Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

L'Argent de l'Etat. Un député mène l'enquête

De
298 pages

Après L'Argent caché de l'Élysée, René Dosière, explore le train de vie de l'État : un dossier complet – et édifiant – sur les dérives des dépenses publiques.


Dix années d'investigations parlementaires lui ont permis de briser le tabou des comptes de la présidence de la République. Le député-enquêteur met en évidence la croissance des dépenses élyséennes, conséquence de l'activité intense du Président Sarkozy mais aussi de comportements dispendieux dans et hors du palais.


Élargissant ses investigations au gouvernement, René Dosière établit, pour la première fois, le coût réel d'un ministre. Les têtes de l'exécutif échappent à la rigueur qu'elles imposent aux Français. Dans les cabinets ministériels, effectifs et rémunérations augmentent à vive allure !


Dans un style, dont le sérieux n'exclut pas la vivacité, L'Argent de l'État lève le voile avec précision et clarté sur le budget de l'État, l'un des trop nombreux angles morts de notre démocratie.




René Dosière, député de l'Aisne, lutte depuis des années en faveur de la transparence de la gestion publique. Son travail rigoureux et tenace sur le budget de l'Élysée et le train de vie des responsables politiques fait désormais référence.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

La Barricade

de autrement

L’Américain

de ActuaLitteChapitre

La vie quotidienne en chine

de editions-philippe-picquier

L’ARGENT DE L’ÉTAT
Extrait de la publication
DU MÊME AUTEUR
L’Argent caché de l’Élysée Préface de Guy Carcassonne Seuil, 2007
Extrait de la publication
RENÉ DOSIÈRE
L’ARGENT DE L’ÉTAT
Un député mène l’enquête
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
Ce livre est édité par Patrick Rotman
ISBN978-2-02-107559-5
© Éditions du Seuil, février 2011
Le Code de la prop riété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute rep résentation ou rep roduction intégrale ou pa rtielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et co nstitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la pr opriété intellectuelle.
www.seuil.com
La mystique républicaine, c’était pour la République, la politique à présent qu’on en vit.
quand on mourait républicaine, c’est
Charles Péguy,Notre jeunesse, 1910, Cahiers de la Quinzaine, XI, 12.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Avant-propos
Donner pour titreL’Argent de l’Étatà un livre consacré aux seules dép enses du président de la République, du Premier ministre et de son gouver-nement peut paraître excessif. Il est vrai que leurs budgets réunis s’élèvent à un milliard d’euros, soit moins de 0,5 % des dépen ses de l’État. Mais, au-delà de l’aspect quantita tif, il faut avant tout consi-dérer le pouvoir et le devoir d’exemplarité qui sont les leurs. e Pouvoir de décision, d’abord. La V République place le président, élu directement par le peuple fran-çais, à la tête de l’État. Comme ses prédécesseurs, mais dans son style très particulier, Nicolas Sarkozy a exercé la plénitude de ses attributions et même plus. Le Premier ministre, à la tête du gou vernement, conduit la politique de la nation, faute de la détermi-ner comme le précise pourtant la Constitution. Il est donc primordial de connaître les moyens dont ils dis-posent.
9
Extrait de la publication
L ’ A R G E N T D E L ’ É T A T
Devoir d’exemplarité, ensuite. Au moment où les Français sont frappés par la crise, durement pour cer-tains, l’État doit plus que jamais se montrer exem-plaire et réduire son train de vie. Cette exigence vaut, en priorité, pour les deux têtes de l’ exécutif. Reste à savoir ce que la notion de « train de vie » recouvre et comment on le mesure. Depuis dix ans, j’ai cons acré une bonne part de mon travail de député à ten ter de découvrir et d’ana-lyser les moyens matériels dont dispose nt le président de la République et le Premier ministre. Aussi étonnant que cela paraisse, il n’existait pas, jusqu’en 2008, de budget de la présidence de la Répu-blique. Comme le soulignait le con stitutionnaliste Guy Carcassonne, le chef de l’État conjuguait « la visibilité de la fonction avec l’opa cité de ses moyens ». J’ai 1 raconté, dansL’Argent caché de l’Élyséecomment la présidence de la République fonctionnait avec des effec-tifs et des crédits dissim ulés dans les budgets d’une quinzaine de ministères. La stupeur fut telle que le nouveau président élu, Nicolas Sarkozy, a été conduit à mettre un terme à cette situation, qui durait depuis quarante-neuf ans ! Pour le coup, ce fut une vraie er rupture. Depuis le 1 janvier 2008, le président de la République dispose d’un budget autonome, bien iden-tifié. Dès lors, il devenait possible d’évaluer, au fil des ans, le train de vie du chef de l’État.
1. Seuil, 2007.
10
Extrait de la publication
A V A N T - P R O P O S
J’ai porté mon regard, ensu ite, vers l’hôtel Mati-gnon, résidence du Premier ministre, chef du gou-vernement. Pratiquant le même parlementarisme d’in-vestigation mis au point vi s-à-vis de l’Élysée, j’ai découvert progressivement certains aspects ignorés du train de vie des ministres. Comme dans une enquête policière, de premiers indices m’ont permis de mettre au jour certaines situations surprenantes et anormales. Ainsi, en partant du nombre de chauffeurs et de cui-siniers des ministres, j’ai pu reconstituer, comme un gigantesque puzzle, la totalité des effectifs des cabi-nets ministériels. J’ai découvert alors, qu’étant char-gés de piloter les diminutions des effectifs et les res-trictions salariales au sein de leurs administrations locales, les cabinets à Paris ne cessaient d’augmenter en personnels et en rémunérations. Cette première révé-lation ne passa pas inaperçue et contraignit le Premier ministre à mettre un terme à ces dérives. On verra, dans les chapitres consacrés au gouvernement que les résultats sont toutefois mitigés. Quoi qu’il en soit, là encore, si la transparence a progressé, il reste encore beaucoup à faire. Mon objectif, enfin, est de présenter aux Français une partie de l’activité cachée des députés. Aujour-d’hui, comme dans la plupart des grandes démocra-ties occidentales, le pouvoir de l’Assemblée nationale n’est plus seulement dans la fabrication de la loi. Certes, nous la votons toujours, et nous pouvons donc en modifier le texte – en langage parlement aire on
11
L ’ A R G E N T D E L ’ É T A T
parle d’amendements. Mais l’initiative de la législa-tion est prioritairement entre les mains de l’exéc utif. Par contre, notre pouvoir est grand quand il s’agit de contrôler la dépense publique – c’est-à-dire l’argent des Français. À l’Assemblé e nationale, beaucoup de mes collègues, quelle que soit leur sensibilité politique, effectuent ce travail de contrôle, selon des modalités variées. Tous les sujets ne sont pas aussi sensibles que les comptes de l’Élysée ou l’affaire du Mediator, mais le souci du meilleur usage de l’argen t public est au cœur de notre fonction de parlementaires. Ce travail exige un gros investissement personnel, de la pugnacité, de la disponibilité, bref une attention de tous les instants. Contrôler la dépense publique deviendra sans doute bientôt la mission première du Parlement. C’est à tou(te)s mes collègues qui s’investissent dans cette mission que je dédie ce livre, en espé rant que la suppression du cumul des mandats, que je réclame depuis longtemps, augmentera leur nombre.
Extrait de la publication
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin