Vie ou survie de la littérature N° 214

De
La tradition vivante :
Jean Grosjean, Ce qu'on ne sait pas ne nuit pas
J. M. G. Le Clézio, Le sismographe
Pierre Oster, Cloaca maxima
Jean Grenier, Je dois attendre
Brice Parain, Les nouveautés de notre temps
Michel Mohrt, Lettre à Jean Grosjean
André Dhôtel, Rhétorique fabuleuse
Jacques Réda, Langue maternelle
Nouveaux déchiffrements du monde :
Serge Doubrovsky, La crise de la critique française
Yvon Belaval, Psychanalyse et critique littéraire en France
Anne Fabre-Luce, L'aventure de l'aristarque ou Le critique littéraire devant les sciences humaines
Manuel de Diéguez, L'avenir des structuralismes
Thomas Ferenczi, Structures linguistiques et fonction littéraire
Tzvetan Todorov, Comment lire?
Bernard Pingaud, L'écriture et la cure
Marthe Robert, Le Jeûneur et la Panthère
Ambivalence des effets :
Roger Judrin, Entretien avec le docteur Freudet
Claude Ollier, Lecture - écriture - lecture
Robert André, Éloge du larcin
Alain Bosquet, La marquise n'ose plus sortir
Jean-Claude Renard, Une transformation permanente
Julien Green, La question posée...
Jean Roudaut, Entre parenthèses
Jacques-Pierre Amette, La littérature avec un point d'interrogation
Alain Clerval, Le conformisme, la terreur
Guy Rohou, La foi du charbonnier
Georges Perros, L'idiot du village
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 5
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072389504
Nombre de pages : 256
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LaNouvelle RevueFrançaise
0 ieousurvie delalittérature
Paris 5,rueSébastien-Bottin 1970
Sommaire
MARCEL ARLAND
Latraditionvivante
JEANGROSJEAN J.M.G.LEClézio PIERREOSTER JEANGRENIER BRICEPARAIN MICHELMOHRT ANDRÉDHOTEL JACQUESRÉDA
Cequ'onnesaitpasnenuitpas Lesismographe Cloacamaxima Jedoisattendre Lesnouveautésdenotretemps LettreàJeanGrosjean Rhétoriquefabuleuse Languematernelle
7
13 i5 22 24 26 33 35 3g
Nouveauxdéchiffrementsdumonde SERGEDouBROvSKYLacrisedelacritiquefrançaise5i YvoNBELAVALPsychanalyseetcritiquelittéraire enFrance78 ANNEFABRE-LUCELecritiquelittérairedevantles scienceshumaines102 MANUELDEDiÉGUEZL'avenirdesstructuralismes109 THOMASFERENCZIStructureslinguistiquesetfonction littéraire118 TZVETANToDORovCommentlire?129 BERNARDPINGAUDL'écritureetlacurei44 MARTHEROBERTLeJeûneuretlaPanthère164
Ambivalencedeseffets
RoGERJUDRIN CLAUDEOLLIER ROBERTANDRÉ ALAINBosQUET JEAN-CLAUDERENARD
EntretienavecledocteurFreudet Lectureécriturelecture Élogedularcin Lamarquisen'oseplussortir Unetransformationpermanente
189 202 205 209 212
JULIENGREEN JEANRouDAUT JACQUES-PIERREAMETTE
ALAINCLERVAL GuYRohou GEORGESPERROS
Laquestionposée Entreparenthèses Lalittératureavecunpoint terrogation Leconformisme,laterreur Lafoiducharbonnier L'idiotduvillage
218 221 d'in-223 226 229 232
Unelittératureestpresquetoujoursmenacée.Faut-ils'en plaindre,dèsl'instantquelesmenaceslaconduisentàune plussûreconsciencedesesloisetàunrenouvellementde sesforces?Cequifithiersabeauté,sielleenfaitundogme, elleenmeurt.Restequ'ellepeutmouriraussideserenier. En1924,àl'instigationdeJacquesRivière,j'écrivis danscetteRevueunarticlesurlemalaisedel'époque.Jene parlaispasaunomd'unedoctrineoud'ungroupe.Jene voulaisrienexprimerquinemefûtàcœuretquineme semblâtrépondreaubesoind'unrenouveau.Jem'enpre-naisauxenrégimentementsd'école, auxgestes,attitudeset parades,auxévangilesd'unjour.Jerefusaisunebeautél'homme,danscequ'ilad'essentiel,nefûtpasprésent. Cequ'enfinj'attendaisdel'œuvre?Uneconnaissance,une preuve,uneréalisationprovisoiredenous-mêmes;dansle désordre,uneharmonie;dansletourment,unedélivrance; danslasolitude,l'undeshautsmoyensdecommunication. Quarante-sixansaprès,sousdesmenacesbeaucoup pluslourdes,jemaintienslamêmeconceptiondelalitté-rature,etlemêmeespoir. Maisaujourd'hui,cesontnoscollaborateurs,etd'abord lesplus jeunes,qui ontvouluexaminerdanscenuméro spéciallesconditionsetlestendancesdelalittérature actuelle.Ilnoussemblequecedébatvientàsonheure. Jamaissansdoutelesformes,l'esprit,lamatièreetlesfins delalittératuren'ontétéremisenjeucommedansce
LaNouvelleRevueFrançaise mondeenmétamorphose.Uneconfuseterreurs'estinstal-léedansnosLettres.Ons'interrogefaut-ilfaireéclater lelangagecommeonafaitéclaterlesgenres?ramener l'oeuvreàl'illustrationd'unethéorie?seréfugierdansl'in-différence?Oufaut-il,commelefontnoscollaborateurs, garderfoidansledestindel'écritureetdel'art?Chacun d'eux,selonsonmodepersonneletsesgoûts,entendservir unecausecommune.TelestaussibienlerôledeLaNou-velleRevueFrançaise,quin'estpasmoinssoucieusedela qualitéetdeladuréedenotrelittératurequedesonévo-lution.
MARCEL
ARLAND
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 512

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 616

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 229

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant