Une blessure française

De
Publié par

1793-1794. La Terreur règne dans les départements de l’Ouest. Des dizaines de milliers de «monstres», paysans et ruraux, pauvres dans leur grande majorité, sont liquidés.
Depuis deux siècles, leur réputation est si mauvaise –fanatiques ignares, asservis par une religion et des aristocrates obscurantistes ou pauvres hères constituant l’armée des ombres des princes émigrés pour récupérer le Trône et l’Autel– que peu de monde s’est indigné de la politique d’extermination menée par la Convention. Rares sont les épisodes de l’histoire de France à avoir été autant travestis. Sans doute parce qu’il était impensable que la Révolution qui a brisé l’hégémonie de la classe aristocratique ait pu dans le même temps broyer la révolte de «gens de peu». Ceux qui firent et enseignèrent l’histoire par la suite pouvaient difficilement justifier que le mouvement qui avait érigé en nouvelles Tables de la loi la déclaration des Droits de l’homme n’avait cessé de fouler aux pieds, par ailleurs, l’un de ces droits primordiaux: la liberté de croire et de participer au culte de son choix.
En circonscrivant son enquête à la commune de Maumusson, dans le territoire d’Ancenis, une terre qui lui est particulièrement chère, aux confins de l’Anjou et de la Bretagne, Pierre Péan est parvenu à établir que ces soulèvements populaires réagirent autant à l’atteinte à la liberté de culte (la constitution civile du clergé) qu’à la paupérisation des campagnes organisée par la bourgeoisie conquérante des villes.
Pour éclairer cette «blessure française», il a dépouillé archives, registres d’état civil, correspondances, mémoires, brossant ainsi les portraits et les itinéraires des protagonistes dans un tableau de chair et de sang.

Publié le : mercredi 8 octobre 2008
Lecture(s) : 52
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213645346
Nombre de pages : 336
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1793-1794. La Terreur règne dans les départements de l’Ouest. Des dizaines de milliers de «monstres», paysans et ruraux, pauvres dans leur grande majorité, sont liquidés.
Depuis deux siècles, leur réputation est si mauvaise –fanatiques ignares, asservis par une religion et des aristocrates obscurantistes ou pauvres hères constituant l’armée des ombres des princes émigrés pour récupérer le Trône et l’Autel– que peu de monde s’est indigné de la politique d’extermination menée par la Convention. Rares sont les épisodes de l’histoire de France à avoir été autant travestis. Sans doute parce qu’il était impensable que la Révolution qui a brisé l’hégémonie de la classe aristocratique ait pu dans le même temps broyer la révolte de «gens de peu». Ceux qui firent et enseignèrent l’histoire par la suite pouvaient difficilement justifier que le mouvement qui avait érigé en nouvelles Tables de la loi la déclaration des Droits de l’homme n’avait cessé de fouler aux pieds, par ailleurs, l’un de ces droits primordiaux: la liberté de croire et de participer au culte de son choix.

En circonscrivant son enquête à la commune de Maumusson, dans le territoire d’Ancenis, une terre qui lui est particulièrement chère, aux confins de l’Anjou et de la Bretagne, Pierre Péan est parvenu à établir que ces soulèvements populaires réagirent autant à l’atteinte à la liberté de culte (la constitution civile du clergé) qu’à la paupérisation des campagnes organisée par la bourgeoisie conquérante des villes.
Pour éclairer cette «blessure française», il a dépouillé archives, registres d’état civil, correspondances, mémoires, brossant ainsi les portraits et les itinéraires des protagonistes dans un tableau de chair et de sang.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi