sigles et acronymes, « Cryptolytique », 2015.

29


Glossaire, sigles et acronymes



Adolfin(s) : Nom propre masculin versus l’acronyme d’Adolf et de
Marine le P… Plus avant, les Adolfins correspondent aux centaines de
millions de post- et d’anti-citoyens actuels du G8 (les États du G8
étant en train de devenir des sociétés totalitaires abouties – c’est-à-dire
des régimes à la fois ostentatoirement anti-masses et purement
oligarchiques). Les Adolfins sont ainsi déjà actuellement repersonnalisés
idéologiquement en grande partie. Mais, surtout, ces derniers
devraient être, à plus long terme, intégralement anti-personnalisés à leur
insu (via les implantations d’une noria à la fois de dispositifs à la fois
d’extermination douce, de coercition médiatique furtive, de
neurocognition d’État ou encore d’étrillages entrepreneuriaux über alles [ces
derniers dispositifs entrepreneuriaux étant déjà déployés par les firmes
transnationales du G8 {toutes à la botte et/ou dans la botte}]). Ces
dispositifs de coercition et d’étrillage des masses [susmentionnés],
tous pour le moment plus ou moins furtifs et indirects, sont donc déjà
aujourd’hui en cours de déploiement [dans le cadre des divers
totalitarismes hybrides - comme dans le cadre des divers post-fascismes - qui
courent aujourd’hui sur tout l’hémisphère nord])
Adolfine(s) : Nom propre féminin versus l’acronyme d’Adolf et de
Marine le P… (Définition idem que précédemment)
Aegis (Cf. aussi Missile Defense US) : « Gigantesque système
balistique hybride, interconnecté et planétarisé [initialement US] » - qui est
de type à la fois défensif et… offensif [sous l’alibi des menaces
nordcoréennes, iraniennes ou encore… terroristes]). Contextuellement, le
système Aegis correspond au déploiement progressif au niveau
mondial [dispositif qui est déjà opérationnel, aujourd’hui, en 2015] à la
fois de moyens d’interception endo-atmosphériques de type Patriot
Pac-3 et 6, de systèmes navals exo- et endo-atmosphériques (dont
environ 2000 à 3000 « Missiles standards » 3,4, 6 et autres GBI
(« Ground ballistic missile ») – prévus pour 2020 [dépendant de la
Missile Defense Agency US], de systèmes d’alerte satellitaires, de
radars terrestres et aériens avancés et d’une architecture de
commandements et de contrôles nationaux interopérables et mondialisés
31 (intégrant à terme une cinquantaine de pays et de fédérations de pays
pour 2020 [dont l’UE et le Japon]) sous la férule de l’Exécutif… US
Ahnenerbe (Das Erbe der Ahnen) : La « Deutsches Ahnenerbe » ou
« Studient Gesellschaft für Geistesurgeschichte » [« Patrimoine
Ancestral Allemand. Société d'Études pour une Préhistoire Spirituelle »]
fut créée en 1935 par Heinrich Himmler. À noter que l’Ahnenerbe
était directement reliée au Château de Wewelsburg (commune de
Paderborn en Allemagne) où Himmler lui-même avait installé le
centre de formation idéologique et… spirituel des officiers supérieurs
eSS et des Élites politiques du III Reich. Quasiment pas étudié par les
historiens par manque de documentation (archives détruites et/ou
documentations classifiées [Cf. « Welwelsburg » dans le glossaire]),
l’Ahnenerbe était en fait l’organisme de recherche historico-ésotérique
le plus secret et, surtout, le plus incongru de la Schutzstaffel [SS] et du
eIII Reich. Ses diverses actions furent principalement idéologiques,
pseudo-scientifiques, voire quasi-chevaleresques – notamment pour
des objectifs de légitimation inhérents aux divers « réductionnismes
délirants » [dits indo-germaniques] des Nazis
AHW (Advanced Hypersonic Weapon) : Bombe planante et
hypersonique orbitale (stationnée dans l’espace). Actuellement opérationnelle
depuis 2013 (et déjà utilisée à de nombreuses reprises [notamment sur
certains soi-disant attentats]), ce méta-système macro-totalitaire US
est conçu pour parcourir, en partant de son stationnement spatial
d’attente - de 4 à 8000 km à une vitesse de Mach 8 à Mach 10 sur
n’importe quelle cible mondiale en moins d’une heure. Au passage, ce
méta-système balistique est une des applications principale de la
doctrine « Prompt Global Strike » du Pentagone (opérée, notamment,
dans le cadre des préparatifs de la troisième guerre mondiale) – sans
l’inconvénient d’une [longue, détectable et… interceptable] trajectoire
balistique. Conçue pour être thermonucléarisée ou encore pour être
équipée d’une charge conventionnelle de 100 à 200 kg de Tritonal.
Quant à son orbitalisation, elle passe soit par l’Hypersonic
Technology Vehicle 2 (HTV-2) ou soit par le drone-robot orbital et
hypersonique X-37 (le X37-B est actuellement opérationnel [la
mininavette X37-C, deux fois plus grande et deux fois plus longue, sera
opérationnelle en 2025 environ]). Tous deux sont portés par fusées
Minotaure IV et/ou Atlas (en attendant la mise au point définitive du
bombardier orbital aérobie/anaérobie HCV Falcon – qui sera doté de
super-statoréacteurs hybrides à pico-fusion thermonucléaire [dotation
prévue aux alentours de 2030 environ])
AIEA : Agence internationale de l'énergie atomique
32 AN/TPY (Cf. aussi Aegis) : Army Navy/Transportable Radar
Surveillance
ASAT : Recherches & développements anti-satellitaires US –
prioritaires pour 2033 et actuellement en cours - sur les « systèmes d'armes
antisatellites » (qui sont à la fois des « Sat-killer » [de type XSS-11 en
cours d’expérimentation] ou Killer de satellite, des « Space
Weapons », des « Kinetic Energy Anti-Satellite System » [KEASATS]
fonctionnant à l'énergie cinétique ou fonctionnant avec des nuages de
mines ou de microbilles capables de déchiqueter des satellites
intercepteurs ou espions ennemis, etc.). Les ASAT servent à la fois à
déstabiliser, à endommager, à brouiller et/ou à détruire, de manière
ciblée et dynamique [depuis des calculateurs semi-automatiques au
sol], la plupart des satellites-ennemis chinois et soviétiques (par ex.,
orbitalisation d'une constellation de satellites de brouillage «
AEHFFI » et « AEHF-FII » [« Advanced Extreme High Frequency
Satellite » pour brouiller notamment les systèmes Glonass, Compass et
Galileo] et de satellites pour tracking IR et pour télémétries offensives
« N-FIRE » [Near Field Infrared Experiment] et de satellites «
MDADST » [Missile Defense Agency Direct to Satellite Telemetry],
orbitalisation d'une constellation de satellites-tueurs « Rods from God » et
« KEA-ASAT-SAT » [Kinetic Energy Anti-satellite Satellite] visant à
projeter - par impact cinétique - des mini-épées explosives à pointes
d'uranium et de béryllium sur des cibles orbitales préalablement
identifiées, orbitalisation d'une constellation de micro-satellites-tueurs
« XSS-12 » et « XSS-13 » [Experimental Satellite System],
orbitalisation d'une constellation de nano-satellites-tueurs « TICS » [Tiny,
Independent, Coordinating Spacecrafts], orbitalisation d'une
constellation de pico-satellites-tueurs « Brilliant Pebbles », mise en service de
missiles Air-Espace et Air Orbite « NCADE » [Network Centric
Airborne Defense Element] et « Vought ASM-135 ASAT » [délivrés par
F-22 et F-35], etc.)
AT : Antiterrorisme (idéologie totalitaire, toujours d’actualité, qui
remonte à la deuxième guerre mondiale et qui désignait alors les
« partisans » et/ou les « maquisards » [dans la rhétorique des forces de
l’Axe])
Anti-individuation (syndrome et/ou techniques d’) : En opposition
aux processus d’individuation et d’identisation. Regroupant toutes les
techniques gouvernementales ou péri-gouvernementales (dont opérées
par certaines Firmes transnationales à la botte) les plus récentes, les
plus « hybridées » et/ou les plus furtives d’injections propagandistes et
d’implantations furtives d’anti-Soi totalitaires, d’anti-Soi sacrificiels,
d’anti-Soi martiaux, d’anti-Soi sacrificiels ou encore d’anti-Soi
projectifs, de non-Soi populistes, néopopulistes et xénophobes ou encore
33 de faux-Soi idéologiques et/ou médiatiques - usinées de manière
spectrale contre la cognition émotionnelle générale des masses civiques…
mondiales (dont - directement - dans leur neurocognition limbique).
Ces méta-techniques anti-cognitives correspondent ainsi aux actuelles
idéologies totalitaires les plus centrales et les plus raffinées du G8 (ces
dernières sont d’ailleurs aujourd’hui complètement voilées et/ou
cryptées - notamment grâce à toutes les politiques-écrans contemporaines
et aux diverses politiques idéologico-gouvernementales de déviation et
de révision faisant rage aujourd’hui dans tout le G8 [dont de l’AT, de
la crise climatique, des pseudo-pandémies mondiales {par ex.,
A/H1N1}, etc.]). De facto, ces méta-techniques anti-cognitives vont
aujourd’hui bien au-delà des « traditionnels processus de décognition,
de dépersonnalisation et de déstructuration cognitive anti-masses » -
qui étaient anciennement appliqués aux niveaux des « gueux
natioenaux » des divers régimes totalitaires européens du XX siècle
Anti-personnalisation (syndrome et/ou techniques d’) : Terme
équivalent à « anti-individuation » (Cf. en supra). Formes de totalitarismes
cognitifs (ou de totalitarismes mentaux) visant non seulement une
dépersonnalisation avancée de l’ensemble des citoyens (du G8), mais
aussi une déshumanisation affective et émotionnelle beaucoup plus
large et beaucoup plus profonde (par rapport aux anciens régimes
etotalitaires du XX siècle). Le but totalitaire avancé est de les
restructurer complètement avec de nouvelles « prothèses identitaires factices
d’État » faites à la fois de faux-Soi pervers d’État, de non-Soi
psychotiques d’État et d’anti-Soi schizophréniques, dissociatifs, fanatiques et
sacrificiels d’État (en lieu et place des anciennes matrices
transmillénaires, conscientisables et hautement révolutionnaires du Soi –
considérées par les Exécutifs d’État du G8 comme trop
autonomisantes, trop subversives et, donc, comme trop… incontrôlables). La
synthèse scientifique de ces processus à la fois de dépersonnalisation
de masse [qui sont fascistissimes], de pseudo-personnalisation de
masse [qui sont ultra-autoritaires], de re-personnalisation de masse
[qui sont fanatisants] ou encore d’anti-personnalisation de masse [qui
sont ostentatoirement totalitaires] rend alors impossible toute
internalisation conscientisante et individuante des citoyens hors des limites
cognitives « nationales-s… » - fixées depuis peu [à nouveau] par les
États [dits] néolibéraux contemporains [et/ou par les grandes
Fédérations fascistissimes actuelles de l’hémisphère nord]. Tous ces
processus de dépersonnalisation et d’anti-personnalisation permettent
ainsi d’armer, d’imposer et/ou encore d’assigner une « fausse
conscience néolibérale de masse »… Aujourd’hui, les fonctions cognitives
le plus essentielles aux masses sont ainsi dévoyées puis recyclées
intentionnellement dans des automatismes ultra-autoritaires, dans des
34 facticités idéologiques inconscientes, voire dans des délires
politicoculturels littéralement totalitaires… De facto (là aussi…), les logiques
dissociatives du néolibéralisme – qui se situe à l’intersection des
Camps d’internement et de concentration, des Zoo étatiques et de la
Jungle urbaine – ne visent qu’à véhiculer, depuis une trentaine
d’années environ, « dépersonnalisation de masse », « déshumanisation
de masse », « perversité de masse », « abrutissement de masse », « vie
opératoire de masse », « absurdité et nihilisme de masse », «
alexithymie de masse », « bestialisation des masses », etc.
Anti-Soi ou Soi noir (Cf. aussi « dissociation » et « identification
endocryptique » [comme équivalents conceptuels]) : Segment, niche
ou structure plus ou moins large du Soi (et/ou du relief émotionnel)
des masses civiques contemporaines - soumise à des processus
d’antipersonnalisation et/ou à des processus d’effondrement limbique très
profonds (ou d’effondrements émotionnels). Très ciblés, toujours
intentionnels et systématiquement massifiants, ces effondrements
antipersonnalisants sont liés généralement à des stress endogènes,
sociopolitiques ou encore à des stress idéologiques gravissimes et
hautement pathogéniques
BCE : Banque centrale européenne
BCBS : Comité de Bâle sur la supervision bancaire (Basle Commitee
on the Banking Supervision)
Ben Laden (Oussama) : « Fantôme idéologique » - inventé par la Dia
(Cf. la définition de l’acronyme en infra) - pour valider l’idéologie
antiterroriste transitoire (qui est, elle-même, une idéologie temporaire
de substitution de la post-guerre froide [et, donc, une des idéologies
principales de la « guerre tiède intermédiaire actuelle »]). Initialement,
ce « Fantôme idéologique » était lié - et est encore lié pour de
nombreux pays adhérant encore à cette « idéologie géo-criminelle
fabriquée des vrais-faux maquis islamistes false flag » - au besoin
urgent de « légitimité ad hoc » afin d’encadrer de manière plus
crédible (aux « yeux grands fermés » des gueux de la plupart des pays de
la planète) les différentes guerres tièdes préparatoires avant une
plauesible 3 GM en 2033 et au-delà. Le but de toutes ces idéologies des
plus noires d’État (émanant principalement des pays du G8 et/ou des
États membres du Conseil de… Sécurité) est différentiel puisqu’il vise
à la fois à envahir l’Irak (notamment via des guerres logistiques,
énergétiques et de pré-positionnement), à envahir l’Afghanistan
(notamment via des guerres logistiques, énergétiques et de
prépositionnement) ou encore à réactualiser en interne au G8 - de manière
prémonitoire et urgente - les anciens délits politiques tous azimuts de
la… deuxième guerre mondiale (Lois de Vichy, lois antiterroristes
35 edu… III Reich, etc.). Plus avant, il vise à « rétrofiter » de nouvelles
lois anti-dissidences - actualisées sur tout le G8 (retour progressif des
délits politiques, déploiement d’une kyrielle d’infractions-obstacles
depuis… 2001 aux USA comme en Europe, incriminations
dématérialisées tous azimuts au niveau de tout le G8, etc.). Pour tous ces États
susmentionnés, l’optique militaro-policière essentielle est de préparer
et de parer aux futurs effondrements économiques, politiques et
néocoloniaux de leurs propres États fédéraux (In fine des États-Unis et de
l’Europe à l’horizon 2030/2033). De plus, la mondialisation de
l’idéologie antiterroriste sert aussi aujourd’hui, de manière connexe
et/ou plus en externe, à re-durcir et à revitaliser, dans la
contemporanéité, les anciennes stratégies et autre doctrines
contreinsurrectionnelles [DGR] acquises lors des [bonnes] vieilles périodes
coloniales du G8 avant la date pré-martiale-buttoir de 2033 (fichage
mondialisé préparatoire des dissidents politiques, début des
neutralisations physiques des cadres insurrectionnels planétaires actuels les plus
actifs ou les plus « prometteurs », déploiement mondial de faux
maquis false flag et/ou de faux maquis contre-insurrectionnels liés,
financés et/ou formés par les services [les plus] secrets du G8, etc.).
Au passage, toutes ces exactions géo-criminelles actuelles ont déjà
dérapé depuis peu sur le sulfureux méga-programme géo-criminel US
actuel d’Extraordinary Renditions [qui est un « hybride…
mondialisé » des anciens programmes Nacht und Nebel, Phœnix et Condor]
BMDS : Ballistic Missile Defense System (Système de Défense
Antimissile Balistique)
Bombardier B3 : Cf. l’acronyme HCV
BPI : Bien public international
BPM : Bien public mondial
BRICS : Acronyme de « Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du
Sud »
BRI : Banque des règlements internationaux
CCG : Conseil de Coopération du Golfe
CGFS : Commitee on the Global Financial System
CIA : Central Intelligence Agency
CIEEMG : Commission interministérielle d’études et d’export de
matériels de guerre (Frank-Reich)
CIM 10 : Classification Internationale des Maladies Mentales – éditée
par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). La parution de la 11e
version du CIM est prévue pour septembre 2015. Comme pour le
36 DSM V, le CIM 10 est sous l’égide géopolitique et neuro-…
pharmaceutique quasi intégrale et totalitaire des USA (et de leurs firmes
transnationales de la chimie et de la pharmacie) – via l’OMS. Mêmes
critiques donc - quant à ses fonctions anti-sanitaires, ortho-politiques
et ortho-… behavioristes – qui sont donc complètement biaisées (Cf.
la définition du DSM en infra)
CNUCED : Conférence des Nations unies pour le commerce et le
développement (UNCTAD)
COC : Composition organique du capital
Collectivopolis : Nom propre correspondant à Washington [capitale
edu 4 Empire contemporain] tout au long de l’ouvrage
Complex 2030 : Programme [datant de 2006] visant à améliorer
verticalement (Puissance) comme matriciellement (Miniaturisation) le
stock actuel de bombes thermonucléaires par un nouveau système
baptisé « Charge de rechange fiable » (ou « Reliable Replacement
Warhead » - acronyme RRW)
Condor : Programmes interconnectés d’assassinats politiques de
masse US déployés dans la plupart des pays de l’Amérique latine entre
les années soixante et les années 90. En fait, ce gigantesque
programme américain de terrorismes d’État et d’assassinats de masse a
été pratiqué directement et/ou par procuration à un niveau carrément
continental (c’est-à-dire au niveau de tout le continent américain et
non pas qu’en Amérique latine - contrairement aux idées reçues [alors
que le programme Phœnix n’était lui-même que régional – in fine il
n’était déployé principalement qu’au niveau du Viêt-Nam et de
certains pays périphériques ou limitrophes])
CPSS : Commitee on Payment and Settlement Systems
Croix gammée dextrogyre du Nazisme : Correspond à l’involution
totalitarisante et intentionnelle de la très ancienne croix gammée
lévogyre (dont les runes ou les lettres grecques Gamma tournent vers la
gauche) – alors même que la croix lévogyre est un des symboles
spirituels, universels et transmillénaires des plus importants pour l’histoire
religieuse authentique de l’humanité. La « croix lévogyre »
symbolisait et symbolise encore aujourd’hui - de manière transcivilisationnelle
- le grand Soi spirituel ainsi que sa dynamique d’individuation (même
si la plupart des croyants de toutes les religions [Chrétiens, Hindous,
etc.] en ont perdu le sens authentique, initial et fondamental). Cette
involution totalitarisante s’est faite au travers à la fois de son inversion
giratoire et de son inversion sémantique [qui est intentionnelle - au
sens… politique]. Le cryptage extrêmement raffiné de cette inversion
a ensuite permis de généraliser une confusion généralisée dans l’esprit
37 des masses au sujet de cette manipulation géopolitique et
géosémantique de haut vol (Cf., E. Kantorowicz, André Brissaud ou
encore Jean-Pierre Sironneau). La sécularisation totalitaire différentielle
de ce méta-symbole s’est opérée massivement et constamment de
1933 jusqu’à aujourd’hui et ce, dans tout le G8 - via ses divers
recyclages politiques, médiatiques, publicitaires et culturels à la fois aux
niveaux de nombreux ex-rituels religieux (qui lui étaient
spirituellement dédiés) comme au niveau du sens de ces mêmes rituels – en
liturgies totalitaires. Grâce à ces liturgies politiques «
dépersonnalisantes » - issues de ce recyclage sulfureux, le Soi et/ou la personnalité
des masses civiques ont pu être transformés à chaque fois, de manière
circulaire, furtive et négative, en une multitude de non-Soi létaux et,
surtout, d’anti-Soi dépersonnalisés – appliqués proactivement et
spectralement à l’ensemble des 7 milliards de gueux, de manière
structurelle et synthétique, sous formes d’anti-personnalités
assujetties, normatives et hyper-collectivisantes. Ces liturgies politiques -
dites, le plus souvent, « dépersonnalisantes » - étaient liées (et sont
toujours liées aujourd’hui) à l’anti-Soi universel et/ou à
l’antipersonnalisation avancée des masses civiques. Depuis un gros siècle,
elles sont déployées largement et des plus subtilement dans de
nombreux pays totalitaires ou dans des démocraties de façade (en passe de
devenir totalitaire) jusqu’à aujourd’hui (comme pour le G8 actuel).
Ainsi, quand les lettres Gamma de la « croix lévogyre ou
sénestrogyre » sont tournées de la droite vers la gauche (id est dans le sens de
rotation du Soleil ou encore dans le sens de la rotation de la terre d’Est
en Ouest), le décryptage de la valeur sémantique de ce symbole
transmillénaire, transgéographique et trans-religieux correspond à
l’analogie saine de l’individuation structurale des masses civiques ou
encore à l’analogie positive de l’individuation intégrale du Soi des
masses civiques mondiales. De facto, il correspond donc à une sorte
de « Soi spirituel collectivement avancé ». A contrario, quand les
lettres Gamma de la « croix gammée dextrogyre » (ou de la «
Hakenkreuz dextrogyre nazie ») tournent de gauche à droite – c’est-à-dire à
l’opposé du sens du Soleil (ou, mieux, dans le sens des aiguilles d’une
montre… [Temporalité, temps social et/ou Histoire d’État obligent !]),
le décryptage de la valeur sémantique de ce symbole, politiquement et
sémantiquement inversé (notamment par les Nazis), correspond à
l’analogie de l’anti-individuation universelle ou encore à l’analogie de
l’anti-individuation intégrale de l’ensemble des Soi des masses
civiques mondiales (ou d’une sorte d’« anti-Soi anti-spirituel über
alles »). Encore aujourd’hui ou, plutôt, aujourd’hui plus que jamais, le
but totalitaire implicite des institutions de propagande et
d’antipersonnalisation du G8 est donc bien toujours de transformer
l’ensemble des Soi des 7 milliards de gueux actuels (incluant ici
38 l’ensemble de leurs Soi émotionnels et l’ensemble de leurs Soi…
neurovégétatifs) en anti-Soi dissociatifs avancés, en Soi noirs
[universels] ou encore en « anti-Soi… totalitaires [là aussi - universels] »
(tous appliqués à la totalité des systèmes cognitifs et des Soi des
gueux de la planète – tous, depuis peu, néo-… libéralisés). Depuis un
bon siècle, nos Oligarques exécutifs euro-américains actuels (dont
leurs innombrables Proconsuls et autres dirigeants-Oligarques œuvrant
dans la multitude de comptoirs coloniaux, indigènes et exotiques des
plus anciens aux plus récents) proposent ainsi, depuis très exactement
1933, à la fois de ronger matriciellement nos entrailles…
physiologiques, de nous précipiter verticalement dans d’abyssales anxiétés
chimiques, électromagnétiques, neuro-pharmaceutiques, radioactives
et institutionnelles (via notamment une multitude de herses, de
compresseurs et de boosters martiaux, sécuritaires ou encore
antiterroristes – qui sont sans cesse en déploiements exponentiels depuis
1933), de nous ligoter - totalitairement et/ou éternellement - à
l’immense roue sacrificielle et… exterminatrice du Soi noir (qui s’est
d’ailleurs, depuis peu, mondialisée via l’ anti-Soi universel), voire de
nous dissoudre et de nous liquéfier [« La phraséologie est presque
grossmanienne ! »] sous les rouleaux exterminateurs du G8 (ou
comme sous ses « immenses herses martiales de Refondation de
l’Homme [d’Élite] Nouveau » {Heute et à nouveau !}). Au passage,
nous devons ici absolument co-intégrer de manière connexe – en plus
de l’irresponsabilité morale de la plupart des Oligarques exécutifs
actuels du G8 (tout juste susmentionnés) - leurs propres firmes
transnationales qui ont les spécificités littéralement iniques d’être les plus
collusives, les plus toxiques ou encore les plus géo-criminelles
(Carref…, Tota…, Goo…, Allia…, Bm…, Porsc…, El…, Monsant…,
General Elec…, Lockeed Mart…, Boein…, General Dynam…,
Raytheo…, Northrop Gru…, Merc…, Thyess…, Health Net I…, Fluor
CO…, IG Farb…, Arev…, Krup…, etc.). Au final [ou mieux, dans
cette « Enième Solution… Finale »], nos 7 milliards de gueux, de
« Sous-hommes-masses » et de « neuro-esclaves » redeviennent donc,
à nouveau, jetables (…) - dans l’optique la plus récente de la
fascistissime idéologie néo-… libérale. Dans ce sens, le symbole complexe
(pour les non spécialistes) de la couverture de notre ouvrage
représente le « méta-symbole syncrétique opportun » de la « Croix pattée »
de l’Ota…, de la « Croix gammée » d’Adolf (et/ou de l’Ordre Noir, de
Dietrich Eckart ou encore de la Loge Thulé) et du « Soleil Noir »
d’Heinrich (dont de son « Académie idéologique » [complètement
censurée par l’historiographie officielle des États du G… et de leurs
doctes… universitaires] sis au Château de Wewelsburg à Paderborn en
Allemagne). Toujours dans le même sens, ce méta-symbole (de la
couverture de notre ouvrage) correspond donc, au niveau sémantique,
39 au « méta-totalitarisme hybride contemporain qui incube... à
nouveau » dans tout le G8
Croix gammée lévogyre : Cf. ci-dessus
Crypte (ou identification endocryptique) : Terme d’origine
psychanalytique désignant les dissociations à l’intérieur du Soi (Cf. le concept
analogue en infra [d’origine psychiatrique] désignant le mécanisme
générique de « dissociation ». À noter qu’Henry Corbin reprend de
manière identique [dans « Temple et contemplation »] cette même
conceptualisation heuristique
Cryptogène (fonction [ou encore « fonction dissociante du Soi »]) :
Correspond à l’intro-pression (et/ou à l’injection) scientifique et
coercitive – opérée par les États autoritaires et/ou totalitaires (dont ceux du
eG8 au XXI siècle) - d’une noria de cryptes dissociatives, opportunes
et toujours plus complexes, à l’intérieur de la cognition des masses
civiques des mêmes pays susmentionnés. Ce « processus iniques »
devrait concerner aussi, à plus long terme, les masses civiques
mondiales à partir des années 2025-2033 environ. Cette fonction
« éminemment nécro-politique » aux niveaux des masses mondiales
est carrément devenue méta-totalitaire, depuis peu, dans ses
fonctionnements à la fois synthétiques et syncrétiques. Dans ce sens, elle reste,
eplus que jamais au XXI siècle, l’objectif totalitaire numéro un des
Oligarques et des Oligarchies exécutives du G8. Pour des raisons de
complexité programmatique (dont les différents projets inavouables à
la fois d’ « Oligarchie survivaliste », de « gouvernementalité
d’extinction » ou, encore, de « matrice universelle d’extinction » - liée
à l’anti-Soi noir appliqué aux masses) et, surtout, pour des raisons de
« dissuasion thermonucléaire réactionnelle » opérée par les Chinois et
les Soviétiques qui se sont coalisés prémonitoirement en juin 2001
avec l’OCS (dont de leur récente doctrine « Mutual Assured
Destruction »), nos totalitaires Oligarques atlantistes ne peuvent progresser
pour le moment, à la fois que très graduellement et, surtout, que très
furtivement, dans leurs divers déploiements géo-criminels
susmentionnés (en vue, au niveau proactif, du « méta-projet final de
gouvernance totalitaire mondiale de type purement oligarchiste » [in
fine, sans les 7 ou 8 milliards de gueux à long terme]). Ce vaste
processus à visées à la fois totalitaires et planétaires ne vise donc, à la
marge et dans l’immédiat, qu’à ré-enrégimenter préparatoirement
l’ensemble des masses civiques actuelles. Quant aux processus
cryptogènes déclenchés et/ou injectés dans la cognition des masses
actuelles, les mises en cryptes et les mises en dissociation
correspondent, aux niveaux des 7 milliards d’humains contemporains, aux
ciblages à la fois collectifs, interconnectés, synergiques et furtifs de
leurs identités à la fois aux niveaux neuro-végétatifs, physiologiques,
40 organiques, génétiques, immunitaires, neurochimiques,
sérotoninergiques, médiatiques, idéologiques, alimentaires, pharmaceutiques,
financiers, etc. Ces processus cryptogènes sont donc généralement
activés, de manière directe, indirecte ou encore furtive, par certaines
institutions fédérales du G8 (spécifiquement dédiées à ces processus
micro- et macro-totalitaires préparatoires) comme par certaines firmes
transnationales très spécifiques (en incluant ici les institutions
multilatérales du G8 - dédiées aux processus pseudo-diplomatiques) – qui
sont toutes, aujourd’hui, très bien identifiées (Idem). Ces mêmes
stratégies cryptogènes et dissociantes – une fois implantées
collectivement par ces instances gouvernementales,
paragouvernementales ou encore hyper-entrepreneuriales (tout juste
susmentionnées) - sont ensuite, autoalimentées en boucle – à la fois
par les États eux-mêmes comme par les masses elles-mêmes – via une
multitude de nécrophilismes bénins et malins aux niveaux sociétaux,
via d’innombrables poly-addictions collectives ou encore via des
kyrielles de processus alexithymiques de masse
Cryptolytique (fonction [ou encore « fonction décryptante du Soi]) :
Correspond traditionnellement à une des fonctions religieuses les plus
stratégiques de notre humanité spirituelle transmillénaire. Celle-ci est
pourtant aujourd’hui, en grande partie, perdue et/ou est devenue
complètement énigmatique (liée à sa sécularisation et/ou à sa récupération
politique). Des capacités cryptolytiques avancées (dont aussi les
capacités thanatolytiques [Cf. cette même définition ci-dessous dans le
glossaire]) correspondent en fait mécaniquement à une « individuation
spirituelle avancée » (ou, a minima et/ou à défaut, à une « maturité
émotionnelle avancée »). Ces capacités cryptolytiques passent
toujours ainsi, de manière technique et graduelle, à la fois par une
cryptoanalyse, par un décryptage avancé puis par une cryptolyse des parties
les plus obscures, les plus cryptées et/ou les plus dissociées du Soi du
sujet (quelle que soit la méthode utilisée [psychothérapique,
spirituelle, chamanique, etc.]). A contrario, sans ce difficile processus de
ré-identisations anti-cryptiques sur les secteurs dissociés (et/ou
cryptés) du Soi de tout-un-chacun (au prorata, cependant, à la fois des
dégâts occasionnés par les cryptes non mentalisées et non pacifiées
des différentes historicités personnelles, transgénérationnelles et
collectives ou encore suivant l’efficience et la disponibilité des diverses
stratégies de coping et d’individuation du sujet [Introspection centrée
sur le Soi et les cryptes du Soi, empathie quotidienne, capacités
herméneutiques du Soi, capacités phénoménologiques du Soi, etc.]),
l’accès et la maturescence des autres parties du Soi – qui sont
vicariantes [collatérales] à ces « secteurs obscurs » en question et, surtout,
qui sont potentiellement saines, simplement immatures ou seulement
41 dormantes – restent alors, en général, très difficiles, voire quasiment
impossibles. Le processus cryptolytique – en ayant le pouvoir de
réactiver ces fonctions spirituelles antédiluviennes essentielles, s’oppose
donc, point par point, aux fonctions
cryptogènes/thanatogènes/schizogènes des États totalitaires transhistoriques
et/ou des États autoritaires actuels – qui les ont recyclées
minutieusement pour annuler les diverses fonctions
cryptolytiques/thanatolytiques/herméneutiques afin de se sacraliser
eux-mêmes, de manière manipulatoire, sur le dos des masses
intranationales (dont de leurs propres masses) et coloniales. Toutes les
liturgies totalitaires passées et actuelles, tous les divers rituels
nationalistes (populistes) contemporains, tous les anti-herméneutismes
religieux contemporains (qui sont tous, spécifiquement, « anti-gueux »
et qui sont actuellement déployés partout dans le monde [en étant
intentionnellement inversés et cloisonnés]), toutes les falsifications et
autres inversions contemporaines aux niveaux des valeurs collectives
(donnant ainsi, aux masses, des… antivaleurs collectives), tous les
récents mythes schizo-idéologiques, néocolonialistes et
pseudoe e edjihadistes des XIX , XX et XXI siècles (jusqu’à aujourd’hui – dont
en incluant ici le « censuré bonapartisme » - dès 1799 [!]), etc. sont
ainsi dédiées à cette monstrueuse fonction socio- et géo-cryptogénique
(ou socio- et géo-thanatogénique) dans ses aspects les plus totalitaires,
les plus obscurs, les plus iniques et les plus criminels. À l’origine, les
rituels cryptolytiques et thanatolytiques d’avant la sécularisation – qui
étaient donc… sains - visaient à opérer, de manière millimétrique,
trans-herméneutique et trans-spirituelle, une descente déambulatoire,
initiatique ou encore contemplative vers les mystères de l’être
intérieur de chaque humain. Il s’agissait alors de s’immerger dans les
canyons les plus obscurs du Soi, dans les cryptes les plus secrètes du
Soi, dans les abysses les plus profonds du Soi, dans les pierres les plus
noires de la Kaa’ba, dans les « zones thanatiques » les plus abjectes du
Soi, dans les puits les plus corrompus du Soi, dans les bases les plus
enténébrées des principaux piliers du Soi-Temple ou encore sur les
« hauts plateaux les plus glacés et/ou encore les plus inaccessibles »
du Soi. Pour chaque gueux et/ou chaque fidèle, l’objectif spirituel
primordial était - et est toujours aujourd’hui - d’activer, de manière
différentielle, compilatrice et quotidienne, à la fois une intelligence
émotionnelle de type matricielle (intégration horizontale de la
sensibilité générale et/ou des trois Soi matriciels du système limbique), une
intelligence herméneutique et phénoménologique purement verticale
(intégration verticale et/ou approfondie de chaque lieu d’insensibilité
et/ou des niches les plus obscures du Soi – qu’elles soient vides,
sombres, dissociées, traumatiques, lésionnelles, séquellaires,
déficitaires, etc. - afin de transformer les non-Soi nécro-totalitaires et/ou les
42 anti-Soi thanatiques en Soi apurés, pleins, conscientisés et actifs) ou
encore une intelligence tricamérale, trialectique ou encore
tristratologique équilibrée (équilibration harmonieuse des trois strates
cognitives du cerveau humain). Pour terminer lumineusement, en
reprenant l’expression opportune d’Oscar Cullmann, « Dieu et César »
ne sont donc absolument pas… compatibles pour l’immortalité de
l’âme des gueux et leurs résurrections (…). Car, pour [essayer de]
faire court et un peu plus didactique (ou, pour faire un peu moins…
complexe), s’il y a trop de Dieu, de Soi, de Temple intérieur ou encore
de Cube intérieur dans la cognition limbique des masses ou, encore,
pour être plus claire, s’il y a trop d’individuation cognitivo-spirituelle
avancée et/ou trop d’individuation authentiquement thanatolysée (chez
les fidèles de tous bords et de tous temps), César (id est l’État
totalitaire dans ses diverses versions les plus scabreuses, les plus
sophistiquées et, depuis peu, les plus… fédéralisées [dont atlantistes])
perdrait à chaque fois sa crédibilité dictatoriale, sa souveraineté
impériale ou encore ses actuelles légitimités… terroristes et coloniales
(notamment, pour les innombrables terrorismes d’État et autres
hypercolonialismes actuels du G8 et du nouveau techno-Dieu « W-Otan »).
Car, les gueux d’aujourd’hui (comme d’ailleurs ceux du passé) – s’ils
sont structurellement psycho-spiritualisés et/ou endo-thanatolysés
dans leur Soi de manière trop… efficiente – risquent de ne plus être
vraiment perméables ni aux actuelles liturgies politiques des Empires
fédéraux de l’hémisphère nord (dont de notre scabreux G8
transatlantiste actuel), ni aux rituels séculiers des différents Césars
transmillénaires (dans leurs différentes versions impériales – bien
évidemment !) ou encore ni à nos actuels tyrans oligarchiques du G8
(qui sont tous, pourtant, apparemment messianiques, apparemment
non dissociés et apparemment ultra-… démocrates). Pour terminer
abruptement, toujours en reprenant appui sur Oscar Cullmann, le
« pouvoir néolibéral contemporain », c’est à la fois « Dieu et César »
ou, mieux, pour synthétiser heuristiquement notre propos en reliant la
finesse théologique d’Oscar Cullmann à l’acuité politique d’Ernst
Kantorowicz, « le pouvoir néolibéral contemporain », c’est « le Corps
fleurdelysé des Rois actuels du G8 - couplé au Corps noir du Christ »
CS : Conseil de Sécurité de l’ONU
DARPA : Defense Advanced Research Project Agency (Agence de
recherches avancées du Pentagone)
Démocrature : Acronyme et/ou synthèse conceptuelle entre
démocratie et dictature
Dépersonnalisation (syndrome de) : Sentiment d’irréalité et
d’éloignement important par rapport à [son] Soi et au monde. Ce
dys43 sentiment complexe est induit aujourd’hui, de plus en plus souvent et
de manière exogène, par une multitude de persuasions
cognitivocoercitives intenses, multi-topiques et prolongées [médias à la botte,
poly-addictions über alles, propagandes d’État über alles,
polypsychotropisations des masses, pornographie über alles, etc.]. Sous
l’angle purement anti-identitaire, il étrille - dans la cognition des 7
milliards de gueux - à la fois leur rapport à eux-mêmes [par ex.,
empêchant ainsi l’accès à un Soi large, profond, raffiné et conscient], leur
rapport à leurs corps, leur rapport à leur cognition ou encore leur
rapport aux divers environnements sociopolitiques, culturels et
géopolitiques (qui sont alors de moins en moins identifiables comme
totalitaires). Proche structurellement et/ou de même nature que le
syndrome d’anti-personnalisation (CF. en supra) - mais
spécifiquement inférieur dans son intensité
Deutsche Biologen-Verband : Union des biologistes - créée en 1932
DGA (Fr.) : Direction générale de l’armement (ex-Délégation
générale à l’armement)
DIA ou US Defense Intelligence Agency (Équivalente au GRU
soviétique – qui a les mêmes fonctions que la DIA) : Désignant la branche
la plus active, la moins connue et la plus terror… [Au niveau national
{dont opérant sur le sol amér…} comme au niveau mondial] –
notamment dans l’organisation d’ « auto-attentats de masse » [dont des
« stratégies de la tension » en Europe comme un peu partout dans le
monde] ou encore dans le déploiement des nombreux « escadrons de
la mort » (Aqm…, Boko Har…, Al-Diada, Daes…, etc.) - sur les sols
nationaux [du G8], dans les pays colonisés ou recolonisés par W-Otan
ou encore dans la gestion géo-criminelle [directement ou par
procuration] des nombreux « vrais/faux commandos false flag » (dont sous
fausse bannière et, le plus souvent, sous fausse… confession) et autres
« maquis contre-insurrectionnels et/ou de déstabilisation ciblée »
[actuellement] – qui sont disséminés au niveau mondial (Phœnix,
Condor, Extraordinary renditions, Système réticulaire mondial
d’AlDiada [versus AQPA, AL-ISIda, AQY, AQMI, EIIL, Boko Har.,
AlNosra, etc.], etc.)
Dissociation : Élément essentiel à la fois au niveau dimensionnel (ou
au niveau diagnostic) et au niveau étiologique des TDI (Cf. en infra)
et/ou des personnalités multiples. Les dissociations sont toujours
localisées, soit de manière anecdotique (en quantité limitée), soit de
manière labyrinthique (en quantité structurelle) dans les profondeurs
du Soi en fonction de la composition poly-étiologique et/ou
polyfactorielle du ou des traumatismes dissociants (intensité, furtivité,
agrégation et stratification des traumatiques politiques et
géopoli44 tiques, archaïsme, complexité, transgénérationnalité, étiologies
politiques et/ou géopolitiques verticales, etc.). Par analogie, par
comparaison technique ou encore par analyse comparative, la
dissociation est bien plus puissante et bien plus profonde que la forclusion
psychotique. Le concept de dissociation (accolé au concept du Soi) est
actuellement l’élément-clé qui explique à la fois l’efficacité des
actuelles propagandes politiques et culturelles les plus noires du G8
(appliquées à leurs masses civiques) et, surtout, le niveau très
conséquent de pathologisations identitaires contemporaines multiformes des
mêmes masses susmentionnées (d’où la censure quasi intégrale de ces
deux concepts éminemment géopolitiques)
DoD : Department of Defense/Département de la Défense (États-Unis)
DOT-Force : Digital Opportunity Task Force
DSM V : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders -
publié par l’American Psychiatric Association ou APA (la version V
datant - très exactement - de mai 2013). Sous l’égide géopolitique et
neuro-pharmaceutique quasi intégrale des USA, le DSM visait - dès le
début de sa première publication en 1952 - à déployer au niveau de la
psychiatrie et de la psychologie universitaires des diagnostics
prioritairement [et iatrogéniquement] behavioristes ou uniquement
comportementaux – afin d’éviter tout « diagnostic dimensionnel »
connexe lié au système limbique, à l’efficience sanogène du Soi
général ou encore lié au relief matriciel des émotions générales
DTS : Droits de tirage spéciaux
EADS : European Aeronautic Defence and Space Company
École des Amériques : Implantée à la fois au Panama et à Fort
Benning [Géorgie, USA]. Ces deux méga-bases étant des « Écoles de
guerres coloniales et/ou des Écoles de [re-]colonisations martiales »
[au profit principal des États-Unis] où sont formés [encore
aujourd’hui] les éléments les plus durs des forces spéciales US et les
milliers d’officiers étrangers servant de vecteurs d’infiltration (et de
« coups d’État par procuration »…) pour les États-Unis pour toutes les
ingérences extérieures les plus illégales et les plus sanguinaires. Tous
ces « espions proactifs » et autres « agents doubles » servent aussi très
souvent de vecteurs d’implantation à très long terme pour la kyrielle
de systèmes réticulaires [US et pro-US] de corruption, d’infiltration et
d’extraction néocoloniaux actuels. Depuis peu, une nouvelle
appellation - plus charismatique et moins connue géo-criminellement - lui a
été réaffectée : Institut de défense pour la coopération de la sécurité
hémisphérique
EKV : Exoatmospheric Kill Vehicle
45 Empathiques (fonctions) : Ou fonctions compassionnelles du Soi
et/ou des émotions. Correspondent à la fois à la fonction d’émission
assertive [« Je me livre finement et profondément»] et à la fonction de
réception compassionnelle [« Je t’écoute finement et profondément »])
EPAA : European Phased Adaptive Approach (déploiement européen
gradué du « missile defense » US)
EPI : Économie politique internationale
Étiologies dissociatives de l’actuelle criminalisation des élites
exécutives (du G8) : Problématique magistralement étudiée par Henry V.
Dicks dans « Les meurtres collectifs. Une analyse psychosociologique
de criminels SS ». Comme pour les 7 ou 8 milliards de gueux qui sont
aujourd’hui en cours d’usinage dissociatif (Cf. en infra), les élites
exécutives actuelles ont - de plus en plus souvent - d’authentiques
troubles dissociatifs de personnalité (ex-troubles de personnalités
multiples) en tant que « personnalités doubles », voire - depuis un bon
siècle – en tant que « personnalités démultipliées ». Elles ont ainsi à la
fois un fonctionnement sociocognitif apparemment asymptomatique
(alexithymie infra-clinique, déshumanisation large, très complexe
mais peu visible, etc.), des pathologies de dissociation plus ou moins
furtives (quasi-indétectables pendant de longues périodes) et, surtout,
une irréprochabilité à toute épreuve sur les divers plans sociétaux
et/ou collectifs (sur-adaptation sociale… optimale, séduction des
masses, etc.). Pendant un certain temps d’initialisation (dont un certain
temps électoral initial), les élites politiques en question déploient ainsi
généralement, aux niveaux sociétaux comme aux niveaux
polyinstitutionnels, des personnalités moïques [ou égoïques] fausses,
factices et/ou purement manipulatoires [souvent, à toutes épreuves] dans
le cadre à la fois d’une « sur-visibilité médiatique positive » et d’une
« conformité sociétale ultra-adaptative » et/ou « ad hoc ». En façade,
leur personnalité apparente est alors temporairement brillante, sereine,
souriante, irréprochable, débonnaire, honnête, charismatique, etc.
Cette double carapace – permettant à la fois une facticité de surface
sur l’ego et une facticité de profondeur sur le Soi – cachera en fait, de
manière active, planifiée et consciente, une authentique
souspersonnalité secrète percluse d’anti-Soi populistes [anti-masses],
d’anti-Soi millénaristes [anti-masses], d’anti-Soi messianiques
[antimasses], d’anti-Soi fondamentalistes [anti-masses], d’anti-Soi
martiaux [anti-masses], d’anti-Soi sacrificiels [anti-masses] ou encore
d’anti-Soi fanatiques [anti-masses]. Cette sous-personnalité secrète est
aussi, le plus souvent, percluse d’une multitude de non-Soi totalitaires
et de faux-Soi idéologiques connexes. À long terme, ces personnalités
politiques multiples seront autant toxiques que dangereuses pour
l’avenir des (de leurs) masses (« Quoiqu’Adolf a réussi à liquider
46 l’État allemand de l’époque en seulement 12 ans… »). En étant à la
fois structurellement dissociés, enclavés, cryptés et fortement
schizogéniques pour leurs collectivités [nationales] et/ou pour les entreprises
[transnationales] qu’ils chapeautent et qu’ils mènent souvent à leur
destruction (à l’identique de leur propre autodestruction progressive),
les hommes politiques contemporains peuvent ainsi s’enrichir
aujourd’hui de manière pharaonique [grâce aux deniers publics] tout en
menant, de manière récurrente à l’abattoir transcivilisationnel
[d’ailleurs, dans des cycles transhistoriques de plus en plus rapprochés
– eu égard à leurs involutions neurocognitives transhistoriques – qui
est souvent exponentielles] leurs masses comme, de plus en plus
souvent, les masses… mondiales (qu’ils séduisent puis qu’ils détruisent
de manière systématique…). En fait, tous les bourreaux d’État
susmentionnés puisent généralement, pour eux-mêmes, une sorte de
« surplus de vie » qui les érige ensuite au rang d’ « êtres soi-disant
supérieurs » et/ou d’ « übermenschen » (et d’ « êtres soi-disant
Suprêmes ») mais à la condition inique de détruire la vie de dizaines,
voire de centaines de millions de gueux (ou de «
sous-hommesmasses »). Leurs actes de meurtres de masse et de crimes contre
l’humanité (guerres mondiales, régionales et/ou coloniales orchestrées
par les élites exécutives, effondrements sociétaux récurrents orchestrés
intentionnellement par les élites transnationales, etc.) leur procurent
ainsi une sensation de toute-puissance indescriptible – s’érigeant alors
comme les seuls créateurs de culture, d’humanité et de… droiture dans
des univers hyper-collectivisés (et, de plus en plus souvent, «
radicalement anti-masses »). Devenant systématiquement de véritables
théocraties noires et totalitaires à la fin de leurs mandats (en lieu et
place de leurs ex-fonctions exécutives et ploutocratiques [id est, ici,
le… G8]), nos Oligarques ont conçu intentionnellement ces
métasystèmes totalitaires - par eux-mêmes et pour eux-mêmes - afin
d’abolir toute signification (et toutes identités des masses autres que
normatives) chez l’ensemble des… gueux. Pour finir, outre la
complexité des systèmes de leurre qu’ils emploient sur leurs ego
médiatiques et électoraux comme sur leurs Soi privés (qui sont en
général extrêmement sophistiqués), ils sont bien plus pathogéniques
au niveau collectif (comme aux niveaux géopolitiques) qu’auparavant
par le fait simple et radical qu’ils ont réussi à mixer (et à se « blinder »
sur le plan cognitif - depuis… 1933) certains hyper-Soi
temporairement ultra-brillants [hyper-Soi cosmopolitiques, hyper-Soi impériaux,
hyper-Soi initiatiques, hyper-Soi supra-législatifs, hyper-Soi
suprajudiciaires, hyper-Soi prophétiques, hyper-Soi dystopiques, etc. que ne
possèdent pas, bien sûr, les gueux ou qui leur sont interdits d’accès].
L’opération de divinisation des Hiérarques d’État au plus haut niveau
est d’autant plus réussie – quand bien même celle-ci n’est que
tempo47 raire – que les quelques hyper-Soi délirants, fanatisés ou encore
factices susmentionnés sont mixés le plus souvent avec leurs multiples
anti-Soi dissociatifs et leurs nombreux non-Soi psychotiques. Ce
mixage diluant leur permet ainsi d’accéder à plus de furtivité (aux
yeux de leurs masses aveuglées et décérébrées). Au final, l‘objectif
anti-civilisationnel délirant des Oligarques exécutifs (élus, pseudo-élus
ou non élus) est toujours, depuis deux bons siècles, de créer les
conditions de survie pour une infime élite de quelques millions de
métacriminels, de méta-schizophrènes et de super-dissociés qui
appartiennent - pour la plupart - aux Exécutifs gouvernementaux [de
l’hémisphère nord) et aux directoires des Transnationales les plus
destructrices [du G8]. Une infime minorité d’élus d’élite de
l’économie, de la finance et de l’armement justifie ainsi aujourd’hui sa
« suprématie idéologique mondiale » par diverses lois abstraites (lois
du marché, lois internationales, lois AT, etc.) - qui sont généralement
des lois tyranniques et intentionnellement indéchiffrables pour les 7
milliards de gueux-esclaves et de « déchus » actuels. Dans le même
sens, les élites-élues (au sens du « Dieu… Oligarchique » [et non plus
au sens du « Dieu… électoral »]) de ces sociétés néo-totalitaires (en
cours d’incubation dans tout le G8) se satisfont depuis peu d’une
kyrielle de lois particulièrement machiavéliennes et fascistissimes qu’ils
ont transformées à leurs avantages pharaoniques, géo-schizogènes,
survivalistes et méta-totalitaires. Dans tout le G8 (et bientôt dans le
monde), la guerre de tous contre tous fait déjà aujourd’hui leurs
affaires tout en justifiant l’érection de « Léviathan fédéraux » de plus en
plus puissants (USA, UE, Chine, etc.). D’ailleurs, nos mêmes Élites
dissociées servent, avec fanatisme et dureté, les actuels « Léviathan
fédéraux » pour qu’ils les servent (à leur tour) de manière éternelle
et… définitive (avec, à plus long terme, une curieuse et récurrente
tradition d’extermination et/ou d’extinction des masses mondiales
dans leur entièreté – tradition qui a d’ailleurs déjà pré-aboutie
plusieurs fois…). Pour se rassurer ou, du moins, pour « délirer
sereinement un peu plus » (sous l’angle de la fascistissime idéologie
ultraconservatrice actuelle [dite néolibérale]), les Oligarques peuvent
ainsi se prendre [temporairement… jusqu’à une énième grande guerre
et/ou jusqu’à l’effondrement mondial de l’ensemble des sociétés
humaines dont ils rêvent] pour des « surhommes supérieurs », pour des
« übermenschen » ou encore pour des « Oligarques post-humains » –
seuls habilités et, surtout, seuls auto-… sélectionnés pour la survie
[« survie » très restrictive et/ou, depuis peu, ultra-… sélective] de
l’espèce humaine.
Étiologies dissociatives de l’actuelle soumission des masses
civiques (du G8) : Problématique de masse (très proche de l’item
48 précédent) initialement étudiée, de manière magistrale, par le
psychanalyste argentin José Bleger en 1967 dans « Symbiose et ambiguïté.
Étude psychanalytique », PUF, 1981. Cliniquement, ce n’est
seulement qu’en 1980 que le DSM-III reconnaît contre-politiquement le
« trouble de la personnalité multiple » comme un trouble dissociatif,
faisant explicitement référence à des étiologies hyper-traumatiques ou
extrêmes (notamment dans l’enfance). Mais, le staff du DSM-IV
supprime ensuite en 1994, de manière contre-contre-politique, le terme de
« personnalité multiple » au profit du « trouble dissociatif de
l’identité »… En fait, pour les gouvernants du G8 (eux-mêmes
dissociés [Cf. en supra]), l’intérêt des dissociations neurocognitives
implantées dans le Soi des masses (principalement sous formes
d’antiSoi totalitaires, de non-Soi populistes ou encore de faux-Soi
nationalistes), quand celles-ci ne sont pas suffisamment résolues et/ou
nettoyées, c’est qu’ensuite, par contiguïtés et par vicariances, elles
s’additionnent, se surmultiplient, s’aggravent, etc. Les dissociations
cognitives des masses civiques contemporaines diffusent ainsi,
proactivement et à de très grandes échelles, leurs influences schizogènes,
dépersonnalisantes et, surtout, anti-personnalisantes sur la plupart des
institutions sociétales - affectant ainsi, de manière totalitaire et
massifiante, à la fois la psyché collective des peuples (devenus alors des
« masses dé- et anti-personnalisées ») et les États susmentionnés en
question. Par ailleurs, les États qui instillent eux-mêmes ces mêmes
processus dissociatifs de masse profitent ainsi ensuite, de manière
proactive, de cette gigantesque manne de domestication, d’obéissance
et, surtout, de fanatisme de masse. Dans les dissociations de masse, le
post-sujet civique ou plutôt l’anti-sujet civique – qui est produit
aujourd’hui au niveau collectif dans notre modernité implosive - peut
alors se massifier puis se briser poly-dissociativement au profit d’une
récente domestication sociale avancée et stable (notamment, dans tout
le G8 et depuis peu). Il y a alors une « fusion fossilisante » de chaque
psyché individuelle de l’ensemble des masses civiques à l’intérieur
même des « psychés collectivistes d’État » du G8 et, depuis peu, à
l’intérieur même de la « grande psyché pan-… atlantiste » qui sourde
sur tout l’hémisphère nord. À noter que l’actuelle « psyché pan-…
atlantiste » est développée, depuis peu et de manière spécifique, par
les institutions idéologiques de l’Europe et par les think tanks les plus
bellicistes des États-Unis. Les folies totalitaires du siècle dernier ont
ainsi montré - et nous montrent aujourd’hui plus que jamais - en ce
e début poly-explosif et prémonitoire du XXI siècle - le danger à la fois
de la « dissolution cognitive de l’individu dans la masse » et, surtout,
le « danger concomitant de l’aboutissement ultime de l’Étatisme »
dans un « Oligarchisme d’extinction systématisé » (qui est, le plus
souvent, prémonitoire à venir [dont les embryons ont été visibles, tout
49 récemment et à plusieurs reprises – notamment à Auschwitz, au S-21,
au Rwanda, etc.]). Mais, dans tous les cas, l’oppression puis
l’anéantissement des valeurs humanistes individuelles (de chaque
citoyen) deviennent inéluctables et l’« État [fédéral] Totalitaire » peut
ainsi advenir de manière globale via ses propres antivaleurs
hyperterroristes, géo-criminelles et fascistissimes - appliquées à l’ensemble
des masses décérébrées. Ces dissociations sordides (implantées à la
fois par les élites exécutives, par les élites [apatrides] des
Transnationales [en collusion elles-mêmes avec les élites exécutives du G8] ou
encore implantées par les institutions les plus totalitaires de la plupart
des États actuels de l’hémisphère Nord) expliquent tous les
phénomènes actuels les plus bruyants de « mise en dualité neurocognitive
des masses contemporaines » entre un « Soi structurellement effondré
et/ou poly-dissocié de masse » – id est perclus de dissociations, de
forclusions et de schizes - et un « méga-ego de masse » - qui est
devenu, en réaction et depuis peu, hypertrophié, totalitaire et hégémonique.
A contrario, il est surtout hautement rentable et hautement productif
sur les plans martiaux, fiscaux, consuméristes, polyaddictifs,
médicaux, électoraux, etc. Quant aux propagandes politiques des États
susmentionnés, elles s’y retrouvent ensuite plus avant car ils y
acquièrent une domestication encore plus structurale de leurs masses
civiques par pathologisations multiples [qui sont induites], par
effondrements structuraux induits ou encore par contrôles avancés et…
sereins à l’intérieur même de l’anticognition nouvellement implantée
dans leurs citoyens. Outre que la conscience des masses se scinde
alors en deux avec un système limbique en berne et/ou un Soi effondré
(lié aux multiples anti-Soi et aux innombrables non-Soi implantés) et
un ego devenu totalitaire… Le tronc cérébral des masses devient alors,
en aval, lui-même chaotique en se déréglant de manière chronique,
profonde et graduelle (psychosomatisations de plus en plus aidées, de
plus en plus létales comme en boucles exponentielles) – étant donné
qu’un cerveau équilibré devrait sainement fonctionner, de manière
trialectique et synchronisée, en harmonie entre ses trois grandes strates
principales (dont, plus sainement et a contrario, via des interactions
ascendantes et descendantes [normalement saines] entre les données
[normalement filtrées] du Néocortex (Ego ou moi), du système
limbique (Soi émotionnel) et du tronc cérébral (Système Nerveux
autonome). S’appuyant ainsi, depuis peu, sur divers réductionnismes
scientifiques triomphants – mais… délirants (qui, non seulement, nous
éloignent aujourd’hui de plus en plus de la Paix mondiale mais nous
éloignent aussi et, surtout, de nous-mêmes, de notre identité et de
notre Soi), les élites de nos « sociétés de connaissance » font
aujourd’hui allègrement [et dangereusement] converger à la fois les
nanotechnologies, les biotechnologies, les info-technologies, les
50 sciences de la neurocognition ou encore les sciences militaires dans
leurs diverses déclinaisons contemporaines les plus perverses. Les
Élites comme nos institutions d’État promettent ainsi, d’ores et déjà,
d’ « augmenter le citoyen » par l’amélioration [in fine par une
multitude de nano-manipulations pathogènes et désindividuantes] de ses
gènes, de ses neurones [« neuroapoptoses full spectrum » et über
alles !] ou encore de ses ex-équilibres neurocognitifs transmillénaires
(dont en scindant subrepticement et pathogéniquement les trois strates
de son cerveau). L’objectif idéologique actuel est de reprogrammer, à
nouveau, l’émergence – non plus de l’ « Homo Sapiens versus 2.0. ou
3.0. » – mais de l’« Homo demens tatalitarismus Vs 1.9.3.3.-2.0.3.3. »
(Qui est une sorte de nouvel « Untermensch » - mais adapté au…
eXXI siècle). Au final, l’inclusion totalitaire d’une noria de
dissociations dans le Soi des masses – dissociations pathogènes qui sont
ellesmêmes en déploiements actifs et involutifs depuis plusieurs
millénaires - répond au profond mystère [sécularisé] de la… Trinité la plus
noire [notamment, par fragmentation, par désémantisation et/ou par
sécularisation transmillénaire du Soi] et explique, de manière connexe,
les autres profonds mystères – notamment de l’actuelle dualité
exponentielle de l’espèce humaine, de sa quête transmillénaire de l’Union
[apparemment énigmatique] des… contraires, de la perte d’unité de
son Âme ou encore de la perte contemporaine de l’Unité Identitaire de
la plupart des humains. Bien avant l’avènement désécularisant des
Christianismes d’État, l’identité spirituelle des masses et/ou le Soi
spirituel des masses était ainsi « reliée » de manière à la fois
matricielle et verticale {Cf. la symbolique authentiquement… spirituelle de
la Croix}. Il y a encore deux ou trois millénaires, cette dernière était
alors humanistement (au sens de la spectralité émotionnelle) et
humanitairement (au sens universel) fonctionnelle - avant ses récentes mises
en dyssynchronies cognitives multiformes, intentionnelles et…
totalitaires (notamment, contre les trois strates verticales du cerveau ou
encore contre les trois reliefs matriciels du Soi des 7 milliards de
gueux susmentionnés [Cf. la symbolique authentiquement…
schizophrénogénique et anti-masses de la Croix gammée]). Quant aux
hyperSoi des élites, le grand dispositif mondial de dissociations de la
postmodernité totalitarisante et universelle actuelle les recouvre aussi
partiellement – mais plus lentement et plus furtivement car les
Oligarques ont réussi à blinder poly-existentiellement leur « ego
toutpuissant » afin de compenser temporairement (contrairement à la
plupart de gueux) leur anti-Soi structural – quand bien même ils y ont
instillé quelques hyper-Soi plus ou moins incomplets et de très
nombreux faux-Soi pervers. Mais contre toute attente, les Oligarques les
plus riches, les plus rares et/ou les plus… purs se croient, aujourd’hui
quand même, à la fois poly-immunisés, intouchables et… immortels
51 een tant que « nouveaux übermenschen » d’un « IV Reich qui arrive
etout doucement » [« IV Reich » qui est très, très, très restrictif - sous
el’angle survivaliste du « jour d’après »…]. Ce IV Reich étant
aujourd’hui bel et bien en train de se réinstaller tout doucement sur tout
l’hémisphère Nord (à l’insu – bien évidemment - des 7 milliards de
gueux et de nouveaux Adolfins endoctrinés et dépersonnalisés [via,
notamment, une multitude de Terrorismes d’État {fomentés par les
Exécutifs et les directoires transnationaux du G8} des plus
décomplexés et tous azimuts – qui font rage, de manière ostentatoire, depuis
1998/2001 sur tout le G8 et sur l’ensemble de la planète])
Extraordinary Renditions Program : Gigantesque programme
géocriminel US actuel [d’envergure mondiale] d’enlèvements, de
déportations et de tortures mise en place de manière exponentielle par les
États-Unis à partir de 1993 – dont directement sur le sol européen
[programme qui est toujours cependant partiellement actif,
aujourd’hui en 2015, dans tout l’hémisphère Sud et au Moyen-Orient].
Ce programme géo-criminel et… terroriste US a été encadré par un
empilement de directives et de décrets purement présidentiels (et
extra-parlementaires) entre 1993 et 2006 – notamment tout au long de 4
mandats présidentiels US : Dont la « National Security Directive 77 »
[toujours classifiée] de janvier 1993 - promulguée par Bush Sr
(8993), dont la « Presidential Decision Directive/National Security
Council n° 39 » du 21 juin 1995 - promulguée par Bill Clinton
(19932000), dont la « Presidential Military Order on Detention, Treatment
and Trial of Certain Non-Citizens in the War Against Terrorism » -
promulguée le 13 novembre 2001 par Bush Jr (2001-2008), dont la
« Military Commission Order N° 1 » - promulguée en 2002 par Bush
Jr, etc. L’ERP a - par ailleurs - la particularité d’être ainsi à la fois une
extension mondialisée et une synthèse méta-criminelle du « Nacht und
Nebel », de « Phœnix » et de « Condor »
Faux-Soi (ou contre-Soi) : Segment, niche ou structure plus large du
Soi (et/ou du relief émotionnel) des masses civiques contemporaines
soumis à des processus contre-émotionnels de falsification, de
simulacre et de leurrage – liés à des stratégies [généralement
intentionnelles] d’imposture, de camouflage et de mise en confusion
identitaire machiavélique de [faux]Soi autour, contre et dans autrui
aux niveaux sociaux, interpersonnels, contextuels et transpersonnels
Fed. : Federal Reserve System
Fichage des masses (internes aux G8) : Le libellé-écran de la
soidisant « protection de la sécurité nationale » (dont, pour principal, de
l’alibi AT/GWAT), le flou juridique intentionnel qui persiste
aujourd’hui autour des métadonnées de tracking sur les gueux du G8 ou
52 encore la soi-disant « légitimité du secret défense absolu » autour de la
surveillance intelligente de masse liée aux soi-disant renseignements
militaires et aux autres soi-disant « sécurités dites extérieures » (dont
encore, pour parties, liées à l’AT… mondialisé [le ou les grands
terrorismes d’État du G8 n’ayant jamais existés et/ou n’existant pas
aujourd’hui – bien évidemment !]) font que les interceptions et les
réquisitions de données des États du G8 sur l’ensemble de leurs post-
et autres demi-citoyens sont déjà actuellement à la fois nominatives
(spécifiques contre chaque serf et chaque sous-gueux du G8),
massifiées (imputées automatiquement à tous les citoyens – dont à
l‘ensemble du corps politique et du haut fonctionnariat), verticalisées
(intégrant toutes les données privatives, touristiques, syndicales,
droits-de-l’hommistes, politiques ou encore sexuelles de chaque gueux
et de chaque… Oligarque), constantes (pas qu’ad hoc et/ou non
crépusculaires), éternelles (non effaçables, non crépusculaires ou, plus
simplement, éternelles), interconnectées (dont, de plus en plus
souvent, « structurellement corrélées » via tous les fichiers nominatifs
pour les gueux-matricules… intéressants [gueux syndicalistes, gueux
droits-de-l’hommistes, gueux-écrivains, gueux-chercheurs,
gueuxjournalistes refusant la « botte étatique et/ou fédérale », etc.]), etc. À
moyen terme, les interceptions et les réquisitions de données des États
du G8 seront toutes mutualisées, de manière pharaonique et
orwellienne, entre les milliers de services et de cellules d’enquête du G8 -
qui espionnent aujourd’hui l’ensemble de leurs citoyens et le monde
Comme auparavant sous Adolf, nous sommes ainsi déjà, tous, des…
terroristes [Non étatiques ! Évidemment !], des criminels contre
l’humanité [Non étatiques ! Évidemment !], des vendeurs de
plutonium et d’uranium enrichis [Non étatiques ! Évidemment !], des
vendeurs de centrales nucléaires plutonigènes [Non étatiques !
Évidemment !], des criminels de guerre [Non étatiques ! Évidemment !],
des fabricants et des vendeurs de bombes N, H et A [Non étatiques !
Évidemment !], des banquiers off shore [Non étatiques !
Évidemment !], des kapos dormants des centres de torture et d’extermination
[Der konzentrationslager von Guantanamo, der
konzentrationslager von Bagram, der konzentrationslager von Abou Grahïb, etc.],
des agents « homicides dormants » pour d’actuelles ou imminentes
opérations « Nacht und Nebel » [Par ex., Extraordinary renditions »]
(Cf. aussi les rares rapports parlementaires de l’UE ou de la
FrankReich qui survolent le sujet, de manière toujours à la fois fragmentaire
et ultra-superficielle, afin d’éviter quelques… ennuis de santé, de
fâcheux incidents de transport [debunking] ou encore de fâcheux
incidents… touristiques), etc. À la louche, Adolf et Erich Honecker
étaient des carmélites à côté ! À noter, pour finir de manière encore
plus heuristique, que nos mêmes États du G8 utilisent de plus en plus
53 de nouveaux types d’ordinateurs qui sont aujourd’hui assez proches
d’une intelligence [artificielle] humaine (avec des capacités
embryonnaires de méta-raisonnements dits « bicaméraux » [in fine, qui sont de
type à la fois logique {en nombres binaires} et intuitif {en nombres
flottants}]) en couplant des microprocesseurs FPGA Stratix, Xilinx ou
encore Spartan (« Field Programmable Gate Arrays » [« réseaux
logiques programmables »] – id est des micro-processeurs de dernière
génération - reconfigurables par algorithmes à la demande) et des
micro-processeurs DSP (Processeurs spéciaux dédiés aux signaux) sur
des centaines de machines à la fois montées en parallèle,
interconnectées et interopérables avec un « programmateur… militaire dédié » (un
peu comme le cerveau humain – mais en beaucoup plus simple…
cependant). Encore assez loin des microprocesseurs à nombres
flottants ou encore des programmations dynamiques - elles-mêmes en
nombres flottants (idéales pour les interceptions intelligentes et/ou les
extractions autonomes de certaines données identitaires et
émotionnelles « spéciales » sur l’ensemble des gueux de la planète [maîtrisées
aujourd’hui, essentiellement et pour le moment, que par les
cryptomathématiciens de la NSA et de la Chine]), ces méthodes permettent
déjà très efficacement d’extraire et d’interconnecter toutes les
métadonnées ultra-spécifiques (moissonnées par les
moissonneusesbatteuses-excavatrices de surveillance de masse des États du G8) -
inhérentes à chaque serf et à chaque gueux « nationaux » – et, depuis
quelques années, à tous les [barbares et autres] indigènes de la planète
(pré-identifiant donc déjà, grâce à ces Fahndungslisten préliminaires,
environ 7 à 8 milliards de… terroristes - contre lesquels les mêmes
États susmentionnés opéreront en temps opportuns [après 2033] des
« exfiltrations et/ou des neutralisations très musclées et… définitives »
[…]). À noter ici opportunément que la Paneurope n’a donc pas perdu
ses traditions…
FMI : Fonds monétaire international
FSB : Федера льная служба безопаснос ти Ро ссийско й Федер ации
ou Service Fédéral de Sécurité de la Fédération de Russie (ex-KGB)
FSF : Forum pour la stabilité financière
G10 : Groupe des Dix
G20 : Groupe des Vingt
G7 : Groupe des Sept (G8 sans les… Russes) : Né non
contractuellement lors du Sommet de Rambouillet en novembre 1975. Lors de cette
réunion, les chefs d’État et de gouvernement de l’Allemagne, des
États-Unis, de la France, de l’Italie, du Japon et du Royaume Uni et
leurs conseillers discutèrent à l’époque de manière discrétionnaire des
54 grands problèmes géoéconomiques mondiaux (In fine, Comment
réarmer plus efficacement un néocolonialisme universel – mais furtif
?). Cette rencontre fut la première de la série des sommets du G7/8.
Puis, lors du Sommet de Porto Rico, qui s’est tenu en 1976 aux
ÉtatsUnis, le Canada est entrée dans ce joli groupe informel et/ou « ad
hoc » de réunion entre amis Oligarques, Empereurs totalitaristes et
Messies ploutocratiques (d’où l’appellation du « Groupe des Sept » -
du fait du nombre d’Empereurs [et d’États] participants). À noter, de
manière facétieuse et/ou pour finir (plus somptuairement…) que le G7
n’est pas une Organisation internationale ou, encore moins, une
Institution internationale au sens strict et… démocratique (aucune validité
démocratique) mais, bel et bien, un forum international d’apparat, qui
[outre qu’il ne dispose pas intentionnellement de structures formelles
permanentes] correspond des plus furtivement à un embryon parallèle
- en incubation - de « gouvernement oligarchique mondial »
G8 (Groupe des Huit) : En fait, la Communauté européenne, qui est
devenu l’Union européenne, se voit accorder le « droit » de participer
au sommet annuel à partir de la fin des années 1970, sans que
l’appellation G7 ne soit changée. La Russie est incluse elle aussi dans
le groupe à la fin des années 1990, formant d’abord le P8 (« Political
Height ») puis le G8 (Groupe des « Huit »). De manière paradoxale
(correspondant plutôt, en fait, à une métalogique subtilement
dissociante au niveau géopolitique), il faut assimiler ici que la création du
G8 n’a en aucun cas signifié la disparition du G7 - les membres
continuant de discuter de la plupart des questions économiques ou encore
des questions atlantistes sans [bien évidemment] la… Russie
GAFI : Groupe d'action financière internationale
GEANT : Groupe d'experts pour l'accès aux nouvelles technologies
GBI : Ground Based Interceptor
Gladio (Réseaux) : ou « Réseaux Glaive » en français. Désignaient la
structure clandestine mise en place en Europe par l’OTAN et par les
services secrets de nombreux pays européens (dont la CIA, la DIA et
le MI6 sur les plans logistiques, opérationnels et tactiques) après la
Seconde Guerre mondiale (entre 1960 et 1990) pour intervenir en cas
d’invasion soviétique ou sino-soviétique. Dans le jargon militaire, ces
armées secrètes étaient appelées aussi « stay-behind » (rester derrière)
car, en cas d’invasion soviétique, elles permettaient de mener une
véritable guerre de partisans. L’existence de ces réseaux a été dévoilée
publiquement par le Premier ministre italien, Giulio Andreotti, le 24
octobre 1990. En fait, rien qu’en Italie, le réseau Gladio aura été
détourné et recyclé à de nombreuses reprises dans le cadre d’opérations
européennes de terrorismes d’État menées en joint venture par l’Otan
55 et les services secrets de plusieurs pays européens. Ce réseau a
participé – notamment - dans le cadre de la « Stratégie de la Tension »
(CF. en infra) entre 1960 et 1990 environ, à plus de 600 attentats. À
l’époque, 80% de ces attentats ont été ensuite attribués, par les
services antiterroristes de l’État italien, à des organisations clandestines
gauchisantes ou communistes - alors même qu’ils correspondaient à
des terrorismes d’extrême… droite (Terrorismes d’État et/ou
terrorismes déployés par le Sismi) et à divers terrorismes d’État des plus
directs. Pendant cette période italienne dite « des années de plomb »,
ces opérations terroristes ont fait en Italie, approximativement, 400
morts et 200 blessés – dont à l’époque, pour mémoire, l’assassinat du
Premier Ministre Aldo Moro par les « Brigades Rouges ». Ce segment
infiltré des BR étaient en fait, plutôt, de vraies « Brigades Noires »
(Escadrons de la mort) - déployées par l’État italien (ou « fausses
Brigades Rouges ») puis encadrées à l’époque par le… Gladio, l’Otan
et le Sismi de l’État… italien lui-même. Le « Gladio » s’est aussi fait
épauler par la loge maçonnique d’infiltration P2 - dirigée par Licio
Gelli et Randolph Carter (CIA). À cette époque, la Loge Propaganda
duo était spécialement destinée à empêcher le PCI et/ou le PSI
d’accéder au pouvoir suprême. À noter que ces processus
anticommunistes étaient identiques pour toute… l’Europe (…).
Officiellement dissous depuis l’effondrement partiel de l’Union soviétique, les
réseaux stay-behind continuent aujourd’hui leurs activités sous une
autre appellation ultrasecrète (dont avec de nouveaux systèmes de
cloisonnement beaucoup plus efficaces – supervisés par W-Otan et
renforcés, depuis peu, par la DIA [Notamment pour certains «
mégaattentats {anti-civils} de déstabilisation » perpétrées sur le sol
européen depuis 2004]). Depuis peu, ces réseaux terroristes dormants (sur
le papier !) s’étendent encore et plus avant aujourd’hui à de nouveaux
États au fur et à mesure de l’extension de… l’OTAN, du risque
d’invasion (et d’occupation) sino-soviétique (Pour le coup, qui est
aujourd’hui bien réel [en cas de troisième guerre mondiale - à
l’horizon 2039 environ]) et du soutien au forceps (à coups d’attentats
anti-civils choquants et décalés) de la « Transatlantisation
parlementaire de l’UE » (prévue aux alentours de 2025/2033)
GPALS : Global Protection Against Limited Strikes
Guerre de déstabilisation planétaire US (ou « Global Green
Eagle ») : Elle est souvent appelée aussi, de manière impropre, «
Gladio B » en souvenir des « processus de déstabilisation régionaux » qui
ont été fomentés contre certains États européens entre les années 60 et
90 par l’Otan et par la CIA. Sa désignation « classifiée » correspond,
très exactement aujourd’hui, à une nouvelle opération clandestine -
mais d’envergure mondiale – qui est dénommée « Global Green
56 Eagle ». Le déclenchement de celle-ci remonte au début des années 90
et comporte en creux d’innombrables « clauses ultrasecrètes » et
autres « black box » qui sont destinés aux seuls services secrets
étatsuniens et saoudiens. L’Opération « Global Green Eagle » œuvre ainsi
à disloquer, à partitionner et à éclater tous les pays arabes du monde –
qui sont non alignés et/ou non inféodés sur les États-Unis - sur la base
de critères de déstabilisation religieux, spirituels, confessionnels,
frontaliers, idéologiques, nationalistes, balistiques, hyper-technologiques,
fanatiques ou encore terroristes (que ces critères soient d’ailleurs
fabriqués, induits et/ou recyclés de manière manipulatoire). Tout État
ennemi ayant des failles historiques, contextuelles ou ethniques,
l’instrumentalisation ad hoc d’une ou de plusieurs failles permet ainsi
de provoquer des lignes de fracture à long terme (notamment dans ses
structures institutionnelles les plus profondes). L’objectif est de le
réaligner, voire de le détruire définitivement en tant qu’entité étatique
trop autonome ou en tant qu’entité nationale
Guerre interconfessionnelle généralisée : Les amorces de guerres
civiles européennes à caractères confessionnelles, communautaristes
ou interethniques (notamment à coups d’attentats anti-masses – qui
sont médiatiquement toujours choquants, généralement énigmatiques
ou, encore, le plus souvent décalés [dont, au passage, jamais « anti-…
exécutifs »]) doivent aider, de manière réactionnelle entre 2015 et
2033, à la difficile « transatlantisation/finlandisation au forceps de
l’UE » avec les États-U… (Ce processus étant sinon politiquement
comme géopolitiquement impossible…). Quant à toutes les amorces
de guerres civiles africaines et autres « Printemps Arabes Aidés »
(dont les plus récents), elles visent à corrompre toutes les Nations en
question par leurs wahhabisations sous contrôle ou encore par leurs
« mises sous curatelle AT élargie » (avec nos mêmes machiavéliens
pompiers-pyromanes US). Il s’agit aussi, le plus souvent, de ligaturer
proactivement et/ou réactionnellement les États arabes avec une noria
de contrats sécuritaires de formation, de ventes d’armes opportunes et
autres contrats militaires de protection d’urgence (Cf., par ex, le
deuxième « Pacte de Quincy » - qui a été prorogé à nouveau, en 2005, par
Bush Jr. avec le régime saoudien). Quant aux pays du Golfe, cette
« guerre interconfessionnelle fabriquée » leur permet de neutraliser
partiellement les influences chiites, alaouites, ismaéliennes ou encore
chrétiennes qui sont majoritaires pour certains pays (par ex., en Iran).
Le « sunnisme wahhabisé » s’oppose donc aux autres courants
doctrinaux de l’Islam qui ne sont pas inféodés à la doctrine wahhabite des
États membres du CCG (Cf., le glossaire). Il permet aussi d’attaquer
de l’intérieur des théocraties musulmanes hybrides qui sont à la fois à
la fois encore constitutionnalisées (non héréditaires), trop stables
éco57 nomiquement ou encore trop modérées politiquement (Cf., par ex., les
« Escadrons de déstabilisation » de Boko-Haram - qui sont chargés
d’étriller et d’affaiblir le Nigéria).
Guerre intra-confessionnelle : Consiste à injecter une doctrine
intégriste à l’intérieur-même d’un courant religieux authentique et sain.
Dans ce sens, la doctrine wahhabite, non toxique en elle-même à la
base, a été recyclée par de nombreux États autoritaires du Golfe pour
pérenniser un Islam autoritaire et peu efficient dans les cœurs, les
esprits et les habitus des masses à des fins à la fois de soumission
politique et d’atomisation spirituelle. Comme pour la doctrine
chrétienne d’intégration du Soi intérieur ou du temple intérieur (dont de
ses nombreuses cryptes thanatiques qu’il faut thanatolyser,
cryptolyser ou encore schizolyser spirituellement [par ex., doctrine chrétienne
dite « de la Résurrection des morts »]), la symbolique de la Kaa’ba
intérieure et/ou du Soi intérieur des Musulmans (dont de ses
nombreuses Pierres noires [ou « parties du Soi noir »] qu’il faut
thanatolyser, cryptolyser et schizolyser afin de les transformer en
« perles blanches ») est peu compatibles avec des régimes totalitaires
ou autoritaires de part ses capacités identitaires de réparation, de
contemplation et de résurrection (spirituelle) pour le « musulman de la
rue » de ces mêmes monarchies héréditaires (qui sont généralement
anti-démocratiques, héréditaires, corrompues et non
constitutionnalisées). Plus secondairement mais dans le même sens, les puissances
occidentales profitent de ces intégrismes intra-monarchiques,
transétatiques et transcivilisationnels pour déstabiliser à coups de doctrines
pseudo-religieuses et/ou de doctrines obscurantistes dans de nombreux
autres pays musulmans (et non musulmans) de la planète (Cf., le
programme actuel « Global Green Eagle » avec ses talibanisations
[comme les ex-Talibans – qui ont été portés dans les années 70 et 80 à
la fois par le régime des Séoud et par la CIA] et autres
wahhabisations terroristes et réticulaires actuelles [Daesh et la multitude d’autres
« Escadrons de la mort » d’Al-Qaeda – tous portés par le régime des
Sé… et par la kyrielle d’autres services secrets occidentaux]).
Aujourd’hui, nous sommes donc bien là face à une vraie guerre – qui est
à la fois anti-spirituelle, eschatologique, intra-confessionnelle comme
interconfessionnelle (…). Cette guerre est donc menée à la fois par les
régimes wahhabites du Golfe et par certaines puissances Occidentales.
Cette même guerre anti-spirituelle - qui est menée contre les régimes
arabes à l’intérieur même de leurs propres institutions - n’a donc rien à
voir avec l’islam… spirituel. Car, cette dernière est, à la base, est une
authentique religion humainement sanogène et pacifiste (qu’elle soit
d’obédience sunnite, chiite, soufie et autres). Au passage, elle est
pratiquée par 1,4 milliard de fidèles musulmans
58 Guerre transcivilisationnelle US : Dans cette schizophrénie inter- et
contre-civilisationnelle menée par les USA depuis plusieurs
décennies, il faut se rappeler ici - qu’il y a seulement trois ou quatre ans -
l'OTAN (sous commandement américain) mentait en disant agir par
« responsabilité de protéger le peuple libyen » sous la résolution 1973
du Conseil de sécurité des Nations Unies afin d’ « empêcher le
dictateur Kadhafi de… bombarder sa population (…). On connaît la suite.
Cette soi-disant guerre de civilisation US est en fait un implant de
terrorisme transnational d’État qui est devenu progressivement
planétaire via le déploiement d’une multitude de petits groupes de contre-
insurrection et de faux-maquis islamistes qui travaillent depuis les
années 70 (dont en Afghanistan) à la solde des intérêts des deux pays
principaux qui ont signé les deux « Pactes du Quincy ». Ces vrais-faux
maquis de contre-insurrection et/ou ces vrais-faux maquis islamistes
(dont tous les groupes Al-Qaeda dédiés à chaque région à
américaniser) sont composés d’ex-militaires, d’agents triple, de barbouzes à
double soldes, de « faux djihadistes importés » (qui sont généralement
membres des services secrets occidentaux), de soi-disant mercenaires
arabes – tous pour la plupart « officiers OPTEX » dans les armées des
pays sous-mentionnés (Maghreb, Égypte, pays du Golfe, Jordanie,
Tchétchénie, Daghestan, pays de l’Asie centrale, Tadjikistan,
Ouzbékistan, Kazakhstan, Indonésie, Malaisie, Chine, etc.). Ils sont aussi
composés de quelques milliers de jeunes musulmans européens et
américains – qui sont, le plus souvent, à la fois naïfs, déboussolés et
psychotiques. D’ailleurs, ces derniers n’ont jamais entendu parler de la
CIA, de la Dia, des processus de talibanisation et de wahhabisation
ou encore des Pactes de Quincy. L’astuce consiste ensuite à
déstabiliser - via les attentats spécifiquement anti-masses, des assassinats ciblés
et des guérillas induites - certaines régions pétrolifères, minéralifères
ou gazifères (qui intéressent spécifiquement les USA). Ce processus
de déstabilisation se concentre aussi souvent sur certains États
considérés comme hostiles ou trop proche géographiquement de l’Arabie
Saoudite ou encore d’Israël. Accessoirement, les contre-maquis et
autres faux-maquis permettent d’infiltrer puis de neutraliser les
authentiques mouvements de libération nationale des pays occupés par
l’Otan ou par l’Armée américaine. À noter aussi que ces procédures
contre-insurrectionnelles ont été introduites dans l’art militaire le plus
fin par l’Armée française en Algérie dans années 50 et 60 sous le nom
de code « Opération Oiseau bleu ». À noter encore, pour finir, que lors
du recrutement et de la formation des faux maquis de
contreinsurrection, les éléments jeunes les plus dissociés, les plus flexibles
sur le plan cognitif et, surtout, les plus schizophrènes sont réusinés
pour pratiquer des attentats suicides sur leurs propres secteurs
59 d’origine ou sur des pays étrangers à balkaniser (où ils sont alors
infiltrés au préalable en tant qu’agents dormants)
HCV : Acronyme de « Hypersonic cruise vehicle » ; Les programmes
HCV FALCON [dont le futur bombardier orbital B3], HCV RASCAL
et HTV (Hypersonic Technology Vehicle) correspondent aux
recherches transhistoriques US [dont l’ex-programme hypersonique
« AURORA » des années 80) pour les futurs chasseurs et autres
drones hypersoniques orbitaux équipés de statoréacteurs « hybrides »
[à la fois aérobie et anaérobie] et/ou équipés de super-statoréacteurs
anaérobie de très forte puissance par micro- et/ou par pico-fusion
thermonucléaire. De manière connexe, l’HCV américain correspond
aussi aux R&D sur les missiles hypersoniques [dont des missiles de
croisière] de dernière génération (programmes X-43, X-51, etc.), sur
les drones orbitaux (X-37), sur les bombes orbitales et/ou spatiales
planantes (AHW [ces dernières étant déjà opérationnelles depuis 2007
dans… l’espace orbital de la Terre]), sur les armes ASAT
(antisatellites) ou encore sur les deux futurs avions hypersoniques de
reconnaissance stratégique SR-72 et SR-91
Herméneutiques (Fonctions) : Correspondent aux fonctions de
« mises en sens stratifiées » du Soi et des émotions
Hiver nucléaire ou hiver thermonucléaire : Provoqué par les
millions de tonnes de poussières pyrotechniques et radioactives (issues de
l’explosion simultanée de plusieurs dizaines de charges à hydrogène)
qui sont propulsés dans l'atmosphère. Un hiver nucléaire entraîne ainsi
un obscurcissement subtotal de l’atmosphère et de la stratosphère avec
une visibilité de seulement quelques mètres durant plusieurs mois
(installation d’un froid polaire pendant de long mois et, surtout, arrêt
total de la photosynthèse – cassant ainsi toutes les chaînes
alimentaires). Le risque d’hiver nucléaire actuel s’oppose donc abruptement
au concept idéologique-écran actuel de « réchauffement climatique » –
qui est charrié quotidiennement et opportunément par les médias
atlantistes, étatistes et fédéraux actuels du G8 et par certains think
tanks idéologiques (toujours du G8)
Hyper-Soi : Segment, niche ou structure plus large du Soi (et/ou du
relief émotionnel) soumis à des processus forcés et/ou
pseudoinitiatiques (qui sont généralement pathogéniques)
d’hyperpersonnalisations dysharmonieuses et/ou de renforcements limbiques
et émotionnels incongrus et restrictivement localisés (par ex.,
renforcements émotionnels fragmentaires). Les buts de ces renforcements
manipulatoires correspondent à des buts pathologiques et/ou morbides
de toute-puissance oligarchique, de délires idéologiques ou encore
60 d’initiations pseudo-… spirituelles (Cf. aussi Wewelsburg) –
recherchés très spécialement par nos Oligarques exécutifs.
Homme Nouveau : Doctrine pré-électorale et/ou doctrine
néopopuliste (émise par de nombreux pays totalitaires anciens et actuels [le
plus souvent, sous divers habillages temporels et autres déclinaisons
idéologiques des plus récentes et/ou des plus opportunes]) initialement
nationaliste (usinée principalement dans les « propagandes d’amorce »
[par ex., au début pour des amorces électorales] de la plupart des
régimes totalitaires, pré-totalitaires ou en cours d’incubation totalitaire
du G8). Cette doctrine – qui est constamment et millimétriquement
recyclée ensuite au niveau du G8 et au niveau transhistorique – est
principalement au service des Oligarques exécutifs les plus
fascistissimes et/ou des hiérarques les plus riches de l’hémisphère nord [issus
aussi – notamment - des firmes transnationales des États-Unis et de
l’UE] afin d’appuyer leurs divers élitismes, leurs divers pharaonismes
et, surtout, leurs divers exterminationnismes anti-masses – prévus à
très long terme
IAIS : International Association of Insurance Supervisors
ICBM : Missiles balistiques de longue portée (intercontinentaux)
Identification endocryptique (communément appelée « crypte du
Soi ») : Concept identique à la dissociation
Indect (projet) : ou « Système d’information intelligent soutenant
l’observation, la recherche et la détection pour la sécurité des citoyens
en milieu urbain ». Très proche ou équivalent aux méga-programmes
américains d’espionnage planétaire Échelon, Fairview, EvilOlive,
Prism ou encore Tempora – supervisés principalement par l’énorme
unité « Special Source Operations » de la NSA. Un des 200
programmes [un zeste…] totalitaires de recherche sur la Sécurité et la
Surveillance [des Gueux] - financé de manière pharaonique et
dispendieuse par l’Union européenne. Dotés de plusieurs dizaines de
milliards d’Euros de subventions de recherche (ponctionnées dans les
deniers publics de l’UE), ces programmes orwelliens (et surtout…
adolfiens) profitent principalement aux plus grandes firmes
transnationales de Défense et de Sécurité bien connues (EAD…, Cassidi…,
Astriu…, Thale…, Sage…, Morph…, Safra…, BA… Syst…,
Ericss…, Saa…, Sieme…, etc.)
Introspectives (fonctions) : Appelées aussi fonctions méditatives ou
encore fonctions contemplatives. Elles correspondent à une posture
mentale à la fois d’ « introspection thérapeutique » sur le Soi, de
« méditation thérapeutique » centrée sur le Soi, de « contemplation
herméneutique » centrée à la fois sur les Soi, les faux-Soi, les non-Soi
61 et les anti-Soi, de « contemplation phénoménologique » centrée à la
fois sur les Soi, les faux-Soi, les non-Soi et les anti-Soi, de « prière
contemplative » centrée sur le Soi
IOSCO : International Organization of Securities Commissions
IRBM : Missiles balistiques de portée intermédiaire
Iskander : Nom emblématique des missiles SS-26 soviétiques
déployés dans l’enclave de Kaliningrad à partir de 2013 pour contrer
l’installation de segments du Missile Defense US (Radars en bande X,
batteries de GBI, batteries de missiles SM-3 et SM-6, etc.) en Europe
(notamment en Roumanie, en Pologne, République Tchèque, en
Turquie, etc.)
JSF (ou Joint Strike Fighter) : Ce gigantesque programme
d’armement correspond à la fabrication des 3000
chasseursbombardiers aérobie JSF/F-35 Lightning II qui équiperont les 4 armes
principales des États-Unis (qui est actuellement en cours de
déploiement jusqu’en 2020)
KDX-III : Récents destroyers sud-coréens (proches
technologiquement des bâtiments lance-missiles US de type DDX, CGX et LCS) -
équipés du système radar Aegis et des VLS SM-3 et 6
KEI : Kinetic Energy Interceptors
MAD : Mutual Assured Destruction
MHT : Matérialisme historique transnational
MIRV : Multiple Independently targetable Re-entry Vehicle (Missiles
à ogives multiples - guidables de manière indépendante sur leur
objectif)
Missile Defense US : L'architecture de la Missile Defense repose sur
plusieurs composantes évolutives : Des radars d'alerte rapide, des
radars à large bande (radars transhorizons et radars à « bande X »),
une constellation de satellites de surveillance et de tracking (satellites
SBIRS-High [IR d’allumage et de suivi…], SBR [radar spatial…],
STSS [tracking des ICBM…], etc.) et une gigantesque constellation
d’intercepteurs « Terre/Air/Mer/Espace » [3000 intercepteurs environ
- prévus pour 2020] de type SM-3, 4 et 6, PAC-3, Arrow et GBI (en
partie, synchronisés par le gigantesque système Aegis [aujourd’hui
opérationnel]). À noter que le « missile défense Us » ne sera jamais
techniquement capable d’arrêter une « pluie d’épées balistiques » de
quelques dizaines de missiles mirvés chinois et/ou soviétiques – même
dans une deuxième frappe agonique d’ultime recours… Sans compter
les frappes annexes initiales directes sur les quelques radars
transhori62 zons en bande X et sur les quelques dizaines de satellites de tracking
et de détection (frappes ASAT multicouches)
MK : Acronyme de Manak…/Ko… [Ou Dr Manak… et Dr Koti…
{Goog… !}] - correspondant à un gigantesque « programme…
neuropolitique US de recherches sur l’anticognition [datant des années 70] -
appliqué aux masses » (dont les programmes MK-Naomi, MK-Ultra,
Mk-Research, Mk-Delta, etc. – le MK étant appelé, à l’époque au
niveau populaire, « Mass Killing »…)
Nacht und Nebel (Décrets du Feldmarschall Keitel [régime nazi]
datés des 7 et 12 décembre 1941 dits « Nuit et Brouillard » ou encore,
plus communément, « Transports NN »). Analogie glauquissime tirée
de l'Or du Rhin de Wagner dans laquelle Albéric, revêtu du heaume,
avait le pouvoir de disparaître, laissant à sa place une colonne de
brume. Ordonnance secrète (sur ordre d'Hitler) du général Keitel, chef
d'état-major de la Wehrmacht, qui prépara l‘extermination industrielle,
extrajudiciaire et supra-légale de tous les opposants au régime nazi
avec une particularité très inhabituelle qui lui était dédiée : Ne laisser
absolument pas et définitivement de trace (« Disparaître dans la Nuit
et le Brouillard »). Analogies importantes de cet ancien programme
géo-criminel avec le récent programme US « Extraordinary
renditions » (Cf. en supra)
NAFI : Nouvelle architecture financière internationale
National Missile Defense (US) : Ancienne dénomination clintonienne
équivalente au « Missile Defense » actuel
NEPAD : New Economic Partnership for African Development
(Nouveau partenariat économique pour le développement de
l'Afrique)
NOEI : Nouvel ordre économique international
Non-Soi : Segment, niche ou structure plus large du Soi (et/ou du
relief émotionnel) des masses civiques contemporaines soumises à des
processus de dépersonnalisation et/ou à des processus de forclusion
limbique (forclusions émotionnelles) – liés à des stress endogènes,
exogènes (par ex., stress socio- ou géopolitiques) ou encore
idéologiques. Par rapport à l’anti-Soi, le non-Soi est enclavé et/ou enkysté
moins profondément dans les divers reliefs identitaires du Soi des
masses civiques (dont pour principal, du Soi corporel général, du Soi
cognitif général et du Soi sociopolitique général). De plus, il est
légèrement moins inconscient. A contrario, l’anti-Soi est plus complexe à
mettre en sens car il est souvent enchevêtré aux niveaux sémantiques
[dont souvent, de manière polysémique], au niveau périnatal ou encore
au niveau transhistorique [par ex., agrégation d’éléments périnataux
63 avec des éléments transhistoriques d’origine familiale ou d’origine…
géopolitique]. L’anti-Soi est donc beaucoup moins accessible car
totalement déformé et/ou souvent fragmenté de part sa structure
circulaire (ultra-complexe), stratifiée et totalement dissociée [ce qui
explique son aspect complètement énigmatique]
NORAD : Défense aérospatiale de l'Amérique du Nord
NPI : Nouveau pays industrialisé
OCDE : Organisation pour la coopération et le développement
économique
OCS : Organisation de Coopération de Shanghai (Équivalent militaire
et diplomatique officiel de l’Otan entre le Chine et la Russie [appelée
quelquefois, par les analystes de Défense, « Otan asiatique »])
Oligarchie : Régime politique fermement autoritaire et chaotique à
tendances totalitaires ouvertes et progressives dont les Constitutions et
les lois ne réservent le pouvoir qu'à une minorité de citoyens d’…
Élite (et/ou minorité qui s’auto-considère elle-même comme telle).
Ces régimes ont aussi la particularité de préparer préliminairement
et/ou d’être le plus souvent des précurseurs fiables de régimes
totalitaires à venir (comme c’est le cas pour l’Europe et les États-Unis –
aujourd’hui en 2015). La dérive oligarchique des sociétés occidentales
contribue ainsi, de manière cyclique, à la fois à déployer
exponentiellement des inégalités pharaoniques sur l’ensemble des masses
mondiales [qui vont au profit d’une infime élite de « très riches » et/ou
de « nantis »] ainsi qu’à confisquer et à concentrer, là aussi de manière
exponentielle, les différents pouvoirs décisionnels des États fédéraux.
Alors même qu’ils devraient être dédiés normalement à l’encadrement
plus ou moins démocratique de l’ensemble de leurs citoyens - via
notamment les diverses stratifications traditionnelles des élections, des
études ou encore du mérite, seule une infime élite auto-désignée de
manière mafieuse et/ou, le plus souvent, non-désignée
démocratiquement (dont des modes d’intronisation qui sont généralement
discrétionnaires, duales, réticulaires, pseudo-électoraux ou encore non
électoraux) accède aux directoires des firmes et des Exécutifs des
Reich du G8
OMC : Organisation mondiale du commerce
ONG : Organisation non gouvernementale
ONU : Organisation des Nations unies
Opération Adolf : Programme géopolitique multi-matriciel et
ultrasecret co-déployé et cogéré par les États-Unis et le Royaume Uni à partir
de 1980/81 (dont les principaux décideurs politiques étaient à l’époque
64 Margaret Thatcher et Ronald Reagan) visant, principalement et
prioritairement, à étendre la puissance militaire, économique, financière,
commerciale, médiatique, pharmaceutique, balistique ou encore
géoinstitutionnelle des USA (et accessoirement du Royaume-Uni) sur le
monde
Opération US « Global Green Eagle » : Cf., pour la définition, la
« Guerre de déstabilisation planétaire US » dans ce glossaire
OTAN : Organisation du traité de l'Atlantique Nord
OTSC : Organisation du Traité de Sécurité Collective (récente
alliance militaire directe entre une quinzaine de pays eurasiatiques –
dont la Chine et la Russie)
P2 (Loge P2) : Système réticulaire italien de corruption et
d’infiltration des années 70 et 80 – orchestré essentiellement par les
Oligarques au plus haut niveau des Institutions étatiques et des
Institutions diplomatiques - visant à infiltrer les sphères les plus élevées de
l'État italien (P2 étant toute particulièrement active dans la haute
magistrature, la police Judiciaire et les Services secrets). Le but de la P2
était d’agir contre l’État (considéré comme) trop démocratique de
l’époque (pour les quelques Oligarques Exécutifs les plus
fascistissimes et corrompus de manière multifactorielle) en diffusant la terreur
parmi les masses pour créer un climat d’acceptation d’un
gouvernement autoritaire, voire en incubation ouvertement totalitaire (in fine
fermé mécaniquement à toutes aspirations démocratiques). Son but
était de subvertir les équilibres politiques constitutionnels afin de
consolider diverses forces ultra-hostiles à la démocratie (dont, très
souvent, des associations de malfaiteurs-Oligarques d’État œuvrant
carrément à des entreprises terroristes et/ou géo-criminelles de grande
envergure qui pouvaient s’inscrire dans ces plans très noirs,
machiavéliques et souvent çà visées continentales [Europe, Amérique du Sud,
etc.]). En fait, aux côtés du « réseau Gladio » et grâce à la « Stratégie
de la tension », la Loge P2 avait réussi à élaborer un « Plan de
renaissance totalitaire et/ou ultra-autoritaire au niveau national » visant à
« revitaliser » oligarchiquement le système italien à travers la «
sollicitation musclée » à la fois des organes les plus « totaux » de l’État
(Organes Totalitaires de l’État italien), de la magistrature (dont ses
segments les plus noirs et les plus inféodés), des partis (d’État), de la
presse (à la botte), des syndicats (d’État), etc. Le créateur de la P2,
Licio Gelli (né en 1919), avait servi dans les « chemises noires » en
Espagne sous les troupes de Franco pendant la guerre civile. Rentré en
Italie, il avait adhéré immédiatement au fascisme le plus dur (et le plus
futuriste). Enrôlé ensuite par les Américains dans les services de
l’organisation « Gladio » (CIA et DIA), il a travaillé ensuite pour les
65 services (les plus) secrets de l’Otan. Licio Gelli avait aussi des liens
avec la dictature argentine de Jorge Videla et de José Lopez Rega,
fondateur de l’ « escadron de la mort Triple A » (Alliance
Anticommuniste Argentine). À noter, pour finir didactiquement, qu’il a été
responsable du massacre de l’aéroport d’Ezeiza, lorsque des snipers
du Programme Condor (…) tirèrent sur une foule de jeunes péronistes
de gauche - déclenchant ainsi la scission du mouvement péroniste
entre gauche et… droite
PAC-2 : Patriot Advanced Capability Phase 2
PAC-3 : Patriot Advanced Capability Phase 3
Pan-atlantisme : Concept quasi identique à celui de «
transatlantisation » (cf. en infra) qui ne traite, de manière manipulatoire et
superficielle, que les aspects commerciaux et économiques de l’actuel
partenariat UE/USA. En fait, la transatlantisation (quand elle sera
aboutie) et, surtout, le pan-atlantisme (Idem) visent, tous deux, à
installer de manière furtive un « mode de gouvernance ploutocratique et
totalitaire » - qui sera [et qui est déjà] restrictivement mis au service à
la fois d’une infime minorité d’élites exécutives (principalement US)
et d’élites siégeant dans les puissantes Firmes multinationales de
l’hémisphère nord [à la botte et/ou pro-US]. À plus long terme, le
panatlantisme visera à installer - de manière ostentatoire - un Exécutif
purement US (Exécutif pseudo-bilatéral au détriment de l’UE et au
profit des USA [processus de finlandisation de l’UE – déjà en cours]).
Dans un premier temps, l’objectif sera alors de recentrer, de manière
stochastique (sous couvert de l’Urgence quelle qu’elle soit - liée à la
concurrence incompressible des Brics), tout l‘hémisphère nord sur
les… États-Unis - tout en finlandisant structurellement l’Europe. Dans
un deuxième temps, l’Europe deviendrait alors une « vulgaire colonie
indigène » au service d‘une Oligarchie états-unienne – devenue…
totalitaire (prospectivement, aux alentours de 2033 et au-delà). Ainsi,
à défaut d’aider les centaines de millions de gueux de plus en plus
miséreux et de plus en plus précarisés de l’UE et des États-Unis, ces
alliances contre-nature entre l’UE et les USA servent à surtout
surveiller, de manière panoptique et prémonitoire, l’ensemble des
populations… transatlantistes – notamment au nom de la soi-disant
lutte anti-terroriste (en occultant – bien évidemment – la plupart des
terrorismes d’État internes et transnationaux des USA, de l’UE et de
leurs Oligarques respectifs). D’ailleurs, les États-Unis et l’Union
européenne ont déjà mis en place, depuis une bonne quinzaine d’années,
de soi-disant ententes judiciaires, pénales, policières et… militaires
qui contreviennent totalitairement aux principes mêmes de la
démocratie parlementaire, des droits de l’Homme et des valeurs de
l’humanité (atteintes tous azimuts aux droits à la vie privée des
ci66 toyens de l’UE et des USA, accords transatlantistes « secret défense »
pour enlever et torturer extrajudiciairement des milliers de gueux sur
le territoire européen [entre autres] avec le programme géo-terroriste
d’État « Extraordinary Renditions », unification « réticulaire » des
pouvoirs exécutifs, législatifs et médiatiques de l’Europe et des
ÉtatsUnis, etc.). De plus, en définissant l’acte terroriste [uniquement et
exclusivement pour les formes de terrorismes non… étatiques et/ou
non fédérales du G8] comme une volonté de déstabiliser un État ou de
l’influencer dans ses décisions, les législations militaro-sécuritaires
transatlantistes sont depuis peu renforcées, recyclées puis
instrumentalisées politiquement à des fins de plus ne plus répressives. Les
nouvelles cibles de ces mêmes États sont principalement à la fois leurs
propres opposants politiques, leurs propres syndicats, leurs propres
ONG, leurs propres mouvements sociaux ou encore leurs propres
mouvements droits-de-l’hommistes (via notamment une multitude de
nouvelles incriminations spéciales, via le fichage généralisé des
populations de l’UE tels les programmes [re-]nazifiants « Alliance Base »
ou « Indect », via le lissage progressif des droits élémentaires de la
défense, via la généralisation des classements « secret défense » pour
les dossiers trop… explosifs pour les Élites et/ou les États eux-mêmes,
etc.)
Pangermanisme : Doctrine nazie qui a profondément traumatisée les
sociétés européennes avec, de manière connexe, la « théorie du
lebensraum » (de l’espace vital) fondant le pangermanisme - à l’époque
nazie. Ce « Lebensraum délirant » devait rassembler très
sélectivement une minorité de peuples soi-disant « aryens » (par
exterminations spiralées au niveau… mondial de l’ensemble des
populations – si les Nazis avaient gagné la guerre) afin de correspondre, au
final, au centre du monde. La soi-disant « pureté génétique » est
aujourd’hui remplacée par les sombres idéologies de la… « Rareté
richissime », de la « Rareté… oligarchique » ou encore de la «
Richesse illimitée ». Quant à l’ex-pangermanisme, il est remplacé
aujourd’hui par le « pan-atlantisme über alles » (id est par l’ « Otan
über alles »)
Patriot : Phased Array Tracking Intercept of Target
PDRI : Prêteur en dernier ressort international
Phénoménologiques (fonctions) : Correspondent aux fonctions
épistémologiques et topologiques d’identification et d’extraction des
« essences fondatrices du Soi »
Phénotype « richissime » (Identique à « phénotype du Luxe » ou
encore « phénotype du riche ») : l’ancien phénotype aryen – dont
l’idéologie fascistissime et dissociative de l’ « Homme [d’élite]
nou67 veau » [voilant en creux la sous-idéologie glauquissime du «
Soushomme de masse »]) ayant été remplacé, depuis quelques années, par
le « phénotype du Luxe » et, aujourd’hui, par le « phénotype de
l’Ultra-riche »
Phœnix (Programme ou Opération) : Ancien programme militaire US
d’assassinats de masse du temps de la guerre du Vietnam – mené
conjointement par la CIA et la DIA [peu connu et très peu étudié dans
l’historiographie… officielle]. L’Opération Phoenix » (1967-1975)
coûta la vie à des dizaines de milliers de cadres de l’armée et du
gouvernement vietnamien en insurrection contre l’occupant US. À
l’époque, les Américains ont ainsi dévoilé – de manière prémonitoire
et leur insu - leurs vraies intentions totalitaires en augmentant
exponentiellement à l’étranger le nombre de leurs « unités très spéciales les
plus noires » [« Unités Homicides »] et de leurs « escadrons de la
mort »
PIB : Produit intérieur brut
PID : Puissance internationalement dominante
Ploutocratie : Idem que « Oligarchie »
PNUD : Programme des Nations unies pour le développement (ou
UNDP)
PPTE : Pays pauvre très endetté
eQuatrième Empire (ou 4 Empire) : Nom propre équivalent aux
USAE, à Totalitaria ou encore à Collectivopolis (traduction à faire
pour le lecteur en germanique - Bien évidemment !)
RFA : République fédérale allemande
Ruchine : Acronyme de Russie et de Chine (Équivalent de l’OCS)
SBIRS-High : Space Based Infrared System
SBR : Space Based Radar
SBX : Sea-Based X-band Radar
SM-3 : Standard Missile-3
SM-4 : Standard Missile-4
SM-6 : Standard Missile-6
SMDC/ARSTRAT : U.S. Army Space and Missile Defense
Command/U.S. Anny Forces Strategie Command
SNF : Société non-financière
68 SRBM : Small Range Ballistic Missile (Missile balistique de courte
portée)
Stratégies de la Tension : Repose sur des formes spéciales de «
terrorismes d’État internes et/ou externes » ou encore sur des «
autoterrorismes d’État » qui sont employées principalement aujourd’hui
encore par les régimes et/ou les fédérations de droite dure ou
d’extrême droite de tout l’hémisphère nord (du G8). Ces formes
spéciales de « terrorismes d’État » peuvent être transnationales afin
d’occuper (sous couvert d’antiterrorisme) ou d’aider (toujours sous
couvert de contre-terrorisme…) des pays du Moyen-Orient ou des
pays africains à la fois parce qu’ils deviennent trop autonomes ou trop
démocrates, parce qu’ils évoluent trop positivement ou encore par ce
qu’ils sont encore insuffisamment infiltrés et corrompus aux niveaux
des intérêts minéralifères, gazifères en encore pétrolifères (par ex.,
dans l’optique d’induire, de manière musclée, des concessions
littéralement pharaoniques et/ou très avantageuses à des firmes
transnationales du G8…). Ces formes « spéciales » de terrorisme
d’État sont généralement décrites - par les spécialistes – avec
l’appellation « sous fausse bannière » (ce qui veut dire, in fine, sous
fausse confession, sous faux drapeau et sous faux commandos
[Barbouzes…]). Ou encore, ces mêmes formes « spéciales » de terrorisme
d’État sont souvent décrites avec l’appellation « en mode false flag ».
Car, les auto-attentats en mode false flag sont systématiquement
commis par le biais de cellules terroristes gouvernementales
officieuses, par le biais de milices gouvernementales ou
progouvernementales (en tenues afghanes [Boko Har…, Aqm…, Aqpa,
Aqy, etc.]) ou encore par le biais de cellules d’État ultrasecrètes sous
une présentation factice (notamment sous fausse confession, sous
drapeau ou sous faux… habits [Cf. par ex., à la fin des années 70 en
Italie, l’assassinat du leader communiste Aldo Moro par les [fausses]
Brigades Rouges…]). Ces « auto-attentats » sont ensuite imputés aux
« Ennemis d’État du moment et/ou du lieu indigène à déstabiliser »
(gauchistes, communistes, islamistes, pan-arabistes, panafricanistes,
« mouvements [authentiques] de libération nationale » agissant
légitimement contre l’occupant totalitaire ou contre la « dictature
monarchiste locale », etc.). Le but est de les… discréditer et, surtout,
de justifier ensuite - en regard du « contexte… induit » (…) -
d’énormes représailles gouvernementales et institutionnelles (en
interne comme en externe) – qui sont, en général, à la fois
disproportionnées, ultra-réactionnelles sur le plan policier et/ou
sécuritaire et généralisées sur le plan martial (notamment, contre toutes les
formes internes et… externes d’oppositions politiques et géopolitiques
69 [partisans « indigènes », maquisards « locaux », mouvements de
libération « nationalistes », etc.])
STSS : Space Tracking and Surveillance System
Self : Anglicisme de Soi (Cf. ci-dessous)
Soi : Concept stratégique aux niveaux des sciences humaines - qui a
été longtemps plus ou moins censuré et brouillé (et qui l’est toujours
aujourd’hui - de manière partielle). Ce dernier permet des applications
militaires (notamment pour la [dé-]formation cognitive des terroristes
d’État), des applications géopolitiques et, surtout, des applications
sociopolitiques et anti-sanitaires contre les masses (dont notamment,
le concept du Soi pourrait permettre le décodage avancé des
techniques électorales, néopopulistes et propagandistes contemporaines -
employées depuis peu par la plupart des gouvernements de
l’hémisphère Nord et du G8 [Comme pour l’anti-Soi noir des Nazis]).
De manière basique, le Soi général correspond à l’ensemble des trois
grands fondements identitaires-sources du relief émotionnel des
humains. Plus techniquement, il correspond à l’ensemble des processus
d’autoréférences identitaires inhérents à nous-mêmes (et au Soi de
tout-un-chacun) en lien avec à la fois nos physiologies et notre
corporéité (nos Soi physiologiques et nos Soi corporels), nos diverses
cognitions (nos Soi cognitifs) et l’ensemble de nos représentations
sociopolitiques au sens large (nos Soi éthiques et moraux, nos Soi
culturels, nos Soi politiques, nos Soi géopolitiques, nos Soi électoraux
et populistes, etc.)
Soi limite ou Soi clivé : Segment, niche ou structure plus large du Soi
(et/ou du relief émotionnel) des masses civiques soumis à des
processus émotionnels de limitations, d’autolimitations et de clivages
[idéalisants ou diabolisants] excessifs, pathologiques et/ou
pathogéniques (clivages émotionnels de diabolisation et de mépris, clivages
émotionnels d’idéalisation de Soi et/ou d’idéalisation d’autrui, etc.) –
liés à des autolimitations personnelles (par ex., inhibitions
émotionnelles hétéro-induites ou encore autolimitations émotionnelles
intentionnelles et/ou auto-induites du sujet) et/ou encore liés à des
contraintes sociopolitiques et idéologiques (par ex., implantations
institutionnelles, étatiques et/ou propagandistes de Soi idéologisés, de
Soi nationalistes, de Soi xénophobes, de Soi populistes, de Soi
fanatisés, etc.)
Soi noir : Cf. Anti-Soi comme équivalent conceptuel
T4 (aktion) : Action Tiergartenstrasse-4 (adresse située à Berlin).
Programme nazi [peu connu] d’euthanasies de masse et d’eugénismes
totalitaires - qui a duré de janvier 1940 et août 1941 - dans lequel 70
70 000 à 100 000 patients handicapés physiquement, handicapés
mentalement et/ou encore des patients très âgés ont été assassinés. À la fin
« officielle » de l'action T4 (le 24 août 1941), les meurtres ont
continué sous le nouveau nom de code « Aktion 14F13 » [ou « euthanasie
pour les détenus des camps inaptes au travail »] – cette dernière étant,
encore aujourd’hui, quasi occultée à la fois par les historiens, par les
chercheurs et par les universitaires. Des configurations opératives
beaucoup plus cloisonnées et beaucoup plus secrètes ont été alors
appliquées ensuite par les médecins SS appartenant aux aktions T4 et
14F13 jusqu’en 1945. De facto, ces deux programmes méta- et
géocriminels susmentionnés représentent une des parts la plus sombre de
l'histoire européenne – comme de l’histoire de… l’humanité
Technocrature : Synthèse conceptuelle entre technocratie et dictature
Terrorisme(s) d’État : Formes de terrorisme perpétrées par les États
eux-mêmes (notamment actuellement au niveau de tout l’hémisphère
nord, par certains États apparemment démocratiques, par certains
États subtilement autoritaires ou encore par certains États
ostentatoirement oligarchistes du G8) – ayant lieu généralement sous fausse
bannière (id est imputées machiavéliquement à d’autres mouvements),
sous des formes ultrasecrètes et dans des contextes juridiques
nationaux - comme internationaux – définitivement… inavouables
(Prescriptibilités flottantes et/ou larvées, lois d’amnistie, terrorismes
d’État sous des formes false flag, etc.). Le terrorisme d’État – qui a été
etranshistoriquement perpétré par de nombreux régimes au XIX et au
eXX siècle – continue, aujourd’hui et plus que jamais, à être perpétré
eau XXI siècle par la plupart des dictatures de droite et d’extrême
droite (assumée ou non) en devenirs totalitaires de l’UE, par la plupart
des dictatures de gauche et d’extrême gauche en devenirs totalitaires
(notamment au niveau du G8) ou encore, actuellement, par la plupart
des régimes autoritaires - qui sont actuellement membres de l’Otan
(sur des modes essentiellement furtifs ou encore sur des « modes par
procuration »). Pour conclure, le terrorisme d’État se distingue très
spécifiquement toujours de la guérilla et des mouvements de libération
nationale par le fait qu’il cible et/ou qu’il sur-assassine de manière
raffinée, intentionnelle et systématique, essentiellement et uniquement
les populations civiles via des assassinats indiscriminés de masse ou
encore via des [auto-]attentats ciblant uniquement les masses civiques
et les gueux (11/9, 11-M, etc.). A contrario, les guérillas
insurrectionnelles authentiques cherchent molairement le soutien populaire dans
les zones rurales comme dans les zones urbaines de combat et
n’engagent jamais – ou de manière extrêmement rare – des attentats de
masse contre les civils. Les cibles des guérilleros et des insurgés se
concentrent donc logiquement – et presque toujours – à la fois contre
71 les infrastructures étatiques et exécutives (dont les infrastructures
critiques des États), contre les infrastructures militaires et
paramilitaires d’occupation, contre les forces militaires d’État ou encore contre
les milices d’État et/ou les Forces Spéciales inféodées à la junte
d’occupation ou au pouvoir d’État local (qu’il soit corrompu ou
imposé). Ce que ne font jamais les terrorismes d’État (généralement sous
fausse bannière ou sous fausse confession) qui ont cette signature
toute particulière (et très facilement reconnaissable) en n’assassinant
que des civils innocents, en très grande quantité et de manière
récurrente, sans jamais s’en prendre aux infrastructures étatiques ou aux
infrastructures d’occupation (11/9, 11-M, 07/01/2015-Fr, etc.)
THAAD : Terminal High Altitude Area Defense
Thanatogènes (fonctions) : Les fonctions thanatogènes du Soi et des
émotions sont hiérarchiquement supérieures - en étant beaucoup plus
toxiques et plus dévastatrices au niveau de l’identité que les fonctions
cryptogènes du Soi – qui nous avons déjà définies au début du
glossaire. Ces dernières sont donc très proches sur le plan fonctionnel
comme sur le plan structurel des fonctions thanatogènes. Les fonctions
thanatogènes consistent ainsi à fabriquer et/ou à injecter des
multitudes « d’anti-Soi dévastateurs » et de « non-Soi à visées
cadavériques » dans la cognition profonde des masses. Ces «
antiSoi », ces « Soi noirs » et/ou ces « non-Soi » très spéciaux étant tous
ensuite sous-tendus, de manière spécifique, par des dynamiques à la
fois létales, thanatogènes, anti-personnalisantes et hyper-collectivistes
qui permettent spécifiquement de détruire des segments entiers de
l’identité des masses civiques intra-nationales comme mondiales (Par
exemple, implantations et/ou injections institutionnelles d’anti-soi
physiologiques, somatiques, cognitifs, sociopolitiques,
polémologiques, etc.). À noter ici que ce sont des nécro-institutions d’État très
particulières du G8 ou de l’hémisphère nord (avec lesquelles les
firmes transnationales occidentales les plus thanatogènes sont
ellesmêmes organiquement liées et impliquées) qui sont spécialement
dédiées à ces « processus de portance thanatiques » et/ou à ces «
procédures de déploiements polémo-thanatiques de très grande ampleur »
[qu’elles soient traditionnelles et/ou habituelles] à la fois « de la mort
en masse » (par ex, eugénismes coloniaux, eugénismes économiques,
eugénismes physiologiques – qui sont, le plus souvent, à la fois furtifs,
directs, poly-ciblés, etc.), de la « mort bureaucratique des masses »
(par ex, sociocides de masse, classicides de masse, etc.) ou encore,
plus directement, de « la mort martiale dans une optique généralisée et
universelle » sous toutes ses formes transhistoriques les plus
habituelles et les plus normalisées jusqu’à nos jours. Les fonctions
thanatogènes [d’État ou fédérales] ou cette « immense aliénation
tha72 natogène contemporaine » - qui étrillent actuellement les masses
civiques mondiales - ne renvoient donc pas seulement aujourd’hui à un
état d’anti-individuation avancé – où les 7 milliards de gueux et de
sous-hommes contemporains sont déjà coincés, de manière magistrale,
entre la vie et la mort. Elles sont aussi agrémentées, de manière plus
éternelle (au sens de l’immortalité totalitaire des élites exécutives), par
l’efficience d’une « multitude de machines biopolitiques de mises à
mort » (notamment aux niveaux simultanément physiologiques,
corporels, cognitifs ou encore socio-institutionnels [Cf. notre ouvrage
e« Biopolitiques d’extinction du XXI siècle]). Cette multitude de
« machines biopolitiques de mises à mort » permet ainsi d’aider les
masses contemporaines à tendre vers une chute incompressible,
constante et aidée contre les racines et/ou les niches noircies, rougies et
putréfiées de leurs Soi les plus essentiels – niches qui, au passage, sont
toutes construites - de manière sournoise et furtive - avec des
« briques de sang et de chairs en décomposition ». Le Soi des masses
est donc devenu, depuis peu et à leur insu, un immense…
krematorium à l’intérieur d’elles-mêmes. Pour l’ensemble des gueux et des
citoyens actuels du G8 (ou de ce qu’il en reste), l’essentiel immédiat
est de dissocier la mort, de survivre, de « sous-vivre », voire
d’agoniser le plus longtemps possible – que toutes ces « formes de
morts déguisées » (susmentionnées) soient intra-cognitives, purement
politiques ou, encore tout bonnement, « pan- et
transcivilisationnelles » (i.e. dans l’« actuel champ d’application
nationalmondialiste » - qui est porté aujourd’hui par la « thanatique
décivilisation transatlantiste » que les gueux ne ressentent pas et, de toute façon,
qu’ils ne comprennent pas). Qu’importe donc les formes mortifères,
suicidogènes, thanatogènes ou encore multi-dissociantes grâce
auxquelles les masses contemporaines sous-vivent et agonisent
aujourd’hui collectivement... À leur insu et au niveau de tout le G8,
leur existence toute entière est ainsi soumise, de manière complète et
quotidienne, à ces dialectiques d’endo-possessions cognitives et
d’exo-possessions totalitaires et [néo]coloniales qui se cachent à la
fois derrière nos démocratures pan-thanatogéniques, derrière notre
santé totalitaire, derrière nos humanismes impériaux ou encore
derrière nos immortalités « curieusement [à nouveau] fleurdelysées » ou
encore « prémonitoirement [à nouveau] gammées »
Thanatolytiques (fonctions) : Les fonctions thanatolytiques du Soi et
des émotions sont hiérarchiquement supérieures et/ou plus
individuantes par rapport aux fonctions cryptolytiques du Soi – que nous
avons déjà susmentionnées précédemment (À noter ici qu’en
patrologie, les mystiques appellent cette fonction ultime « La contemplation
des enfers » ou encore « L’accès à la nuit obscure de l’âme »). Les
73 fonctions thanatolytiques résultent de l’acceptation puis de la
déconstruction des zones mortes, des zones les plus obscures, des zones les
plus noires ou encore des zones les plus tragiques du Soi (qui sont
appelées aussi, plus techniquement, « anti-Soi », « non-Soi » ou
encore « Soi noirs ») dans leurs aspects à la fois vétérotestamentaires
(souffrances et dettes symboliques transgénérationnelles - transmises
par nos ancêtres), personnels (nos propres souffrances subies et/ou nos
fautes auto-générées) et trans-étatiques/transhistoriques («
traumatismes politiques et/ou géopolitiques de masse » - véhiculés et/ou
induits par les États et/ou par leurs nécro-institutions d’État les plus
spécialisées [Exodes et exils de masse, terrorismes d’État, terreurs
d’État, etc.])
Totalitaria : Autre nom explicite des USAE/United States of America
and Europe
Transatlantisation : Unification asymétrique (au profit des USA) et
totalitaire aux niveaux politiques, exécutifs, militaires, bancaires et,
surtout, militaro-industriels de l’Europe et des États-Unis – dont
l’aboutissement est prévue pour 2030/2033 - sous les alibis de l’AT,
de l’Otan, de la crise climatique, d’immenses attentats en séries ou
encore de certains « effondrements géo-financiers,
géoéconomiques ou intra-terroristes à venir » (tous plus ou moins aidés, induits
ou fabriqués - par leurs propres services secrets) de l’Europe et des
États-Unis
Transuraniens et transplutoniens : Correspondent à la fabrication de
transmatières nucléaires ou encore d’antimatières nucléaires (ayant
une « masse critique idéale » de quelques grammes de transuraniens
ou de super-actinides fissiles. Ils sont aussi appelés, dans le discours
jargonophasique des physiciens militaires, « îlot de stabilité » – que
nous préférons appeler, plus romantiquement, « îlot de la grande
fissibilité ». L’objectif est d’obtenir des allumages nucléaires et/ou des
allumages… thermonucléaires à très basses masses critiques - obtenus
par accélérateurs de particules civilo-militaires, par drivers d’ions
superlourds couplés à des chambres [ou cibles] de spallation [ou
« Hohlraum »] particulièrement « exotiques », par lasers mégajoules
[LMJ], par des essais sous-critiques [tirs froids] ou encore par
compresseurs magnétiques lourds de type Tokamak ou ITER. La plupart
de ces méta-technologies militaires actuelles du G8 convergent toutes
de manière dispendieuse, pharaonique, furtive (liées aux centaines de
milliards d’Euros et/ou de dollars dépensés depuis 40 ans avec les
deniers publics des gueux) et, surtout, urgente (montée en puissance
des Brics que le G8 veut à terme… éradiquer). Car, les applications
aéronautiques, militaires et énergétiques immédiatement prévisibles
des transuraniens à très basses masses critiques seront – à long terme –
74 considérables (et catastrophiques sur le plan des applications militaires
contre la plupart des pays – autres que le… G5) : Déploiement de
super-statoréacteurs… spatiaux (et stratosphériques [grâce auxquels
les gueux seront un peu plus… activés]) de très forte puissance à
picofusion thermonucléaire (pour notamment les chasseurs orbitaux US de
type AURORA, HCV FALCON [ou B3] ou encore HCV RASCAL
{déjà en cours d’expérimentation aux États-Unis}), déploiement de
« charges à hydrogène (Bombes H) à fusion pure et miniaturisées »
dotées de pré-allumages de quelques grammes de transuraniens et/ou
de transplutoniens à très basse masse critique [sans le traditionnel
« petit bois d’allumage fissile » de 3 ou 4 kg de Pu de qualité
militaire], déploiement de « mini-grenades nucléaires A
ultraminiaturisées, à main et à fission pure » de 1… kg [par transuraniens
fissiles à extrêmement basse masse critique], etc.
Troubles dissociatifs de l’identité (ou TDI) : Nouvelle dénomination
de l’ancien syndrome de personnalités multiples - qui a été validée
curieusement par les Américains en 1994 dans le DSM 4
(curieusement car, alors même que le syndrome comportemental était juste, ils
l’ont recentré inhabituellement [Error or not error ?] sur le bon
mécanisme… étiologique et dimensionnel interne !). Les TDI sont toujours
ainsi localisés en profondeur, soit de manière très localisée ou soit de
manière plus structurelle dans le Soi. Plus puissantes et plus profondes
que les forclusions psychotiques, les dissociations ou encore les
cryptes finissent par fracturer, puis par provoquer l’éclatement de la
personnalité en plusieurs sous-personnalités plus ou moins
cloisonnées et plus ou moins… conscientes. Le phénomène spécial de
« cryptes dissociantes » ou de « dissociations apparemment dormantes
et/ou évoluant à bas bruit » produit alors des symptômes très
spécifiques, souvent très singuliers - mais toujours très complexes - telles
que l’amnésie, le somnambulisme, les bouffées délirantes, les
phénomènes de déréalisation incongrus et apparemment incompréhensibles,
les fugues, les phénomènes de transe, les états de possession, les
personnalités multiples, l’état de stress aigu, l’état de stress
posttraumatique, les passages à l’acte criminels les plus lourds
(criminalités sérielles de toutes natures et dans les très hautes intensités –
pouvant être recyclées intra-politiquement et/ou géopolitiquement par
les États dans des « agents homicides dormants » comme dans des
Escadrons de la mort), les somatisations et autres troubles
somatoformes les plus abruptes par désorganisations neurovégétatives et/ou
psychosomatiques, etc. Les phénomènes dissociants, cryptiques ou
thanatogéniques sont donc une des étiologies essentielles que l’on
retrouve systématiquement dans les cancers, dans les maladies
autoimmunes, dans les pathologies cardiaques ou encore dans les maladies
75 hormonales – liées au fait que les dissociations s’enclavent très
profondément dans le plancher du système limbique (via des Secrets de
famille, via des traumatismes extrêmes non mentalisés, etc.) affectant
ainsi - par leurs données chaotiques descendantes - tout le tronc
cérébral et ses fonctions physiologiques et physio-autonomes qui sont en
aval [Système nerveux autonome et Système nerveux neurovégétatif].
Les données émotionnelles ne sont donc ainsi pas filtrées, de manière
différentielle, raffinée et consciente (fonctions herméneutiques,
phénoménologiques et thanatolytiques du Soi), par le patient via la mise
en panne, via la mise en berne ou encore via le « débrayage » de ses
divers processeurs émotionnels d’exfiltration, de filtrage conscient et
de mise en sens (décontextualisation des émotions, déhistoricisation
des émotions, arrêt des mises en sens quotidiennes, arrêt des
investigations périnatales et/ou transgénérationnelles des patients, arrêt ou
nondéploiement des introspections naturelles - centrées sur les émotions,
non-verbalisation et/ou non-partage des états et des nuances
émotionnelles quotidiennes, arrêt gravissime des fonctions stratégiques de
l’empathie, arrêt de la conscientisation interne, non hiérarchisation des
émotions au quotidien, mise en arrêt des fonctions herméneutiques du
Soi émotionnel général, mise en arrêt des fonctions
phénoménologiques du Soi émotionnel général, mise en arrêt des fonctions
cryptolytiques du Soi émotionnel général, mirêt des fonctions
thanatolytiques du Soi émotionnel général, etc.). Pour finir par le plus
intéressant (et, peut-être aussi, par le plus… créatif), il faut rajouter ici
que les TDI sont aujourd’hui encore plus ou moins censurés et/ou non
encore [vraiment] étudiés parce qu’ils sont liés géo- et
biopolitiquement aux techniques micro- et macro-totalitaires de
gouvernementalité anti-identitaires et anti-masses actuelles du G8 (dont
déployées aussi aujourd’hui, de manière massive, par les autres pays
du G20). Ces techniques débouchent, pour la plupart, sur les grandes
pathologies collectives actuelles - qui sont donc exo- et/ou
hétéroinduites (notamment par les États eux-mêmes et par leurs firmes
transnationales attenantes et/ou « collaborationnistes »). Elles
débouchent ainsi sur les innombrables pathologies neuro-politiques,
neurocoercitives, poly-addictives et alexithymiques contemporaines - qui
sont toutes, là aussi, des pathologies collectives… exo-induites. Dans
le même sens mais plus secondairement, les TDI sont toujours
censurés aujourd’hui parce qu’ils sont liés aux meilleures des préparations
« homicides » des « militaires criminels sériels » qui sévissent dans les
pires des « opérations homicides et géo-criminelles [d’État] », dans les
innombrables « vraies/faux maquis false flag », dans les «
contremaquis » [de contre-insurrection encadrés par les dizaines de milliers
de barbouzes et de mercenaires à double solde du G8 qui opèrent en
zones coloniales et indigènes] (par ex., Daec…, Al-CIAda, Al-DIAda,
76 djihadismes false flag en Syrie, etc.) et « autres escadrons de la mort »
[toujours] du G8 (notamment et encore, toujours en zones coloniales
et indigènes). Ces TDI sont aussi censurés aujourd’hui parce qu’ils
sont donc liés aux meilleures des formations psycho-dissociantes d’un
nombre importants de « techniciens d’État » et autres « officiers
géoterroristes » [toujours et encore des mêmes États du G8] qui opèrent
actuellement, de manière massive, dans les zones néocoloniales de
préemption et de chaland de l’Otan et du G8 (notamment, dans le
cadre actuel des « nombreuses formations es terrorismes d’État » -
déployées en interne comme autour [notamment, aux niveaux des
fosses néocoloniales du G8] de la plupart des pays de l’hémisphère
Nord)
TPR : Théorie parisienne de la régulation
TSH : Théorie de la stabilité hégémonique
UE : Union européenne
Űbermensch : « Surhomme » en allemand
Untermensch : « Sous-homme » en allemand
URSS : Union des républiques socialistes soviétiques
USAE : United States of America and Europe (appelés aussi
Totalitaria) – correspondant à l’aboutissement totalitaire futur de l’actuelle
transatlantisation de l’Europe et des États-Unis puis de leur unification
pan-atlantique, politique [dont, de leur ossification politique] et
exécutive finale pour 2033 environ [unification dyssynchronique et/ou
totalitairement asymétrique qui se fera, essentiellement, au profit
principal, voire exclusif des États-Unis]
USD : Dollar des États-Unis d'Amérique
USSTRATCOM : United States Strategy Command
VKO : Voïska Vosdijno-kosmicheskoï Oborony. Troupes de défense
aérienne et spatiale
VPVO : Voiska ProtivoVozdushnoi Oborony. Troupes de défense
aérienne
VVS : Voïenno-vozdouchnye sily Rossiï. Armée de l’air russe
Wahhabisme (doctrine) : Désigne la doctrine fondée par Mohammad
Ibn Abd Al-Wahhab (1703-1792) en tant que doctrine de l’islam
sunnite d’où découle une volonté de revenir aux textes sacrés et de limiter
à un niveau strict leur étendue herméneutique (Salafisme). Ibn Abd
Al-Wahhab est un théologien qui est né près de Riyad au centre de
l’Arabie. Il a été formé à l’école juridique hanbalite – qui est la plus
77 dogmatique et la plus stricte des quatre écoles sunnites de
jurisprudence. La rigueur spirituelle d’Abdul Wahhab qui, à la base, est
légitime et non critiquable, a cependant été instrumentalisée
ultérieurement, à de fins politiques comme géopolitiques, tout d’abord par les
eBritanniques contre l’Empire Ottoman tout au long du XIX et du
edébut du XX siècle (contre les Turques qui occupaient la Péninsule
arabique) puis, ensuite, par les différentes Pétromonarchies
héréditaires et autres monarchies autoritaires du Golfe afin de pérenniser
pseudo-religieusement leurs propres régimes – qui étaient et qui sont
toujours aujourd’hui « structurellement autoritaires », voire
dictatoriaux pour certains d’entre eux. Dans le contexte de fragilisation du
sunnisme par l’Empire Ottoman, la pensée d’Ibn Abd Al-Wahhab fut
donc utilisée comme fer de lance idéologique et pseudo-spirituel afin
ede conquérir, à partir du début du XIX siècle, l’ensemble de l’Arabie
à la fois par le verbe, par l’épée et par le feu. Ce processus
d’instrumentalisation a aussi été utilisé ensuite (jusqu’à aujourd’hui)
par les Séoud (pour unifier puis pour « ossifier » l’Arabie saoudite –
créée en 1932). Aujourd’hui, le wahhabo-djihadisme est déployé de
manière magistrale par l’Empire américain (dont, au niveau
militarodiplomatique, dans un « joint venture
israélo-américano-qatarisaoudien » des plus sulfureux) contre l’ensemble des pays musulmans
de la planète. Le panislamisme politique sous bannières à la fois
wahhabo-djihadistes, wahhabo-salafistes ou encore wahhabo-takfiristes
permet ainsi aux Américains comme aux régimes wahhabites du Golfe
de lutter et de déstabiliser très efficacement (à coups d’attentats, à
coups de bombes, à coups de commandos-suicides djihadistes, à coups
de massacres ciblés, etc.) de nombreux pays arabes comme la plupart
des pays sous confessions musulmanes au niveau mondial. Il s’agit ici
de neutraliser dans l’œuf à la fois le panarabisme démocratique et
spirituel, les différents mouvements arabes de libération nationale ou
encore l’islam spirituel le plus individuant et le plus efficient (qu’il
soit chiite ou sunnite) en tant que première puissance confessionnelle
mondiale (qui, en plus, est ascendante). La confession musulmane
devance d’ailleurs, depuis peu de temps, l’Empire Chrétien de Rome
(auquel adhèrent, au passage, toutes les Élites protestantes les plus
intégristes et les plus fondamentalistes des divers Exécutifs US)
Wahhabo-djihadisme : Il correspond à la wahhabisation
radicalisante et martyropathique des commandos liés au recyclage idéologisé
à la fois de la doctrine sunnite et de sa sous-doctrine wahhabite.
Actuellement, les services secrets qui utilisent le plus ces techniques
djihado-miliciennes sont principalement pakistanaises, saoudiennes,
qataries, étatsuniennes, britanniques ou encore jordaniennes. Les
principaux États qui les subissent (pour des raisons souvent très
78 différentes) sont l’UE, le Bangladesh, le Cachemire, la Syrie, le Liban,
l’Inde, le Sud de la Chine, l’Indonésie, la Malaisie, l’Égypte, la
Palestine, l’ouest de la Russie, etc. À noter que certains pays victimes du
wahhabo-DIA-djihadisme sont quelquefois aussi, des plus
paradoxalement, les mêmes pays qui émettent eux-mêmes ce type de
« terrorismes d’État par procuration » (notamment, pour des motifs de
« stratégies de la tension » en interne ou encore pour causes de «
fabrication d’auto-alibis belligènes » [afin d’agresser certains pays-cible
sous une fausse légitimité ou encore sans l’aval de l’ONU et/ou du
CS]). Les milices peuvent ainsi être autant des milices
insurrectionnelles (par ex., « milices de libération nationale » - structurées
essentiellement par d’authentiques partisans et/ou par de vrais
maquisards) que des milices contre-insurrectionnelles (qui tuent et détruisent
par procuration pour l’État lui-même ou pour certains États étrangers
des plus intéressés [Cf., les milices pétainistes ou les réseaux
pronazies de la deuxième guerre mondiale]). Que ce soit en tant que milices
contre-insurrectionnelles d’État comme en tant que milices
authentiquement insurrectionnelles, leur déploiement peut ainsi se faire
uniquement en intra-national (par ex., RAF ou Action directe), au
niveau régional (par ex., ETA) comme au niveau transnational
(AlQaeda/Gladio mondial/Global Green Eagle/DIA/Pactes de Quincy).
Quant à leurs cibles criminelles et géo-criminelles de masse (en
termes de « signatures et d’identifications elles, contextuelles,
logistiques, rhétoriques ou encore opératoires »), les milices de
libération nationale n’attaquent généralement pas les civils en ne ciblant
électivement que les institutions étatiques, exécutives et militaires
(comme, par ex., pour les mouvements de résistance européens contre
le Nazisme – qui se sont déployés tout au long de la deuxième guerre
mondiale). Alors même que les milices d’État n’attaquent quasiment
jamais leurs propres institutions… d’État (qui les parrainent, qui les
financent, qui les forment ou qui les arment en sous-main). Ces
dernières se concentrent donc uniquement, quasi exclusivement et
abjectement sur l’assassinat massif de cibles civiles innocentes (par
ex., « Mumbai-2008 » [ou ISI contre Inde par procuration] ou encore
« 11-M » en Espagne en 2004)
Wahhabo-kamikazat (ou kamikazat wahhabo-djihadiste) : Les
attentats-suicides ne sont pas un phénomène récent. Cependant, dans leurs
formes modernes, les attentats-suicides sont depuis peu devenus certes
plus spectaculaires et plus médiatisés. Mais, surtout, ils sont devenus
plus techniques et plus systématisés que tous ceux qui les ont
précédés. Car, leur nouveau mode opératoire – qui est des plus complexes
en tant que « terrorisme d’État par procuration » - correspond
actuellement à la conjonction à la fois des « techniques les plus secrètes de
79 recrutement » - fondées sur la quête de « candidats structurellement
dissociés » (« techniques spéciales » qui ont été étudiées tout au long
de la guerre froide – notamment sous les dénominations «
MKUltra », « Zombie » ou « Monarch »), d’un endoctrinement
pseudoreligieux très poussé et/ou spécifiquement sur-dissociant (étudié
notamment dans le cadre des différentes liturgies totalitaires du
eXX siècle - déployées sous le stalinisme, sous le nazisme ou encore
sous le polpotisme) et d’une immersion martiale directe et
ultratechnique (qui est, ici, bien supérieur à l’entrainement des meilleures
des forces spéciales de la plupart des Armées de métier de la planète).
Ces techniques avancées de restructuration anti-cognitive des recrues
kamikazes sont en fait quasiment communes à la fois aux services
secrets [des pays] du Golfe et de certains services secrets occidentaux
- habitués transhistoriquement à la manipulation et au retournement
des commandos, des maquis et des groupes terroristes. Tous ces
services travaillent ainsi aujourd’hui en « joint venture » afin de
coinstrumentaliser les diverses mouvances djihadistes en tant que «
milices clandestines d’État ». Pour ces services, il s’agit ainsi de repérer
des jeunes recrues qui doivent avoir spécifiquement entre 18 et 25 ans
environ et, surtout, qui doivent être au préalable « structurellement
dissociées » (ou globalement psychotiques). De part des adolescences
difficiles et/ou des historicités infantiles et transgénérationnelles
particulièrement lourdes, ces jeunes recrues doivent donc être déjà plus ou
moins dévastées spirituellement, moralement, socialement ou encore
géopolitiquement (en termes de reliefs dissociatifs et d’anti-Soi
nombreux et anciens au niveau de leur identité profonde). Elles sont
ensuite « dissociativement améliorées » puis « militairement
reprogrammées » pour perpétrer des attentats-suicides de part le monde.
Ces techniques d’anti-personnalisation ont ainsi la spécificité d’être à
la fois ultra-criminogènes sur le plan numérique, ultra-dommageables
pour les cibles comme systématiquement suicidogènes pour
l’opérateur-martyropathe. Ces techniques incluent systématiquement
le recyclage puis l'induction délibérée et ultra-violente de troubles
dissociatifs de l’identité sur de très jeunes recrues de 16 à 25 ans à des
fins de passages à l’acte géo-criminels et géo-terroristes. Très
régulièrement aussi, ces exactions proactives sont commanditées
géocriminellement contre certaines fédérations d’États à déstabiliser (par
ex., contre l’UE [dans le cadre de sa « transatlantisation
parlementaire forcée » ou encore avant sa « finlandisation militaire opportune »
[par les U…] pour l’après-2025/2033). Plus simplement, ces exactions
proactives peuvent cibler des États à partitionner (Syrie, Irak,
Afghanistan, Libye, etc.). De nombreuses recherches ont déjà été menées
aux États-Unis, au Canada ou encore en URSS (dont les Programmes
« Zombie ») sous les auspices des institutions militaires les plus
sor80 dides de ces mêmes pays. L’effrayant programme MK-ULTRA
(Manufacturing Killers Utilizing Lethal Tradecraft Requiring
Assassinations [id est « Production de tueurs utilisant un
conditionnement à l'assassinat »]) ou encore le « Programme Monarch »
remontent ainsi au début des années 60 pour les seuls États-Unis. À
noter que le funeste MK-Ultra a donné lieu à un procès retentissant en
1981 à Montréal contre à la fois la CIA et ses médecins-programmeurs
(Cf. la bibliographie à la fin de l’ouvrage au niveau de l’item «
Projets »)
Wahhabo-sacrificielles et wahhabo-martyrologiques
(composantes) des terroristes-kamikazes contemporains : Nous avons vu
précédemment (à l’item ci-dessus) que la formation des kamikazes est
basée graduellement à la fois sur la détection préalablement très fine
de « sujets hautement pathologiques » - qui doivent être déjà «
structurellement dissociés » (in fine perclus de zones dissociatives et/ou
d’anti-Soi au niveau de leur personnalité profonde), sur un recyclage
anti-spirituel avancé (via un « endoctrinement religieux inversé » à un
premier niveau) de leurs zones dissociatives préexistantes en enclaves
criminelles, sadiques et paranoïdes puis sur leurs reprogrammations
méta-criminelles et ultra-suicidogènes proactives (via un «
endoctrinement martial de terrain des plus directes » à un deuxième niveau
complémentaire). Ce type d’« endoctrinement martial » est très
souvent « ultra-technique » - afin de galvaniser opportunément la recrue
de manière encore plus manipulatoire. Ces trois facteurs doivent aussi
comporter, chacun séparément, des « degrés de pureté et de perfection
opératoires » quasi absolus (id est un recrutement très fin couplé à un
double endoctrinement pseudo-religieux et martial ultra-efficient).
Leurs mises en conjonction expliquent alors à la fois l’« explosivité
criminelle » comme la « dangerosité sérielle absolue » de ces « tueurs
robotisés de masse ». Ils sont ensuite exfiltrés sur Ordre vers leur
« terrain de chasse géopolitique » en tant qu’ « agents dormants » ou,
plus directement, en tant que « bombes humaines » et autres « tueurs
de masse ». Les publics, les médias ainsi que les gouvernements se
retrouvent alors, de manière souvent énigmatique et sidérante, face à
des « tueries collectives récurrentes ». En fait, ces tueries collectives
ont toujours (ou quasiment) les spécificités atypiques (eu égard aux
éléments tout juste susmentionnés) d’être « généralement
indiscriminées », « full spectrum », « no limit », abjectes ou encore
« complètement incompréhensibles » aux niveaux des objectifs
détruits et/ou des cibles assassinées (que les cibles des attentats soient
nationales, transnationales, civiles, militaires, numériquement
gigantesques, matériellement inhabituelles, techniquement impossibles,
logistiquement impensables, humainement désarmées et innocentes,
81 institutionnellement incongrues, médiatiquement décalées, etc.).
Quant à la symbolique spirituelle de la Kaa’ba et de la Pierre Noire,
c’est Henry Corbin dans un de ses derniers et meilleurs textes de
recherche (« La configuration du temple de la Ka’ba comme secret de la
vie spirituelle » [dans l’ouvrage « Temple et contemplation »]) qui
nous en donne la clé de décryptage stratégique quant à la source
spirituelle la plus essentielle de l’Islam. En effet, le décryptage de leurs
codes herméneutiques nous permet de comprendre, de manière
approfondie, comment fonctionne le processus d’inversion fanatique en tant
que techniques anti-spirituelles de fanatisation et de
schizophrénisation (qui sont appliquées à la plupart des combattants islamiques). À
noter que le puissant chapitre susmentionné d’Henry Corbin est très
curieusement ni jamais lu ni jamais mentionné par aucun soi-disant
chercheur sur le terrorisme djihadiste, sur le wahhabo-djihadisme ou
encore sur le terrorisme islamique. Curieusement encore, aucune des
innombrables bibliographies de recherche sur l’islamisme combattant
que nous avons consultées ne mentionne les écrits de Mohammad Ibn
Abd Al-Wahhab, d’Ibn Taymiyya ou encore d’Henry Corbin (…). Sur
un relief identitaire interne qui est donc déjà opportunément et
fortement dissocié, l’endoctrinement pseudo-religieux et fanatisant (ou, in
fine, anti-spirituel) consiste donc, tout d’abord, à inverser le sens
herméneutique initialement individuant (transformer les pierres noires
et/ou les anti-Soi de la kaa’ba intérieure en Soi sains et/ou en Soi
spirituels) afin de les transformer en anti-sens dissociant, en anti-Soi, en
Soi noirs ou encore en nouvelles Pierres Noires (dans le Soi). Ensuite,
l’endoctrinement consiste, de manière complémentaire et synergique,
à projeter dans l’extériorité du réel les diverses parties dissociées du
Soi en les liant à des opérations de meurtres, de tueries, de tortures,
d’ethnocides ou encore d’attentats (notamment pour des visées à la
fois terroristes, hyper-criminogènes et suicidogènes). En périphérie de
ces gigantesques passages à l’acte, l’inversion anti-spirituelle couplée
aux processus de projections militaro-terroristes des dissociations (qui
sont autant créées que recyclées) dans la réalité se traduisent aussi le
plus souvent, chez la recrue endoctrinée, à la fois par des délires
d’immortalité, par des délires millénaristes, par des délires
messianiques, par des délires d’extermination, par des délires d’extinction,
par des délires de toute-puissance etc. Alors même que l’ensemble des
triptyques rituels transmillénaire vise normalement, de manière
sanogène, à encadrer pour chaque fidèle une descente déambulatoire,
rituelle et contemplative vers les mystères du Soi, vers les cryptes de
l’être intérieur ou encore vers les « pierres noires » de la kaa’ba
intérieure. Les « profonds canyons » du Soi, les « cryptes » du Soi, les
« abysses » du Soi, les « Tables noires de la Loi » du Soi, les « Pierres
Noires » du Soi, les « puits les plus profonds » du Soi, les «
dissocia82 tions » du Soi, les « lieux crucifiées » du Soi, les « secteurs
thanatiques » du Soi ou encore les « enclaves les plus meurtrières » du Soi
sont ainsi graduellement fixées, renforcées, puis projetées
massivement sur l’extérieur. Pour la jeune recrue kamikaze qui est soumise à
ce puissant processus schizophrénogénique d’inversions – qui est à la
fois herméneutiques, phénoménologiques ou encore spirituelles, la
mort, le meurtre, le viol, la torture, la cadavérisation de l’existence,
etc. deviennent alors de simples déambulations thanatogènes,
cryptogènes ou encore schizogènes des plus didactiques comme des plus
désirables aux niveaux de leurs fronts de guerre comme aux niveaux
de leurs diverses expériences de combat. D’ailleurs, le plus souvent,
leurs fronts de guerre sont de « vraies zones de combat » ou, plus
rarement, des « camps d’entrainement spéciaux » - qui sont dédiés
uniquement aux « escadrons de la mort » (Al-Qaeda) ou encore aux
« légions kamikazes » (Daesh/EIIL). L’immersion initiatique de
combat doit généralement être ultra-violente et directe. C’est pour cela
qu’elle se passe toujours dans des pays dévastés par la guerre ou dans
des pays en cours de déstabilisation wahhabo-DIA-djihadiste. C’est
donc aux travers d’une sorte de « calvaire préparatoire et projectif » -
qui est fait de meurtres initiatiques, de crimes de guerre sacralisés,
d’autorisations de torture, de décapitations et d’amputations de
rodage, d’entraînements à tuer ou encore de « mises à mort didactiques »
- que la jeune recrue va forger son âme la plus noire, la plus
déterminée et la plus dissociée. L’idéologie pseudo-spirituelle et/ou fanatique
présente alors ces différentes exactions susmentionnées comme
divines, normales, voire comme « spirituellement indiquées ».
L’endoctrinement martial prend ensuite le relais sur ces deux
processus susmentionnés de recrutement et de fanatisation pseudo-spirituelle
pour « fixer » définitivement et adéquatement le sujet dans une «
personnalité multiple » (appelée aussi « personnalité dissociative »). De
facto, le « sujet méta-dissocié et reprogrammé militairement »
deviendra alors prêt à tuer sereinement n’importe quelle cible dans n’importe
quel pays. Avec les diverses sacralisations à la fois du meurtre, de la
guerre, du martyre, du sacrifice, etc. ou encore avec l’héroïsation des
candidats aux missions-martyrs et aux opérations-suicides,
l’endoctrinement militaire finalisera la préparation opérationnelle du
kamikaze. Il sera alors fin prêt à la fois à « porter la mort en masse »
puis « à se sacrifier lui-même » en per- ou en post-opération sur
n’importe quel « front de guerre » qui aura été ciblé par sa hiérarchie
de l’ombre (derrière laquelle se cachent généralement les services
secrets de certains pays ou de certaines institutions bien connues).
Dans les cas où les trois facteurs susmentionnés sont validés
qualitativement puis synchronisés synergiquement à des niveaux très
importants, les djihado-kamikazes (ou, mieux, les « candidats
mand83 chou » [pour les spécialistes du renseignement – qui sont férus
d’histoires militaires US]) arrivent même à être restructurés et
reprogrammés quelquefois en seulement quelques mois (Cf., par ex., les
curieux attentats kamikazes que subit l’UE depuis 2012 environ [qui
sont d’ailleurs, très certainement, prémonitoires et prodromiques de ce
que vont subir les pays de l’UE entre 2016 et 2027 dans le cadre de
leur « transatlantisation/finlandisation aidée par balles et autres
explosifs » {La Fédération-commanditaire d’« États Unifiés » ne laissant ici
aucun doute !}]). Au total, force est de constater que les
terroristeskamikazes contemporains sont tous de curieuses copies – qui sont
conformes à la fois au « syndrome F. » d’Henry V. Dicks, à la «
personnalité autoritarienne » du groupe Adorno ou encore à la
« personnalité ambiguë » de José Bleger (…). « Le monde comme
crypte du temple » (d’Henry Corbin [dans le chapitre « L’imago
templi face aux normes profanes » appartenant à l’ouvrage « Temple et
Contemplation »]) n’est donc pas ici, non plus, très loin…
Wewelsburg (Château de) : Centre spécial de formation idéologique
et… spirituel des officiers supérieurs SS et des Élites politiques du
eIII Reich – mis en place par Heinrich Himmler dès 1935 (commune
de Paderborn en Allemagne). Oubliée de l’historiographie officielle, la
problématique de Wewelsburg (dont des doctrines du « Schwarze
Sonne », du « Soleil noir » ou encore du « Soi… noir ») est encore
aujourd‘hui totalement censurée (au même titre que l’Ahnenerbe l’est
aussi encore aujourd’hui - de manière partielle). Transformé en «
musée d’État » des plus neutres, ce « Château moyenâgeux » au passé
très obscur – qui est [pourtant] ultra-stratégique (notamment, pour
comprendre actuellement les propagandes neurocognitives
contemporaines qui font rage dans tout le… G8) est ainsi aujourd’hui
totalitairement et… sereinement déhistoricisé
X37-B : véhicule spatial militaire entièrement automatisé (lancé par
fusée Atlas depuis plusieurs années). Des plus simplement, la mission
de cette sorte de mini-navette non habitée [ou robot spatial] consiste à
se maintenir, en permanence et de manière millimétrique, en orbite
basse stable (330 à 340 km d’altitude environ [pour les bidasses
chinois et soviétiques !]) afin de libérer si besoin une bombe planante
AHW (CF. en supra) sur cible terrestre [généralement] en urgence. À
noter que plusieurs mini-navettes militaires armées US de ce type sont
actuellement en orbite dans l’espace circumterrestre depuis… 2010.
Une mini-navette X37-C – toujours militarisée mais habitable - est
déjà en cours de fabrication (tests prévus à partir de 2020). Quant aux
redoutables AHW américaines, plusieurs dizaines de ces armes
spatiales circulent déjà en orbite… d’attente depuis 2010 (qui ont déjà été
utilisées sur cibles terrestres en arguant qu’il s’agit d’attentats sur-…
84 puissants à la voiture piégée [Le cratère de l’explosion au sol étant,
cependant et à chaque fois, {vachement…} très, très, très gros et très,
très, très profond - pour les artificiers et/ou les « experts [militaires] en
explosifs » qui s’y connaissent un « tantinet soit… peu »])
XSS : Experimental Satellite Syst
85


Introduction.
L’incubation transhistorique
de l’« anti-Soi noir » universel
(1933-2033)



Fonctions totalitaires de l’anti-Soi noir universel
L’histoire du Soi noir ou, mieux, de l’anti-Soi noir (appelé
communément et/ou plus populairement « Soleil noir », «
antiSoi universel » ou « Schwarze Sonne » [par les spécialistes de
l’Ahnenerbe et de Wewelsburg]) est encore aujourd’hui un des
thèmes de recherche le plus occulté aux niveaux des historiens,
au niveau de l’ensemble des praticiens de la psychiatrie et de la
psychologie universitaire (dont notamment [et très
curieusement] de la psychologie analytique jungienne) comme au
niveau de la plupart des chercheurs en sociologie et en théologie
politiques. En fait, ce concept est censuré par la plupart des
chercheurs et des universitaires depuis la fin de la deuxième
guerre mondiale – excepté par quelques avant-gardistes dont
Claude Rivière, dont Jean Pierre Sironneau, dont le
psychanalyste argentin José Bleger, dont l’universitaire anglais Nicholas
auteur de « Soleil noir »Goodrick-Clarke , dont le chercheur allemand
Sünner Rüdiger ou dont, encore [tout récemment], Patrick
Brunetaux.

Car, les problématiques du Soi noir de masse, de l’anti-Soi
universel, d’une anti-identité structurale appliquée aux masses
civiques ou encore a contrario d’une hyper-identité structurale
– appliquée de manière ultra-sélective aux élites – renvoient
simultanément et interactivement aux thèmes à la fois de
l’oligarchisme machiavélique le plus crasse (fondé par
l’inversion totalitaire du Soi des masses civiques par et pour une
minorité d’élites – qui sont à la fois perverses narcissiques et
87 dissociées – mais qui sont elles-mêmes dopées [et/ou
customisées] artificiellement aux hyper-Soi ultraconfidentiels,
initiatiques et délirants), de la domestication cognitive [la plus
totalitaire] des masses ou encore aux thèmes de la
problématique complètement censurée des implications politiques et
géopolitiques contemporaines des anti-Soi collectifs (dont le
démarrage remonte abruptement à 1933) liées à la fois aux
pathologies hyper-narcissiques des Oligarques et aux syndromes
dissociatifs appliqués actuellement aux masses (instillés dans la
cognition des 7 milliards de gueux contemporains).

Logiquement encore très peu étudiées de nos jours, ces
pathologies dissociatives dites de « personnalités multiples » ont
été renommées tout récemment, de manière… politique et en…
urgence – par nos behavioristes et hyper-narcissiques
américains – en « troubles dissociatifs de l’identité » [Ex-troubles de
personnalités multiples…]). Quant aux pathologies
hypernarcissiques, elles sont elles aussi encore relativement censurées
car on les retrouve, de manière systématique ou quasi
systématique, chez la plupart des Oligarques, chez la plupart des
hiérarques et chez la plupart des monarques qui nous ont
gouvernés et qui nous gouvernent aujourd’hui.
De « L’Homme Nouveau » du Pan-atlantisme de 2014 à
2045 – à nouveau…
Les élites susmentionnées en question correspondent ainsi à
une minorité de pervers dissociatifs qui ont une structure
dissociative (structure méta-schizophrénique de type « troubles
dissociatifs de l’identité » en tant que pathologie principale
[appelée antérieurement « trouble de personnalités multiples »)
couplée à un pôle pervers – plus secondaire en surface et/ou au
niveau de l’égo (qui est, généralement et presque toujours, très
important). Pourtant, ces dernières prônent carrément, depuis
plusieurs générations, l’avènement à la fois d’une infime élite
de « Surhommes… [élites en quelque sorte post-étatiques et/ou
d’une élite d’Hommes nouveaux – car l’État devient toujours
obsolète à la fin aboutie de ce type de processus totalitaire –
comme nous le verrons au fil de l’ouvrage] et d’une masse
obsolète de « sous-hommes » – vouée à l’obsolescence
88 multiprogrammée et immergée dans une nouvelle forme de
ecollectivisme totalitaire durable [plus abouti qu’au XX siècle]
(via la dépersonnalisation avancée des masses ou, mieux, via
l’anti-personnalisation de l’ensemble des sous-hommes – tous
ces thèmes étant plus que jamais d’actualité avec le néo-…
libéralisme transitoire actuel). Pour faire court, nous avons, plus
simplement, le Surhomme et/ou l’oligarque-Dieu dopé aux
hyper-Soi et l’esclave-masse fanatisé et/ou effondré aux anti-Soi
(…).

Accessoirement, les algorithmes censurés de l’anti-Soi
[instillés dans la cognition des gueux] et des hyper-Soi [dédiés aux
Oligarques] donnent les clés des thèmes les plus sulfureux des
liturgies politiques les plus raffinées et les plus… massifiantes
de l’histoire totalitaire et dictatoriale [encore « ad hoc » – pour
le… moment] de l’ultra-violent Occident – comme de la
sulfureuse Paneurope actuelle (notamment en passant par Adolf
Hitler, par Joseph Staline tout en faisant un petit détour
refroidissant – par le délirant Erich Honecker, par le tout-puissant
Bush Jr. ou encore par le suffisant [et prémonitoire] Benito
Berlus…).
Le Soi noir et l’Ahnenerbe des Nazis
Car, au travers du Soi noir, les nazis ont ni plus ni moins
cherché à déployer (et ont commencé à déployer à cette époque)
une nouvelle religion totalitaire d’État. Cette nouvelle religion
totalitaire d’État était symbolisée par le grand mandala – fait de
12 Runes – gravé dans le marbre « funéraire » de la salle des
Généraux du Château de Wewelsburg sur ordre d’Heinrich
Himmler au milieu des années 30. C’est d’ailleurs dans ce
même château de Wewelsburg que Himmler avait installé le
centre de formation idéologique et… spirituel des officiers
suepérieurs SS et des Élites politiques du III Reich [en vue,
eaccessoirement, de la préparation du IV Reich si les Nazis
avaient gagné la… guerre]).

En fait, le « Soi noir » ou l’« anti-Soi universel » des Nazis
(appelé improprement « Soleil Noir ») est le prototype de
l’« anti-identité universelle… idéale » (et… « Pure ») dont
rê89 vaient les Nazis dans le cadre du projet ultra-oligarchique et
egéo-totalitaire d’un « Vatican du IV Reich » (« projet d’un
block hautement structuré de liturgies totalitaires » dédiées à
l’« anti-personnalisation universelle et/ou à la «
schizophrénisation avancée et furtive des masses civiques mondiales » [dans le
cadre d’une sorte de contre-église d’État et/ou, plus simplement,
d’une « nouvelle post-religion hybride d’État »]). Les thèses de
l’« anti-Soi universel » et de l’« hyper-Soi oligarchique » sont
elles-mêmes au centre de la plupart des recherches spéciales
opérées par l’unique et ultrasecret organisme de recherche
historico-ésotérique de la S.S., l’Ahnenerbe (Deutsches Ahnenerbe
– Studient Gesellschaft für Geistesurgeschichte [« Héritage des
ancêtres allemands, société pour l’étude de l’histoire de
l’esprit » ou dans une autre traduction plus historicisée «
Patrimoine Ancestral Allemand. Société d’Études pour une
Préhistoire Spirituelle »]. C’est en 1935 qu’Himmler – alors
« Reichsführer SS » (Chef de la SS du Reich) – réunit à Berlin
un groupe d’hommes dont il partage les vues à la fois
totalitaires, nationales-socialistes et néo-… chevaleresques pour
fonder l’association « Deutsches Ahnenerbe ». À l’époque, les
buts du Patrimoine Ancestral étaient de promouvoir « la science
de la préhistoire culturelle » allemande et ce, sur plusieurs
plans parallèles – dont aux niveaux à la fois de l’espace, de
l’esprit et, surtout, des actions idéologiques et
pseudoscientifiques de légitimation – inhérentes aux divers «
réductionnismes dits indo-germaniques » de l’Europe du Nord.
Mais pourquoi donc l’histoire officielle du G8 a-t-elle oublié
l’Ahnenerbe ?
À partir de 1936, Himmler – alors qu’il devient
simultanément « Chef de la SS du Reich et Chef de la Police Allemande »
– a désormais toutes les cartes en main pour construire un État
Élitiste à l’intérieur même de l’État [déjà] dictatorial – dans
lequel le développement des SS prend alors une allure
exponentielle. Il devient le chef d’orchestre d’administrations très noires
aux interdépendances très complexes, aux directives
ultrasecrètes (car géo-criminelles) et, surtout, aux objectifs hautement
sulfureux (Direction des Camps de concentration, supervision
des Services de sécurité, supervision des Services de
rensei90 gnements, direction des « Écoles SS », déploiement des «
Waffen SS », institutionnalisation des « SS-Totenkopf », création de
la « SS-Lebensborn », capitalisation de l’« Ahnenerbe » ou
encore, bien sûr, encadrement et subversion des polices
réguelières, criminelles et spéciales du III Reich […]). En avril 1942,
dans le cadre d’une restructuration globale des différents
bureaux de la SS, l’Ahnenerbe est élevée à une administration
indépendante dans le cadre du « Persönlicher Stab des RF-SS »,
et devient l’Amt A (Office A), avec « A » pour… Ahnenerbe.
Puis le 7 juillet 1942, Himmler ordonne parallèlement la
création de l’« Institut für wehrwissenschaftliche Zweckforschung »
ou IWZ (Institut de Recherche Scientifique de Défense) dont
Wolfram Sievers deviendra le directeur. Pour finir, toutes les
archives de l’Ahnenerbe sont conservées encore aujourd’hui à
Moscou et à Leningrad par l’Armée rouge (notamment par le
GRU) – qui a été la première à être sur les lieux en 1945.

L’Ahnenerbe supervisait grossièrement 5 domaines de
recherche spéciaux : les « sciences dites germaniques », les
« sciences… folkloriques », les « sciences techniques »,
l’« Institut Sven Hedin » et l’« Institut de Recherche
Scientifique de Défense » :
- Les « sciences dites germaniques » : Elles se voulaient
être une synthèse globale à propos des Pays-Bas, de la
Flandre, de la Wallonie, de la Finlande, de la Suède et
de la Norvège,
- Les « sciences folkloriques » : À l’époque, elles
associaient des recherches sur les « sciences culturelles des
langues indo-germano-aryennes », sur « les théocraties
ante-chrétiennes et ante-judaïques », sur les « sciences
culturelles des langues indo-germaniques », sur
« l’influence des sciences occultes sur la psychologie
humaine », sur les « rituels religieux et celtiques », sur
« l’histoire des croyances indo-germaniques », sur
« l’histoire du droit indo-germanique », sur « la
musique allemande indo-germanique », sur « les contes
populaires », sur « les contes de fées, les sagas et les
légendes historiques », sur « les alphabets runiques et
leurs symboliques », sur « les fouilles archéologiques »,
91 sur « les gravures rupestres », sur « l’art de la
construction germanique », sur les « sciences du moyen-âge
classique », sur « les diverses formes de télépathie »,
sur « les origines rituelles de l’humanité et de la
préhistoire », sur « les méthodes de datation des monuments
archéologiques », sur « les origines des pouvoirs
cléricaux », sur « la médecine dite populaire », sur les
soidisant « sciences occultes », etc.,
- Les « sciences techniques » : Quant à elles, l’Ahnenerbe
s’intéressaient à des domaines aussi divers qu’à la fois
« la recherche pour le Proche-Orient », « la recherche
pour la science de la culture nord-africaine », la «
fabrication de substances radioactives », la création de
générateurs de neutrons à haute tension (à l’époque,
déjà, plusieurs millions de volts), « la recherche
astronomique », la recherche aéronautique sur les
conséquences de l’hypothermie, les « recherches
virologiques et bactériologiques appliquées à
la Défense », « la recherche entomologique », « les
recherches en botanique », « les recherches en génétiques
végétale et semencière », « les recherches en
géophysique », les « techniques de stérilisation de masse », les
« techniques d’euthanasie de masse », les « recherches
en biologie raciale », les « recherches sur le typhus
exanthématique », les « recherches expérimentales en
virologie liées à la grippe, aux hépatites, etc. », les «
recherches sur la neutralisation segmentaire des systèmes
neuro-végétatifs du cerveau humain » (notamment des
systèmes dits « sympathiques » et « parasympathiques »
dans des buts de… guerre), la « recherche sur les
techniques de protection contre l’ypérite, contre le gaz
moutarde et contre le phosgène, la « recherche sur de
nouveaux gaz de combat novateurs », les « recherches
sur la microscopie électronique à fluorescence », les
« recherches histologiques et bio-cancérologiques sur
les tumeurs malignes et les cancers », les recherches sur
les divers métabolismes vitaminiques, etc.,
- L’« Institut Sven Hedin pour la recherche en Asie
centrale » : Le « Sven Hedin Institut für
92 Innerasienforschung » était situé dans le château de
Mittersill. Il a été inauguré en janvier 1943 à
l’Université Ludwig Maximilian de Munich. En tant
que que subdivision considérée comme stratégique par
la SS-Ahnenerbe, le SHI travaillait à promouvoir à long
terme la recherche basée sur l’héritage scientifique de
Sven Hedin et de Wilhelm Filchner comme experts et
explorateurs – considérés à l’époque par les Nazis
comme les plus avancés sur les études archéologiques et
ethnologiques autour de l’Asie et de l’Inde. Dans le
cadre de l’ISH, de nombreuses expéditions
archéologiques et diverses équipes de recherche ont été
envoyées à l’étranger à l’époque par les Nazis (Tibet,
Inde, Serbie, Finlande, Irak, Iran, Libye, Canaries,
Bolivie, Mongolie, Amérique du Sud, Grèce, Sud de la…
France, etc.). L’expédition la plus connue est celle du
Tibet de 1938 – commanditée par le Haut
Commandement de la SS-Ahnenerbe – grâce à laquelle
l’expédition SS a été autorisée à entrer et à filmer dans
la cité interdite de Lhassa,
- L’« Institut de Recherche Scientifique de Défense » :
C’est le 7 juillet 1942 qu’Himmler a ordonné la création
de l’« Institut für wehrwissenschaftliche
Zweckforschung » ou IWZ (Institut de Recherche Scientifique de
Défense). Outre son déploiement criminel dans diverses
expérimentations dans les Camps d’extermination (dont
de Dachau et de Buchenwald), l’IWZ – ou IRSD en
français – a été déployé, de manière très spécifique et
particulièrement sinistre, dans un autre cadre tout aussi
géo-criminel – notamment au « camp de concentration
peu étudié par la plupart des histo-français de Natzweiler-Struthof »
riens français – apparemment et/ou curieusement plus ou moins amnésiques sur ce
lieu… À la base en 1941, le « konzentrationslager
Natzweiler » était le théâtre des assassinats politiques de
masse des opposants du Reich pour toute l’Europe de
l’Ouest où il a été dénombré 20 000 à 40 000
exécutions [illégales] entre 1941 et 1944 (« camps spéciaux »
dédiés spécialement à l’Opération d’extermination des
opposants politiques « Nacht und Nebel »). Mais, ce
93 camp a aussi servi de « centre d’expérimentations
pseudo-scientifiques et pseudo-médicales » à la
SSAhnenerbe dans lequel plusieurs professeurs de la
Faculté de Médecine de Strasbourg (« Reichsuniversität
Strassburg ») coopérèrent massivement de 1941 à 1944
en ponctionnant, en torturant médicalement et en
assassinant des centaines de… cobayes humains (qui étaient
alors des détenus… politiques). L’étroite collaboration
entre la SS-Ahnenerbe et la Faculté de Médecine de
Strasbourg a donc permis de réaliser en plus, outre la
réalisation de l’Opération géo-criminelle « Nuit et
Brouillard » [dite « N.N. » {Nacht und Nebel}] régie
par les SS sous le décret Keitel contre les détenus
politiques du camp de Struthof-Natzweiler – une
suropération méta-criminelle encore plus monstrueuse via
des expérimentations pseudo-médicales et
complètement inhumaines sur les détenus politiques du
StruthofNatzweiler. L’implication de plusieurs professeurs de
médecine de la faculté de… Strasbourg n’a d’ailleurs
pas, peu ou quasiment pas été jugée au niveau de la
dénazification de l’époque (qui a été écourtée et/ou qui a
été fortement tempérée entre 1945 et 1955 environ –
notamment pour certaines raisons géopolitiques
prioritaires et/ou considérées militairement à l’époque
comme plus urgentes [Par ex., Opération Paperclip,
Opération Epsilon, déclenchement de la guerre
froide, etc.]). À noter que ce camp d’extermination
déployé sur le sol français (un peu oublié des cultures
historiques et académiques françaises et allemandes…)
était situé dans la forêt vosgienne à 800 mètres
d’altitude et à 50 km au sud-ouest de… Strasbourg.
e eDu III Reich millénaire à l’aboutissement du IV Reich
centenaire de Totalitaria et/ou des USAE actuels
(19332033)
D’abord indépendant, l’institut passa sous le contrôle de la
S.S. rapidement. Le sinistre et occulté Ahnenerbe Institut était
chargé de « gérer les idéologies et les liturgies politiques des
eS.S et du III Reich dans le sens où il devait développer – pour
94 le Front comme pour les Arrières – diverses théories toutes plus
fallacieuses et toutes toujours plus anti-scientifiques les unes
que les autres pour légitimer à la fois la « dépopulation
continentale générale » (génocide des juifs et des minorités, Aktions
T4 et 14F13, ethnocides continentaux, politicides « européens »
edes dissidents opposés au III Reich en interne comme en
Europe, aktions 1005, etc.) ou encore la « dépopulation mondiale »
(dont divers projets tacites, hautement censurés et, surtout,
spéecifiquement proactifs et/ou à plus long terme du III Reich [ou
ede manière potentielle à l’époque, pour un « IV Reich futur »
en post-martial {projet tacite et toujours… actuel que l’on
retrouve de manière liminaire et furtive – dans le cadre de ses
diverses incubations fédérales contemporaines – notamment
dans le cadre actuelle de Totalitaria ou des « USAE », de la
Chine contemporaine, etc.}] – apparus notamment après 1941).
Mais, surtout, l’Ahnenerbe Institut était chargé de sur-légitimer
manipulatoirement l’idéologie oligarchique des SS –
soustendue elle-même en creux par l’idéologie raciale intenable du
« Surhomme d’élites » – génétiquement, cognitivement,
amoralement et militaro-criminellement pur (…).
Retour contemporain sur l’… « Homme nouveau »
En fait comme pour les idéologies actuelles (ouvertement
déclarées ou encore complètement secrètes) des
nationauxcommunismes soviétiques, des nationaux-communismes
estallemands, du national-maoïsme chinois, de l’anticommunisme
US actuel, des récents anti-terrorismes du G8, des actuels
terrorismes d’État [toujours du G8], des terreurs d’État [notamment
{encore !} du… G8], etc., l’idéologie oligarchique nazie de
l’Homme Nouveau, du Surhomme, de la Surhumanité, etc. –
sous tendue alors par les vecteurs idéologiques et
pseudoscientifiques spécifiques de l’« idéologie des Sous-hommes »
[dont à l’époque de la « raciologie anti-juive »] – avait été créé
par les idéologues nazis en tant que moyens de légitimité
idéologique à la fois à la place et en opposition à la légitimité à la
fois légaliste, parlementaire et démocratique – inhérente
normalement (et plus ou moins reliée alors à des régimes à
l’apparence démocratique – comme pour les régimes actuelles
du G8) à l’État de droit. L’objectif des nazis – comme dans tous
95 les régimes peu ou prou totalitaires (ou dans tous les régimes
tendant vers le totalitarisme) était d’édicter ouvertement puis de
normaliser des « lois iniques » en tant qu’instruments
géopolitiques d’exclusion, voire en tant qu’instruments d’éradication
normalisée de leurs propres citoyens (ou, du moins, de certaines
etranches sociales au tout début du III Reich). Puis, à plus long
terme, ces instruments d’éradication devenus « normalisés »
devaient « encadrer » totalitairement l’ensemble des citoyens
des autres Nations (pour la fin du processus géo-totalitaire NS
qui projetait, déjà à l’époque, divers projets d’exterminations
très larges, à très long terme et de niveau… mondial. Ces
derniers objectifs – qui sont éthiquement comme totalitairement
intenables [quand bien même ils sont temporairement faisables
et seront temporairement déployés dans un avenir pas si
lointain] – correspond, dans une récurrence transhistoriquement et
transgéographiquement stable [notamment, jusqu’à
aujourd’hui], à un « projet universel d’Oligarchie noire » et/ou
d’« Ordre d’Élite Noir et Universel » où seule une infime élite
doit rester ou plutôt aurait le « droit » de… vivre. Nous
reprendrons ce questionnement monstrueux [mais essentiel – car
d’actualité] un peu plus bas.
L’actuelle politique étrangère spiralée du Pentagone et de
W-Otan
Pol Pot comme Hitler tendait ainsi vers « cette monstruosité
géo-totalitaire et géo-criminel » difficilement envisageable pour
le commun des mortels – comme souvent difficilement
analysable [même aujourd’hui] pour la plupart des chercheurs qui
sont, à ce stade abjecte, dépassés. C’est pour cela que la
pseudolégislation nazie ou, plutôt, l’anti-législation nazie n’avait pas,
comme points de repère, les exigences de l’équité, de l’égalité
ou encore de la contractualité parlementaire ; bien au contraire,
celle-ci déniait ouvertement ces éléments matériels de
légitimation traditionnels afin de motiver idéologiquement des contenus
ostentatoirement iniques, anti-juridiques et, souvent,
ouvertement géo-criminels. D’où dans le cas du national-socialisme,
cette négation était explicitement affichée, souhaitée puis
sciemment et massivement actée sur le front – comme sur les
arrières. À noter aussi comme exemples transhistoriques et/ou
96 proactifs – apparus après la période nazie que, dans le cas des
divers régimes communistes de la deuxième partie du
eXX siècle [ou encore tout récemment, dans le cadre des divers
régimes néolibéraux de l’hémisphère nord – à tendances à
nouveau… totalitaires], cette négation reste en général
partiellement camouflée par le maintien (souvent de plus en
plus difficile) des apparences et/ou des « ingrédients
squelettisés » de la démocratie parlementaire avec, notamment, les abus
multiples et récurrents inhérents à certaines institutions totales
des régimes autoritaires et militaristes du G8 actuels – via
notamment la banalisation et/ou la routinisation des « ordres et des
décrets exécutifs », du « secret défense », des crimes
d’agression transnationaux devenus récurrents [notamment
aujourd’hui de l’Otan, du G8, etc.], des crimes contre l’humanité,
des interventions sécuritaires – illégales ou soumis à vide
juridique – partout dans le monde, de la corruption d’État, voire de
la subversion des sphères juridiques par les divers Exécutifs des
États susmentionnés [par ex., projets de suppression des juges
pour la Frankreich], la naturalisation – en terme de
positivisme… juridique – de la raison d’État dans la plupart des pays
de l’hémisphère nord, etc.). En d’autres termes et pour faire
court (afin d’éviter une digression – certes passionnante mais
qui nous mettrait ici hors sujet !), les institutions judiciaires des
régimes totalitaires – sans aucune légitimité législative (cette
apparence de légitimité et/ou cette prétention à la légitimité
« légale » en droit pouvant être aussi quelquefois une légitimité
pseudo-législative forcée sans aucune force juridique – comme
l’a fait Hitler en son temps), ont ainsi souvent montré très
largement leurs capacités à la fois à dévier du droit, à violer le
droit, à créer de l’injustice de masse, voire à engendrer de la
géo-criminalité d’État à un niveau géopolitique souvent
sommital (Argentine de Videla [Jamais jugé], Chili de Pinochet
[Jamais jugé], Cambodge de Pol Pot [Lui-même jamais jugé et
très tardivement jugé pour quelques lampistes], USA de Bush
Jr. [Jamais jugé], etc. {la liste – même aujourd’hui – est
malheureusement infinie, éternelle et définitivement… indéfinie}).
97 Des crimes d’agression des Oligarques du G8 aux
partisans… obsolètes des pays indigènes récemment
recolonisés
Pour finir donc heuristiquement ce paragraphe –
actuellement et plus que jamais opportun (à l’horizon prémonitoire des
éléments militaristes, para-militaristes et miliciens actuels [Par
ex., attaques tangentielles de la Syrie – aujourd’hui en 2013 –
par des « faux maquis false flag » sponsorisés par de nombreux
pays du Golfe et par le… G8]), il est ainsi plus facile de
comprendre que dans tous ces régimes susmentionnés, la légalité
d’un comportement, c’est-à-dire la conformité à une loi
pourtant formellement promulguée (en incluant ici le cas de la
conformité à un acte juridique provenant d’Exécutifs…
terroristes et/ou de « parlements-fantoche » dans la… botte et/ou,
quelquefois, sous la botte) ne suffit pas à certifier à elle seule ni
sa légitimité, ni sa légalité ou encore moins son
irréprochabilité… pénale.

Quant aux juges, aux parquets ou encore aux institutions
judiciaires des régimes totalitaires passés, présents ou en passe de
l’être (id est… futures ou qui sont, déjà et à nouveau, en
incubation dans les formes déviantes à la fois d’institutions totalitaires
d’État et d’États de non-droit [Comme notre G8
contemporain]), ils sont tous passibles de peines pour homicide dans la
mesure où il est très facile de constater, à chaque fois, une
application volontairement incorrecte et ultra-politisée du droit, de
la loi, des régimes de la preuve et des différents régimes des
sanctions (application systématisée d’un droit supra-légal,
dépendances de corruption de l’autorité judiciaire, collusions…
terroristes des parquets avec l’Exécutif, condamnations
complètement illégitimes de masse pour « actes politiques de
résistance » consistant à faire barrages par les armes à la fois à
tout national-totalitarisme transhistorique [quel qu’il soit], aux
divers terrorismes d’État ou encore aux innombrables
militarismes d’État les plus criminels, injustices dites légales
appliquées à la fois aux masses, aux indigènes-partisans, aux
gueux-partisans et/ou aux combattants ennemis [dits… «
Combattants irréguliers »], etc.). Pour finir, nous allons reprendre
opportunément une expression à la « Carl Schmitt » écrite en
98 1947 par le philosophe allemand du droit et ministre de la
justice de la République de Weimar « Gustav Radbruch »
[18781949] ; ce dernier résume totalitairement, intégralement et…
admirablement notre propos dans son essai trop peu connu
« Cinq minutes de philosophie du droit » : « Non, on ne doit
pas dire : tout ce qui est utile pour le peuple est droit ; mais,
au contraire, seulement ce qui est droit sera utile et profitable
pour le peuple ».
Du « Millenium oligarchique NS » au « Millenium
oligarchique National-… mondialiste » contemporain
In fine, via la doctrine extrêmement oligarchique de
l’Homme Nouveau (le Millenium oligarchique [des SS et de
l’Ordre Noir] s’opposant point par point au Millenium égalitaire
[et messianique] des gueux [vieille doctrine moyenâgeuse qui
es’est éteinte à la fin du XIX siècle]), l’infime élite exécutive
nazie [qui était constituée globalement d’Élites psychiquement
dissociées ou, plus simplement, d’élites à personnalités
multiples] voulait tout simplement le « pouvoir absolu » à plus long
terme – comme dans tous les régimes totalitaires plus ou moins
eaboutis du XX siècle qui ont cherché à déployer ces diverses
« Solutions finales ». C’est pour cela qu’il leur fallait déployer
obligatoirement une idéologie structurellement oligarchique,
sans faille, sans partage et à plusieurs niveaux de cryptage
(cryptages à la fois intellectuels, idéologiques comme
symboliques). D’ailleurs – à l’époque – pour légitimer la
sousidéologie racialiste qui servait de noyau dur à l’idéologie de
l’Homme [d’élite] Nouveau, ils avaient déployé l’institution
glauquissime de la Deutsche Biologen-Verband {id est « Union
créée en 1932des biologistes } – qui fut placée dès 1939, dans cette
même logique propagandiste et anti-scientifique, sous la
direction directe d’Himmler au sein de l’Ahnenerbe.
Non-dits et impensés cataclysmiques de la caste oligarchique
et exécutive contemporaine du G8
Difficilement analysable sous certains angles ouvertement
cryptés et déformés (dont, pour principal, de l’anti-Soi universel
99 et de l’hyper-Soi confidentiel), l’idéologie structurellement
oligarchique de l’Homme nouveau a donc plusieurs niveaux de
complexité et plusieurs paliers idéologiques – eux aussi très
complexes. Elle correspondait déjà à l’époque ni plus ni moins
– et correspond aujourd’hui plus que jamais – au projet combiné
à la fois de l’extinction des États-Nation, de l’extinction des
masses mondiales, de l’extinction de la plupart des élites
périexécutives elles-mêmes (notamment à la fin du méga-black
program central d’extinction globale), de l’extinction de
l’ensemble des forces spéciales du régime (dont avaient et ont
toujours besoin initialement les élites exécutives au début de
leurs actions pour encadrer totalitairement et/ou
géocriminellement leur noir projet oligarchique et extinctionniste ultérieur
final), de l’extinction des konzerns et des firmes
transnationales, etc. – pour ne laisser place à nouveau qu’à un très infime
collège survivaliste, post-martial et post-… extinctionnel de
quelques dizaines de milliers de chevaliers oligarchiques (nos
ex-chevaliers teutoniques – en quelque sorte…) au niveau
planétaire – id est l’élite de… l’élite mondiale.

Il est ici aussi très intéressant de signaler qu’à la fin de la
plupart des processus totalitaires du vingtième siècle, les
hyperélites dissociatives (qui sont donc des sortes d’élites dissociées
[Démultiplication dissociative de leur personnalité] véhiculant
encore et encore l’…« horror teutonicus ») avaient
systématiquement prévu de neutraliser, dans leurs projets idéologiques
les plus noirs, bien au-delà de « l’habituel ou encore… du
traditionnel re-taillage » de leurs propres masses nationales – à la
fois l’ensemble des masses civiques mondiales, l’ensemble des
[de leurs propres] structures étatiques elles-mêmes – qui n’ont
alors plus d’intérêts fiscaux, légaux, parlementaires, etc. sans
les… masses et l’ensemble des forces spéciales (de terreurs et
de terrorismes d’État] elles-mêmes. Toujours dans le même
sens totalitariste, il est encore plus intéressant de signaler
qu’aujourd’hui, dans la plupart des fédérations du
vingt-etunième siècle – qui sont à nouveau plus ou moins en cours de
[re-]totalitarisation, les [nos] hyper-élites dissociatives
[re]prévoient aujourd’hui plus que jamais de neutraliser, dans les
mêmes projets idéologiques tout aussi noirs, l’humanité et
l’ensemble de ses composantes connexes et annexes.
Cepen100 dant, ces formes de totalitarisme mou ou, mieux, ces formes de
totalitarisme [encore relativement] furtif – inhérentes aux
diverses mutations fédérales prises depuis peu par tout
l’hémisphère nord, ne permettent d’identifier que certains types
préliminaires ou que certains segments accidentellement
saillants du « grand totalitarisme intégral » qui encadrera nos
expays [du G8] dans quelques années.

Dans le même sens, les forces spéciales elles-mêmes – qui
ont pourtant aidées et qui aident idéologiquement, militairement
et, surtout, géo-criminellement les divers régimes en question
sont toujours et traditionnellement soumis ensuite à une
épuration systématique à la fois en tant que « soldats politiques », en
tant qu’ex-fers de lance idéologiques et, surtout, en tant que
témoins gênants [devenus donc… inutiles et dangereux] pour le
ou les régimes holocidaires eux-mêmes. C’est pour cela qu’ont
été neutralisées au Moyen-âge les forces spéciales de Rome –
qui étaient les Templiers comme les forces spéciales de Saint
Empire Romain Germanique – qui étaient les Chevaliers
teutoniques. À noter aussi plus secondairement et pour finir,
qu’aucun de ces régimes exterminateurs n’ont cependant encore
jamais complètement abouti en termes à la fois d’oligarchisme
planétaire et d’extinction universelle des [7 milliards de] gueux
(Sauf, peut-être, pour Pol Pot [Saloth Sâr] qui a presque abouti
à l’époque dans son propre pays {Ce qui explique pourquoi
celui-ci n’a jamais été ni arrêté, ni jugé – étant protégé ensuite
pendant une trentaine d’années par les plus hautes élites…
chinoises et US qui s’intéressaient et qui s’intéressent encore
foutrement aujourd’hui à ce monstrueux projet imminent et pas
futuriste du tout}).
De l’infime élite transhistorique de « surhommes » à la
masse mondiale de « sous-hommes contemporains »
Par ailleurs, il y avait (et il y a toujours aujourd’hui sous des
formes très élaborées…) une filiation rarement soulignée entre
l’idéologie du surhomme (idéologie
aristocratique/monarchique de légitimation – uniquement destinée aux
élites exécutives et/ou aux élites spéciales de l’État au plus haut
niveau qui s’octroyaient et qui s’octroient généralement
elles101 mêmes le droit de survie au niveau post-martial et
postextinctionnel) et l’idéologie des sous-hommes (à qui la mort
était ou est imposée par ces mêmes élites auto-légitimées par
elles-mêmes et hétéro-légitimées de manière fallacieuse par des
motifs raciaux, génétiques, cognitifs, ethniques,
linguistiques, etc. – tous aussi délirants les uns que les autres). Dans le
même ordre d’idées, cette nouvelle aristocratie oligarchique
correspond[ait] à une sorte de caste guerrière aux curieux
relents féodaux et néo-chevaleresques (comme, d’ailleurs, au
fumet systématiquement géo-criminel) dont le méta-modèle
était une synthèse entre l’ordre des Chevaliers Teutoniques, la
symbolique cryptée du Temple (Cf. le paragraphe sur le lien
entre la symbolique crypté du Soi, la symbolique cryptée du
temple et la censure sur les méta-connaissances d’accès au « Soi
Noir nationalisé » et/ou à « l’anti-Soi universel » – appliqués
graduellement et progressivement aux masses civiques
nationales, continentales puis mondiales) et le grand secret qui
entoure, de manière systématique, tous les dispositifs
transmillénaires, transgéographiques et transcivilisationnels du grand
Soi spirituel (qui est aujourd’hui presque totalitairement crypté
et/ou structurellement sécularisé) des plus grandes traditions
religieuses de la planète (qui – accessoirement – a été et est
encore recyclé aujourd’hui à l’intérieur-même des liturgies
politiques les plus secrètes de tous les régimes totalitaires et/ou
fédéraux [bien connus] de l’hémisphère nord [passés, actuels,
imminents et… futurs]). D’ailleurs, pour les 7 milliards de
gueux actuels (d’ailleurs, tant pour les Musulmans que pour les
Chrétiens !), nous leur conseillons – vivement et… urgemment
[avant 2033] – de relire à la fois « Temple et contemplation »
d’Henry Corbin – notamment les § sur la crypte du temple vers
la fin de l’ouvrage (Pour les aspects cryptés du Soi mais aussi
par rapport aux réalités politico-médiatiques contemporaines) –
ou encore « Sécularisation et religions politiques » de Jean
Pierre Sironneau (Pour les aspects « sacralisés » et totalitaires
des États fédéraux actuels de l’hémisphère nord [car, la
sécularisation des grands systèmes religieux traditionnels entraîne la
sacralisation des États contemporains… {Par
instrumentalisations intentionnelles}]). Quoique les derniers écrits de
LouisVincent Thomas sur les fonctions thanatogéniques (les plus
102 « cryptées ») de notre décivilisation occidentale sont elles aussi
des plus complémentaires…
L’anti-Soi pour les 7 milliards de gueux et l’hyper-Soi pour
les 7 millions d’Oligarques (en tant que Secrets universels et
transhistoriques de tous les systèmes religieux)
Proche de l’Ahnenerbe, l’institut Goering (ce dernier étant
encore moins connu que le Patrimoine Ancestral/Ahnenerbe)
est là aussi des plus intéressant pour notre propos. En fait, seuls
quelques très rares auteurs ont réussi à faire effectivement le
lien longtemps voilé entre Carl Gustav Jung et l’Institut
Goering du temps du régime nazi. Mais, aucun, ô combien aucun,
n’a fait le lien entre la théorie essentielle de Jung (qui était,
pourtant [accessoirement ?] à l’époque, la plus avancée
mondialement aux niveaux des études scientifiques sur le… Soi, le Self
et sur l’identité interne) et les possibilités d’applications
totalitaires qui en découlaient et qui en découlent encore largement
aujourd’hui (sécularisations multiformes, religions politiques,
contre-Églises universelles, anti-Soi universel, contre- et/ou
anti-… messie oligarchique, « millenium oligarchique » lié à
l’« hyper-Soi initiatique » – réservé uniquement aux élites
exécutives, « millenium cataclysmique et anti-masses » lié à
l’antiSoi universel – instillé dans la cognition de l’ensemble des
masses mondiales, etc.) aux niveaux à la fois des liturgies
politiques, des diverses propagandes politiques et des différentes
théories oligarchiques… contemporaines (id est qui sont
restrictivement pro-Oligarques et spécifiquement « anti-masses
mondiales » au niveau géopolitique). À l’exception des Nazis
qui y ont consacrés d’énormes quantités de recherches et
d’argent (via notamment l’Ahnenerbe).
Le côté obscur, censuré et cryptique de Carl Gustav… Jung
Le totalitarisme – quel qu’il soit (totalitarismes passés, pré-
ou néo-totalitarismes actuels et, surtout, imminents
hypertotalitarismes de synthèse… de nos propres régimes qui tendent
à nouveau vers ces extrémités géo-criminellement… totales
[qui sont aujourd’hui déjà… hybridées et/ou en cours
103 d’hybridation – hybridations déjà aujourd’hui bien visibles et
bien rôdées]) – est en fait en lien direct avec les différentes
sortes de collectivismes totalitaires et oligarchiques qu’ont
déployées et que déploient de manière récurrente (encore
aujourd’hui…) tous les tyrans de l’histoire mondiale jusqu’à ’hui. En fait, c’est au début de l’été 1933 que M. H.
Göring met sur pied à Berlin un « Institut allemand de
recherches psychologiques et de recherches psychothérapiques »
(appelé « Institut Göring »). À cette même période, l’Institut et
la plupart de ses membres entretenaient déjà alors des relations
quotidiennes avec les jeunesses hitlériennes, la ligue des jeunes
filles d’Allemagne, le bureau de police criminelle du Reich, le
S.S.-Lebensborn (Source de Vie), l’Ahnenerbe (Patrimoine
Ancestral) ainsi qu’avec les principaux membres de la haute
hiérarchie nazie (dont, de manière massive, avec Heinrich
Himmler). Mais ce qui devient très intéressant pour notre
propos, c’est que Carl Gustav Jung (alliant déjà, bien avant la
1932 1936guerre, la théorie du Soi et… Wotan ) en a été le président
jusqu’en… 1940. Le 21 juin 1933, Jung devint ainsi le nouveau
vice-président de la Société médicale générale de
psychothérapie. C’est en 1936 (le pouvoir nazi était en place alors depuis
déjà 3 ans) que la Société médicale générale de psychothérapie
devient l’Institut Göring – fer de lance de la Neue Deutsch
Seelenheilkunde et de la « nouvelle science
psychothérapeutique officielle du régime ». Jusqu’en 1940, Carl
Gustav Jung sera ainsi reconduit dans sa fonction à l’Institut
Göring en tant que président. Quelques années plus tôt en 1936,
Jung publie un long texte [quasi inconnu des chercheurs et des
À lire car toujours publié dans l’ouvrage professionnels] appelé… « Wotan »
peu connu « Aspects du drame contemporain » qui ne laisse aucun doute sur son
implication avec le régime (texte qui allie, d’un point de vue
polysémique, géo-culturel et… völklich, « Le Soi, Dieu [et/ou le
Christ] et… Wotan »). Dans le même sens, Jung publie un
véritable cénotaphe testamentaire de synthèse en 1951 dont le titre
Ouvrage principal de est « Aïon, études sur la phénoménologie du Soi »
Jung – qui est pourtant et/ou curieusement – encore aujourd’hui – le moins connu où il
explicite les liens entre le Soi et les divers processus d’individuation
(À lire aussi car cet ouvrage est toujours publié mais peu
compris et/ou peu ou pas analysé – encore aujourd’hui).
104 De l’anti-Soi [noir] dédié aux masses à l’hyper-Soi
[initiatique] réservé confidentiellement aux… Oligarques
actuels
Ainsi, ce méta-modèle idéologique d’une « infime
Oligarchie méta-individuée » est fondée en creux, de manière très
subtile, à la fois par l’initiation au sens spirituel d’un [hyper-]
Soi d’élite (dont l’analogie cryptée est le temple intérieur pour
les Oligarques – expert de la sous-information, de la
désinformation et du… secret [contre les gueux]), par l’idéologie du
surhomme combattant (liée aussi au « temple intérieur »), par
l’idéologie toute aussi glauque du « moine combattant » ou
encore, carrément, par l’idéologie de « l’ermite spirituel » ! En
fait, les historiens ont évité de voir (ou n’ont pas compris le plus
souvent) que ce méta-modèle idéologique cache aussi en creux
une deuxième sous-idéologie beaucoup plus sulfureuse et,
surtout, beaucoup plus pernicieuse (idéologie ultra-noire du
soushomme-masse) – sous-idéologie qui encadre à plus long terme
le mégaprojet proactif – mais secret – de destruction (cependant
aujourd’hui, bien… pré-… visible) de l’ensemble des autres
humains, de l’ensemble des autres peuples et, au final, de
l’ensemble des États-Nations (qui ne font pas parties de cette
rare… élite et de cette rare… « Nation » […] – soi-disant
surhumaine, humaniste et… millénariste !). Dans cette nouvelle
solution finale, seule la Nation [aristocratique] euro-américaine
[dans sa version transatlantiste ou W-… otanienne] et/ou l’élite
trans-… nationale la plus rare et la plus… pure (issue toujours,
uniquement et restrictivement de cette même [post- ou, mieux,
méta- {si notre lecteur préfère !}] Nation susmentionnée]) est
autorisée à survivre au détriment des autres peuples et des
autres Nations – qui sont toutes destinées à mourir [comme
aujourd’hui, les États-U… et l’Europe – qui sont, plus que
jamais, destinées divinement ou, peut-être messianiquement à
pérenniser leurs pharaoniques totalitarismes comme leurs
impérialismes néocoloniaux tous azimuts actuels].

La rhétorique [de la destruction] de la masse de
soushommes – majoritaires – est donc complètement opposée et…
complémentaire à la rhétorique du Surhomme (le « Surhomme
d’élite »/l’« Oligarque-Dieu » étant antinomique de l’«
esclave105 masse » [car la minorité soi-disant supérieure d’Oligarques
initiés et/ou… d’« Oligarques teutoniques » est de plus en plus
schizophréniquement et dissociativement suffisante – eu égard
{bien évidemment !} aux développements récents du
totalitarisme néolibéral actuel]). Nous avons là ainsi une idéologie
tacitement, voire explicitement géo-criminelle et géo-terroriste
qui ne vise à chaque fois qu’à valider pseudo-scientifiquement
[idéologiquement] le massacre de millions d’humains, voire – à
plus long terme – l’extinction programmatique [qui est,
actuellement, toujours en incubation bruyante, voire de plus en plus
exponentielle] de centaines de millions d’humains, voire de
milliards d’humains. Au préalable, l’inversion totalitaire du Soi
des [7 milliards de] sous-hommes (induite dans l’ensemble des
masses nationales mais aussi dans l’ensemble des masses
coloniales [du G8 et/ou de la planète]) – qui correspond à la fois à la
création différentielle d’un gigantesque anti-Soi corporel, d’un
gigantesque anti-Soi cognitif et d’un gigantesque anti-Soi socio-
et géopolitique (appliquée tout d’abord aux masses civiques
continentales du G8 puis, à plus long terme, appliquée à toutes
les masses mondiales de sous-hommes et de néo-esclaves) –
permet d’accéder à un collectivisme totalitaire avancé (avant la
destruction finale des masses versus guerres mondiales,
politicides majeurs, poly-ethnocides massifs, crimes contre
l’humanité mondialisés, etc.). D’où l’hyper-Soi des Oligarques
initiés et/ou de l’overclass poly-initiée (même dans la période
actuelle) est à la fois isomorphe, antagoniste et complémentaire
de l’anti-Soi universel des masses. C’est pourquoi les nazis ont
toujours étudié prémonitoirement ces éléments stratégiques
(autour des applications totalitaires dédiées au [à l’anti-]Soi des
masses) dans le secret absolu. D’ailleurs, les archives de
l’Ahnenerbe ont été en grande partie détruites par les officiers
supérieurs SS eux-mêmes. Quant au reste des archives qui n’ont
pas été détruites, les dossiers restants ont tous été classés «
Secret Défense » – par, notamment, le GRU émanant de l’armée
soviétique (qui a occupé en premier l’Ahnenerbe en 1945 à
Berlin).
106 Les « Collectivismes totalitaires… actuels » – en incubation
dans tout le G8
Quant au collectivisme totalitaire qui peut être ensuite
anticiviquement et militairement déployé grâce à cette notion de
Soi inversé ou d’anti-identité universelle (qui a été appliquée
antérieurement aux masses européennes et, aujourd’hui, qui est
réappliquée aux masses civiques mondiales – dans le cadre des
dernières techniques scientifiques les plus récentes et les plus
furtives – dédiées de destruction des niches identitaires et
cognitives les plus profondes et les plus stratégiques des masses),
l’infime classe possédante d’hyper-nantis et d’Oligarques,
verrouillée de manière absolue à ses privilèges exorbitants et à ses
noirs projets délirants d’extinction universelle (des États et des
gueux planétaires), peut ainsi mettre tout en œuvre pour tenter
d’installer une domination à la fois totale et mondiale sur les
masses (qui sont pourtant aujourd’hui déjà largement et
activement anti-personnalisées de manière spectrale et au long cours).
Après avoir sociocidé l’ex-bourgeoisie et toutes les
souscouches des petites bourgeoisies actuelles du G8, les élites
transhistoriques de la plupart des régimes totalitaires
oligarechiques (du XX siècle à aujourd’hui s’entend) – qu’elles soient
d’extrême droite ou qu’elles soient d’extrême gauche
(nationalsocialisme, stalinisme, mussolinisme, poutinisme, régimes
antiparlementaires chinois actuels, régimes pseudo-parlementaires
US contemporains, etc.) – continuent, aujourd’hui et plus que
jamais, à déployer de gigantesques trusts commerciaux (à
activités « duales ») et d’énormes konzerns monopolistiques
d’armement (les plus divers – là aussi à activités, le plus
souvent, duales) pour et dans leurs seuls intérêts. Grâce à
l’acquisition de ces Directorats pharaoniques dans lesquels tous
les Oligarques fédéraux et post-politiques les plus corrompus
(qu’ils soient du passé ou du présent – notamment du… G8
contemporain) peuvent ainsi s’enrichir de manière exponentielle
et sereine, ces derniers vont pouvoir, à nouveau, essayer de se
refixer, de manière éternelle, dans une sorte de « mono-caste
infime, richissime, totalitaire et immortelle ». C’est aussi en
liens avec ces mêmes processus susmentionnés que tous les
excitoyens sont en train de redevenir - à nouveau – des
ouvriersesclaves, des ilotes [sur… châlits] ou encore des masses de
107 techniciens-serfs (des « gueux » et des « manants », à nouveau,
dans le cadre de ces « États de masse... aboutis au fumet
féodal »).
« La misère absolue des 7 milliards de gueux sera pire que la
mort »
Dans tous ces systèmes de collectivisme oligarchique et
hybride susmentionnés – outre une pauvreté sociale élargie,
structurale et volontairement [et non pas temporairement]
déployée par les élites pour des raisons purement utilitaires
(masses – considérées comme de plus en plus inutiles –
d’ouvriers-esclaves, de techniciens-serfs ou encore de soldats
atomisables [notamment, dans le cadre d’une très plausible
troisième guerre mondiale]), la grande misère structurale qui
enchâsse ensuite ces nombreuses sous- et ex-classes sociétales (
devenues obsolètes, caduques et/ou remplaçables) est en général
ensuite carrément exterminée par différents systèmes
scientifiques plus ou moins directes, plus ou moins techniques et plus
ou moins furtifs :
- Grandes guerres mondiales récurrentes – toujours plus
novatrices,
- Radioactivité über alles,
- Intoxications chimio-industrielles poly-formes de
l’alimentation des masses,
- Pollutions sociétales tous azimuts,
- Poly-addictions induites et/ou aidées aux niveaux des
masses,
- Techniques gouvernementales d’instrumentalisation des
médias de masse à des fins de propagandes insidieuses
[Cultures de sécurité nationale, TV de sécurité
nationale, cinéma de sécurité nationale, militarisation des
cultures du G8, Publicités souvent… NS, etc.],
- Sédentarité de masse,
- Alexithymie de masse,
- Neuroleptisation des masses mondiales,
108 - Schizophrénisations cybernétiques et internétiques des
masses mondiales,
- Manipulations chimio-génétiques des masses,
- Induction intentionnelle dans la physiologie des 7
milliards de gueux planétaires contemporains – par leurs
divers États totalitaires traitants [notamment au niveau
de tout l’hémisphère nord et du G8] – de processus
collectifs de psychosomatisation et de troubles
neurovégétatifs en boucle,
- Paupérisation drastique des masses mondiales,
- Sur-fiscalisation caricaturale des masses (alors qu’a
contrario, nous avons une sous-fiscalisation
ostentatoire et/ou une non-fiscalisation off shore des Élites),
- Neutralisations méta-, pseudo- et anti-informationnelles
des masses,
- Dé-trialectisation et déséquilibration cognitives des trois
strates cérébrales des 7 milliards de gueux
contemporains (Scissions intentionnelles et hautement pathogènes
des divers mixages ascendants et descendants entre le
tronc cérébral, les systèmes limbiques et le néocortex
des 7 milliards de gueux),
- Fichages tous azimuts et exponentiels des masses
civiques du G8,
- uts, exponentiels et préliminaires –
par le G8 – des citoyens du monde les plus politisés
et/ou les plus réfractaires,
- Sur-pénalisations ciblées contre les masses du G8,
- Surveillances multiformes des masses civiques du G8 et
des masses civiques mondiales,
- Etc.
109 L’abîme collectif contemporain des zones noires, des zones
cryptiques et/ou des zones dissociatives du Soi
Les actuels États-Centaure et les actuels États-tracking du
G8 sont ainsi en train de redevenir une sorte de « grand Reich
euro-américain de type néocollectiviste [sorte de Saint Empire
américano-européen…] – en déployant à la fois des bonheurs
chimiques sous toutes leurs formes, une surveillance multiforme
et panoptique sur tous les citoyens-esclaves, une liberté bottée
et multi-compressive (über alles) en guise de sous-vie sociale
et, surtout depuis peu, une « liberté surveillée de masse » en
guise de non-vie sociale. Ces mêmes États arrivent même à
régenter, à nouveau et de manière régalienne (de manière «
néoféodale » – pour les gueux-lecteurs incultes ou encore non rôdés
à notre vocabulaire et à nos raisonnements avancés), leurs
masses (par ex., arbitraires institutionnels, sadismes et
compressions poly-administratives über alles) – notamment grâce à des
« climats de peur » - géo-médiatiquement induits (par ex.,
ultraviolences TV d’État en prime-time, militarisation des cultures
cinématographiques du G8, collusions Pentagone/Hollywood
[aujourd’hui, très bien documentées], etc.) ou encore grâce à
des « atmosphères (là aussi induites) de schizophrénie de
masse ».

Les nazis comme nos tyrans-Oligarques actuels – ferraillant
plus que jamais sur tout l’hémisphère Nord (cf. les techniques
spéciales de gouvernementalité sus- et sousmentionnées) –
arrivent ainsi très efficacement à créer un nouveau type de société
hyper-planifiée, ultra-centralisée, ultra-autoritaire et, surtout,
totalitairement synthétique. Car, ce nouveau type de société est
à la fois hyper-capitaliste, hyper-collectiviste [dont « au pas
cadencé », « au pas-de-deux » et/ou au « pas de l’oie » en
Europe comme aux États-Unis], pseudo-démocratique et un
tantinet – à nouveau – national-so… tout en s’appropriant à la
fois l’ensemble des moyens de production (les Transnationales
du G8 étant en collusion avec leurs États ou leurs fédérations
traitantes) et une grande partie des richesses publiques
[extorsion massive des deniers publiques, défiscalisations
Off shorepharaoniques et privatisations des richesses nationales au
profit exclusif des Oligarques] et de la propriété privée (chiffres
110 facilement accessibles depuis les années 30 jusqu’à aujourd’hui
dans toute l’Europe au niveau de l’évolution exponentiel des 2
ou 3 % d’hyper-nantis les plus riches de nos pays [G8]. En fait,
tous les régimes occidentaux ferraillent et convergent
nonchalamment [notamment par des cycles de plus en plus rapprochés]
– depuis environ un peu plus d’un siècle – vers ce récent type
de régime oligarquo-totalitaire. Cette convergence très
sulfureuse s’effectue dans le cadre d’une synthèse hybridée et très
efficace de régimes extrêmes (et diamétralement opposés) que
sont le nazisme, le stalinisme, le communisme et…
l’hypercapitalisme… contemporain (thème de recherche heureusement
évité, encore aujourd’hui, par tous les universitaires [d’État] –
qui sont dans la botte et/ou « sous la botte » [pour certains]).

Dans le même sens, l’ensemble des chercheurs et des
universitaires (travaillant à peu près tous pour les États fédéraux de
l’hémisphère Nord depuis un bon siècle) n’avaient
curieusement (logiquement…) jamais envisagé (et n’envisage toujours
pas aujourd’hui] ce scénario… monstrueux et sinistre qui arrive
pourtant actuellement, de manière de moins en moins
subreptice, en… Europe, et aujourd’hui, [de manière massive] aux
États-Unis.
L’anti-Soi noir en tant que lieu de la déshumanité absolue
pour les 7 milliards de gueux
Pour finir doctement sur l’origine ultime liée à l’occultation
scientifique de l’anti-Soi noir, ce thème permet de faire le lien –
quasiment jamais fait – avec le concept stratégique de Soi
(utilisé, régulièrement aujourd’hui, par les rares professionnels de
santé – qui sont les plus affûtés), avec les diverses inversions
stato-collectivistes [passées et actuelles] du Soi des masses
civiques (qu’elles soient nationales, internationales et/ou
mondiales) et, surtout, avec les liturgies politiques les plus
noires que tout État totalitaire du passé et/ou que toutes les
fédérations despotiques contemporaines (dont du G8) ont cherché
à déployer et déploient encore aujourd’hui de manière
scientifique, de manière hautement furtive et, surtout, de manière
méta-totalitaire (« Heute » in die « United States of America
and Europe »…). En fait, la déchristianisation, la
désacralisa111 tion ou encore la sécularisation de l’Occident permettent
actuellement de transformer secrètement les Soi archaïques des
peuples et des Nations en anti-Soi idéologiques (dont, à
nouveau, en « anti-Soi universels bruns » et, surtout, depuis peu [à
nouveau] en « anti-Soi noirs ») et/ou en « non-Soi [très]
obscurcis de masse » via notamment la transformation des anciens
rituels chrétiens (qui étaient fondés par des apprentissages
spirituels et/ou par de nombreuses sources rituels transmillénaires)
en liturgies civico-politiques d’État, en liturgies totalitaires et en
rituels [laïques] massifiants. C’est pour cela qu’Adolf avec à la
fois l’institut Goering et l’Ahnenerbe [comme d’ailleurs l’a
aussi fait Joseph Staline] s’intéressait beaucoup à ces modes
résolument modernes de « gouvernementalité spéciale de…
l’avenir » et à ces modes d’instrumentalisation hyper-avancés
des divers rituels religieux transmillénaires les plus essentiels.

C’est pour cela aussi que, tout récemment, les innombrables
régimes pré-, pro- et sciemment totalitaires (dont, jusqu’à
aujourd’hui, [Stalinisme, nazisme, pétainisme, mussolinisme,
franquisme, salazarisme, honeckerisme, etc. et/ou, tout
récemJrment, reaganisme, thatchérisme, bushisme, blairisme,
berlusconisme, camero…, Sark…, etc.]) ont cherché, de
manière systématique, ultrasecrète et hyper-scientifique, à déployer
et à redéployer à la fois de nouveaux engineerings
politicospirituels (Par ex., curieuses sectes d’État spécifiques à chaque
pays du G8), de nouveaux engineerings politico-médiatiques
(www.cul-de-masse.org ou encore
www.ultraviolences-
militaristes-pour-l-éducation-belliciste-des-gueux-duG8.org…) ou encore de nouveaux engineerings politico-sportifs
(« Foot… géopolitique », « Rugby… nationaliste », «
Formule1 des… Firmes Transnationales », « tennis…
oligarchique », etc.).

Ces nouveaux engineerings politiques, pseudo-spirituels et
géopolitiques sont de facto tous à buts inavouables d’inversion
des Soi des masses. Ils sont aussi dédiés à la neutralisation et à
la compression culturelle de l’ensemble de la personnalité de
leurs « gueux nationaux » (abêtissements et neutralisations
multiformes [en appui par les Transnationales du G8] des Soi
neurovégétatifs des masses, compressions multiformes des moi
112 existentiels, sociaux et institutionnels des masses
contempoCf. les chapitres suivantsraines du G8 , etc.). Pour ce faire, ces nouveaux
engineerings politico-spirituels, politico-sportifs,
militaroPar ex., TV et Cinéma de Sécurité nationalemédiatiques contemporains ou
enCul intentionnellement… massifié sur Internetcore militaro-cybernétique se
dotent et déploient actuellement diverses théologies séculières
bricolées, diverses liturgies publiques très ciblées et, surtout
depuis peu, différents rituels sécularisés et fortement
massifiants (notamment, avec la « christianisation » manipulatoire de
toutes leurs institutions stratégiques, avec la création de lieux
nationaux-… patriotiques sacralisés, etc.).
Liturgies totalitaires… contemporaines de W-OTAN et du
Pan-… atlantisme
Au préalable, ces liturgies totalitaires permettent ainsi à la
fois de diriger souterrainement la volonté générale (ou ce qui en
tient lieu) et de sacraliser à la fois la communauté nationale,
l’identité nationale, le territoire national, l’histoire nationale, la
Sécurité nationale, la destinée nationale, etc. Mais surtout, elles
permettent de renforcer une communion nationale opportune
pour les besoins du grand État fédéral (qui, au passage, est en
cours de transatlantisation en vue des futures grandes crises ou
encore [et surtout] en vue de la énième « grande guerre qui
vient »). Les foules du G8 doivent donc être prêtes à se sacrifier
à la fois au prestige de l’État, aux privilèges des élites, à la
normalité de la… guerre, à la puissance et à la pérennité
coloniales de l’Empire euro-américain [transatlantiste], à la
légitimité charismatique [fabriquée] des Élites exécutives ou
encore aux différentes guerres néocoloniales [de leur fédération
atlantiste] confondues avec l’idéal d’une authentique Nation
pacifique, unifiée et collectivement heureuse (Otan et W-Otan
étant plus que jamais aujourd’hui « idéologiquement cryptés »
dans l’œcumène le plus inattendu de l’histoire transhistorique
de la guerre – qui se [re-]trouve elle-même, toujours, à nouveau
et contre toute attente, à la lisière de la forêt… germanique [sis
à Stuttgart et à Bruxelles]).

Grâce aux monuments pseudo-religieux d’État, aux défilés
pseudo-spirituels d’État, aux rituels pseudo-religieux et
sécula113 risés d’État ou encore aux cadavres de sens, de rites et de
symboles réusinés en boucle par la plupart des Oligarques pervertis
[et pervers] des Exécutifs d’État [et/ou réusinés par certaines
élites poly-initiés d’… État], les rituels fascistes et totalitaires
actuels (qui sont, en fait, tout simplement et pure… ment à la
fois anti-individualistes et, surtout, antihumanistes) permettent
doctement d’incorporer depuis peu la plupart des post-citoyens
européens et étatsuniens – trompés et manipulés
émotionnellement et… spirituellement – dans une sorte de méga-machinerie
mystico-politique d’anti-personnalisation et d’anti-individuation
de plus en plus [à nouveau] collectiviste. À la place des prières
et des rites transmillénaires d’accès au Soi, d’accès à la
symbolique identitaire du temple [intérieur] ou encore à la place de la
symbolique identitaire des cryptes des Églises et cathédrales
(rituels et sens des rituels tous aujourd’hui plus ou moins
perdus, fragmentés, désémantisés et… réusinés) sont installés – de
manière schizophrénogénique – de monstrueux pseudo-rituels
séculiers et/ou d’effrayantes liturgies politiques – qui sont
toutes [intentionnellement] désémantisées, réifiées et…
inversées.
Créer une multitude de cryptes dissociatives dans le Soi des
7 milliards de gueux (tout en cryptanalysant
ultraconfidentiellement l’hyper-Soi des 7 millions d’Oligarques)
Les anciens rituels anti-sacrificiels, anti-cryptiques et
antimartiaux du Christianisme (mais aussi les anciens rituels «
perdus » du judaïsme) ou encore les vieux rituels de régulation et
de pacification du don, de l’oblativité, de la caritativité, de
l’humanité et de l’universalité sont ainsi aujourd’hui
méthodiquement remplacés, dans l’esprit des masses, par divers cultes
politico-transgressifs, politico-explosifs, politico-schizogènes,
politico-thanatophoriques ou encore politico-cryptophoriques
(ou politico-cryptophiles) aux niveaux des masses civiques. La
création d’une noria de cryptes dissociatives, opportunes et/ou
toujours plus complexes, dans la cognition des masses (passant
d’un point de vue herméneutique et/ou sémantique de
l’ex-âmetemple [des peuples] aux Cryptes-Temple des Nations
récemment ré-esclavagisées), restent plus que jamais l’objectif
114 totalitaire numéro un afin d’enrégimenter définitivement et
totalement les masses actuelles.

Pour prendre des exemples d’actualité, certains cultes
contemporains sont ici très explicites pour notre propos :
- Les divers cultes totalitaires de la Patrie (le « G8 » du…
Dieu étatique ou encore la « Paneurope » du Dieu
fédéral…),
- Les divers cultes totalitaires de l’État (« État-Dieu » –
qui n’a la plupart du temps aucune légitimité sur les
masses civiques… ou mieux, « État
contrerévolutionnaire » [de la belle et grande… « Sécurité
Nationale »]),
- Les divers cultes totalitaires de la xénophobie (le « rejet
de l’Autre » au sens large car l’antihumanisme collectif
permet de préparer plus sereinement – dans les masses
eanti-personnalisées du G8 – la 3 … guerre mondiale),
- Les divers cultes totalitaires de la Nation (la « chaire
de… Dieu » – car le « nationalisme dur » appelle à la
« haine absolue et opportune » des autres… Nations –
amplifiant alors à la fois la… « Cohésion nationale »,
l’« Identité nationale », puis au final, la… « Sécurité
nationale »),
- Les divers cultes totalitaires de la guerre (l’inversion
schizophrénogénique du sens originel de la paix entre
les peuplades primitives [les barbares et les indigènes
autres que ceux du G8…] et les peuples…
contemporains inféodés à… l’atlantisme [le G8 – bien
évidemment !]),
- Les divers cultes totalitaires du messianisme (le Soi
révolutionnaire de… Jésus, de Bouddha ou de Moïse
étant remplacé collectivement dans l’esprit des masses
– que ce soit pour les totalitarismes de droite ou pour
eles totalitarismes de gauche des sulfureux XX et…
eXXI siècles – par les divers projets d’anti-Soi noir
universel et ultra-transgressif des « Joseph Staline »,
« Adolf Hitler », « G. W Bu…Jr » [retour contemporain
115 du « Culte de la personnalité »], « Berlu…Sr » [retour
contemporain du « Culte de la personnalité »], «
Nicholas Sar… » [Retour contemporain de l’hybride
idéologique « » et «
oligarchismes ostentatoires »], etc.),
- Etc.

Pour faire court, il s’agit pour l’infime minorité dissociée
d’Oligarques actuels – qui dirigent [déjà] Totalitaria (et/ou les
USAE actuels), de réusiner fascistissimement l’identité des 7
milliards de gueux mondiaux par les algorithmes suivants :
Passer de l’ancienne âme-temple, de l’antique monde-temple et
des vieilles communautés-temple à l’âme-crypte (appliquée
aujourd’hui aux masses), au monde-crypte (qui est déjà
contemporain) et aux communautés-s (qui sont déjà
actuelles depuis 1933…). Ces aspects [trop] hautement érudits
et, surtout, paléo-… politiques seront traités en conséquence
avec plus de tact, de profondeur et… de délicatesse dans le
Tome 3 du « Soi et du Self, Aspects spirituels » – afin de
« foutre un… bordel divin encore plus performant » – dans le
pur intérêt des masses.
Du « putsch de la brasserie » au « putsch du Fou-… Ket’s »
[perpétré par le Petit Nicholas en… 2007]
Mais que peuvent donc envisager les actuels peuples
néolibéraux du G8, aujourd’hui, [à nouveau] re-fascisés et plus que
jamais [re-]préparés aux sacrifices martiaux et néocoloniaux
finaux ? N’y a-t-il pas aujourd’hui le risque d’une énième
grande « guéguerre » bien chaude [de type…
semiPour les conventionnelle] avec à la fois des bombes à hydrogène
grandes villes Pour les centres industriels, des bombes à neutrons et des agents
biopathogènes de niveaux 4 et 5 ? (Notamment, pour les terroirs
africains, [sud-] américains, européens et, surtout, eurasiatiques
où la répartition des populations est jugée comme « trop
diffuse… » [Ou encore un peu trop urbaine] par les Oligarques de
l’Otan, du Pentagone et du G8). Ou encore : Que peuvent
envisager les tyrans des Exécutifs du G8 – aujourd’hui
caricaturalement de plus en plus auto-sacralisés [par leurs
116 propres médias transnationaux à la botte et dans la… botte],
visiblement débiles, de plus en plus schizophrènes sur le plan…
humain (Notamment, dans des formes encore larvées,
résiduelles et, quelquefois, déjà patentes) et, surtout, de plus en plus
corrompus ?

Car, il est flagrant qu’aujourd’hui les fers de lance
teutoniques des extrêmes droites gouvernementales US et des
extrêmes droites gouvernementales européennes pénètrent – de
plus en plus régulièrement et objectivement – les actuels
Exécutifs en question (Bushisme de Jr., Blairisme décomplexée,
Berlusconisme « vertical », Sarkozisme bruyamment…
pharaonique [Fouquet’s, Ordre de Mal…, mafiosisme décomplexé des
avocatures transnationales d’affaires-amies {en incluant ici
Lockeed Mar…Brigitte Lag… and Co ou encore « Les nombreux
amis pic’sous et autres grip’sous » du Petit Nicholas}, etc.]).

Ces mêmes fers de lance susmentionnés déploient ainsi
depuis peu, de manière suffisante et sans aucune autocritique,
divers fondamentalismes crypto-messianiques, divers
fondamentalismes crypto-oligarchiques ou encore divers intégrismes
littéralement millénaristes et eschatologiques – annonçant
régulièrement la fin des [de leurs] temps… [auto-]terroristes (id est
le début de la fin des temps… démocratiques ou encore un
énième retour des croisades contre les… Sarrazins coloniaux
[dits terroristes]). Quant à la stigmatisation du « totalitarisme
vert » et/ou de certains totalitarismes soi-disant tropicaux, les
thinks tanks et les médias transnationaux du G8 (à la botte, dans
la botte et/ou sous la botte) présentent nos deux entités fédérales
voyous susmentionnées (Ue et Usa inclus) comme des victimes
alors même qu’elles ré-envahissent et qu’elles recolonisent
actuellement toute la planète au travers d’immenses massacres
propitiatoires, sacrificiels, post-… collectivistes et [de facto]
pré-extinctionnels (…).
Le remake contemporain de mises à mort polytechniques
des 7 milliards de « Sous-hommes jetables »
En fait, ce soi-disant « totalitarisme vert » n’est ni plus ni
moins un authentique mais furtif « terrorisme pan-…atlantiste
117 [d’État] » (véritable « poly-totalitarisme
pentagonique/pentagonesque/pan-atlantiste » versus Al-Diada, versus
Al-Ciada, versus la plupart des formes contemporaines de «
djihadismes false flag » ou encore versus les « innombrables
stratégies de la Tension et autres auto-attentats du… G8 ») –
que nos deux grandes fédérations voyous susmentionnées
déploient dans les contrées coloniales (dont leurs propres contrées
indigènes) sous formes de vrais « faux maquis islamistes » (qui
sont de vrais « maquis contre-insurrectionnels » [du G8]) ou,
mieux, de vrais « maquis transatlantistes sous faux…
drapeaux » (dont, accessoirement, de vrais maquis sous fausses
confessions). Quant aux méta-massacres à la fois coloniaux
comme intra-nationaux (dont les actuels massacres tangentiels
de dizaines de millions de gueux – internes au… G8) qui sont
respectivement perpétrés autour et dans l’Empire transatlantiste
(en incluant ici hiérarchiquement les massacres sociaux, les
massacres sanitaires, les massacres patrimoniaux, les massacres
financiers, les massacres fiscaux, les massacres neurovégétatifs,
les massacres neurochimiques, etc. – dont sont déjà victimes au
préalable le milliard de gueux du G8 et les 6 milliards de gueux
des colonies), ils sont perpétrés au final, uniquement et
exclusivement, dans les rangs et/ou contre les 7 milliards de
soushumains de la planète. Mais, jamais, ô combien jamais, ils ne
sont aucunement perpétrés dans les rangs des 5 à 7 millions
d’hyper-élites mondialisées qui nous gouvernent et qui…
organisent elles-mêmes ces méta-massacres martiaux et
exterminationnaires. C’est pour cela que ces mêmes élites
exécutives tout juste susmentionnées se tankent aujourd’hui à la
fois dans leurs bunkers enterrés, dans leurs paradis fiscaux, dans
leurs paradis judiciaires, dans leurs niches fiscales, dans leurs
impunités d’État, dans leurs autoamnisties exécutives, dans
leurs immunités « très secret défense », dans leurs diverses
immunités diplomatiques et parlementaires, etc.
Du pangermanisme au pan-atlantisme contemporain
Il est vrai aussi que les milliardaires, les avocats d’affaires,
les énarques ou encore les industriels [transnationaux] qui
trônent doublement et/ou en alternance aujourd’hui aux zéniths à
la fois des Exécutifs du G8 et des divers Conseils
118 d’administration des Firmes Transnationales du G8 [dont aux
différents sommets impériaux du G7, du G8 et du G20 – qui
n’ont d’ailleurs strictement aucune légitimité démocratique]
sont objectivement [et ostentatoirement] très méprisants pour
leurs peuples. Car, effectivement, ils doivent absolument
protéger leurs collusions illégales et leurs intérêts pharaoniques à la
fois entre eux-mêmes et, surtout, avec l’infime minorité
d’hyper-élites mondialisées, apatrides et extrêmement
minoritaires – trônant toutes dans les Transnationales. Dans le même
sens, ils prônent quasi ouvertement une troisième grande guerre
mondiale – géopolitiquement, industriellement et totalitairement
ultra-motivante pour leurs prébendes pharaoniques des
Oligarques du G8 (comme, à plus long terme, pour leur rareté…
survivaliste). Outre bien sûr que les mêmes élites
gouvernementales du G8 sont en liens directs, constants et très richement
tarifés avec les mêmes conseils d’administration des plus
importantes transnationales et autres trusts planétaires
susmentionnés (dans le cadre de leurs co-choix stratégiques les
plus géo-criminels, les plus géo-totalitaristes, les plus
géoterroristes et les plus géo-élitaires – notamment contre les 7
milliards de gueux).
De l’ancien « Schwarze Korps » aux nouveaux « Corps
Noirs de… W-OTAN »
Pour en terminer de manière finale sur ce petit paragraphe…
didactique, il faut noter que comme l’avait si bien prévu Marx
en son temps, l’instauration de l’ « hyper-collectivisme
postnéolibéral à venir » (qui est déjà aujourd’hui en cours de
déploiement dans tout le G8) ne sera en fait possible qu’avec, à la
fois, la disparition même des États nationaux, l’abolition de
l’ensemble des frontières… mondiales, le dépérissement de
l’État contemporain en tant que (considéré comme) structure
archaïque ou encore qu’avec la re-personnalisation
anticognitive et/ou crypto-énantiomorphique des 7 ou 8 milliards de
gueux (id est dans une gigantesque énantiomorphose des gueux
- boostée par une multitude de cryptes dissociatives dédiées à
chacun d’eux). La proclamation d’une [vraie-fausse]
République Totalitaire et Universelle sous la férule du
transatlantisme (de l’Otan…) pourra alors advenir
opportuné119 ment pour s’installer ensuite durablement dans une ou deux
décennies afin que les quelques milliers d’Oligarques
euroaméricains du futur [et du présent] (dans un futur donc…
imminent) deviennent les « fers de lance totalitaires de la
posthumanité extinctionnelle » dans une… entièreté planétaire (…).
L’« anti-humanité » – qui sera alors structurellement
recolonisée – le sera en fait uniquement plutôt pour une infime caste
régnante [qui sera alors minoritaire] – notamment en utilisant
toute la panoplie des armes de destruction de masse – dont les
toutes dernières armes d’anti-personnalisation les plus raffinées.
Avant et après la troisième guerre mondiale (ou « De
l’ancienne guerre totale à l’Extinction totale qui vient »)
Mais, ô grands « mais », ce que cet immense trou du C… de
Karl Marx n’avait pas dit (Peut-être qu’il n’avait pas… senti ?
Ou, encore peut-être, qu’il n’avait tout simplement pas osé…
aborder ?), c’est que l’hyper-collectivisme en question – qui est
aujourd’hui effectivement déjà partiellement advenu en termes
de collectivismes post-totalitaires hybrides actuels, mondialisés
et [encore] relativement furtifs au niveau de tout l’hémisphère
nord (incluant ici la Paneurope post-adolfienne actuelle, la
Sibérie poutinienne actuelle, l’Empire radioactif du Soleil Levant ou
encore l’Empire fédéral et [anti-]terroriste US) – ne tend plus
vers le vieux plan de refaçonnage de la Paneurope et/ou, de
manière identique, vers la transatlantisation asymétrique [au
profit impérial des USA] de tout l’hémisphère Nord (dont ont
longtemps rêvé en secret nos Oligarques du G8 juste après la
deuxième guerre mondiale)...

Car, l’aboutissement de l’hyper-collectivisme post-libéral
[déjà] actuel – qui, accessoirement, est déjà en place depuis…
1981, correspond plutôt, en terme de « méta-totalitarisme
[logique] » (au vu de la synthèse des multiples prodromes
génocidaires et autres massacres géo-criminels du sinistre et
eprémonitoire XX siècle), au méta-projet à peine futuriste
d’extinction de toute l’humanité – les peuples et les États
euxmêmes étant devenus obsolètes pour les quelques milliers
d’Oligarques dissociés qui projettent – dans le plus grand secret
– cet ultime « black program universel ». Nos gouvernements
120 extrémistes actuels [du G8] ont ainsi procédé très
progressivement à une synthèse monstrueuse, inattendue et imprévisible à
la fois du nazisme, du stalinisme, du communisme chinois et
de… l’hyper-capitalisme néolibéral actuel (Pol Pot ayant été le
premier à tenter – prématurément [et peut-être… partiellement]
– de déployer un oligarchisme totalitaire final…). Tous ces
régimes antérieurs et/ou tous les régimes actuels ont ainsi
fusionné pour tendre depuis peu vers une forme de
métatotalitarisme résolument antimoderne et hautement
synthétique (sous une forme jusqu’alors inconnue) de type
métagouvernementalité d’extinction (pouvant être appelée, dans un
zeste de censure, « [ex-]gouvernementalité de parti » comme
avait dit – peut-être trop frileusement ou peut-être de manière
trop réductrice – Michel Foucault en son temps [Certainement
pour des motifs personnels d’angoisses extrêmes et/ou
d’inacceptabilité légitime et bien compréhensible de sa part –
face à de telles conclusions cataclysmiques {qui avaient dû très
certainement l’effleurer lui aussi !}]).

Dans cet avenir trop proche, cette méta-gouvernementalité
d’extinction sera donc à la fois ultra-oligarchique, ultra-…
bureaucratisé, post-collectiviste (elle a d’ailleurs déjà
commencée à l’être depuis peu sur tout l’Axe atlantiste) et, surtout à
plus long terme, post-martiale (avec – à la clef – une plausible
« Troisième guerre mondiale de… réinitialisation » à l’horizon
2030/2033). Nous pouvons synthétiser ce paragraphe de
manière [ré-]créative et, surtout, de manière plus didactique pour
notre lectorat (qui est très certainement sidéré) par l’algorithme
suivant « Dieu a tout d’abord été recyclé par l’Empire Roman
puis, par le Saint Empire Romain Germanique en termes de
co-pouvoirs pré-totalitaires hybrides et très novateurs » (Relire
« Les deux corps du Roi » de d’E. Kantorowicz ou encore le
« Frédéric Hohenstauffen » de Benoît-Méchin) ; « Joseph,
Adolf, Benito, Philippe, Mao, Margaret et Ronald l’ont
ensuite eux-mêmes réusinés en termes de liturgies totalitaires
beaucoup plus efficientes » ; Puis aujourd’hui, le « Saint
Empire totalitaire intégral du G8 est en train d’advenir en termes
de techno-théocraties inversées, déshumanisées et
structurele element anti-spirituelles » (…). Le 4 Empire (ou le IV Reich
[dans l’opportune traduction dans la langue des
Hohenstau121 fen !]) est donc déjà aujourd’hui – efficient – et le sera donc
encore plus, bien au-delà de notre futur imminent, dans le cadre
d’une synthèse programmatique ultra-noire et ultramoderne qui
sera à la fois « littéralement implosive » pour les post-masses
civiques mondiales actuelles et à venir (synthèse
programmatique qui est donc déjà actuelle), « littéralement antihumaniste »
[œuvrant pour l’avenir de… l’inhumanité] dans leur ensemble
et, surtout, « littéralement explosive » pour l’avenir
potentiellement ultra-radioactif et hautement enthalpique de la planète.
Ces processus hautement radioactifs sont aujourd’hui déjà bien
engagés au niveau mondial sur de nombreux points
exterminationnistes (sans comptabiliser ici l’hiver thermo-… nucléaire –
qui sera alors bien plus brûlant que l’actuel écran médiatique
débile et pseudo-scientifique du « réchauffement climatique »
[id est pour cacher – aux 7 milliards de gueux contemporains –
le risque absolu de « réchauffement… thermonucléaire
vertical » {qui sera – pour le coup – abrupte, exponentiel et…
définitif}]). Mais, bien évidemment, nos élites pensent – de
manière suffisante et délirante – que les quelques millions de
degrés des bombes à hydrogène ne concerneront pas leurs
niches d’évacuation tropicales (niches off shore d’évasions…
fiscale, judiciaire et patrimoniale) et donc n’altéreront en rien
leurs puretés génétiques, leurs hygiènes biopolitiques, leurs
intelligences métacognitives, leurs auto-divinisations
hyperinitiatiques et médiatiques, leurs cloisonnements
sociooligarchiques ou encore leurs étayages géo-financiers off shore.
« Des cryptes du Temple intérieur » des Oligarques aux
« cryptes… rectales » des 7 milliards de gueux
À noter cependant pour les puristes d’État experts es
métainformations classifiées et autres experts es
désinformationsécran (de type méta-informations pour les Oligarques exécutifs
et anti-informations pour les gueux, les serfs et les masses de
nouveaux pauvres), la « symbolique cryptée du temple » (ou le
cryptage des dispositifs rituels d’accès au Soi, d’accès à Dieu
et/ou d’accès au Temple intérieur [notamment, au sens à la fois
polythéiste, symbolico-naturaliste, paléo-judaïque ou encore
paléochrétien]) pose ici le problème des grandes servitudes
totalitaires – qui sont déjà malheureusement aujourd’hui à la
122 fois mondialisées et massifiées (bien au-delà des anciennes
servitudes standards des esclaves du G8 – qui sont antérieures
eau XIX siècle). Plus avant, la « symbolique cryptée du
temple » pose ici la problématique imminente des servitudes
totalitaires, mondialisées et finales (in fine, qui seront un jour
définitivement… abouties) ; Je m’explique : À l’origine, tout au
long des paléo- et des proto-théocraties préhistoriques,
historiques et polythéistes (dites – de manière péjorative – païennes
ou encore paganistes), la « légitimité proto-politique saine » de
ces dernières était fondée pour les pré-masses ethniques et
tribales mondiales par la quête du Soi et/ou par la quête
théocratique et/ou rituelle (à des fins d’internalisations
identitaires avancées et/ou de quête du Soi des gueux croyants et des
gueux pratiquants) de l’identité interne, du « Temple intérieur »,
de la « kaa’ba » spirituelle de chacun, du [de son] Dieu
intérieur, etc.
Éviter que les gueux accèdent au sens du Soi et, surtout, au
sens des Cryptes dans le Soi
Nous allons aborder ici, un peu plus avant, les notions de
préemption et de mise au secret – par les élites – de la
signification spirituelle du « temple intérieur » ou encore de la « Kaa’ba
intérieure ». Cette quête théocratique de l’identité interne et/ou
du Soi – appelée aujourd’hui de manière sécularisée « quête de
Dieu » – s’effectuait via des dispositifs transmillénaires et
transgéographiques [qui existaient bien avant la naissance du
Christ et qui correspondait le plus souvent à des dispositifs
rituels portatifs de type tente, tabernacle démontable, arche
portatif ou topoglyphe naturel] de ritualisation, de mise en
ordre, de mise en sens et d’actualisation conscientes des
ancrages identitaires et émotionnels (du Soi, de l’Âme, du Temple
intérieur et/ou du Dieu intérieur des premières théocraties
primitives [fondées sur la quête de Dieu au sens archaïque]) des
premières peuplades plus ou moins nomades et, souvent, peu ou
pas encore sédentarisées. À l’image de la tripartition du cerveau
(les trois strates verticales du cerveau [cf. en infra], des trois
niveaux de conscience ou encore des trois reliefs horizontaux
du Soi, les prêtres de tous les âges transhistoriques et de toutes
les religions authentiques issues de la hiéro-histoire non
offi123 cielle (« histoire authentiquement sainte » qui n’a rien à voir
avec les diverses pseudo-spiritualités transhistoriques – qui sont
toutes subtilement inversées – des États et/ou des divers
Empires coloniaux du passé et du présent) ont quasiment tous eu
l’intuition d’un plan organisé tri-topographiquement (structure
tripartite) au sol avec un parvis, une nef (le Saint) et une salle
secrète de fond (le Saint des Saint). Suivant les diverses
peuplades et les diverses traditions transmillénaires de chaque pays,
cette trilogie pouvait donc représenter dans l’organisation
sérielle et topographique des différents rituels sacrés soit les trois
niveaux de conscience (la pré-conscience brumeuse ordinaire
[le parvis], la non-conscience obscure et/ou forclose [le Saint ou
la nef] et l’inconscience noire et/ou dissociée la plus absolue, la
plus complexe ou encore la plus profonde [appelée suivant les
traditions le « Saint des Saint », la « Kaa’ba avec ses pierres
noires », le « temple noir » avec ses cryptes et ses profonds
puits, le « Soi noir » avec ses identifications
endocryptiques, etc.]), soit les trois niveaux matriciels et/ou horizontaux
du Soi (le Soi corporel général, le Soi cognitif général et le Soi
sociopolitique général) ou encore quelquefois, pour finir, soit
les trois niveaux verticaux d’intégration de trois strates
physiologiquement superposées du cerveau (le tronc cérébral ou Soi
corporel et neuro-végétatif, le système limbique ou Soi
émotionnel et le néocortex et/ou les exo- et xéno-Soi existentiels
(appelés aujourd’hui, aux niveaux populaire et
pseudoscientifique, « moi » ou « ego de surface »).

Au total, la structure tripartite des rituels et des diverses
architectures religieuses transhistoriques au niveau mondial
reflète donc la structure unique et transmillénaire de l’identité
humaine et du Soi au niveau mondial. La plupart des grands
monument transmillénaires étudiés par l’archéologie
reproduisent ainsi de manière topographique et/ou topologique à la fois
la structure tri-matricielle du Soi général {tri-structure
matricielle et/ou tri-structure horizontale du Soi émotionnel ou du
système limbique}, la structure tri-stratifiée du cerveau humain
{avec le tronc cérébral en tant que plancher neuronal du
cerveau, le système limbique en tant que système neuronal
intermédiaire et le néocortex en tant plafond neuronal du
cerveau}]) ou encore la structure tri-graduelle de l’inconscient…
124 spirituel des anciennes peuplades polythéistes (état névrotique
ou état normal, état psychotique et, pour finir, état dissociatif ou
état… cryptique). D’autres analyses connexes existent et/ou
d’autres analyses contradictoires ont été avancées sur ces trois
niveaux – mais restent transhistoriquement secondaires.

Par exemple, le noyau dur des rituels d’accès initiatiques aux
Soi corporels ou aux identités corporelles essentielles (qui
étaient transmillénaires et transgéographiques) correspond aux
rites d’ablution corporels, aux rites sensoriels (encens,
enfumoirs, etc.), aux rites circumambulatoires ou encore aux rites
alimentaires. Quant au noyau dur des rituels initiatiques d’accès
aux Soi cognitifs les plus essentiels et à leurs différentes formes
de cognition (qui étaient aussi transmillénaires et
transgéographiques), il correspondait à des rites de prières, à des rites
d’introspection, à des rites d’études des lois sacrés [liées au Soi,
à dieu, au temple intériorisé, etc.], etc.). Pour finir, le noyau dur
des rituels initiatiques d’accès aux Soi sociopolitiques (qui
étaient, là encore, transmillénaires et transgéographiques)
correspondait à de rites sacrificiels, à des rites d’oblation ou encore
à des rites de contre-pouvoir (au sens où les rituels initiatiques
orientés sur la cryptolyse et la crypto-analyse des parties les
plus obscures du Soi du pèlerin ou du Soi du croyant induisaient
à l’époque un risque quasi collectif de « subversion rebelle…
saine » à toute soumission politique et/ou à toute
domestication… coloniale). Car, la résurrection personnelle induit en
quelque sorte l’insurrection politique… ou, du moins, induit une
bien moindre perméabilité idéologique [très gênante pour l’État
colonial et/ou l’État milicien] à toutes les formes étatiques de
propagande et/ou à toutes les formes d’oppressions politiques,
impériales, sécuritaires, antiterroristes, spirituelles, etc. Les
Romains avaient bien compris cela en leurs temps en buttant et
en torturant les rebelles et les insurgés – opposés à l’Empire
(dont, pour exemple emblématique, le… Christ).
125 Déploiement de la « Contre-révolution millénaire
perpétuelle et éternelle » par et pour l’infime Oligarchie
transhistorique
Ce dernier point explique pourquoi les Babyloniens, les
Perses ou encore les Romains détruisirent et pillèrent
systématiquement les temples juifs et chrétiens et déportèrent
minutieusement et laborieusement en captivité la plupart des
grands prêtres des xéno-religions primitives des différentes
zones colonisées. Car, pour les Romains agnostiques (outre
leurs religions d’État imposées), les prêtres étaient trop instruits
aux niveaux des rituels et, surtout, ils étaient les gênants
dépositaires du « sens identitairement révolutionnaire », voire du sens
identitairement insurrectionnel » des… rituels. De plus, les rites
de ces époques très anciennes – en étant fortement centrés sur
l’identité interne ou encore en étant très purs quant à leurs
valeurs sémantiques des plus individuantes (ces valeurs étant
notamment non encore sécularisées ou encore étant
politiquement non encore désacralisées) restaient accessibles
(démocratiques) à tous les pratiquants sans distinctions élitistes,
classistes, raciales ou ethniques. Les conséquences directes et
collectives (conséquences anti-collectivistes) étaient que chaque
peuplade pouvait, à ces époques reculées, accéder rituellement
aux parties les plus puissantes, les plus cryptées et les plus
noires de leur Soi personnel et/ou de leur âme – ce qui
provoquait alors des prises de conscience politiques, humanistes,
insurrectionnelles, voire anti-impériales… abyssales. Ces rituels
identitairement [et politiquement] libérateurs – risquaient donc
de faire opposition potentiellement à tout Imperium colonialiste
ou à tout État colonial naissant. Mais, surtout, ils risquaient de
faire objectivement « barrages insurrectionnels » (Insurrections
transhistoriques des Zélotes, des Esséniens, des juifs, etc.)
contre toutes les formes de pouvoirs politiques trop serrés ou,
encore et surtout, contre toutes les formes de pouvoirs
coloniales les plus tyranniques, géo-criminels ou les plus
absolutistes (qui, à l’époque, minaient déjà tout le
MoyenOrient).
126 Démultiplications dissociatives et cryptiques de la
personnalité des Oligarques du G8
Les premiers tyrans d’État et les premiers grands criminels
d’Empire avaient très bien senti sous les angles coloniaux et
despotiques que les premiers hommes-temple risquaient de
déboucher sur de dangereuses communautés-temple – qui
pouvaient à la fois spirituellement s’unifier et donc surtout, qui
pouvaient finir par s’opposer à l’infime élite coloniale-temple –
comme, aujourd’hui, à l’Oligarchie-temple de l’hémisphère
Nord (qui est un des thèmes principaux de notre ouvrage). Ces
mêmes Oligarques – se croyant seuls dépositaires « universels »
de la signification intérieure et/ou spirituelle du Temple – se
réservaient déjà alors secrètement, pour eux seuls et/ou pour
leur caste, à la fois les séquences rituelles les plus essentielles,
les méta-informations spirituelles les plus cachées ou encore les
significations spirituelles les plus profondes (notamment le sens
initiatique caché de la « pierre noire », de la « crypte noire », de
la « dissociation la plus ficelée et la plus circulaire » – [qu’il
fallait injecter] internalisée dans le Soi [des gueux et/ou des
esclaves-masse], etc.).

Car, quand on étudie la symbolique transreligieuse et
transmillénaire de fond en comble, on se rend compte que les flèches
très effilées des cathédrales, des pyramides, des pagodes, des
temples et des mosquées sont toujours (intentionnellement) en
contradiction totale avec, respectivement, leurs cryptes, leurs
puits, leurs caves, leurs arches ou encore leurs « pierres
noires ». En fait, elles devaient obligatoirement être reliées (au
sens étymologique de « religere ») au niveau collectif à la fois
par « analogies rituelles », par « mises en sens » et par «
conscientisations matricielles et verticales » afin que les humains
(nos milliards de gueux passés et/ou actuels) puissent accéder
de manière salvatrice à leur humanité spirituelle. Quand ces
processus transmillénaires et transgéographiques sont rompus
et/ou sont préemptés par une élite dissociée ou par une élite
perverse de pouvoir – de manière indue (élites de pouvoir qui se
les approprient et/ou qui les réusinent manipulatoirement en
liturgies politiques et en religions totalitaires), on appelle cela le
totalitarisme.
127 Du camouflage, du ré-habillage puis du retour
contemporain des vieilles doctrines nazies
Dans le même sens, il existe aujourd’hui encore – de
manière caricaturale – de nombreuses censures rampantes portant à
la fois sur les divers mécanismes des liturgies totalitaires, sur
les techniques de propagande d’État les plus avancées, sur les
analyses « classifiées » autour du concept de « Soi noir » et/ou
autour du concept d’anti-Soi universel appliqué aux masses
(l’« anti-Soi des masses » – résultant des dissociations opérées,
intentionnellement et de manière structurale, par les Nazis [qui
avaient d’ailleurs longuement et secrètement étudiés ce concept
pour leurs propagandes politiques à l’époque]), sur les
définitions aujourd’hui encore volontairement fragmentées et
censurées au sujet de l’identité humaine et de ses dynamiques
au niveau universitaire(définition d’État toujours pas posée clairement
et/ou… officiellement encore aujourd’hui), etc.

Encore aujourd’hui, il existe par ailleurs toujours des
censures rampantes incroyables portant sur des thèmes, pourtant
évidents et souvent caricaturaux – notamment au sujet de la
personnalité de l’être humain et de ses mécanismes à la fois
au niveau universitaireévolutifs et involutifs (définitions d’État qui ne
sont toujours pas posées clairement et/ou… officiellement) ou
au niveau encore au sujet du Soi et/ou du Self (définitions d’État
universitaire qui ne sont toujours pas posées clairement et/ou…
officiellement [alors même que ces définitions sanitairement,
spirituellement et… politiquement stratégiques existent aux
niveaux infra- et supra-scientifiques – respectivement en
dessous [sous la botte…] des censures universitaires les plus
directes comme au-dessus des censures d’État les plus
subtiles…]). Mais, rassurons ici notre lecteur généralement crédule
et naïf, toutes les autres disciplines – tant dans les sciences
humaines que dans les sciences exactes – sont concernées. À noter
cependant – pour faire un clin d’œil aux gueux du monde entier
– que les mêmes Oligarques-temple actuels susmentionnés et/ou
que les infimes castes-temple qui nous gouvernent (à nouveau
impérialement et/ou féodalement) et qui croient avoir les clefs
du temple intérieur, n’ont en fait que des fragments incomplets
et vides de clés transhistoriques qui ne fonctionnent pas et qui
128 n’ont, en fait, jamais fonctionnés (eu égard à leurs échecs
transmillénaires récurrents contre les [7 milliards de] gueux –
qui s’en sont sortis auparavant et qui s’en sortiront toujours). En
fait, les Oligarques-[pseudo]temples actuels ne sont que dans la
crypte du [de leur] temple (dont ainsi, dans leurs contradictions
les plus insurmontables et les moins conscientisables aux
niveaux de leurs innombrables… anti-Soi personnels – qu’ils
essaient d’imputer ensuite de manière multi-topique, projective
et manipulatoire dans la cognition des 7 milliards de gueux
actuels). Ils sont donc, à leur insu, en exil à la fois de leurs Soi,
de leur propre temple spirituel intérieur et de l’ex-temple
spirituel de l’humanité – auquel ils n’ont pas accès et n’auront
jamais accès (notamment en étant inconsciemment et
définitivement à la fois hors du Temple et dans les cryptes de leur
propre… « Temple »).
Premières ébauches des nouvelles « Élites noires » et des
nouveaux « Corps noirs d’État » du G8
Car, la vraie initiation spirituelle – si elle est authentique –
consiste très difficilement à oser entrer dans les cryptes de son
Soi pour sortir ensuite des cryptes du monde dans lesquelles vit
inconsciemment et quotidiennement tout sujet ordinaire (pauvre
ou riche – même s’il se prend pour un sang-bleu en tant que
Noblesse de… robe« Rededeux » [Adolf se taperait le cul par terre…]).

Car, « Rentrer dans le temple de l’humanité » (et non
« Ravager l’humanité et s’approprier ses richesses tout en
massacrant, [accessoirement] chaque siècle, des dizaines de
millions de sous-humains » [qui sont considérés comme
nonhumains ou sous-humains par les mêmes élites géo-criminelles
susmentionnées]) implique de rentrer dans le « Temple de
l’âme en… Soi » (ou, in fine dans le « Temple du… Soi » – au
sens… prophétique primitif). Et, c’est un fait flagrant de
constater que tous les initiés d’État actuels (qui se prennent pour de
grands initiés [se croyant « hautement spirituels » dans leur
suffisance caricaturale] ou encore qui se croient généralement
méta-renseignés [Pensons ici aux deux pyramides inversées à
l’entrée du Louvre !]) n’ont pas vraiment fait vœux de chasteté,
de pauvreté, d’humilité et de modestie (La « pesée de leur
129 âme » serait sûrement très douloureuse au niveau…
hémorroïdaire]. De facto, ils n’ont visiblement aujourd’hui aucune
empathie pour les 6 ou 7 milliards de pauvres et de miséreux du
monde qui sont actuellement en train de crever à petits feux.
D’ailleurs, ils aiment, au préalable et/ou prémonitoirement, les
massacrer dans des multitudes de colonisation, dans des
multitudes de guerres, dans un nombre incalculable de massacres
indigènes et, depuis peu, dans d’immenses guerres mondiales
(qui sont répétitives) où sont massacrés des dizaines de millions
d’innocents gueux indigènes ou encore où sont massacrés les
meilleurs éléments de leurs propres gueux nationaux [qui
deviennent alors des bidasses décérébrés en tas cadavériques,
incultes et dépolitisés – car transformés en « chaire à canon » et
en « terre glaise de… camps »]).

En fait, les Oligarques-[pseudo-]temple sont tout simplement
hautement dissociés et/ou… schizophrènes dans leurs
prétentions pseudo-initiatiques et dans leurs délires authentiquement
sectaires (en incluant ici – n’en déplaisent aux polices politiques
et aux parlementaires à [dans et sous] la botte – les francs-macs
[au niveau de l’UE], l’Opus D. [Vatica…, Espana, etc.], la
Sciento [US, réseaux Gladio – internes à l’Europe, etc.], l’Ordre
de Mal… [Qui est un État souverain sans… territoires – mais
qui a de très jolies banques off shore…], etc. Toutes ces sectes
d’État – qui sont ultra-protégées par les… Parlementaires et les
Polices Politiques – œuvrent ainsi principalement à coopter les
« élus politiques » et les « élites entrepreneuriales » les plus en
vue et/ou les plus puissantes [les plus… friquées] pour se « faire
du blé », avoir le « Pouvoir politique à l’état pur » ou encore,
plus simplement, « pour déployer des « États Oligarchiques à
l’état… pur » – opposée tyranniquement à leurs masses de
déchus [« État pur » et « Oligarchie… pure » étant inclus ici…].
Fin de la « petite » parenthèse à la fois opportune, facétieuse
et… terroriste [Intellectuellement parlant ! Bien sûr !]. La
DCRIPP (« Acronyme d’acronyme qui a été modifié
sciemment » – mais qui est facile à reconstituer !) pourrait, sinon,
fabriquer un joli dossier à charge – notamment grâce [par
exemple] à ma gênante « bibliographie… terroriste » (en fait,
dans le cadre des tout nouveaux délits politiques – qui
commencent à se « repointer » subrepticement dans le Code pénal [sans
130 compter ici les merveilleux aménagements d’exception du
CPP).
De l’« industrialisation des cryptes » dans le Soi des 7
milliards de gueux
D’où l’on comprend mieux la destruction simultanée des
différents temples et des différents lieux de culte les plus essentiels
– comme l’extermination de la plupart des prêtres de haut
niveau (porteurs des savoirs sacrés ancestraux) qui symbolisaient
abruptement – pour les premiers Empires coloniaux et
tyranniques – à la fois l’interdiction des protocoles d’unité et
d’alliance nationales (des juifs, des chrétiens, des
musulmans, etc.) qu’elles soient territoriales ou spirituelles (par ex.,
l’Arche d’Alliance était un symbole et un vecteur politiques
pour les Juifs). D’où l’on comprend aussi la destruction des
premières royautés spirituelles authentiques [qui étaient
colonialement gênantes] (qu’elles soient locales ou régionales) qui
symbolisaient l’autorisation absolue – accordée à tout croyant
(quelle que soit sa religion, son statut social ou son origine
ethnique) – de s’individuer spirituellement ou identitairement via
son Dieu intérieur, via son Soi ou encore via son propre temple
de [son] l’âme (processus considérés comme trop
autonomisants au niveau de la conscience identitaire de Soi et, donc,
considérés comme « potentiellement générateurs
d’insurrections » et « contre-impérialistes »).

Afin de ne pas nuire à leur unité idéologique, les puissances
coloniales occupantes œuvraient ainsi déjà à l’époque à ce que
les peuples colonisés vouent un culte spirituellement inefficient
– notamment à des « veaux d’or » (dont des rites anti-spirituels,
antireligieux et pseudo-initiatiques qui œuvraient à la
domestication et/ou la mise en confusion collective des croyants
indigènes) ou encore à des « rites d’État » volontairement
désémantisés, dépersonnalisants, intentionnellement
« squelettisés » ou encore subtilement anti-personnalisants (Cf.,
par ex., la liturgie politique d’État des Romains – liée au « Sol
Invictus » – qui était véhiculée doctement et intelligemment
[« intelligence » au sens US actuel…] et qui était imposée sur
tous les territoires nouvellement annexés de l’Empire Romain).
131
D’ailleurs, ces protocoles pseudo-religieux étaient calculés
puis déployés par les « prêtres politiques » des puissances
coloniales et/ou des puissances d’occupation (qui étaient alors en
quelque sorte les premiers idéologues d’État chargés de
fabriquer les premières liturgies totalitaires). Car, à cette époque,
l’État colonial dans ses formes archaïques et/ou l’État totalitaire
criminel dans ses formes impériales existaient tous deux déjà
(comme aujourd’hui) – notamment avec les Perses, avec les
Babyloniens ou encore avec nos avides et délirants Romains.
Empêcher les 7 milliards de gueux de se désincarcérer des
cryptes inconscientes de leur Temple intérieur pour voir
leur propre Soi
L’accès rituel au Soi et la régulation spectrale et globale de
la matrice identitaire de tous les humains, de toutes les tribus
antéhistoriques ou encore de toutes les peuplades primitives
permettaient d’accéder à l’antique route de la liberté politique et
de l’authenticité spirituelle [intérieure] la plus raffinée. Ces
différents dispositifs transmillénaires et transgéographiques de
ces époques lointaines étaient donc plus ou moins spontanément
similaires au niveau mondial. Ils ont ainsi permis, pendant des
dizaines de milliers d’années, un travail d’individuation
individuel et… collectif – non pas fondé (et destiné à…) sur un
pouvoir politique quelconque – mais sur le « libre-arbitre
intérieur le plus large » étayé par l’intégration d’un Soi spectral et
approfondi pour tout-un-chacun et sans aucun élitisme
d’aucunes sortes (dont à l’époque, pour les toutes premières
tribus – bien avant l’apparition politisée [pro-étatique et/ou
procoloniale] et très récentes des nationalismes, des ethnicismes,
des racialismes, des classismes, des premiers impérialismes
politiques [implantées par les États désacralisés
euxmêmes], etc.). Au passage, c’est pour cela que même
aujourd’hui les concepts géostratégiques d’identité, de Soi et de
« propagande noire » sont aujourd’hui littéralement bétonnés et
censurés dans la plupart des recherches universitaires de niveau
doctoral et/ou postdoctoral (alors même que le Soi est le
concept actuel peut-être le plus important à étudier dans la plupart
des disciplines humaines et… humanistes – qui sont
culturelle132 ment, socialement et géopolitiquement fondamentales [et qui
sont, par conséquent, aussi absolument gênantes pour les États
les plus puissants quant à leurs applications opérationnelles
pouvant œuvrer totalitairement à la morbidité de leurs gueux
et/ou à leurs anti-individuations intérieures les plus droites et/ou
les plus encadrées sur le plan inanitaire]).
Maintenir tous les gueux dans les cryptes du Temple [ou
dans les cryptes de leur Soi] afin que les systèmes sociaux du
G8 restent des… cryptes
Les triptyques rituels renvoyaient donc au tryptique
structural du Soi [de l’identité émotionnelle, de Dieu, de l’Âme, de la
Trinité interne, du Temple intérieur, de la Kaa’ba intérieure, de
l’Arche intérieure, de l’Église intérieure, etc. [ou de Dieu – dans
toutes ses versions des plus communes – depuis deux mille ans
– versions qui sont toutes déjà aujourd’hui… sécularisées,
cryptées, désémantisées, toujours plus énigmatiques et
brouillées, etc.]). Ces triptyques rituels visaient à opérer de
manière à la fois analogique, mimétique, millimétrique ou encore
herméneutique [cryptolytique et/ou
anti-cryptoénantiomorphique…] une descente déambulatoire, rituelle et
contemplative vers les mystères de l’être intérieur de chaque
humain – id est dans les profonds canyons du Soi, dans les
cryptes du Soi, dans les abysses du Soi, dans les Tables de la
Loi du Soi, dans les « pierres noires » du Soi, dans les puits les
plus profonds du Soi ou encore sur les hauts plateaux du Soi.

L’objectif initial était d’activer, de manière différentielle
mais compilatrice, à la fois une intelligence émotionnelle [de
type] matricielle (intégration horizontale de la sensibilité
générale et/ou des trois Soi matriciels du système limbique), une
intelligence purement verticale (intégration verticale et/ou
approfondie de chaque lieu de la sensibilité et/ou de chaque niche
du Soi – quelles soient vides, sombres, traumatiques, lésionnels,
séquellaires, déficitaires, etc. – afin de les transformer au besoin
en Soi apurés, pleins, conscientisés et actifs) et, surtout, une
intelligence tricamérale, trialectique ou encore tri-stratologique
[équilibration des trois strates cognitives du cerveau humain].
Au final, cette équilibration trialectique (notre vieil ami Piaget
133 parlait, à juste titre, à la fin de sa vie de « l’équilibration des
structures cognitives ») visait à équilibrer trialectiquement à la
fois la strate-plancher structurée par les Soi neurovégétatifs [ou
« Tronc cérébral »], la strate centrale ou strate intermédiaire
structurée par les Soi émotionnels [ou « système limbique »] et
la strate plafond du moi social de surface ou de l’ego rationnel
[ou « néocortex »].

À noter pour tous les imbéciles, pour tous les désinformés de
tout bord et, surtout, pour tous les désinformateurs d’État
[déguisés ou non] (scientifiques d’État, théologiens d’État et autres
statolâtres de tous bords à double solde) que le néocortex –
aujourd’hui divinisé [« ô… QI mon Amour {amour… défensif !}
en tant qu’idole scientiste – des plus manipulatoire – de la
lancinante postmodernité neuro-idéologique [et de postmodernité
neurocognitive !] actuelle [dans le sens où tous les outils
scientifiques, religieux, idéologiques, etc. actuels tendent à vectoriser
nonchalamment une dyssynchronie cognitive maligne entre les
trois strates neurologiques des masses civiques mondiales {Paul
Mac Lean ne serait pas très content !}] – n’est que le siège
restrictif des comportements socio-écologiques, de la raison
rationnelle/scientifique ou encore des habiletés
restrictivement… sociocognitives.

Pour faire court et pour faire un joli pied-de-nez créatif [et
curatif] à toutes les prélatures scientifiques – enclavées et/ou
Espana et Vaticana Italiainfiltrées (Opus D. , Ordre de Ma. ,
FrancsFrancia et United King… Usa Germania Licio M. , Sciento. , Rose-Cr. , Loge P2
Gel… Otan, Gladio , etc.) dans les institutions de recherche des
[pseudo-]Républiques oligarchiques actuelles de l’hémisphère
nord, nous avons respectivement l’intégration matricielle du
temple intérieur (intégration matricielle du système limbique
et/ou du Soi émotionnel), l’intégration verticale de chaque
colonne du temple (ou intégration verticale de chaque lieu, de
chaque crypte ou de chaque pierre noire du Soi émotionnel) et,
pour finir, nous avons l’intégration compilatrice et interactive
(ascendante et descendante [les crypt-analystes apeurées
comprendront…] des trois temples intérieurs que sont le moi social
général (id est notre « néocortex » – pouvant être appelé aussi
plus communément « ego » ou encore [plus techniquement]
134 « exo- et/ou xéno-Soi social de surface »), le Soi émotionnel
général et le Soi neuro-végétatif général.
La désacralisation de la symbolique [perte du sens] du
temple, du cube et de la… pyramide chez les 7 milliards de
gueux actuels
Pour durcir un peu plus opportunément notre pied-de-nez
susmentionné, il suffit de rentrer au Musée du Louvre où l’on
voit mécaniquement (et/ou obligatoirement à l’entrée canalisée
par et pour la Sécurité Nationale…) les deux pyramides
inversées [inversions qui ont plusieurs niveaux de sens] (les deux
pyramides – l’une de verre, l’autre de pierre – jouant sur les
opposés « transparence [des gueux]/opacité [des élites] »,
« droiture [des élites]/inversion [des gueux] », « tête à l’endroit
[des élites]/tête à l’envers [des gueux] », etc.). Le sens de ce
symbole est bête, méchant et un zeste… machiavélique puisque
sa valeur symbolique correspond directement au sens crypté du
pouvoir politique le plus illégitime et le plus perverti avec à la
fois :
- Une infime pyramide à l’endroit en pierre de quelques
dizaines de centimètres (qui représente l’infime caste
d’Oligarques opaques et tout-puissants qui nous
parquent et qui nous tondent actuellement),
- Qui est elle-même posée sous une immense pyramide
retournée et/ou à l’envers faites de 698 losanges de
verre (représentant les [masses de] gueux de… verre –
qui sont de plus en plus légers, de plus en plus fragilisés
et de plus en plus transparents – avec, en sus (…), la…
tête à l’envers).

François II, l’ex-Roi de France élu en 1981 (François III
étant l’actuel Roi de France – aujourd’hui en 2015) – qui était
soi-disant socialiste – a imposé à l’époque cette symbolique
pseudo-exotérique (de facto, hautement ésotérique pour la
plupart [sauf pour quelques érudits/initiés]) que l’architecte
luimême a appliqué très certainement sans vraiment savoir et/ou
sans vraiment [avoir l’autorisation de] sentir quel était son sens
[totalitaire] véritable. À noter qu’à la fin de tout système
poli135 tique transhistorique, la pyramide de verre se brise toujours
structurellement et totalitairement en des millions, voire des
milliards de petits morceaux (en tout – très exactement – en 7
milliards de tous petits morceaux fracturés, atomisés et, de plus
en plus souvent, radioactifs…).

Il ne reste alors que la pointe effilée de notre petite pyramide
oligarchique en pierre très dure et très opaque (qui ressemble
aujourd’hui plus à une pagode bouddhiste avec une pointe de
plus en plus haute et effilée et une base de plus en plus large,
aplatie et miséreuse [« Un peu de sur-créativité ne nuit pas ici à
notre écrit un tantinet… anxiogène » {pour les élites initiées
d’État en question !}]). Car, tous les régimes oligarchiques
et/ou monarchiques – qui ont traversés la scabreuse histoire
préhumaine ou, plutôt, la scabreuse histoire post-humaine de
l’ultra-violent hémisphère Nord – se sont toujours délités, de
manière systémique et systématique, en effondrements
inté1789, 1917, etc. 1871, 1918, 1945, rieurs comme en effondrements extérieurs
1991, 2008, 2025, 2033, etc.

Donc, contrairement aux idées reçues, l’intégration la plus
haute du Soi correspond à un triple processus d’individuation et
d’harmonisation aux niveaux des 3 formes d’intelligence que
contient le cerveau humain et qui sont, au passage, universelles
: Individuation et/ou intégration horizontale (ou matricielle) des
trois Soi émotionnels, intégrations micro-verticales (dont
herméneutique, phénoménologique et thanatolytique) des niches
représentationnelles aux niveaux des trois grandes strates
neurologiques (dont aux niveaux à la fois des Soi neuro-végétatifs,
des Soi émotionnels et des moi socio-relationnels de surface) et,
au final, triple intégration équilibrante et/ou synchronisation des
trois strates du cerveau (équilibration simultanée et à double
flux [ascendante et descendante] du néocortex, du système
limbique et du tronc cérébral).

Plus simplement ou plus localement, il s’agit du monitoring
fin des trois graduations et/ou des trois niveaux standards de
l’inconscient (inconscient cryptique, dissociatif ou thanatique,
inconscient psychotique ou forclos et inconscient « normal » ou
dit « névrotique ») couplé au monitoring fin des processus de
136 restauration matriciels ou horizontaux du Soi. En termes de
désinformations, les Oligarques cryptophiles et cryptophores
comme les gueux-perroquets – qui sont, pour la plupart,
incultes, non initiés et non scientifiques - décrivent à la fois de
manière simpliste, sans aucune humilité et, généralement, sans
rien sentir, ces processus de santé essentiels en termes très
restrictifs d’« harmonies initiatiques » - sans rien connaître à la
fois des matrices horizontales comme des verticalités
thanatiques du Soi. Mais, au final et toujours, ce ne sont que les 7
milliards de gueux-perroquets qui sont ensuite, transformés
en… « doryphores-esclaves » - à traiter chimiquement,
radiologiquement, militairement ou totalitairement (…). Nous
reviendrons sur ces points stratégiques aux chapitres suivants.

Pour faire court, le cerveau humain et/ou l’intelligence
humaine correspondent en quelque sorte à un 6X6 à six roues
motrices indépendantes qui sont elles-mêmes couplées à un
verrouillage de différentiel arrière débrayable… [Ça n’est pas
très esthétique mais cette analogie… mécanique a le mérite
d’être claire…]. À noter que, très curieusement, les patients
comprennent très bien, en général, cette puissante analogie
didactique au fumet… mécanique…
Collectivopolis ou De la Rome washingtonienne
contemporaine
L’intérêt de ce processus d’individuation susmentionné va
bien au-delà du simple accès à la version très simpliste d’un
« Soi soi-disant supérieur » (qui, en fait, est un très vieux
truisme – qui a été plus ou moins usiné et réusiné en
« boucles… désinformatives » par Carl Gustav Jung, par Heinz
Kohut, etc.). Cet intérêt est d’arriver à se connaître au niveau le
plus achevé afin, en quelque sorte, de « Faire de Dieu la source
à la fois de son existence et de sa subjectivité » (sous un angle
purement… spirituel). Mais là où le bas blesse, c’est que
l’antique pouvoir théocratique (transmillénaire) du Soi (ou de
Dieu) – quand il est appliqué sainement aux masses civiques –
est structurellement incompatible avec la pérennité et, surtout,
avec le « durcissement totalitariste systématique » de tout
pouvoir politique, étatique, impérial ou totalitaire. Nous retrouvons
137 ici le thème de cet ouvrage et des chapitres qui vont suivre sur
ces sujets « tabous » – qui sont, sur le plan politique,
objectivement très sensibles. De ce fait, ils sont réellement rarement
traités (encore aujourd’hui) ou quand ils le sont, le traitement
est, en toute logique, très superficiel, fragmentaire et, souvent,
que ponctuelle. Pour que le pouvoir totalitaire de Rome et de
César au niveau transmillénaire (Que ce soit la Rome impériale
des Romains, la Rome du Vatican ou encore, aujourd’hui, la
Rome washingtonienne contemporaine [id est Collectivopolis])
puisse émerger et se pérenniser, il faut que l’ensemble des
codes sémantiques, des codes rituels ou encore des codes
symboliques soit détruits, désémantisés et, surtout, cryptés (ou, in
fine, qu’ils soient transformés en « cryptex d’État » et/ou en
« sécularex d’État »). Le « Soi des masses peut alors se
noircir » ou, plutôt, « l’accès spirituel au Soi collectif » devienne
inaccessible aux peuples ou, du moins, ne reste accessible
partiellement qu’aux élites les plus corrompues et/ou les plus
antihumanistes (Élites qui sont – aussi accessoirement –
profondément antidémocrates et néo-esclavagistes dans… l’âme)
(…).

N’oublions pas ici que Jésus a été torturé puis s’est fait
« butter » par le pouvoir romain. Dans la récente version
réhistoricisée et désidéologisée (Cf. les écrits secrets – retrouvés à
Nag Hammadi en Égypte dans les années 50), Jésus était avant
tout, outre son charisme authentiquement spirituel, un puissant
meneur politique qui a subi, ni plus ni moins, un meurtre
politique sous la férule du terrorisme d’État le plus crasse de
l’Empire Romain – alors à son zénith de toutes-puissances
géopolitiques et de délires mégalomaniaques. De facto, à l’époque,
il s’agissait là d’une exécution extrajudiciaire et/ou d’un
assassinat politique ciblé – opéré par un pur régime totalitaire. Nous
retrouvons là aussi, sur ces mêmes thèmes de recherche, qu’une
toute petite élite très pointue et très peu connue d’une dizaine de
chercheurs au niveau mondial – qui ont travaillés sur « le
sujet ». Dans cette même logique, cette infime élite de chercheurs
est aussi la moins médiatisée aux yeux du grand public (qui doit
le moins possible accéder à ce segment particulier de données
politiques des plus particulièrement… gênantes). Nous
reprendrons ainsi tout au long de cet ouvrage les recherches de
138 Jacques Ellul (« Anarchie et Christianisme » et « Subversion et
christianisme »), de Marcel Gauchet (« Dettes de sens et
naissance de l’État »), d’Ernst Kantorowicz (« Les deux corps du
Roi »), de Norman Cohn (« Les fanatiques de l’apocalypse »),
de Jacques Benoist-Méchin (« Frédéric de Hohenstaufen »), de
Jean-Pierre Sironneau (« Sécularisation et religions politiques »
[Qui est une thèse extrêmement pointue…]), de Jean-Michel
Vernochet (« Les Égarés. Le Wahhabisme est-il un contre
Islam ? »), d’Henry Corbin (« Temple et contemplation » [qui
est, à notre avis, un des meilleurs ouvrages de théologie
polietique du XX siècle]), etc.

Dans le contexte et dans la conjoncture des époques
paléolithiques, mésolithiques et néolithiques où il n’y avait que très
peu d’humains et, surtout, où il n’y a pas encore de structures
étatiques (mêmes embryonnaires), les immenses machines de
conscientisation émotionnelle et d’accès au Soi de cette période
collectivement sereine (qui étaient non encore bellicistes ou non
encore collectivistes [Relire ici le très censuré Jean Lerède]) ont
permis à l’espèce humaine de vivre en paix à la fois à l’intérieur
d’elle-même, entre tribus, avec la nature ou encore avec les
autres animaux pendant plusieurs centaines de millénaires (pas
de guerres, pas de massacres, pas de zoocides, pas de génocides,
pas d’écocides, pas… d’ethnocides, etc.). Les restes planétaires
de ces immenses machines paléolithiques de conscientisation et
de mise en sens du Soi et de l’identité des proto-masses et/ou
des pré-… gueux (qui étaient alors encore des… humains) sont
d’ailleurs toujours là [de manière énigmatique pour beaucoup]
afin d’éclairer notre propos : dispositifs collectifs de Lascaux,
de Carnac, de Montmirat, de Stonehenge, de Chéops, de
Chichen Itza, de Nazcas, de l’Île de Pâques, etc.

C’est aux alentours de – 200 000 ans environ, que se produit
l’apparition des premiers dispositifs rituels de régulation de la
conscience symbolique naissante – inventés par l’homme de
Neandertal, comme l’enterrement des morts, accompagné
d’offrandes. Puis, avec ces premiers dispositifs funéraires,
apparaissent aussi les premières traces de graphisme rituel remontant
aux alentours de – 80 000 à – 100 000 ans avant notre ère ; ces
premiers graphismes – qui resteront inchangés pendant 60 000
139 ans (jusqu’à la fin de paléolithique supérieur) – sont des lignes
de cupules, des séries de petites entailles parallèles et
équidistantes ou encore des alignements de points colorés et de traits
peints de différentes couleurs gravés sur de l’os, sur de l’ivoire,
sur des plaquettes de bois, sur des tablettes de pierre ou sur les
murs des grottes. Ils atteindront leurs quintessences artistiques,
sémantiques et rituelles avec la réalisation des fameuses
peintures pariétales à l’ocre et au bois carbonisé que les
archéologues ont retrouvées dans les grands « sanctuaires
initiatiques rupestres » utilisés tout au long de l’Europe paléolithique
(« sanctuaires rupestres » qui fonctionnaient déjà – aux niveaux
des protocoles initiatiques – par topographies analogiques et
identitaires ciblées et sérielles à partir de – 30 000 ans [grottes
Cosquer, grottes de Lascaux, etc.]).
Des antiques meneurs totémiques
D’ailleurs, les chamanes – à ces mêmes époques – ont
commencé à utiliser de petites plaquettes pictographiques (comme –
par exemple – le disque de Phaïstos ou encore les Tables de la
Loi sont ici particulièrement significatifs pour notre propos).
Cela a permis, pour la première fois dans l’histoire de
l’humanité, de concentrer sur des supports facilement
déplaçables et facilement transmissibles, un ensemble de
pictogrammes et d’idéogrammes qui mémorisaient
analogiquement, point par point, chaque séquence rituelle et chaque atelier
d’identisation intra-cognitif au niveau du Soi (et non au niveau
de… l’ego) du myste ou de l’initié archaïque. Du même coup,
la transmission transgénérationnelle et inter-groupale des
connaissances rituelles et identitaires antédiluviennes a été
surmultipliée (ce qui a donné aussi naissance – au passage – aux
premières formes pictographiques, idéographiques et
phonétiques d’écriture).

Les hommes de la préhistoire et de la protohistoire
tournaient donc le dos à la technologie et au monde extérieur pour
explorer leur esprit, leur Soi et/ou leur identité profonde. Ce
cheminement introspectif et contemplatif, qui a duré plusieurs
centaines de millénaires (et non quelques millénaires…), les a
ainsi amenés à découvrir un véritable monde à l’intérieur
d’eux140 mêmes – fait de reliefs identitaires sauvages et hautement
intégratifs (la topographie du Soi et le relief de l’identité interne
étant aujourd’hui quasiment complètement perdus pour la
plupart des masses civiques mondiales).

Dans ce sens, les monuments archéologiques des anciennes
civilisations disparues étaient en réalité des systèmes
psychothérapiques de masse et/ou des systèmes initiatiques collectifs –
en étant à la fois démocratiques et anti-collectivistes (au sens à
la fois ante-étatique, antiétatique, ante-totalitaire et
antitotalitaire). Par le biais des diverses topologies rituelles
antédiluviennes [qui, à l’époque de ces temps immémoriaux,
étaient extrêmement sophistiquées], ces systèmes
psychothérapiques et initiatiques collectifs permettaient de conscientiser et
de structurer la topologie identitaire interne et le Soi des
hommes du paléolithique, du mésolithique et du néolithique.
C’est pour cela, d’ailleurs, que ces dispositifs religieux et
identitaires antéhistoriques n’ont quasiment pas été étudiés (et/ou
n’ont été étudiés que de manière uniquement
monodisciplinaire). Car, cela risquait et risquerait encore aujourd’hui
de remettre profondément en question à la fois les théories
contemporaines obsolètes, voire débiles sur l’archéogenèse des
religions, sur la naissance des États (Clin d’œil ici à Ernst
Kantorowicz), sur le sens identitaire occulté des grands rituels
religieux ou encore sur la censure scientifique au sujet de
l’exmentalisation symbolique et/ou émotionnelle (aujourd’hui
fossilisée) – qui a été utilisée pendant des dizaines de millénaires par
les premiers Homo sapiens (Clin d’œil amical ici au chercheur
Julian Jaynes ou encore au regretté Jean Lerède).

En étudiant ces thèmes « scientifiquement et éthiquement
incorrects », il en résulterait le « risque » de décrypter – entre
autres (…) - que l’ensemble des monuments religieux, qui
reposent énigmatiquement, transmillénairement et
transgéographiquement sur toute la planète, avaient
spécifiquement des fonctions d’initiation émotionnelle (notamment dans
les reliefs identitaires de l’intériorité des premiers humains) et
de conscientisation symbolico-identitaire pacifiante et
individuante (dont de très gênantes fonctions antipolitiques
141 subséquentes…) pour ces peuples archaïques dits
péjorativement (avec suffisance) « primitifs ».

Mais, notre mentalisation dyssynchronique actuelle,
hyperrationnelle et désymbolisée, nous empêche de sentir et de
déchiffrer ces méta-messages, humainement très avancés et
rationnellement incompréhensibles – contenus implicitement
dans tous ces monuments intemporels et indestructibles. De
facto, le message central des théocraties primitives n’est donc
pas vide, mais nos structures mentales actuelles (qui sont à la
fois hyper-rationnelles et anti-mythiques [ou anti-émotionnelles
et/ou alexithymiques]) nous empêchent de le saisir. En
analysant minutieusement et heuristiquement cette période, on
commence ainsi à décrypter que les antiques mécanismes (qui
sont actuellement totalement impensés) qui ont présidé à la
constitution des premières formes archaïques d’Étatisme et/ou
des premières formes de pouvoirs fédéraux, se sont appuyés
originellement tout d’abord, sur des processus intentionnels de
dilution des antiques moyens rituels de conscientisation et
d’identisation des religions primitives puis, sur leurs
transformations (plus ou moins secrètes et intentionnelles) en cultes
pervers, schizogènes et pseudo-religieux de pérennisation
royale, républicaine, étatique puis, aujourd’hui, impériale (et/ou
néocoloniale).

Ainsi, à partir de la fin du néolithique, alors que les
civilisations théocratiques et paléo-matriarcales avaient atteint
l’apothéose des connaissances spirituelles et symboliques grâce
notamment à la construction de dispositifs religieux de
conscientisation de plus en plus performants (grottes rupestres,
topoglyphes mégalithiques géants, tables idéographiques
d’encodages des lois symboliques, Arches d’Alliance, temples,
pyramides, cathédrales, géoglyphes géants, disques
pictographiques d’encodage des rituels…), les premières formes
embryonnaires d’organisations proto-étatiques et
protopolitiques ont commencé à s’approprier furtivement puis à
crypter les clés méthodologiques, rituelles et sémantiques de la toute
première science paléo-spirituelle et paléo-religieuse de
l’humanité (qui était alors non manipulée et liée initialement
aux valeurs symboliques à la fois de la Déesse, du « féminin
142 intérieur », de l’intériorité, du Soi, du Dieu intérieur, du féminin
sacré, du « proto-Dieu paléo-historique intérieur », etc.).

Simultanément et à la même période, ces mêmes premières
formes embryonnaires d’organisations proto-étatiques et
protopolitiques ont aussi commencé à crypter perversement à la fois
les diverses méta-connaissances sur le Soi et les divers codes
stratégiques de correspondance identitaire ou initiatique de
chaque rite. Car, ces codes permettaient alors, des plus
normalement et naturellement, à l’ensemble des premières peuplades,
de s’individuer identitairement, de s’identiser émotionnellement
et, surtout, de se pacifier collectivement.
De l’actuelle légitimation manipulatoire des vieilles
monarchies transhistoriques en Oligarchies…
contemporaines
Par conséquent, le brouillage intentionnel des valeurs
identitaires essentielles des rituels a été le but politique central des
premières formes primitives de pouvoir politique (par ex., tout
au long de l’Empire Romain [notamment jusqu’à l’Empereur
eConstantin au III siècle après J.-C.]) et les premières formes
archaïques de pouvoir théocratique (par ex., Église chrétienne
e[d’État] de Rome du III siècle à… aujourd’hui). Ces
phénomènes de sécularisation et de désacralisation (récupération,
brouillage et manipulation politiques des rituels théocratiques
transmillénaires) ont provoqué la dilution progressive [contre
les peuples] des divers moyens spirituels et rituels de
conscientisation corporelle, d’identisation cognitive différentielle et
d’hyper-individuation sociale et expérientielle. S’en est suivi
pour les diverses peuplades ante- puis péri-chrétiennes à la fois
un effondrement progressif des anciens acquis théocratiques et
spirituels les plus efficients et les plus authentiques (qui étaient
liés au Soi, à l’intériorité et au « dieu intérieur » initial de la
protohistoire) et, surtout, la naissance des premières religions
[totalitaires] d’État (avènement progressif de l’anti-Soi
universel et/ou du « Soi noir » – déployé contre les masses civiques).
Les premières religions d’État ont permis de déployer contre les
masses – sous la férule des nouveaux pouvoirs politiques (par
exemple, alliance machiavélique entre le pouvoir Impérial des
143 Romains et l’Église naissante de Rome) – de nouveaux rituels
manipulés, de nouvelles valeurs sémantiques inversées ou
encore divers cryptages et autres destructions de textes trop
fertiles, trop révolutionnaires et/ou trop individuants pour
l’époque.
De l’engeance messianique des Hohenstaufen à la subtile
réhabilitation contemporaine de Fleur de Lys
Nous avons là un des segments les plus secrets du « Soi
noir » (ou de la « Trinité noire » et/ou de la « fleur de Lys
noire » des monarchies transmillénaires jusqu’à… aujourd’hui)
avec le côté obscur du « Temple noir », du « Vril noir » ou
encore du « Graal noir ». Ces côtés obscurs du Soi apparaissent ici
comme des symboles-écran et/ou des métaphores-écran que
connaissait déjà, aux temps anciens (et/ou, sous l’angle
politique, à la « charnière des temps »…), à la fois une infime élite
de Chevaliers teutoniques (spécifiquement inféodés au Saint
Empire Romain-germanique en tant que soldats politiques, en
tant que forces spéciales ou encore en tant que fers de lance
idéologiques), une infime élite de templiers (identiquement
inféodés à l’Église de Rome en tant que soldats politiques) ou
encore l’infime élite [actuelle] des Chevaliers de Ma…
(Spécifiquement inféodés aux intérêts oligarchiques et géo-financiers
actuels du G8). Car, quand on prend le temps de réunir (au
passage, dans un très laborieux décryptage…) les données plus ou
moins fragmentaires et/ou plus ou moins « planquées » sur
l’évolution transhistorique du « pouvoir politique dans sa
version génésique » et/ou dans ses formes transhistoriquement
embryonnaires (que ce pouvoir politique originel soit
impérial/monarchique et/ou religieux/théocratique/universel) depuis
plusieurs milliers d’années (en faisant l’effort [là aussi,
souvent… inhumain – sur les plans cognitifs et intellectuels]
d’étudier notamment Jacques Benoist-Méchin, Luc de Heusch,
Marcel Gauchet, Ernst Kantorowicz, Julian Jaynes, Olivier
Dieu et César Les trois cerveauxCullmann , Jean Lerède, Paul Mac Lean ,
Poliakov, Claude Rivière, Claude Lepelley, Jean-Pierre
Sironneau, etc. [Bref ! Des centaines de lectures, toutes de niveau
postdoctoral, toutes très difficiles et, souvent, la plupart…
imbuvables !]), il devient alors – ensuite – beaucoup plus facile de
144 « percuter » tout d’abord que les divers pouvoirs politiques
dans leurs formes naissantes et/ou dans leurs formes
embryonnaires (qu’elles soient sous formes religieuses ou
monarchiques) ont toujours cherché une légitimité
charismatique – ferme et définitive – dans l’assujettissement
cauchemardesque et dans la récupération… totalitariste des
anciens rituels théocratiques, transmillénaires et polythéistes.
Ces derniers ont d’ailleurs, au passage, des dizaines de
millénaires d’efficience et, de ce fait, ont très largement fait leurs
preuves de leur longévité...

Ensuite, il est tout aussi facile de percuter tangentiellement
que ces deux formes de pouvoir politique – que ce soit le
monarchisme [Universel] naissant et/ou le pouvoir ecclésial
[Universel] naissant – se sont affrontées sur ce terrain
géopolitiquement schizogène (anti-masses) pendant plusieurs milliers
d’années (par ex., persécutions des juifs déjà bien avant le début
de l’ère chrétienne [parce qu’ils avaient une tradition religieuse
considérée comme trop efficiente, voire comme trop démo-…
cratogène]). Puis, ils se sont coalisés partiellement et très
sulfureusement à partir de l’Empereur Constantin pendant quasiment
1700 ans et ce, jusqu’à… aujourd’hui ! (dont les coalitions
sulfureuses à la fois entre le Saint Empire Romain-germanique et
l’Église de Rome, dont les coalitions entre les diverses
monarchies régnantes de l’Europe et l’Église de Rome tout au long du
Moyen-âge, dont les liturgies politiques des divers Empires
e etotalitaires du XX et du XXI siècle [en incluant ici le
e eIII Reich comme l’actuel IV Reich euro-américain], etc.).

Mais, dans tous les cas, un des secrets les plus noirs du
« Temple intérieur », de la « Kaa’ba intérieure », du « Saint
Graal » ou, tout simplement, de « Dieu » (dans sa version
sécularisée), c’est que ces deux pouvoirs en question (le
monarchisme naissant et le pouvoir ecclésial naissant) tiraient et
tirent encore aujourd’hui [plus que jamais] leurs efficiences
totalitaires (qu’elles soient d’ailleurs toutes deux combinées ou
pas) à la fois du cryptage, du brouillage et de l’inversion des
rituels (dont de la destruction de nombreuses écritures
spirituellement trop didactiques). La dilution du sens des rituels qui
s’ensuit découle ainsi ensuite de la perte de ces dispositifs
145 transmillénaires et transgéographiques qu’était l’Arche
d’Alliance, qu’étaient les divers temples de Salomon
(systématiquement et logiquement détruits par les pouvoirs
militaropolitiques naissants de l’époque) ou encore qu’étaient les
nombreuses pyramides construites trans-civilisationnellement au
niveau mondial (toutes récupérées et perverties ensuite par la
plupart des Oligarchies régnantes et dissociatives sur les cinq
continents depuis plusieurs millénaires…).
Sécularisations intentionnelles et désacralisations
transmillénaires ciblées
Ces phénomènes politiques de dilution rituelle et de cryptage
sémantique se sont déclinés pendant plusieurs millénaires dans
une noria de manipulations très élaborées. Les appareils
ecclésiaux, de plus en plus étatisés, ont procédé ainsi à une série de
sécularisations, de disqualifications sémantiques, de
désacralisations furtives ou encore d’interdictions ciblées de certains
rituels considérés comme trop avancés et/ou comme trop
individuants :
- Par complexification outrancière (par exemple en
construisant des dispositifs ultra-complexes pour les peuples
telles que les pyramides égyptiennes [sémantiquement
et intentionnellement inutilisables pour les masses de
l’époque] ou telles que nos cathédrales du Moyen-âge
[là aussi sémantiquement inutilisables pour les gueux]),
- Par élitisation progressive des grands rituels religieux
transmillénaires à une élite pseudo-humaniste et,
surtout, à une infime élite schizo-démocrate, agentisée
généralement aux [nouveaux] pouvoirs d’État ou aux
divers pouvoirs impériaux (qui sont transhistoriquement
récurrents). Ceci est un pur phénomène des plus
fascisant et des plus oligarchiste – qui a été très peu étudié,
qui a consisté et qui consiste encore aujourd’hui, pour
les pouvoirs politiques transmillénaires, à s’approprier
bureaucratiquement et/ou à « se » réserver
oligarchiquement les méthodes et les méta-connaissances des
cérémonies religieuses et spirituelles de la planète (alors
même qu’elles étaient primitivement destinées aux
146 peuples…). C’est dans ce sens que David a procédé à la
« translation centralisatrice » de l’Arche d’Alliance puis
à la construction des premiers temples… d’État
(processus poursuivi ensuite par son fils Salomon) afin de
« récupérer » [politiquement et… géopolitiquement]
l’Arche (alors que ce dernier était destiné
originellement à tous les peuples nomades et à tous les membres
des tribus – sans élitisme d’aucune sorte),
- Par suppression sélective de certains rituels stratégiques
trop désaliénants et/ou trop individuants pour les
peuples (processus progressifs de décorporalisation
[Par ex., désexualisation des rituels] des rituels,
processus progressifs de décognition [Par ex., perte de
l’hésychasme et/ou de l’introspection émotionnelle dans
les premières formes de christianisme primitif] des
rituels, processus progressifs de dépolitisation des rites
orchestrés – notamment dès les premiers conciles
œcuméniques post-christiques [Par ex., au Concile et au
Crédo de Nicée], etc.),
- Par simplification excessive intentionnelle (ou par
brouillage simplificateur) de certains dispositifs rituels
trop accessibles, trop didactiques identitairement et/ou
trop individuants émotionnellement pour les peuples
(christianisation par destruction ou par récupération
manipulatoire de certains cultes rituels totémiques,
topographiques, mégalithiques, naturalistes,
cosmologiques ou encore paganistes),
- Par sécularisation et par laïcisation judicieuses
(Croisades du Moyen-âge comme rituel séculier de
légitimation manipulatoire des premiers pouvoirs
monarchiques et/ou des premiers pouvoirs ecclésiaux
naissants – systématiquement contestés, annexion du
religieux par le politique, défilé militaire comme rituel
séculier de légitimation de la puissance des États,
cérémonies de décoration comme rituel séculier de
légitimation des guerres et des hiérarchies
militaires, etc.),
147 - Par récupération idéologique perverse : duplications
élitistes, pseudo-démocratiques et anti-… sociales des
anciennes initiations populaires par de nombreuses
pseudo-confréries anti- et contre-politiques
contemporaines et par certaines sectes pseudo-religieuses
actuelles ; cultes schizo-républicains des morts
patriotiques visant à légitimer collectivement les
innombrables guerres mondiales et autres guerres
filicidaires de masse orchestrées actuellement par les Élites
exécutives et/ou par les plus grands États
technocratiques de l’hémisphère nord (qui sont de plus en plus
omnipotents, déshumanisés et totalitaristes) ; promotion
politique de rituels de masse sémantiquement vides,
notamment aux niveaux sportifs et médiatiques ;
détournement réificateur des archaïsmes identitaires
prophétiques, messianiques et eschatologiques de
chaque croyant [acquis transmillénairement depuis les
anciennes théocraties ante-chrétiennes] en
comportements civico-électoraux contemporains ridicules et
démocratiquement schizoïdes ou encore en
comportements guerriers para-suicidaires et techno-sacrificiels,
etc.,
- Par épuration politique intentionnelle de certains rites
stratégiques de masse trop conscientisants (dont de
leurs valeurs sémantiques et spirituelles originelles) qui
auraient pu donner aux peuples les possibilités de
décrypter « le jeu des clés et des méthodes collectives
transmillénaires de personnalisation, d’individuation et
d’humanisation spirituelles (destitution progressive et
furtive des anciens rites collectifs de régulation et de
conscientisation des pulsions sacrificielles,
neutralisation des anciens rites de régulation des pulsions
d’inversion symbolique, neutralisation des anciens rites
de violation initiatique des interdits politiques et des
obligations impériales – inhérentes aux différents
colonialismes transhistoriques les plus illégitimes, dilution
progressive des rituels de contre-pouvoir, extinction
intentionnelle des anciens rites collectifs anti-meurtres,
anti-guerres et anti-sacrificiels, etc.),
148 - Etc.
Invulnérabilité et infaillibilité des élites et énantiomorphoses
poly-ciblées des masses
Dans la même veine heuristique, on peut nommer ici comme
ultime exemple trivial, la transformation des grands symboles
religieux populaires et transmillénaires en « art technocratique
crypté et élitiste » que seule une minorité d’initiés peut
aujourd’hui décoder : Pensons là aux magnifiques Colonnes de
Buren à Paris, non loin du… Sénat, en tant que symboles
cryptés de la double topologie du Soi (id est de l’anti-Soi noir pour
les gueux et de l’hyper-Soi Spirituel pour les «
Oligarques initiés » [pour les initiés monarchiques, pour les
« hauts » d’État ou encore pour les « initiés off…
shore »]). Ou encore, pensons ici aux deux Pyramides inversées
à l’entrée du Louvre, non loin de… l’Assemblée Nationale, en
tant que symboles cryptés et… antagonistes de l’infime
Oligarchie-Pyramide (ou Oligarchie-temple) la tête à… l’endroit et de
la masse communautaire-pyramide inversée (ou
massecommunautaire-temple inversé) la tête à… l’envers (pyramide
[et gueux] à la fois avec la tête en… bas, en toute…
transparence [masse et gueux de… verre] ou encore en sustentation
pré-martiale et/ou pré-extinctionnelle). Nous avons alors une
symbolique politique littéralement totalitaire – qui représente de
facto un véritable pied-de-nez contre-métaphorique,
contresémantique et cryptogénique du « Pouvoir Totalitaire » contre
l’ensemble des citoyens dans une version qui est ici purement
oligarchiste (et dégueulasse [en langage « gueux » !]). Cette
version totalitaire artistiquement [encore] implicite [nous
sommes cependant déjà dans le « gigantisme artistique » à la…
Adolf ou encore à la Mao] n’est ni pour les gueux de droite, ni
pour les gueux de gauche, et – au final – ni pour les 7 milliards
de gueux… contemporains. Car, ces symboles politiques,
ostentatoirement obscènes, sont volontairement exposés en quelque
sorte sans la « Notice ré-pu-blic-aine de décodages pulsionnels
et identitaires » – destinée normalement au[x] Peuple[s], aux
serfs et/ou aux gueux.

149 D’un point de vue polysémique, ce symbole-écran des deux
pyramides inversées et reliées par leurs pointes équivaut donc à
une sorte de « clé crypto-symbolique, crypto-topographique
et… crypto-politique de Pilotage totalitaire [«
narcissopulsionnel » disent les institutions d’État] des Citoyens »
destinée à une extrême minorité d’élites dissociées et… complices –
qui sont les seules à pouvoir décoder le sens purement totalitaire
de ces symboles politiques (dont des significations
antiindividualistes, antiparlementaires et antidémocratiques). Pour
être encore un peu plus créatif au niveau de l’interprétation,
nous avons affaire là, plus abruptement, à la « Carte tyrannique
des manipulations identitaires universelles des Masses
Civiques »). Car, la plupart des sous-, des post- et des néo-gueux,
actuellement non renseignés, non-initiés ou, tout simplement,
mal instruits, sont interdits de décodage, de mise en sens et
d’accès sémantiques pour ces mêmes symboles susmentionnés.

Du même coup, l’étude de ce détournement totalitaire des
diverses liturgies religieuses au niveau transhistorique (ainsi
que leurs transformations manipulatoires en techniques royales,
féodales, étatiques puis, aujourd’hui,
hypercollectivistes/totalitaires d’aliénation furtives de la conscience
symbolique et émotionnelle des hommes [comme, depuis peu,
les récentes techniques de neutralisation médiatico-idéologique
des consciences émotionnelles des citoyens – qui sont ainsi de
plus en plus néolibéralisés {id est anti-personnalisés}]) permet
de percer l’énantiomorphose (métamorphose inversée, négative
ou régressive) énigmatique et sulfureuse des théocraties
matriarcales des périodes paléolithiques, mésolithiques et
néolithiques, tout d’abord, en monarchies autoritaires puis,
aujourd’hui, en aliénocraties contemporaines
ultradéshumanisées, ultra-technologiques, ultra-mercantiles et
ultraguerrières (qui sont aujourd’hui, au final, devenues depuis peu
des « ultra-oligarchies géo-criminelles » au niveau de tout le
G8).

Il est donc possible de décrypter une noria de
problématiques historico- et politico-stratégiques – qui sont d’ailleurs
encore aujourd’hui considérés comme scientifiquement [ou
plutôt, comme étatiquement et académiquement…]
inacces150 sibles. Et, notamment, nous naviguons ici autour de la fin
énigmatique des théocraties, autour du rabattement transhistorique
non analysé du politique sur le religieux, autour des
mécanismes originaires impensés – qui ont donné naissance aux
États et aux pouvoirs politiques contemporains, autour des
racines identitaires et pulsionnelles de la soumission politique des
masses [transhistoriques comme actuelles], autour des
mécanismes étatiques et institutionnels d’anti-personnalisation des
masses contemporaines, autour des phénomènes,
historiquement récurrents et scientifiquement [encore] nébuleux, de
neutralisation systématique et transhistorique des
contrepouvoirs trop charismatiques – notamment messianiques,
prophétiques, révolutionnaires, etc., autour des diverses liturgies
séculariso-totalitaires du national-socialisme, du stalinisme et
du maoïsme, autour des récentes liturgies politico-totalitaires
actuelles de l’Europe, des États-Unis et de la Chine, etc.
Les nouvelles formes d’« aristocraties et de noblesses
noires » de la contemporanéité
La surpopulation progressive, la naissance des États et,
depuis quelques décennies, la naissance des nouveaux Empires
fédéraux (dont actuellement de la Chine, de la Russie, des
ÉtatsUnis ou encore, depuis peu, de la future ex-Communauté
européenne [en cours de finlandisation pro-… américaine]) ont
provoqué, au fil des milliers d’années jusqu’à aujourd’hui, à la
fois la mise en cryptage, la dilution et, surtout, la récupération
[plus que confidentielle sur le plan politique et plus ou moins
brouillée sur le plan spirituel] à la fois de tous les dispositifs
religieux transmillénaires, des anciennes méta-méthodologies
anti-collectivistes d’accès à l’identité interne et, surtout, des
rarissimes hyper-connaissances sur le Soi, sur le « temple
intérieur » ou encore sur la « kaa’ba intérieure » (sans aborder ici la
perte du sens des cryptes, des pierres noires, etc.). Dans le
même sens, pour un exemple des plus didactique et des plus
contemporain pour notre propos, ces connaissances spéciales
sus- et sousmentionnées ici ne sont accessoirement maîtrisées
aujourd’hui, de manière structurale et au niveau mondial, que
par quelques rares spécialistes – qui refusent d’ailleurs
heureusement [encore aujourd’hui] de travailler pour les grandes
151 fédérations oligarchistes actuelles du Nord (…). Toujours dans
le même sens, c’est pour cela que les grandes fédérations
prétotalitaires du G8 œuvrent un peu plus aujourd’hui en
sousmain à déployer des hyper-collectivismes totalitaires au niveau
de l’ensemble de leurs collectivités [notamment en usinant de
nouvelles liturgies politiques qui sont aujourd’hui massivement
anti-individualistes, anti-masses et anti-… humanistes].

De plus, l’inversion totalitaire actuelle de l’identité interne
et/ou du Soi des citoyens (notamment dans les collectivités
euro-américaines actuelles) est d’autant plus dangereuse qu’elle
est opérée jusqu’à aujourd’hui, de manière progressive
(notamment sur plusieurs milliers d’années) et, surtout, qu’elle est
opérée sur des modes complètement furtifs (notamment sur des
modes à la fois pernicieux, microscopiques et stochastiques).
Les récentes liturgies politiques (qui sont déployées depuis
environ un siècle [aux alentours de 1933…]) sont d’autant plus
dangereuses pour l’avenir de notre [dé-]civilisation qu’elles
n’ont été étudiées accessoirement que par quelques rares
spécialistes au niveau mondial – tout en étant censurées dans le même
temps, directement ou de manière rampante, au niveau collectif.

Ces quelques chercheurs - souvent peu orthodoxes, tous
inconnus du public comme le plus souvent des spécialistes d’État
eux-mêmes (Universitaires et autres membres des thinks tanks
dédiés au formatage de l’opinion publique) - sont notamment
Jacques Ellul, Ernst Kantorowicz, Oscar Cullmann, Norman
Cohn, Julian Jaynes, Jean Lerède, Jean-Pierre Sironneau, Léon
Poliakov, Henry Corbin (Relire, ici, pour la « majorité des
couillons » et « autres uni-vers-i-taires humainement débiles »
inclus – « Imago templi » à la fin de son cénotaphe
testamentaire « Temple et contemplation »), Pierre Clastres ou encore
par Claude Rivière (Cf. la bibliographie à la fin de l’ouvrage
pour tous ces francs-tireurs de la recherche susmentionnés [qui
ont été et qui sont, encore aujourd’hui, d’authentiques partisans
depuis le début de la « guerre du sens » – menée actuellement
par les Oligarques du G8 {commencée dès… 1933}]).

Dans le cadre des divers nationaux-totalitarismes hybrides
e eissus des sulfureux XX et XXI siècles, l’enjeu a été longtemps
152 et est aujourd’hui encore d’essayer de mettre en place – de
manière à la fois récurrente et scientifique – une authentique
religion politique (ou religion séculière [comme le Wahhabisme
d’État – sponsorisé par la DIA]) qui serait à la fois
suffisamment structurée, suffisamment crédible au niveau idéologique
et, surtout, suffisamment furtive aux yeux des masses. Les
actuels rituels régaliens, les innombrables liturgies médiatiques du
G8, les diverses méga-publicités de masse (depuis 1933) ou
encore les grands symboles institutionnels des États
contemporains de l’hémisphère nord devaient et risquent ainsi
aujourd’hui de remplacer intégralement, définitivement et
urgemment (à terme) pour les Oligarques totalitaires de
l’hémisphère nord (et de leurs colonies indigènes), tous les
anciens cultes religieux transmillénaires. Les périodes du
communisme stalinien, du populisme mussolinien et du
national-socialisme nazi avaient déjà commencé à œuvrer dans ce
sens dès les années 20 avec, à l’époque, une relative efficacité.
Ainsi, en mêlant techniques de propagande et mystiques
reliegieuses, l’histoire du terrifiant XX siècle nous a prouvé qu’il
est relativement facile de substituer – dans les [futurs ex-] Soi
des citoyens – l’« ancienne foi religieuse et transmillénaire
évanouie » par diverses doctrines néopopulistes d’État ou encore
par diverses liturgies politiques identitairement ciblées,
particulièrement sulfureuses – mais, au final, ultra-efficaces.

De manière millimétrique, il est donc tout à fait faisable
aujourd’hui d’inverser scientifiquement, schizophréniquement et
schizogéniquement le sens identitairement stratégique des vieux
rites religieux d’individuation de l’humanité (qui visaient
originellement à l’intégration structurale du Soi et/ou de l’identité
interne aux niveaux à la fois de la corporéité, de la cognition et
des diverses représentations sociales et collectives des
anciennes peuplades ante-chrétiennes) en utilisant en leurs lieux et
places de nouveaux rituels politiques de dés-individuation et
d’anti-personnalisation avilissants et schizogéniques contre la
cognition de l’ensemble des masses civiques contemporaines.
Nous avons là ainsi à nouveau les « religions d’esclaves » (qui
reviennent aujourd’hui) que recherchaient traditionnellement les
diverses aristocraties cognitives des Empires monarchiques du
153 passé et que recherchent aujourd’hui, sans complexe et plus que
jamais, les Oligarques de l’Empire pan-atlantiste actuel.
La totalitarisation contemporaine du Soi des gueux (De
l’« anti-Soi noir universel » dédié aux 7 milliards de gueux)
Complémentaire d’un « Ordre Social Totalitairement
Rénové », la « totalitarisation cognitive intégrale » (ou la
« totalitarisation du Soi des citoyens » [sorte de patchage de
toutes les enclaves et autres dissociations du Soi des gueux…])
représentait donc à l’époque (et représente aujourd’hui plus que
jamais) l’objectif central de nombres d’Impériums étatiques,
néo-monarchiques et/ou fédéraux qui tendaient à cet «
aboutissement ortho-cognitif absolu, très noir et final » (sorte de
« Solution finale n°II »… – mais spécifiquement adaptée au
Soi et/ou à l’identité générale de leurs masses civiques).
D’ailleurs, ces processus de conditionnements anti-cognitifs des
masses avaient lieu principalement et/ou à l’époque en
intranational aux époques du stalinisme, de l’hitlérisme ou encore du
polpotisme.

Les divers « méta-totalitarismes hybrides et… incomplets du
passé » (in fine, qui ont incubé puis qui ont avorté de manière
ebruyante – tout au long du scabreux et sinistre XX siècle au
niveau de toute l’Europe) renvoient ainsi, aujourd’hui, à
nouveau – mais de manière [peut être…] plus systématisée – à une
énième tentative de totalitarisation intégrale à la fois de…
l’État (l’État totalitaire), de la… nature (la « Nature
Totalitarisée » via la destruction systématisée et mondialisée de la plupart
des niches écologiques, de la plupart des patrimoines
phytoOGM, bio-bunker de Svalbard, etc.génétiques , de la plupart des patrimoines
Clonages systématiques des espèces animaleszoo-génétiques , etc.), de la société
(« Totalitarisations Pan-institutionnelles » et multiformes du
G8), de l’identité des masses civiques (anti-personnalisations
multiformes des masses civiques contemporaines) et, surtout
depuis peu, à une novatrice et très glauque « Totalitarisation
Cognitive des ma» (notamment, via une « mise en
alexithymie structurale des masses » – qui est déjà très bien
visible aujourd’hui dans tout le G8).
154 De la destruction totale à la destruction mondiale (ou De
l’industrialisation universelle des machines totalitaires au
eXXI siècle)
La cognition profonde des citoyens de l’UE, des États-Unis
et, depuis peu, de la Chine est ainsi soumise à un vaste système
d’aliénations scientifiques de type structural – c’est-à-dire à des
aliénations à la fois ciblées, matricielles et verticales de leur Soi
général et/ou de leur identité globale. D’ailleurs, les Oligarques
de l’hémisphère nord (dont aujourd’hui du G8) ont toujours
testé et cherchent constamment à déployer diverses formes
expérimentales de « collectivisation finale » depuis le début
eXX siècle. Ce vaste système d’aliénations scientifiques
structurales correspond transhistoriquement à des processus
multiformes et très actifs d’anti-personnalisation (et non plus de
« dépersonnalisation ») et/ou à des processus larges
d’anticognitions – qui sont appliqués, cycliquement et encore
aujourd’hui, aux Soi des masses civiques de la plupart des pays de
l’hémisphère nord (Allemagne nazie, URSS Stalinienne et
kroutchevienne, séquences socialo-communistes chinoises
jusqu’à aujourd’hui, segments hyper-capitalistes pré-totalitaires,
décomplexés et prémonitoires du Mac Carthysme, du
reaganisme et du… bushisme (Jr.) aux États-Unis, amorces
néototalitaires des plus « caricaturales » de nos divers Exécutifs
euro-atlantistes depuis 2001, etc.).

L’intensité et la récurrence historiques de ces processus
d’anti-personnalisation nous laissent dire aussi – plus avant –
qu’ils sont déjà suffisamment toxiques pour engendrer, à plus
long terme, un authentique système potentiellement final de
domination totalitaire et de néo-collectivismes hybrides pour la
efin du premier quart du XXI siècle. En fait, ce sera plutôt très
certainement dans peu de temps, un système d’extinction
mondiale (historiquement encore jamais testé jusqu’au bout aux
niveaux de la plupart des régimes totalitaires les plus
monsetrueux du XX siècle) – qui sera ainsi, par ailleurs, très
certainement et essentiellement ultra-oligarchique et
antimasses. Ce « méta-système d’extinction totalitaire à venir » sera
donc à la fois structural, ouvert, mondialisé. À plus long terme,
il sera, semble-t-il, doué d’inquiétantes capacités
d’auto155 organisations méta-totalitaires en boucle (« en boucles
éternelles et… autopoïétiques » disent en aparté aujourd’hui les
puristes d’État du G8 les plus fascistissimes). Ces derniers
désirent ainsi ardemment « devenir oligarchiquement… éternels »
en concoctant pour cela, en secret, l’affinage et/ou l’affutage
des toutes dernières techniques multidimensionnelles et
spectrales de « méta-collectivisme totalitaire idéal » pour l’avenir
noir des États-Unis d’Europe et des États-Unis d’Amérique qui
pourraient, tous deux, se fédéraliser en 2033 et au-delà (dont les
embryons déjà actuels de néo-collectivismes totalitaires issus
des oripeaux du néolibéralisme européen et étatsunien – ces
derniers ayant démarré, en fait, dès le début des années 30).
Der Konzentrationslager von Guantanamo
eLes « méta-totalitarismes hybrides du XX siècle »
apparaissent ainsi le plus souvent comme de véritables hybridations
scientifiques – qui s’insèrent entre les anciennes méthodes
d’endoctrinement et de coercition acquises pendant deux
millénaires et les toutes nouvelles méthodes d’anti-personnalisation
active acquises tout récemment – notamment depuis le milieu
edu XX siècle jusqu’à aujourd’hui. Par exemple, ces
hybridations totalitaires s’obtiennent actuellement en amalgamant la
coercition par camps d’internement et/ou par camps de
concentration avec les actuelles puces RFID ou encore en amalgamant
Par ex., Guantanamola coercition par camps de concentration avec
l’interconnexion récente des systèmes de fichage des masses
[par hyper-technophilismes à la fois nationaux-patriotiques ou
encore anti-… migratoires – notamment aux États-Unis ou
encore en Europe depuis 2001]). L’objectif de ces hybridations
monstrueuses – qui sont perpétrées massivement (et
préparatoirement) depuis peu par les Exécutifs totalitaires ou
prétotalitaires européens comme… états-uniens – est de chercher
déjà au préalable à mettre en synergie les dizaines de techniques
de terrorismes d’État déjà anciennes (expérimentées depuis
longtemps et jusqu’à aujourd’hui en intra-national en Europe
comme expérimentées transgéographiquement [aujourd’hui
encore] dans les diverses colonies indigènes des Britanniques,
des Allemands, des Américains, des Français ou des Italiens
edepuis le début du XX siècle) avec la centaine de techniques de
156 terreurs d’État – qui sont beaucoup plus récentes, beaucoup plus
scientifiques et, surtout, beaucoup plus furtives (Par ex.,
stratégies de la tension intra-… européennes, faux-maquis islamistes
actuels [qui sont des « escadrons de la mort »] de l’UE et des
USA, auto-attentats du 11/9, psychotropisations « planifiées »
des masses de l’UE et des États-Unis, etc.).
Les anti-Soi assassins, fanatisés et délirants dédiés aux 7
milliards de gueux
D’ailleurs, une majeure partie des techniques de terreurs
d’État – qui sont géo-criminellement trop conséquentes ou
judiciairement [encore] trop risquées – a été délocalisée et
« dépaysée » aux niveaux des R&D les plus sulfureuses et/ou
les plus inavouables des meilleures des firmes transnationales
du G8 (In fine, les plus collaborationnistes et/ou les plus
criminelles). Cette externalisation récente débouche sur différentes
collusions contemporaines, très raffinées et quasi… organiques,
entre les [anciens] États hyper-collectivistes du G8 [actuel] et
leurs Transnationales de la [neuro-]chimie ou encore avec leurs
Transnationales de l’armement afin de renforcer
scientifiquement, furtivement et, surtout, mondialement les divers
processus d’annihilation poly-physiologiques [tout juste
susmentionnés] des masses civiques [bien au-delà des classiques
intérêts purement mercantiles et politiques]).

Plus concrètement, il s’agissait déjà à l’époque - pour les
divers États nationaux-totalitaires naissants et/ou en incubation
qui étaient encore plus ou moins en incubations embryonnaires
et/ou qui ont, quelquefois, temporairement aboutis - de détruire
à terme, de manière furtive, scientifique et [encore
restrictivement] pré-continentalisée (les différents projets européens et/ou
eurasiens devaient déjà à l’époque être mondialisés à plus long
terme) à la fois la corporéité (les Soi neurophysiologiques du
tronc cérébral et les Soi corporels du système limbique), la
cognition (l’ensemble des Soi cognitifs) ainsi que l’ensemble des
références sociopolitiques (l’ensemble des Soi sociopolitiques)
de leurs gueux nationaux (et, à plus long terme, de l’ensemble
des futurs post-citoyens-esclaves de la… planète). Ces régimes
n’ont cependant jamais duré très longtemps dans leurs formes
157 les plus dures – notamment pour le stalinisme (Une vingtaine
d’années), pour le national-socialisme (12 ans - très
exactement) ou encore pour le polpotisme (4 ans et demi).

Les Oligarques « collectivistes » de l’époque avaient même
prévu de remplacer intentionnellement et complètement – aux
niveaux de leurs masses civiques – l’ensemble de leurs Soi à la
fois par des faux-Soi factices (faux-Soi idéologiques implantés),
par des non-Soi psychotiques, par des anti-Soi schizophréniques
à visées d’autodestructions actives [via des anti-Soi
suicidogènes et para-suicidogènes de masse, via des anti-Soi
addictogènes et poly-addictogènes de masse, via des anti-Soi
xénophobes de masse, via des anti-Soi nationalistes de
masse, via des anti-Soi sacrificiels et martiaux de masse, via
des anti-Soi financiers de masse, etc.] ou encore par des
antiSoi dissociatifs à visées d’hétéro-destructions multiformes
[notamment, via des anti-Soi néocoloniaux de masse, via des
anti-Soi géo-criminels de masse, etc.].
Géopolitique de l’anti-… identité des masses mondiales
contemporaines
Ces différents régimes de dépersonnalisation et
d’antipersonnalisation (susmentionnés) correspondaient donc - et
correspondent aujourd’hui plus que jamais - respectivement à
des processus de pseudo-personnalisation (mises en perversions
intentionnelles et multiformes des masses), à des processus de
dépersonnalisation standards (mises en psychoses
intentionnelles et multiformes des masses) et à des processus
d’antipersonnalisation actifs (mises en maladies dissociatives et/ou
mises en schizophrénies multiformes – tous spectres identitaires
et cognitifs confondus – des masses [par ex., « troubles
dissociatifs de l’identité » implantés aujourd’hui – de manière furtive
et progressive – dans l’ensemble des masses ou encore
« troubles de personnalités multiples » induits depuis peu dans
la cognition des masses occidentales]). Initialement, tout au
elong du XX siècle, la partie cérébrale considérée à l’époque
comme la plus centrale, la plus stratégique et la plus complexe à
déboulonner (à neutraliser !) a concerné principalement – pour
les militaires, pour les différents services spéciaux de recherche
158 comme pour les [soi-disant] surhommes des Exécutifs
(conceptualisations issues de leurs délires totalitaires et…
messianiques) les segments les plus vitaux du Soi
neurovégétatif. L’objectif final de l’époque correspondait déjà au projet
d’inversion totalitaire, à la chaotisation et/ou à la neutralisation
pure et simple des segments physiologiques les plus vitaux du
Soi neurovégétatif (du tronc cérébral) des [plusieurs milliards
de] gueux dont nous dévoileront les techniques les plus récentes
appliquées contre l’identité des masses ainsi que leurs récentes
conséquences collectivistes les plus noires au chapitre V.

Les liturgies totalitaires travaillaient donc déjà – dès les
années 20 et 30 – à détruire, de manière certes encore
embryonnaires (indisponibilités techniques et/ou scientifiques
partielles pour l’époque), la plupart des Soi neurovégétatifs
(tronc cérébral) de leurs gueux dissidents comme de leurs gueux
non dissidents. Les techniques biopolitiques ont très vite intégré
que le plancher du cerveau peut servir militairement ou
totalitairement de cible idéale car de dernier gère toutes les fonctions
automatiques, physiologiques et biologiques du corps humain
(SNA). En fait, les techniques de propagande et de
dépersonnalisation techno-totalitaires (dont bien évidemment les
techniques purement offensives de destruction physiologique
des masses) peuvent être réparties en trois tiers bien distincts –
correspondant respectivement chacun au ciblage séquentiel de
chacune des trois strates du cerveau humain. Pour parfaire
l’exemple didactique précédent, la strate plancher du cerveau
correspond donc – comme nous l’avons précisé ci-dessus - au
système nerveux autonome ou, mieux, au Soi neurovégétatif
général. Une biopolitique totalitaire appliquée aux sous-parties
stratégiques du Soi neurovégétatif correspond à la fois à la
destruction lente, furtive et latérale du Soi pulmonaire {Tabac über
alles}, à la destruction lente, furtive et latérale du Soi
cardiovasculaire {Sédentarité de masse über alles}, à la destruction
lente, furtive et latérale du Soi entérique {Toxicité de
l’alimentation industrielle contemporaine über alles}, à la
destruction lente, furtive et latérale du Soi synaptique
{Psychotropes über alles – entraînant des syndromes
sérotoninergiques de masse, des syndromes dopaminergiques de
masse, etc.}, à la destruction lente, furtive et latérale du Soi
159 neuronal {Pseudo-médicaments neuro-apoptotiques über alles},
à la destruction lente, furtive et latérale du Soi génétique {Effets
« cocktails » über alles et/ou effets combinatoires des toxiques
industriels et des neuroleptiques über alles}, à la destruction
lente, furtive et latérale du Soi cutané {Toxiques inflammatoires
über alles}, à la destruction lente, furtive et latérale du Soi
immunitaire {Effets immunotoxiques et immuno-déprimants de
nombreux médicaments… iatrogènes über alles}, etc.

La strate intermédiaire correspond au système limbique ou
au grand Soi émotionnel et matriciel – connu depuis l’aube des
temps pour être usinable et recyclable très facilement par les
propagandes politiques et par les religions séculières. Quant au
plafond [néocortical] du cerveau, lui aussi essentiel mais très
secondaire par rapport au Soi émotionnel comme par rapport
aux Soi neurovégétatifs, il correspond au néocortex ou, pour
prendre une nomination plus technique, au moi de surface
(populairement appelé… ego) qui gère restrictivement les habiletés
cognitivo-intellectuelles et cognitivo-sociales (« Travail,
Famille, Patrie », idéologies nationalistes tous azimuts, idéologies
antiterroristes, idéologies du réchauffement climatique,
néopopulismes tous azimuts, guerres néocoloniales tous
azimuts, etc.). Les Soi émotionnels et les Soi neurovégétatifs sont
donc absolument à la fois centraux et vitaux pour l’équilibre de
la personnalité – comme pour la pérennité de la… santé. Dans
ce sens, ils sont aujourd’hui et plus que jamais antinomiques
et/ou totalement opposés à la pérennité des régimes autoritaires
[et/ou pré-totalitaires] actuels de l’hémisphère nord et du G8.
Dépouiller l’identité des 7 milliards de gueux
D’un point de vue des techniques totalitaires de
dépersonnalisation et d’anti-personnalisation et afin de reprendre notre
terminologie initiale du Soi noir universel, de l’anti-Soi noir
universel ou, mieux, de l’anti-identité universelle, les experts
staliniens, les experts nationaux-socialistes ou encore, comme
aujourd’hui, les experts néo- et hyper-conservateurs actuels
(travaillant notamment dans les think tanks militarisés et/ou
civilo-militaires de l’hémisphère nord et du G8) ont longtemps
œuvré et œuvrent aujourd’hui plus que jamais (en urgence
160 avant… l’effondrement des Systèmes fédéraux de l’hémisphère
Nord et/ou avant une énième guerre mondiale inter-systémique
Est sino-soviétique/Ouest atlantiste) à une recollectivisation
totalitaire d’urgence de niveau mondial. Au passage, cette
recollectivisation totalitaire du monde pourrait être
transhistoriquement et transgéographiquement la plus aboutie à
plusieurs niveaux car nous avons affaire non pas à une
collectivisation totalitaire uniquement européenne – contrairement aux
idées communément émises par les prospectivistes d’État
actuels [qui sont à la botte] mais à une « ultime tentative
mondiale de verrouillage collectiviste » de type
préextinctionnel (grâce, notamment, à l’idéologie antiterroriste
mondiale – qui est déjà cependant en train d’avorter,
aujourd’hui, dans tout le G8).

Déjà à l’époque, les experts staliniens et nazis avaient très
bien compris sous l’angle scientifique qu’il suffisait de déployer
un « gigantesque système scientifique d’anti-personnalisation
de masse » – qui devait être à la fois stratifié et combiné
(notamment en trois parties offensives et combinées) – en lien avec
la distribution triédrique, trialectique et/ou tri-stratifiée [tout
juste susmentionnée] du cerveau de l’ensemble des humains
(Paul Mac Lean n’apprécierait peut-être pas vraiment les
diverses applications militaires de ses découvertes…).

Ces procédés totalitaires (qui sont, en fait déjà, des procédés
post-idéologiques) à visées à la fois de propagandes et
d’antipersonnalisations sont ainsi à la fois verticalement ciblés sur de
nombreuses niches des trois strates du cerveau comme
horizontalement ciblés sur l’ensemble des systèmes matriciels et/ou
horizontaux (notamment à la fois sur les Soi neurovégétatifs
[champ matriciel général du système nerveux autonome], sur
les Soi émotionnels [dont de ses 3 champs matriciels internes]
et sur ses trois Moi de surface [in fine, les 3 champs matriciels
au niveau de la personnalité de surface avec ses trois champs de
clusters comportementaux aux niveaux corporels, cognitifs et
sociaux]). Ces mêmes procédés totalitaires existent donc
aujourd’hui, toujours et plus que jamais. Mais, ils existent
actuellement en modes beaucoup plus opérationnels, en modes
beaucoup plus raffinés et, surtout de manière logique et depuis
161 peu, en modes beaucoup plus furtifs (notamment, dans le cadre
des récents projets néo-collectivistes, dystopistes et
néototalitaires des actuels empires fédéraux de l’hémisphère Nord
[dont de L’UE, des USA, de la Fédération de Russie, de la
Chine, etc. – qui sont aujourd’hui en devenirs totalitaires
radieux et en expansion pan-terroriste constamment ascendante
aux niveaux de leurs terrorismes d’État les plus nourris]).
Techniques contemporaines de totalitarisation de l’identité
et du Soi des citoyens du G8
Développés de manière approfondie aux chapitres V, VI et
VII de cet ouvrage, trois types de modes d’anti-personnalisation
totalitaires peuvent être ici précités succinctement afin d’affiner
le sens et, surtout, la compréhension de ce chapitre introductif
(qui est techniquement difficile – non pas dans le cadre de sa
compréhension – mais dans le cadre de son inadmissibilité et/ou
de son insupportabilité morale) :
1. La neutralisation totalitaire contemporaine des Soi
neurovégétatifs des masses civiques : Cette première fonction
destructrice a été progressivement délocalisée vers les
Transnationales les plus géo-criminelles du G8 actuel depuis environ
un… siècle. Les transnationales des actuels États
nationauxnéolibéraux (le G8 étant bien en train de se
cryptoeénantiomorphoser en IV R…) ou encore les méga-entreprises
les plus importantes de l’hémisphère Nord ont ainsi aujourd’hui
en charge de détruire – certes de manière expérimentale et, bien
évidemment, de manière encore hautement furtive [pour des
raisons géo-criminelles monstrueuses – qu’il faut absolument
crypter dans l’immédiat] – les principaux Soi neurovégétatifs
vitaux des masses civiques mondiales avec par ex. :
- La neutralisation intentionnelle – mais furtive – du Soi
immunitaire des masses civiques mondiales,
- La neutralisation intentionnelle – maSoi
pulmonaire des masses civiques mondiales,
- onnelle – mais furtive – du Soi
génétique des masses civiques mondiales,
162